les membres du groupe et leur univers

Colin Greenwood

Colin (Charles) Greenwood (né le 26 juin 1969) est le bassiste au sein de Radiohead. On l’a parfois aperçu à la contrabasse, au clavier, ou en train de sampler un peu d’electro. Il est le frère aîné de Jonny Greenwood.

Capable de réveiller un mort dans n’importe quelle soirée avec son goût exquis en matière de funky musique et de cardigans – ils possède au moins six gilets signés Martin Margiella. Attention : si Colin vous invite à dîner chez lui, ne refusez surtout pas : c’est l’un des meilleurs cuisiniers que je connaisse.
— Nigel Godrich / Les inrocks, juin 2001

Colin est surnommé par les autres ’Coz’. On le dit très bavard, insomniaque et hyperactif. Colin parle très bien le français, et ne rechigne jamais devant une interview dans cette langue. Il est passionné de photographie (cf. cet article pour plus de détails à ce propos)

Colin détaillait à Mojo ses goûts musicaux fin 1997 :

Colin : « Lee ’Scratch’ Perry, ’Arkology’. ’Portishead’ by Portishead is the best record this autumn… Belle & Sebastian’s song ’A Century Of Fakers’. Teenage Fanclub, »songs from northern britain’. Supergrass, ’in it for the money’. And Manuel Ponce, ’Preludes’. Ah. Guitar ! »

 

Début de carrière

La famille Greenwood est pleine d’originalité : le père de Colin et de Thom servant dans l’armée, la famille a passé un peu de temps en Allemagne : assez pour que Colin parle assez bien l’allemand. Les Greenwood se plaçaient politiquement entre le partie communiste anglais et le partie Fabian (le partie socialiste pour ainsi dire…).

The Greenwood family tree is entangled with the Army, the British Communist Party and the socially progressive Victorian liberals of the Fabian Society.
Source :  http://www.uncut.co.uk/node/18971#oVW2X1gxo4WF0Rgl.99
La famille Greenwood n’a pas « produit » que deux chouettes garçons futurs musiciens, on y trouve aussi Susan, qui selon Colin a fait toute son éducation musicale :
She’s responsible for our precocious love of miserable music. The Fall, Magazine, Joy Division. We were ostracised at school because everyone else was into Iron Maiden.

Source : http://www.rollingstone.com/music/news/radiohead-are-dreamweavers-19971016

— Colin / Rolling STone, 16 août 1997

A 12 ans, Colin rencontre Thom Yorke à l’école, à l’Abingdon School, une école privée pour garçon. A 15 ans, il achète une guitare, et Mme Greenwood laisse toujours traîner un peu d’argent au cas il où faudrait acheter des cordes (La famille est aisée, et Colin ne s’en navre pas !)

Most guitar music in the UK is the product of bands who have the money to be able to afford the equipment and that points towards the middle-classes. The first guitar I had when I was 15 I bought myself but my mum helped Jonny out with his and there was always a couple of quid there if we needed new strings or an amp repaired. It would’ve been far more street cred if we’d ‘done a Sex Pistols’ and nicked it but we didn’t need to.
— Colin / Hot Press, 1995

 

Greenwood s’est aussi mis à la basse par plaisir, rien ne l’y obligeait vraiment, et il s’est appris à en jouer avec des morceaux de  New Order, Joy Division et Otis Redding.

We were people who picked up their respective instruments because we wanted to play music together, rather than just because we wanted to play that particular instrument. So it was more of a collective angle, and if you could contribute by having someone else play your instrument, then that was really cool. I don’t think of myself as a bass player anyway. I’m just in a band with other people.
The Irish Times, Septembre 2001

Parmi ses influences musicales revendiquées : Booker T and the MGs.

I’m really more of a soulboy. Bill Withers and Curtis Mayfield, those are the people who informed me in playing the bass. That combination of rhythm and melody.”
Culture Lab UK, 21 juin 2001

 

A l’école, c’est M. Terence Gilmore-James, le professeur de musique, qui lui fait étudier la guitare classique. C’est sous l’influence de Gilmore-James, tous les lundis,  d’ailleurs que tous les membres du groupe ont découvert le jazz, la musique de film, la musique d’avant garde… une vraie bulle d’air dans une école aussi étouffante !

When we started, it was very important that we got support from him, because we weren’t getting any from the headmaster. You know, the man once sent us a bill, charging us for the use of school property, because we practiced in one of the music rooms on a Sunday.
— Interview dpar Alex Ross / The New Yorker, 20 et 27 août 2001

Vers 1984 (il a alors 15 ans), Colin jouait de la basse au sein du groupe T.N.T.

Yorke spent ever-increasing amounts of time in the school’s sound-proofed rehearsal rooms, teaching himself to sing. He soon joined a punk band, TNT, which featured one of his schoolmates, Colin Greenwood, on bass.
— Rolling Stone Yearbook, fin 1997

Au chant, Thom Yorke, que Colin va semble-t-il remplacer un moment :

Soon, Thom joined a sixth-form punk band, TNT. When he got fed up with their lack of progress and left, Colin replaced him.
— Record Collection, novembre 1996

A priori, la formation était orientée punk. Thom y fut chanteur, un peu par défaut, parce que personne d’autre ne voulait l’être. Il a quitté le groupe quand il n’a pu plus supporter les egos des autres membres.

Two years later, Thom joined the school punk band, TNT, and stepped in front of the microphone for the first time. No one else wanted to be the singer, so he thought he’d try it.

“I started singing into this little stereo mike tied to the end of a broomstick handle. Everyone just started falling about laughing, and that was that. That was my introduction to singing.”

Once he realised that the other members of TNT all had bigger mouths and bigger egos than he did, he began stalking the corridors of the school in search of the people to make up his own band.

— Select, avril 1995

 

Radiohead

À la séparation de TNT, Colin fonda avec son ami Thom Yorke le groupe On A Friday qui, plus tard, deviendra Radiohead. D’autres membres sont recrutés à l’école Abingdon, dont Phil Selway, et Ed O’Brien. A partir de 1986, quelques démos sont enregistrées, et puis le groupe se met en stand-bye, le temps des études.

De 1987 à 1990, Colin étudie l’anglais au sein de l’université de Cambridge (à Peterhouse), il se passionne plus particulièrement pour la littérature américaine, des auteurs comme  Raymond Carver, John Cheever  et d’autres qui “abordent les tensions de la période après-guerre aux Etats-Unis » (source). Durant ses études, Colin a fait partie du bureau des festivités de l’université (une sorte de BDE à l’anglaise ?) et il a ainsi organisé des concerts dans les bars pour les fêtes thématiques du vendredi soir.

Vers 1989-1990, alors qu’On a Friday fait quelques concerts par ci-par là, le petit frère de Colin, doué en musique, intègre la formation. Colin y voit dans un premier temps un bon moyen d’avoir à l’oeil son petit frère… :

It’s wonderful, it’s good, it makes my promise to keep an eye on him for my mother a lot easier, having him right next to me all the time. But he’s very easy to look after anyway, ’cause he’s very well behaved.
— Select, avril 1995

Have a great time with Jonny, we never fight, we are the antithesis of the Gallagher brothers, we have always been mates. I’m Jonny’s moral guardian on tour I try to get him to drink and womanize, but he’s never interested.
— Answerphone #1, 1995

 

En 2015, une K7 démo datant de cette époque est mise en vente par un monsieur, qui en 1990 fréquentait une Alice, copine de classe de Colin. (Plus d’informations ici).Cette photo est jointe au lot :

colinpeterhouse

 

Pendant ses études, Colin fait de petits boulots : il est notamment vendeur au rayon musique au sein de la Chaîne « Our Price ». Ca va être décisif pour le groupe, puisque c’est dans ce cadre qu’il va refiler une démo d’On a Friday à Keith Wozencroft, un responsable des ventes chez EMI. Par effet de boule de neige, fin 1991, le groupe va signer chez EMI, puis connaître le succès.

 

Vie privée

En décembre 1998, Colin s’est marié à Molly McGrann, une critique littéraire et écrivain américaine . Ils ont trois fils : Jesse (né en décembre 2003), Asa ( décember 2005) et Henry (décembre 2009). Toute la famille vit à Oxford.

 

Projets solo projets musicaux

– En 2003, on retrouve Colin crédité comme jouant de la basse sur la dernière piste « 24 Hour Charleston »de la bande originale du film « Bodysong », produite par son frère.

– En 2004, il a fait partie d’un panel pour la 6ème conférence du Radley College, en  collaboration avec la School of St Helen and St Katharine. Le sujet était les digital-rights management (DRM)  et il était invité à débattre pour donner  « the views of an artist, someone without whom there would be no music to share in the first place, »selon David Smith, professeur de Radley.

– En 2008, pour la première fois sans aucun rapport avec Radiohead ou ses membres, il joue de la basse sur la bande originale de « Woodpecker. », un film d’Alex Karpovsky. On retrouve aussi  Lee Sargent et Tyler Sargent du groupe  » Clap Your Hands Say Yeah » sur le projet.

Courant 2013, le groupe local d’Oxford « Mo’ Mojo » nous apprend que Colin a accepté de jouer à leurs côté le 7 juin 2013 :

La salle était pleine ; les 170 tickets s’étaient vendus. Le bénéfice de £2000 a été offert à LARK, une association locale qui récolte des fonds en faveur du Centre pour enfants  Eldoret  au Kenya.

(cf. notre news pour en savoir plus sur ce second concert : http://www.radiohead.fr/lautre-concert-secret/)

– en septembre 2013, il accepte de donner une sorte de show solo dans le cadre du défilé de mode de la maison Dries Van Noten lors de la fashion Week de Paris. Pour ce faire, il adapte la partie basse de « My Iron Lung »:

source : http://www.wallpaper.com/fashion/show-tunes-paris-fashion-week-ss-2014s-runway-playlist/6865

source : source : http://www.wallpaper.com/fashion/show-tunes-paris-fashion-week-ss-2014s-runway-playlist/6865

 


– début 2014 ,il est nommé ambassadeur de la première Independent Venue Week  en Angleterre et Ireland, et qui va faire se promener un peu partout du 28 janvier au 2 février (dans 18 villes) une série de concerts, qui se tiendront principalement dans de petites salles, afin de célébrer l’indépendance du monde musical et la passion qui anime les acteurs de cette réussite.

Colin Greenwood: I became involved through a friend of mine, Sybil (Bell), who’s been putting together the Independent Venue Week programme for the past year. She knew that I wasn’t very busy with Radiohead at the minute and wondered whether or not I’d be up for getting involved.

DiS: So what exactly does your role as Ambassador entail?

Colin Greenwood: I think my role consists of things like talking to you, checking new bands out, and also putting stuff up on our website, which I haven’t done yet. It’s always been a guilty pleasure of mine checking out new things that are going on. It’s a massive deal for me, and possibly the favourite part of my career in music so far, other than making records.

— Drowned in Sound, 21 janvier 2014

 

Le 1er février, Colin va s’illustrer à la Jerico Tavern, là où radiohead a fait ses débuts :

Un set photo : https://www.facebook.com/media/set/?set=a.576185489141943.1073741830.503303289763497&type=3

Le 26 janvier 2014, Colin semble (d’après ce tweet) être en studio avec Kid Koala :

b50df9d0837d11e3acac12028b21aaf6_8

Le 22 février 2014. Colin est l’invité de la journée de reflexion « Halls of Resonance », qui se tient à Gloucestershire University. Le thème en est « Making The Best Of Recording Music » et les débats et les 10 prestations de petits groupes locaux seront diffusées sur BBC6.

Posted on February 21, 2014 by Zoe Bell and filed under music, events and tagged Factory Studios Halls of Resonance Recording BBC Introducing.

Posted on February 21, 2014 by Zoe Bell and filed under music, events and tagged Factory Studios Halls of Resonance Recording BBC Introducing.

Émission à réécouter là : http://www.bbc.co.uk/programmes/p01qzwt9

Le 15 mars 2014, on apprend que Colin participera à un concert de charité le 21 mars avec Mo’Mojo, toujours à la Jericho Tavern, afin de lever des fonds pour la lutter contre le cancer. Son frère Jonny y fera le DJ. momojo

10 juin 2014 : Colin intervient dans le cadre des « Do Lectures » pour explique le processeur créatif du groupe. Il passe des versions inédites des chansons, explique comment le groupe travaille.

Crédit : voir les liens ci-dessous

Crédit : voir les liens ci-dessous

Deux rapports de son interventions : http://www.notkindacool.com/journal/2014/10/11/do-lectures-thoughts-22-inspired-by-colin-greenwood-as-a-way-of-working-jam-sample-record-edit-write http://www.notkindacool.com/journal/2014/11/5/do-lectures-thoughts-23-colin-greenwood-describing-a-g-moroder-track-to-his-brother-instead-of-playing-it-to-him-to-inspire-him  

 

– En 2014, il a contribué à la programmation de beats sur le titre « Guess Again! » figurant sur le second album solo de  Thom Yorke’ : « Tomorrow’s Modern Boxes« .  

– début 2015,il est à nouveau nommé ambassadeur de la deuxième Independent Venue Week en Angleterre et Ireland, et qui va faire se promener un peu partout une série de concerts, qui se tiendront principalement dans de petites salles, afin de célébrer l’indépendance du monde musical et la passion qui anime les acteurs de cette réussite.
capture 2016-03-22 à 14.28.25

source : https://www.facebook.com/independentvenueweek/photos/a.540982742662218.1073741828.503303289763497/763877000372790/?type=1&theater

– le 21 août 2015, Colin est aperçu au Pukkelpop, où il pose avec Franklin, le chanteur d’Algiers :

 

24 septembre 2015 :

Darrell Thorp, ingénieur du son qui a déjà régulièrement travaillé avec Radiohead poste cette photo de lui et Colin, à Lawndale CA sur son compte facebook :

tumblr_nv774mlFk61qa641uo1_500

 

Autres projets

 

– En 1997, il a participé à une campagne marketing pour l’University de Cambridge. Il accepta de poser sur une photo avec des étudiants d’école publique et privée, destinée à être imprimée sur un poster avec le slogan “Put Yourself in the Picture.” La campagne cherchait à briser quelques clichés, et à encourager les étudiants venant de public à postuler pour des études prestigieuses. Plus d’informations : http://www.admin.cam.ac.uk/univ/newsletter/1998/aug-sep/4.html

287282102_a65c9f8275

 

– A partir de 1997, Il se donne les moyens de renforcer sa passion pour la photo. Le voici par exemple dans le film Meeting People Is Easy, l’appareil photo à la main :

tumblr_mk0pz04ZHJ1qgqe6xo1_400

 

– En avril 2003, le  « Victoria and Albert Museum » (le V&A) de Londres a décidé de créer une galerie en ligne présentant une partie de son fond photographique.

 

Cognitive Applications has worked with the V&A to create an accompanying website and kiosk. As well as placing a selection of the 300,000 strong collection online, the site features: ‘theme tours’; ‘photographers’ stories’; explanations of photographic processes and techniques and ‘personal tours’, in which individuals, from Radiohead’s Colin Greenwood to year 7 school children, discuss their personal favourites.

— Présentation de l'exposition, avril 2003

Lien : www.vam.ac.uk/vastatic/microsites/photography/guide.php?guideid=gu010

 

Colin, en tant que photographe amateur, offre ses impressions sur quelques unes de ses photos préférées pour une exposition.

 

Quelques exemples des photos commentées

Harbour scene, vers 1845

« This photograph has been taken by Calvert Jones and I like it. It is a harbour scene. The gentleman in the corner looks very unsuited to spending much time by the sea and his clothing looks incredibly incongruous for the scene and also for now. I often wonder when I see pictures like this of Victorian times whether when people look at pictures of us now from 150 years hence they’ll think we’ll be wearing incredibly incongruous clothing for our setting. »

Harbour Scene, c.1845 Calvert Richard Jones, 1804 - 1877 Salted paper print from calotype negative

Harbour Scene, c.1845
Calvert Richard Jones, 1804 – 1877
Salted paper print from calotype negative

Sarah Bernhardt, , 1890

« This picture by the Australian Walter H. Barnett I like because for a start the clothes that Sarah Bernhardt are wearing — very flowing, pleated materials — of course are reminiscent now of Issey Miyake ‘Pleats Please’ fabrics. And also because it reminds me of one of my favourite books called The Song of the Lark by Willa Cather »

 

Sarah Bernhardt, c.1890 Walter H Barnett, 1862 - 1934 Platinum print

Sarah Bernhardt, c.1890
Walter H Barnett, 1862 – 1934
Platinum print

Magazine seller at Ludgate Circus, 1933

« I think if I was to think about these pictures any more than the first impression this would probably be one of my favourites just because of the whole concept of time being captured and time escaping from the image. If you look at this picture the only two people standing still are the person behind the camera and the woman selling the newspapers, whilst everything around her is moving. So there is this idea that the photograph is trying to capture time and the newsprint is trying to capture time or capture moments whilst everything else is moving, whilst time is moving on and is escaping its attempt to be captured. There are blurred images behind this woman as well. You know the doughty nature of her and the size of her — like this rock — and it’s taken in the middle of London as well, Ludgate Circus, and everything is going around and around. If I could see the image any clearer I could find out what the news title was saying. But ultimately the idea that it’s all basically unimportant because time marches on. So this is probably one of my favourite images. »

Magazine seller at Ludgate Circus, 1893, London, by Paul Martin

Magazine seller at Ludgate Circus, 1893, Londres, Paul Martin

Studio Interior, 1933 « I love the way the artist is in her ‘atelier’ and the way that the outside is framed by the window, and the rain is running down the window panes. So each of them looks like their own individual photographs as the actual picture of the whole scene is framed. »

Studio Interior, 1933 Gustav Seiden, 1900 - 1993 Gelatin-silver print

Studio Interior, 1933
Gustav Seiden, 1900 – 1993
Gelatin-silver print

Arizona Landscape, 1943 « When I first saw this picture the way I was looking at it was on a computer screen and I made the flippant comment that it looks like a desktop-textured screensaver, when in fact it’s an Arizona landscape and there is so much detail in it that you just get lost in it. I think it’s just that the perspective of the picture is such that it’s very hard to discern anything apart from this incredibly dense texture. And again, obviously reminding me of my personal experiences, like riding across the Arizona desert, getting up at six in the morning on the tour bus just to watch this incredible landscape whizz past on these abandoned freeways at that time in the morning. »

Arizona Landscape, 1943 Frederick Sommer, 1905 - 1999 Gelatin-silver print

Arizona Landscape, 1943
Frederick Sommer, 1905 – 1999
Gelatin-silver print

Milk Drop Coronet, 1957 « For some reason I find this picture perhaps the most sinister of any of the pictures in this collection. I think a lot of it is to do with the colours and the gloss. It reminded me of this film called, I think, ‘Twins’ [Dead Ringers] by Cronenberg with Jeremy Irons playing these two sort of gynaecologists, again using these bright reds and white and I suppose the crown image as well. And it also looks like a piece of viscera, the sort of white tubing. So those are the kind of things that I see from this image and I think they are quite disturbing. »

Milk Drop Coronet, 1957, printed later Harold Edgerton, 1903 - 1990 C-type print

Milk Drop Coronet, 1957, printed later
Harold Edgerton, 1903 – 1990
C-type print

From the series ‘Ravens,’ 1975-85 « Just seeing this picture straight away by Fukase reminds me of when I was on a bullet train earlier this year in 1998 going past industrial docks, and travelling at up to 200-odd miles per hour in this kind of landscape. Also it looks like it’s been rescued from the bottom of a burnt-out bombed filing cabinet, and it looks like a blue-print as well for some industrial landscape. So for all these reasons I have chosen that. »

From the series ‘Ravens,’ 1975-85 Masahisa Fukase, born 1954 Gelatin-silver print

From the series ‘Ravens,’ 1975-85
Masahisa Fukase, born 1954
Gelatin-silver print

Untitled, May 1997 « Well, of course, this is a very typical scene for me. I’m in a band called Radiohead and this is like after the show — the Radiohead dressing room and some of the fans come back to room to see the band, and of course the band have all gone home as early as possible. The light is very similar to that kind of thing. It’s a very hard light and there’s a general mess all over the floor. Of course they’ve made this mess — we would always clean up the mess after we’ve made it. This is a kind of place where I spend a lot of my life, unfortunately — those seventies corner suites pock-marked by cigarette burns and formica table tops and plastic cups spilling out crushed crisps and cigarette ends onto the tacky brown carpet. But saying that this could be someone’s home so I don’t want to be that cruel. »

Untitled, May 1997 Hannah Starkey, born 1968 C-type print

Untitled, May 1997
Hannah Starkey, born 1968
C-type print

 

Le groupe surnomme alors pour rire Colin « David Bailey » : http://fr.wikipedia.org/wiki/David_Bailey

 

They’ve taken to calling me Dave Bailey,” he says, mock-aggrieved. “Not even David Bailey, but Dave Bailey. They won’t be laughing this time next year when my exhibition hits the galleries of Europe.” “Yes we will,” says Ed O’Brien, guitarist, placing a line of tobacco onto a small rolling paper. “Oh, that’s right. You will, won’t you? What was I thinking of?
— Colin Greenwood Mojo, août 2003

 

– En 2004, il est juge dans un concours de Poésie : le  ‘Next Generation Poets’ organisé par le  Arts Council of England.

 

– En 2005, le site officiel de Radiohead.com se dote d’un blog, le « Dead Air Space », où Colin poste régulièrement ses photos personnelles : 2842404671_d5330ccdf7

 

Les photos de 2005 sont prises avec un Canon PowerShot S70, dès nouvel an 2006, avec un Panasonic DMC-LX1, sûrement un cadeau de noël !

 

Régulièrement, en concert, on peut voir Colin prendre des photos du public, des autres membres, comme ici à Manchester en 2008 :

2808018524_f750a7e1e8

 

En février 2012, Colin et James Franco sont confirmés comme juges d’un concours vidéo organisé par le site Vimeo : http://smartmoviemaking.com/second-vimeo-festival-awards-open-for-submissions/

 

En janvier 2013, Colin est en Afrique du Sud, à la rencontre de la CRF (Children’s Radio Foundation-), une fondation qui aide les jeunes à relayer les informations. Il a aidé en particulier à alimenter un blog, le Colin Radio Frequency, avec bien évidemment, ses photos : http://crf.waste.uk.com/

Photo: Colin’s camera: as an avid amateur photographer, Greenwood taking pics and blogging about his experiences in SA (Kate Stegeman)

source : http://www.dailymaverick.co.za/article/2013-01-29-colin-in-the-community-childrens-radiohead-foundation-ambassador-and-bassist-of-note-visits-mzantsi/#.UZtXdIKzA4A

 

– En avril 2013, Colin est jury au Festival international de la mode et de la photographie d’Hyères.

source  : http://www.varmatin.com/hyeres/hyeres-colin-greenwood-de-radiohead-aimerait-enregistrer-un-album-a-la-villa-noailles.1216613.html

 

– En mai 2013, Colin participe au site aperture où il commente l’ ouvrage ‘Yoshino’ d’un artiste qu’il apprécie : Cuny Janssen, une photographe hollandaise née en 1995.

A lire là : http://www.aperture.org/pbr/pbr004colin-greenwood-on-cuny-janssen-yoshino/

 

Le 1er mars 2014, il inaugure avec le producteur et ami Nigel Godrich les studios Goldsmiths Music : GMSlaunch cf . http://www.gold.ac.uk/news/homepage-news/radioheadproducerlaunchesgoldsmithsmusicstudios.php

le 13 mars 2014, Colin rejoint Korky Paul, Christopher Brown,  et Sarah Simble dans le jury d ‘un concours d’art impliquant 46 écoles du comté d’Oxford. Plus de 3000 dessins sont en compétitions ! tumblr_n2bsx27V0U1rsvop4o1_500

 

en Avril 2014 : il nous apprend qu’il va participer à un triathlon organisé les 7 et 8 juin à Oxford pour promouvoir la recherche contre la leucémie :

Une jolie séries de photos est réalisée et postée sur facebook pour promouvoir l’opération, avec Colin qui mouille le maillot (sportif) :

Tout Radiohead l’encourage :

Et effectivement on le retrouvera au milieu des 7000 participants !

Crédits : http://thomthomthom.com/whiteboard/pic/colin06072.png Ses résultats :

1er juillet 2014 : on le retrouve cette fois au premier rang du défilé de mode de Dries Van Noten au Grand Palais. Il a d’ailleurs profité du lieu pour aller visiter l’exposition « Bill Viola ». On apprend à cette occasion qu’il s’habille en 46-48, taille européenne, et qu’il aime l’élégance (mais ça, on le savait déjà !). colin-driesvan

 

Novembre 2014 : toujours en lien avec la CRF (Children’s Radio Foundation), Colin lance un appel aux dons pour lutter contre Ebola :

 

– Novembre 2015 : Colin intervient dansle cadre du projet « caught by the River » :

Présentatation de l’intervention de Colin :

Richard Skelton in conversation with Radiohead’s Colin Greenwood.

Richard, along with his partner Autumn Richardson, runs Corbel Stone Press, taking a particular interest in landscape, the poetics of place, ecology, folklore and animism. Richard will be talking to Colin Greenwood about his new book, Beyond the Fell Wall, published by Little Toller Books in November.

colinNOV-thumb-500x375-742

En décembre 2015, le bassiste appelle aux dons en faveur de The Royal School for Deaf Children, Margate:

Previous post

les K7 et DVD

Next post

Chris Hufford

2 Comments

  1. Romain
    11 mars 2008 at 21 h 34 min —

    Bonjour, je possède une JazzBass américaine et un ampli Fender Rumble100 (transistors).
    Il y a 5 potentiomètres : Volume, Bass, Low Middle, High Middle, Trebble et un bouton Mid Scoop.
    J’aimerai avoir un son se rapprochant du son de Colin dans Airbag et Talk Show Host. Pouvez-vous me conseiller?

  2. 17 août 2010 at 13 h 18 min —

    A noter que lors de l’enregistrement d’In Rainbows, à cause de mauvais écouteurs, Colin a perdu l’ouïe temporairement !

    Il a déclaré au magasine World :
    « Ne pas être capable d’entendre était un véritable cauchemar. Tu as cette impression de vide et cela change complètement ta vie de tous les jours. Au début, c’est comme si on est sous l’eau, mais après coup, ce n’est pas le cas. Après quelques mois, alors que je regardais la TV, J’ai soudainement entendu les sons à hautes fréquences et ma capacité auditive est revenue petit à petit. »

    Depuis, il semblerait qu’il souffre tout de même d’acouphènes 🙁

Leave a reply