news

Phil, oh sweet Phil!

Vous avez raté le dernier DJ set de Thom Yorke au Roosevelt Hotel mardi dernier? Pas grave, il en refera…il avait ressorti son vieux blouson en jean et ses CD qui font splatch crac…Et il dessine toujours des forêts dévastées, des troncs dénudés façon bayou after-Katrina…S’il veut qu’on lui donne un coup de main pour le blues de la rentrée, il peut sonner!

http://pitchfork.com/news/56507-radioheads-thom-yorke-does-another-surprise-dj-set-video/

En revanche ne manquez surtout pas la délicieuse Mary Anne Hobbs  sur BBC6Music: elle passera l’entretien qu’elle a eu en juillet avec Phil Selway, toujours charmant et attentionné (il dit beaucoup de bien de Kate Bush, mais qui n’en dirait pas?). La toujours jeune (comment croire qu’elle a 50 ans, cette femme est une véritable elfe) Mary Anne promet qu’il nous racontera sa première rencontre avec Thom Yorke et ce que ça fait d’être derrière les fûts de Radiohead depuis bientôt 24 ans!

C’est en ce moment mais ce sera aussi disponible pendant une semaine: http://www.bbc.co.uk/programmes/b01pp0xq

Traduction live (après je pars en week end!):

Mary Ann: quel enfant étiez-vous?

Phil: très calme, la musique était un refuge, un petit monde à part. J’avais 2 soeurs aînées dont je profitais de la discothèque: Joy Division et Clash surtout et Pink Floyd.

MA: quel a été votre 1er groupe à l’école?

Phil: un truc monté avec 2 copains, Jungle Telegraph. On a fait notre 1er concert, j’avais jamais joué avant. La confiance en soi de cet âge et l’intensité de l’émotion ressentie, c’est ça qu’on recherche ensuite toute sa vie à revivre. Clash et Joy Division, pour un enfant de la middle class coincé à Abingdon, cette musique était comme une fenêtre sur un autre monde. (MA passe « Rock in the Kasbah »)

MA: et comment avez-vous appris vraiment à jouer?

Phil: sur la batterie de mon cousin et ensuite, j’étais tellement excité, j’ai travaillé l’été pour m’acheter une vraie batterie, j’avais 16 ans. C’était une passion.

MA: racontez-nous la toute première fois avec Radiohead

Phil: on était tous à l’école en train de chercher à jouer dans un groupe. C’était en 1986: Colin, Thom, Ed jouaient avec une drum machine et cherchaient un batteur. Il y avait déjà Jonny mais il ne jouait pas, il regardait juste. Il était beaucoup plus jeune et moi j’étais beaucoup plus vieux qu’eux. La première fois, c’était pendant une sorte de jam session qui a duré toute la journée, je suis arrivé un peu au milieu et j’ai commencé à jouer avec eux. Thom jouait, le premier morceau que j’ai fait avec eux ça devait être Dear Prudence.

MA: est-ce que cette alchimie entre vous a existé dès le début?

Phil: oui, dès le départ, les morceaux étaient au point, on aurait dit un vieux groupe, on ne s’en rendait pas compte mais il y avait quelque chose d’essentiellement créatif qui se passait dès qu’on jouait ensemble. (MA passe « Radio Head » des Talking Heads bien sûr)

On passe ensuite aux questions posés par les auditeurs:

– Quels batteurs sont vos modèles?

Phil: mon premier 45t, c’était « Message in a Bottle », j’essaie encore d’égaler Stuart Copeland, mais je n’y suis pas. Et puis John Bonham, Keith Moon. Mais celui qui j’aurais aimé être, c’est Mitch Mitchell sans doute.

– Si vous étiez dans un autre groupe?

Phil: Talking Heads, Public Enemy…mais je trouve que c’est bien de rester dans Radiohead, c’est un groupe pas mal.

– Est-ce que vous avez une technique que vous aimeriez transmettre?

Phil: je ne suis pas très conceptuel. Pour bien jouer, il faut surtout bien écouter, ne pas se consacrer sur ses baguettes mais entretenir toujours le dialogue avec un autre musicien. Et puis répéter…

– Quel est votre album favori de RH?

Phil: In Rainbows parce que c’est la parfaite apothéose de tout ce que Radiohead sait faire, et OK Computer parce que ça été tellement intense, j’ai des souvenirs précis et très vivants de l’enregistrement. Par exemple, Climbing up the Walls, je me souviens exactement de la pièce, de l’ambiance, du soir où on l’a enregistrée.

Un sondage était lancé pour savoir quel était l’album de RH préféré des auditeurs de l’émission. Et, signe des temps en Angleterre où le revivalism bat son plein, alors que Mary Ann serait plutôt Kid A, les auditeurs ont élu The Bends, devant OKC et In Rainbows à égalité en 2ème position.

La suite de l’interview sera consacrée (demain) apparemment à l’album solo de Phil (enfin! le pauvre, il s’est déplacé en voiture d’Oxford à Manchester pour cette interview, il serait temps qu’on fasse sa promo!)

Previous post

Actualité de Stanley Donwood

Next post

Philip Selway: Key of Life interview with Mary Ann

No Comment

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.