news

Nouvel album pour Jonny

On savait Jonny fan du compositeur polonais Penderecki, le voici aux anges avec cette nouvelle collaboration qui prendra forme autour d’un album de morceaux originaux à paraitre sur le label « No such record » :

http://www.sacrumprofanum.com/en/4/…

Previous post

TKOL RMX1234567

Next post

L'automne en fanfare

No Comment

  1. Avatar
    19 septembre 2011 at 8 h 11 min —

    Y’a pas à dire, je préfère la mouvance Jonny !!! Super nouvelle ! Merci pour le lien.

  2. Avatar
    19 septembre 2011 at 11 h 32 min —

    wow, je le savais fan de Penderecki mais je n’aurais jamais imaginé qu’il puisse un jour enregistrer un album avec lui, c’est vraiment la grande classe !

  3. Avatar
    19 septembre 2011 at 21 h 09 min —

    Et tout ça en toute humilité … Et tout comme madame Bates je suis plus sensible au travail de Jonny Greenwood qu’à celui de Thom Yorke. Je vais faire grincer des dents certains d’entre vous, mais il y a pour moi, un réel côté artistique dans le travail et les créations de JG. Voilà c’est dit …

  4. Avatar
    19 septembre 2011 at 21 h 28 min —

    Mais c’est grâce à leurs influences diverses et variées que leur musique évolue de façon si riche. Alors vive la diversité musicale!

  5. Avatar
    19 septembre 2011 at 21 h 56 min —

    Bien sûr mais Thom Yorke et Jonny Greenwood sont intégrés à des mondes musicaux différents et partagent l’envie d’expérimenter et d’approfondir ce qu’ils savent faire. Polymorphia, pour ce que j’ai réussi à en entendre (très bonne nouvelle qu’il ait enregistré proprement le morceau) est une plus grande réussite que la BO de Norwegian Wood que j’ai trouvée décevante. Et le principe même du remixe ne garantit nullement la réussite à tous les coups non plus (quant à « the twist », c’est complètement anecdotique et a donc visiblement servi de bande-son pour le défilé Rag and Bone de l’été dernier).

    Peut-être n’ont-ils jamais été plus éloignés l’un de l’autre? Quand Jonny vante chez Penderecki l’invention acoustique inspirée par les sons électroniques, faut-il y voir un désaccord avec Thom Yorke résolument engagé dans l’électro? Mais la mise en live de TKOL, comme précédemment avec Kid A, est une réorchestration avec des instruments traditionnels ou presque d’un album utilisant beaucoup d’électro: c’est donc Jonny qui a le dernier mot…ou plutôt, il n’y a pas de désaccord hors de nos imaginations surchauffées!

    Donc Radiohead est un tel monde qu’on peut y trouver toutes les musiques, le groupe ensemble ou en membres séparés finit par satisfaire toutes les envies de musique, du folk à la musique contemporaine en passant par la musique de film, le rock, les rythmes africains,le dubstep et j’en passe (il ne manque plus que la musique brésilienne mais Ed s’y emploie apparemment): Radiohead est donc un groupe…totalitaire (CQFD)

  6. Avatar
    19 septembre 2011 at 23 h 33 min —

    Je n’ai jamais sous entendu qu’il y avait in quelque désaccord qui soit mais que leurs inspirations étaient différentes , pas leur aspiration. Après c’est une question de goût et de sensibilite . Personnellement je prends plus de plaisir à écouter Penderecki , Lygeti et Messiaen qu’un dj aussi connu soit – il.

  7. Avatar
    20 septembre 2011 at 0 h 28 min —

    non, non, c’est moi qui suppose qu’il pourrait y avoir désaccord: à vrai dire le côté lisse de leurs relations est un peu énigmatique aussi…on aimerait connaître la chronique de leurs oppositions, réconciliations, trahisons. C’est un groupe, on sait que la géométrie des amitiés dans un groupe est variable, changeante, tout cet aspect est pudiquement et définitivement peut-être, occulté. Parfois on aimerait qu’ils soient moins anglais. TY et JG se sont toujours échangés des disques, ils se sont enrichis mutuellement: partis d’horizons différents (on a appris récemment que Jonny ado jouait dans des orchestres de flûte à bec baroques? Incroyable!), leurs chemins vont-ils un jour se séparer définitivement?

  8. Avatar
    20 septembre 2011 at 8 h 34 min —

    Oui oui tout à faire d’accord avec Annie. Ce n’est qu’une question de goût. Si on me disait que le même soir, il y a TY qui fait un dj set et JG qui fait un concert dans la même ville , j’irai voir JG sans hésitation !!!

    @ Valérie : Après c’est vrai que c’est toujours difficile de savoir ce qui se passe dans un groupe. C’est comme dans un couple : difficile de voir à l’intérieur ce qu’ils veulent bien faire paraître à l’extérieur et des fois c’est pas jojo. Ca revient sur ce que tu disais.

    Mais bon comme dit Cristalline, Radiohead n’en serait pas arrivé maintenant et évolué de cette façon s’ils n’avaient pas des goûts différents.
    Après, pour aller dans les suppositions, car c’est toujours drôle de parler de ça, je pense qu’ils doivent puiser ce qu’ils ont à puiser dans l’univers de l’autre. Mais il doit y avoir de franches chamailleries quand même. C’est beau l’amitié :’-(

  9. Avatar
    20 septembre 2011 at 9 h 49 min —

    C’est vrai que ce sont des univers musicaux qui paraissent tellement éloignés qu’on se demande ce qu’ils font encore tous dans le même groupe. TY le DJ et JG le musicien classique ne se seraient peut être même pas adressé la parole s’ils avaient 18 ans aujourd’hui et montaient leur 1er groupe.

  10. Avatar
    20 septembre 2011 at 19 h 41 min —

    Thom faisait déjà le DJ et Jonny étudait déjà la musique classique quand ils ont commencé, justement !

    Je suis sensible à l’idée que paradoxalement, alors que Radiohead est plus que tout autre un groupe dont la ligne directrice est de toujours évoluer, changer, ne jamais refaire ce qu’ils ont déjà fait, dans le même temps ses membres individuellement en reviennent tous de plus en plus à leurs premières amours… Plus ils évoluent, plus ils restent les mêmes, en somme… Mais je ne sais même pas si c’est une contradiction, et je n’y vois pas en tout cas de motif de supputer une séparation.

    Comme je l’ai déjà dit maintes fois, j’aurais plutôt l’impression qu’ils ont trouvé un certain équilibre, entre leurs vies privées et les obligations du groupe d’une part (ce que j’ai compris dans l’interview d’Ed l’autre jour, c’est qu’au fond si ils n’ont pas tourné cet été c’est peut-être tout simplement parce que leurs enfants sont à un âge où ils ont envie d’être là pour les voir grandir et qu’ils ont préféré passer leurs vacances en famille, et puis Jonny avait quand même du boulot !), un équilibre aussi entre leur épanouissement artistique à chacun à travers leurs projets perso (la reconnaissance par Penderecki est une grande chose pour Jonny, et celle de Thom Yorke par la scène électro dont il semble être devenu le parrain, même si c’est pas de même calibre artistiquement c’est clair, c’est néanmoins sans doute quelque chose à quoi il aspirait aussi, et qui le libère de ce costume de rock star trop grand pour lui dans lequel il se sentait mal).

    Quand au mystère de leurs relations, oui on aimerait tout savoir, et oui c’est beaucoup mieux que ça reste secret et qu’ils ne soient pas de ceux qui étalent leurs dissensions en public. Mais là encore je renvoie à l’interview d’Ed, plutôt très rassurante sur l’état du groupe j’ai trouvé :
    {C- How do you do it to be still together after all the years?
    E- Because, first we love doing it, playing in a room together, playing music that we fundamentaly love, it’s a part of us. And second, we’re brothers, you know, like in a familly we don’t hang out all the time, but we’re brothers, there’s a lot of love behind that. But mainly we could be brothers but we wouldn’t have to do this, but the main thing is because we still love doing music, you know, we’re very lucky.
    S- And it does happen that sometimes, you want to kill your brothers ?
    E- Yeeeaaahh of course!
    C- It wouldn’t be real love if you didn’t want it.
    E- Yeah exactly!}

  11. Avatar
    20 septembre 2011 at 20 h 48 min —

    Pour ma part, je ne peux pas m’empêcher de penser que Thom a, dans ses orientations et actions musicales, un parti pris politique. Il se place du coté des gens « ordinaires » et j’apprécie cette grande noblesse. Néanmoins, je reste dans l’attente d’écouter de futures compositions qui seraient plus tournées vers le contemporain, ce qu’il a déjà un peu abordé (Cunningham et 2, 3 autres choses). Il a tout les dons pour nous sortir des pépites : celui de la composition, celui de la construction, celui des textures sonores et surtout celui la puissance esthétique (mais je n’y crois pas trop hélas).
    Pour revenir à Jonny, je trouve qu’il reste très timide dans l’aventure du contemporain. Toutes ses compositions sont des commandes. Or, dans le processus créatif, une commande est toujours beaucoup facile à honorer car vous avez une matière première qui vous est fournie. Je dis cela car, à mon avis, il ne doit pas être bien loin de l’heure de son envol. En tous cas je le lui souhaite.

  12. Avatar
    20 septembre 2011 at 21 h 42 min —

    @celeste robot, je suis tout à fait d’accord avec ton point de vue: je trouve très bien que Jonny ait accepté de se mesurer à de tels compositeurs, mais le parcours de Thom Yorke a souvent été plus risqué en fait et il a tenté des incursions dans des mondes divers: le projet de John Matthias, Cortical Song, qu’il a inclus d’ailleurs dans son remixe de la semaine dernière, était très complexe, sans aucune perspective d’écho dans son public habituel. Je ne suis pas sûre que le plus ambitieux des deux soit TY: l’option de rester dans la musique populaire, dans ce que la musique a de plus dansant, rythmique, et même disons-le, primaire, est un signe d’humilité aussi.

    Quant aux incursions des musiciens de rock dans la musique classique, c’est très tendance en ce moment: Damon Albarn vient de signer un opéra, récemment Sting et Elvis Costello se sont lancés aussi dans des prestations qui d’ailleurs ont été ressenties plutôt comme ennuyeuses et snobs (j’ai un peu lâché Costello à partir de Il Sogno, caprice de star plutôt longuet). Il n’y a pas de polémique possible entre les deux options et ce n’est pas du tout pour critiquer la musique de Jonny: je pense en effet qu’il a beaucoup de potentiel et qu’il pourrait créer des oeuvres plus personnelles. Je suis de celles qui ont adoré la BO de There will be blood: mais c’est vrai que beaucoup d’idées étaient « empruntées » à ses modèles. La musique de film sert d’ailleurs très souvent à populariser des styles hérités de la musique contemporaine (ce sont les films d’horreur hollywoodiens qui ont rendu familier à nos oreilles le dodécaphonisme de Schönberg). C’est la conjonction entre un musicien, un réalisateur et un acteur qui ont créé un film d’une telle force. Cela ne s’est pas reproduit pour Norwegian Wood qui est un film anodin à mes yeux.

    Donc, moi, entre un petit concert impromptu au pub du coin par Thom Yorke et sa gratte et un concert en jaquette de Jonny Greenwood, je choisis le premier, en ne sachant pas si ça va être génial ou râté, mais en me préparant à être peut-être complètement bouleversée (ah! la première fois où il a chanté the Present Tense!). C’était mon avis du soir (tout le monde s’en fout biquette!).

  13. Avatar
    20 septembre 2011 at 22 h 14 min —

    je t’accompagne Valérie si tu veux bien !

  14. Avatar
    20 septembre 2011 at 22 h 53 min —

    Et le mot de la fin revient à Thom Yorke qui déclare à propos de Modeselektor : « I think it’s probably their fault really that I got back so heavily into dance music and DJIng, So you can blame them. Ha! » :-))

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.