les membres du groupe et leur univers

Mickaël Stipe/REM

pour plus de détails : http://www.remhq.com

Les R.E.M. nous ont beaucoup appris dans le sens ou on a realisé avec eux ce que signifiait être un groupe organisé et productif. Par exemple, utiliser le sound-check pour essayer de nouveaux titres, ce genre de choses…
— Jonny Greenwood / Rock And Folk, septembre 1998

 

 

Avec le succès de leurs albums ’Losing my religion’ en 1991, et ’Automatic for the People’ en 1993, le groupe REM s’installa définitivement auprès de U2 et des Smiths comme un grand groupe de son époque. L’histoire du groupe débute au début des années 80 quand sur le campus universitaire d’Athens, se forme un groupe composé de Bill Berry (batteur) et Mike Mills (bassiste), bientôt rejoints par Michaël Stipe (chanteur), Peter Buck (guitare) avec pour nom REM : Rapide Eye Mouvement. Leur premier disque, ’Murmur’, sombre et mélodique sort en 1983, il devient vite un succès. Les albums s’enchaînent, le succès grandit, les shows de REM sont réputés très spectaculaires, grâce à l’attitude quasi-épileptique mais charismatique du chanteur. Le son du groupe change au fils des années.

En 1995, pendant le Monster Tour, Bill lassé de la vie de rocker décide de quitter le groupe, qui continue sa carrière. Le groupe REM continue, mais sans batteur. En septembre 2011, au terme d’une riche carrière, REM annonce avoir décidé de stopper.

Au milieu des années 80, alors qu’ils se nourrissaient littéralement de musique, nos 5 Oxoniens ont inévitablement adoré la musique inhabituelle et géniale de REM, et ont puisé dans les paroles de ces derniers de l’inspiration pour leur propres chansons.

En 1993, Colin se moque un peu de Stipe (il ne le connait pas encore !)

Anyhow, we don’t want to do an REM. »

Colin: “ I mean, they’re releasing ‘Everybody Hurts »’ “Fourth track off the album? » Jonathan queries in the tone of a man who is giving someone the benefit of the doubt, “I mean they’ve sold the bloody album. It’s just an excuse for Stipe to do another video. »

— Colin Greenwood Lime Lizard, avril 1993

 

 

Ayant démontré lui aussi des qualités, le groupe Radiohead est invité en 1995 par REM pour faire la première partie de son Monster Tour en Europe, en particulier par Michaël qui se déclare déjà fan du jeune groupe… La bande de Thom est bluffée.

Une déclaration que l’on peut lire dans un article du NME :

« What I liked about watching REM – and this is something our band picked up straight away – was how they allowed shit to happen, not trying to add to it but just f*****g stand there, waiting for the fire to start, » he said.

« Sometimes it would be mid-set, and it’s still not kicking off yet. But no one’s freaking out. They’re staying with it – and then bang ! »

— Thom Yorke /

 

Dans chacun des pays où ils passaient, les récompenses pleuvaient pour REM : disque d’or, Awards… et c’est toujours en se remerciant les uns les autres que les membres du groupe les recevaient. Radiohead, invité à participer à chacune des cérémonies , se rendit compte que peu importait la célébrité, il y avait des choses qui ne changeraient jamais.

La simplicité et la grandeur d’âme des membres de REM fut un véritable exemple pour Radiohead. Lors d’un soundcheck informel, le 3 aout 1995, – les deux groupes venaient à peine de commencer à tourner ensemble – Thom bluffa REM et en particulier Mike, en lui jouant une chanson pas encore aboutie : ’No Surprises Please’…. Mike devient dès lors un des plus grands fans de Radiohead. Les jours suivants, les deux hommes prirent le temps de se connaître un peu mieux. Le fait de voir une de ses idoles face à lui bloquait un peu Thom, et Mike le relaxa en lui expliquant comment lui-même avait réagi face à son idole : Patti Smith. Une véritable amitié se développa entre les deux chanteurs.

Stipe prêtait des vêtements à Thom (réputé mal vêtu à l’époque) … Stipe aida et conseilla Thom, lorsque celui-ci rencontra des doutes après le succès de ’Creep’, pour ses problèmes avec les tournées, la presse… Au contact de Mike, Thom développa une véritable sérénité face aux affres du succès. Ainsi, lorsqu’il n’en pouvait plus d’être traîné d’hôtel en hôtel, et de répondre des jours durant aux même interviews, Stipe lui conseilla de répéter les phrases suivantes « Je ne suis pas là, ça n’est pas en train de se passer… » paroles que l’on retrouve presque mot pour mot dans ’How to disappear’.. Parallèlement à sa carrière de chanteur, Mike s’est illustré en offrant sa contribution à de nombreuses oeuvres caritatives, et c’est auprès de Thom qu’on le retrouve au Tibetan Freedom Concert pour interpréter ’Lucky’… Thom lui rendra la pareil en interprétant Be-Mine.


Mike s’essaye aussi brillamment au métier de producteur avec le film ’Velvet Goldmine’… pour lequel il choisit Thom et Jonny pour faire partie du groupe ’The Venus in Furs’ .

Les déclarations d’amour, et d’estime d’un côté comme de l’autre sont vraiment très nombreuses !

En 2006, Mickaël défendant son ami, accusé d’être « triste comme sa musique » :

« Thom in person is not as cheerless as the media like to portray him. We have suffered the same thing for years, just because my band’s music leans towards the darker emotions. »I’m happy to report that Mr Thom Yorke is a very happy and a very well-rounded and very smart person. »

Cet article de Rolling Stone, que l’on peut lire en ligne, analyse finement les liens qu’il existe entre Radiohead et REM :

En 2016, les deux vieux concerts se retrouvent à l’occasion de la tournée d’été de Radiohead :

http://www.rollingstone.com/music/b…

Previous post

DJ Shadow

Next post

Can

No Comment

Leave a reply