chansons

Yes i am

Le deuxième single de Creep sorti aux UK, après que le groupe a trouvé le succès aux Etats Unis… ainsi que sur les singles parus dans les autres pays dans sa version originale La version acoustique est superbe.

Cette chanson reflète une attitude que Thom a depuis toujours : vouloir montrer aux gens qui le descendent qu’il n’est pas un perdant. Yes I Am est aussi une attaque portée à ceux qui prétendent devenir vos meilleurs amis (par intérêt) quand vous devenez ’grands’.

 

en mars 1993

Le 7 juillet 2008, Mickael, le webmaster du site citizeninsane.eu a longuement interrogé Ed à propos des chansons du groupe, et même des vieilleries comme « yes i am ». On a ainsi appris que la chanson avait été enregistrée en studio en mars 1993, en même temps que ’Coke Babies’.

Michael : « Yeah. And ’Yes I Am’ ? »

Ed : « And ’Yes I Am’, that’s right. »

Michael : « Same session as ’High and Dry’ ? »

Ed : « No. »

Michael : « No. »

Ed : « ’Yes I Am’ and ’Coke Babies’ were done at the same time. »

Michael : « Ok. »

Ed : « That was earlier. Slightly earlier. »

 

en juin 1993

La chanson est jouée pour la première fois dans une version acoustique très délicate à la radio, fin juin 1993, dans l’émission ’On The Edge’, sur une radio de New-York.

 

le samedi 18 septembre 1993

La chanson parait comme face-b du deuxième pressage UK du single de creep :

 

le samedi 23 octobre 1993

Dans l’article « From The Bedroom To The Universe » de Paul Lester pour le Melody Maker, Thom explique d’où lui est venu l’idée de la chanson :

Tonight, you introduced « Yes I Am » (the b-side of Creep) by saying, « this is for all the people who shat on us ». What made you say that ?

« That was just… I wrote that song about the sensation of being the underdog for so long, and how suddenly everyone’s nice to you. And it’s like, ’F you,’ » he snarls, offering a glimpse of the human behind the hysteria.

 

 le mercredi 8 juin 1994

Voici la dernière prestation live de cette chanson, en 1994, au Japon, au Club Citta, Kawasaki :

 

en avril 1998

Q édite un numéro spécial Radiohead avec la réédition de critiques complète de toute la discographie du groupe.

YES I AM

Prompted by Elvis Costello’s admission that his early songs were motivated by “revenge and guilt”, Yes I Am finds Yorke spurning the attentions of an acquaintance who had previously done the same for him (“The last time you locked all the doors”). Its over-arching theme of obsession and rejection makes it a close cousin of Creep.

AVAILABLE ON : CREEP (REISSUE) (1993)

 

 en novembre 1999

Select :

« WHAT THE HELL AM I DOING HERE ?

Eight years, 65 tracks, a lot of bad haircuts. The song-by-song Radiohead story starts in 1992…

(…)

YES I AM On ‘Creep’ reissue, 6/9/93 They were never ones to make things easy for themselves, but in 1999 very little that happened to Radiohead didn’t cause immense torment – hurled, as they were, into a promotional merry-go-round that lasted the best part of a year due to the slow-burning international success of ’Creep’. This sluggish attack on the meet’n’greet culture they were forced to undergo (ironically the flipside of That Song’s UK reissue) is very 1993 Radiohead – bored, depressed, snickered and utterly unenamoured of rock life. Jonny does his best with a fluent, wiry guitar line to breathe life into a limply recorded song that fails to transcend the negative emotion it expresses. Its bitterly cyclical attack on the moronic nature of the music industry fits into a tradition established by Pink Floyd in tracks like ’Have A Cigar’ and ’Welcome To The Machine’). Comparisons to the public school-educated ’70’s prog-rockers were going to become an irritatingly regular feature in years to come.

Previous post

Sing a song for you

Next post

Killer cars

No Comment

Leave a reply