les membres du groupe et leur univers

Neu!

pour plus de détails : http://www.gawl.de/Dingerland/ (site maintenu par Klaus Dinger lui-même)

Thom Yorke :

« neu ? to me they sound like joy. like endless lines stretching on foreverinparallel.fragile.like a Brand new motorway and you are the first person to drive along it. like being so out of breath you can’t feel your hands. like a giant crane swinging over the sky in a new city being built. like when the future looked bright and clean and we’d know what to do if there was a problem. Like all those ELECTRIC CARS i remember in childrens books about the 21st century. like weeds growing up through the fast-lane. like being scattered down the TUBES undergound running for your life. like when youve nothing left to say to anyone. BUY NEU FOR YOUR NEW ELECTRIC CAR. YOU’LL LOVE IT. YEAH »

La réédition des albums du combo est enfin venue en 2001…

Revenons trente ans en arrière, en 1971, pour comprendre le phénomène engendré par ce groupe conduit par Michael Rother et Klaus Dinger. Considérés comme de véritables génies, ces deux allemands (Düsseldorf) issus de l’univers de Kraftwerk (en effet, ils ont participé à leur début ) expérimentent en conjuguant mélodies répétitives et bruits électroniques.

Le duo s’enferme en studio avec le producteur Conny Plank, et crée « Neu ! », véritable pierre angulaire du rock allemand (Krautrock), au même titre que l’album « Tago mago » de Can. Viendra ensuite « Neu ! 2 », puis une séparation pour mieux se retrouver en 75 avec un ultime chapitre « Neu ! 3 ». Fortement influencé, aussi bien par la pop légère et sucrée des Beatles que par le free-jazz d’Ornette Coleman, Michael et Klaus prennent toutefois à contre-pied le courant musical du moment, le rock progressif. Dans un univers plus rock que Kraftwerk, la musique de Neu ! est brute, minimaliste, métronomique, urbaine, et surtout pas cérébrale.

Pour l’époque, c’est une véritable bataille à l’acquisition d’une liberté d’expression artistique, leur musique intrigue et choque. Sans parler des pochettes de leurs albums plus dépouillées les unes que les autres. Aujourd’hui, on redécouvre en se disant que l’on tient là les bases de la musique industrielle, du post-rock expérimental, voire de la fougue du punk.

Le groupe est vénéré par Thom Yorke, aussi bien pour sa musique que son message.

Previous post

Zero 7

Next post

Headless Chicken

No Comment

Leave a reply