chansons

Idioteque

Travail en studio : 31 janvier 2000 – février
Prise de contact avec Lansky : mai 2000
Premier live : 1 septembre 2000 (Newport)
Sortie sur album : 2 octobre 2000 (Kid A)
« Clip » : fin 2000

 

[wpbusinessintelligence id= »2″ type= »table » iframe= »n »][/wpbusinessintelligence]
 

Le mot « Idioteque », qui sert de titre à cette chanson, est un mot totalement inventé et qui pose question… Avec l’album Kid A, Radiohead voulait quelque chose de nouveau, d’inédit. Thom en a dit :

This is the happiest song we’re ever written
— Thom / Juice, 2000

Des instruments assez étonnants sont utilisés, pour Ed, de drôles de Maracas, mais surtout pour Jonny, les ondes Martenot, instrument déjà ancien, et dont l’utilisation demande une dextérité et une précision extrême….

 

31 janvier 2000

Il semblerait que ce soit Jonny et non Thom qui soit au départ du travail musical de cette chanson. On peut situer le début du travail sur cette chanson en studio le 31 janvier 2000 à partir d’un extrait du journal d’Ed, qui ne cite pas nommément la chanson, mais ce qu’il en dit et ce que l’on sait collent très bien :

thom and jonny did some drum programming
— Ed O'Brien / 31 janvier 2000, journal en ligne

Thom nous donne la version abrégée : Jonny avait enregistré une longue piste d’une cinquantaine de minutes sur son DAT et a demandé à Thom de l’écouter, ce qu’il va faire avec beaucoup d’étonnement… et 40 secondes du milieu de la piste vont l’époustoufler… Thom va les « couper » et la ligne musicale de la chanson sa se faire sur ce son samplé.

Idioteque wasn’t my idea at all; it was Jonny’s. Jonny handed me this DAT that he’d… he’d gone into our studio for the afternoon… and, um, the DAT was like 50 minutes long, and I sat there and listened to this 50 minutes. And some of it was just « what? », but then there was this section of about 40 seconds long in the middle of it that was absolute genius, and I just cut that up and that was it…

Lire en ligne : NPR, 12 octobre 2007

— Thom Yorke / NPR, 12 octobre 2007

 

Jonny raconte à peu près la même histoire, sauf qu’il nous précise qu’il ne s’agissait pas d’un simple DAT, mais bien plus une boite à rythme fabriquée à partir de vieux composants. Ce qui intéresse le multi-instrumentiste à cette époque, c’est bien plus le rythme, l’expérimentation que la mélodie.


The starting point for that was trying to build a drum machine out of very old Star synthesizers. Kind of using the same things that the Roland technicians would have had in 1978 or whatever. To decide how to make something sound like a snare drum out of white noise, and how to create the sound of a bass drum or kick drum out of filters. So it was like, we basically built a drum machine.
— Jonny Greenwood / KCRW, 12 octobre 2000

 

For a long while during the Kid A sessions, he was totally uninterested in melody, just into exploring texture and rhythm. The result was tracks like Kid A’s ‘Idioteque’, which sounds like two-step Garage with a PiL/ »Death Disco » twist, but is actually « an attempt to capture that exploding beat sound where you’re at the club and the PA’s so loud, you know it’s doing damage »
— The Wire / juillet 2001

 

L’idée était de  créer une sorte de chaos… pour saturer un peu un son « trop blanc », « trop vide », il écoute donc pendant qu’il travaille et enregistre un vinyle en bruit de fond, et la radio… c’est tout ça qui sera enregistré et présenté à Thom, sûrement le 31 janvier donc.

And I played a record on top at random and had a radio playing and was just trying to generate all this chaos all over this drum pattern.
— Jonny Greenwood / KCRW, 12 octobre 2000

 


I built a drum machine. It came out of old components. Something just generating white noise, and something that was kind of opening and closing the white noise. It was sounding quite good and I had a rhythm going, but I needed some chaos. And so I shamelessly put on some records on the turntable and tuned a radio in and just wanted to fill it up because it was far too empty.
— Jonny Greenwood / Mixing It, 20 janvier 2001

 

De tout ce « chaos », c’est donc une base de 40 secondes environ que Thom Yorke décide de couper, conserver… et de sampler . Une mélodie de 4 notes lui a bien plu.

 

7 et 8 février 2000

Le groupe part de cette base et travaille quelque jours sur la chanson.

Nigel wants to mix ‘dollars and cents’ now that there are strings on it. he goes upstairs to work on it. downstairs work continues on thom and jonny’s drum thing from last week. late night worries and weird symbiosis going on.
— Ed O'Brien / 7 février 2000, journal en ligne

 

more work on t+j’s drum thing. did some playing this afternoon.
— Ed O'Brien / 8 février 2000, journal en ligne

Jonny est alors convaincu qu’il vient de créer quelque chose d’intéressant.


And I gave Thom a recording of this, about half an hour long, and he cut it into pieces and repeated certain sections. There’s this melody in it, it’s really beautiful, I can’t remember how I made it, cause I was playing keyboard as well, and I thought this must be something I have played. It’s only four notes.
— Jonny Greenwood / Mixing It, 20 janvier 2001

 

24 février 2000

Le travail sur la chanson en studio continue. C’est bien joli tous ces sons, mais il va bien falloir en faire quelque chose de cohérent…

thom did some work on a track upstairs, which sounded great. lots of editing on the computer to make the track in question more coherent.
— Ed O'Brien / 27 juillet 1999, journal en ligne

 

Mais finalement, alors qu’il se passe à nouveau les mêmes disques qu’il avait écouté pendant sa session d’enregistrement, Jonny reconnait la composition de 4 notes isolées par Thom : le sample que le groupe est en train d’utiliser n’est pas de lui, mais un extrait d’une compilation de compositions élétroniques avant-guardites de 1976 : « First recordings-electronic music winners » . Jonny avait acheté le disque (tiré à 7000 exemplaires, ce qui est beaucoup pour l’époque) dans un magasin de vinyles d’occasions aux Etats-Unis.

league-of-composers-electronic-music-winners-e1349407311787

 

Thom cut it into sections and ended up having a sample of the record I was playing which was this compilation of electronic composers. They had some competition in 1972 to see who was writing the best modern electronic music in a classical style.
— Jonny Greenwood / KCRW, 12 octobre 2000

 

Les 40 secondes proviennent en particulier d’un morceau d’un jeune étudiant : Paul Lansky, « Mild und Leise », créé en 1973, dont voici la première partie de composition (écoutez bien à partir de 0’45) :

And it was only a few days later when we’d finished the song and spent days on it, that I put the same record back on and these four notes came out clearly, so I had to track down Paul Lansky. And the record was interesting because it was made in 1974 when he was a student. And I wasn’t sure what he was doing now, I didn’t even know if he was still a musician or anything. This was a student competition record, ‘who can make the best electronic music in 1974’.
— Jonny Greenwood / Mixing It, 20 janvier 2001

 

Et tant qu’à faire, le groupe utilise un autre sample provenant toujours du même disque, extrait de « Short Piece » d’Arthur Kreiger (vers 1’09) que l’on retrouve en introduction de la chanson :

( Les deux samples seront crédités.)

 

Mai 2000

Jonny va écrire courageusement (car il a un peu honte) à Paul Lansky pour lui expliquer sa démarche… Il a d’autant plus honte qu’entre temps, Paul Lansky est devenu professeur de musicologie à l’université de Princeton. Ce dernier n’a jamais entendu parler de Radiohead, mais il va apprécier l’initiative et ce qu’il entend.

La suite, c’est Paul Lansky qui la raconte lui même  en 2005 dans The Music and Art of Radiohead (chapitre 11):

Capture d’écran 2013-04-27 à 16.58.06

Capture d’écran 2013-04-27 à 16.59.50

Capture d’écran 2013-04-27 à 17.02.20

Le professeur donne volontiers son accord pour l’utilisation du sample, et fournira même de nombreuses informations à son sujet :

mild und leise was composed in 1973 on an IBM 360/91 mainframe computer.   I used the Music360 computer language written by Barry Vercoe.  This IBM mainframe was, as far as I know, the only computer on the Princeton University campus at the time.  It had about  one megabyte of memory, and cost hundreds of thousands of dollars (in addition to requiring a staff to run it around the clock).  At that point we were actually using punch cards to communicate with the machine, and writing the output to a 1600 BPI digital tape which we then had to carry over to a lab in the basement of the engineering quadrangle in order to listen to it.  Here is a photo of me in the lab a few years later.

lansky81small2

The piece came out on a Columbia/Odyssey LP in 1975 or so as a result of a contest run by the International Society for Contemporary Music (ISCM). It was called Electronic Music Winners  (I’ve occasionally seen it for sale on Ebay), and Jonny Greenwood came across it in a used record shop when the band was on tour in the United States recently  I think it sold about 7000 copies, which is a lot for a classical recording.  (Kid Awill sell that in the first 10 seconds of its release!)

If you’re interested in my more recent music, HERE is my current discography.  Most of these CDs can be purchased at Amazon.com (some under Popular, some under Classical), or at other online sites.  (HERE are some sound samples).

See if you can guess which part of mild und leise was used in which Radiohead song on Kid A.   Hint: the sample occurs in the first few minutes of mild und leise.  It’s a very « electronic » piece, quite unlike my later work, but at that time it was hard to do much else.  It uses FM synthesis, which had just been worked out at Stanford, and later became the staple of Yamaha’s DX7 series of synthesizers, and also a special purpose filter design program written  (in Fortran IV) by Ken Steiglitz.  Oh yes, the harmonic language of the piece is related to George Perle’s 12-tone modal system.  George and I had been collaborating for the past four years or so on theoretical developments in this system.  The piece is based on the ‘tristan chord’ and its inversions, hence the title.  I worked out a multi-dimensional cyclic array based on this chord as the harmonic basis of the piece, but that’s the boring part…  I still (sort of) like the piece.

source : Site internet de Princeton

— Paul Lansky / Site internet de Princeton

 

Et concernant la structure musicale du passage (toujours dans The Music and Art of Radiohead (chapitre 11) :

Capture d’écran 2013-04-27 à 17.03.59

courant 2000

On ne sait pas bien quand les paroles d’idioteque sont collées à la partie musicale que le groupe a travaillé en studio en premier (on sait que Thom Yorke a l’habitude de noter sur un carnet plein de petites phrases qu’il réutilise ensuite pour ses chansons). Quelques pages sont ajoutées au site radiohead.com, avec quelques étranges textes, qui contiennent souvent des paroles des futures chansons …

Deux en particulier font référence à Idioteque :

ENTERTAINMENT FOR THE GENERALS!

Capture d’écran 2013-04-27 à 15.15.58

– De même, on retrouve « ‘women and children first » sur la page gladiamanothing 

 

 

 

1er septembre 2000

C’est une des rares chansons de l’album qui n’avait pas été jouée lors de la tournée méditerranéenne de l’été 2000 (mise en place justement pour tester les nouvelles chansons !), puisqu’elle sera jouée pour la première fois en live le 1er septembre 2000 à Newport (soit à peine un mois avant la sortie de Kid A….).

Voici une des premières versions, le 19 septembre à la télé française :

 

2 octobre 2000

L’album KID A sort dans le commerce. Idioteque, sa huitième piste,  est la chanson qui fait le plus sensation.

Dès le départ, le public est aussi étonné qu’enthousiasmé… Pour preuve, le commentaire d’un site de l’époque :

Another song that fans had no clue about, Idioteque can be seen in two ways: A blatantly stupid attempt at making a cheesy dance song (hence the name), or genius. What Idioteque essentially is, is a dance song, beats, and all. This, of all the songs on the album, is the experimental one that stands out as much as Electioneering did on OK Computer. It will either be your favorite song, or your most hated. However, it can’t be ignored.

Octobre 2000

Paul Lansky est invité par le groupe à venir voir Radiohead  en concert en  octobre 2000.

And he came last night, saw the show and was very excited, and was describing the songs in a very interesting way. It was really nice to meet him.
— Jonny Greenwood / KCRW, 12 octobre 2000

 

Après le concert, a lieu la rencontre :

Thanks for your note. You are, of course, right about the location of the sample. I like the effect they get in idioteque by combining sustaind and percussive sounds.
My other early computer piece is at
www.music.princeton.edu/paul/artifice.mp3
and I’ve got links to sound samples, discography etc on the Radiohead page, in case you’re interested.
Heard the Roseland concert last night. Was an event to remember.
paul
— »source

 

fin novembre 2010

Radiohead a publiquement exprimé sa volonté de ne pas faire de promotion pour la sortie de KID A, pas de clip, pas de single… à peine quelques « blips » (des mini-animations sonorisées).

Toutefois, une vidéo, enregistrée par Grand Gee aux AIR Studios de Londres, lors d’une session pour Radio One, et diffusée le 14 décembre, est utilisée ensuite  par les chaînes télé pour faire la promotion de la chanson. Une version noir & blanc de la performance sera diffusée lors d’une webcast, et dans l’épisode 2 de The Most Gigantic Lying Mouth Of All Time.

 

Previous post

Dollars And Cents

Next post

I Might Be Wrong

No Comment

  1. Thanelien
    19 février 2009 at 0 h 49 min —

    J’ai vu les paroles dans le bouquin de tabs de Kid A et, au lieu de « Mobiles skwrking, Mobiles chirping », il est indiqué « Mobile’s working, Mobile’s chirping » traduit par « Le portable fonctionne, Le portable fait beaucoup de bruit » (par exemple).

  2. 28 février 2011 at 19 h 55 min —

    J’aimerais donner mon interpretation, elle m’est venue en écoutant cette splendide reprise d’Idioteque par Vienna Teng. http://www.youtube.com/watch?v=bKuAizCzoJQ&feature=player_embedded#at=215.

    On a affaire à un homme angoissé. Qui est en guerre avec lui même. {Who’s} in a bunker?{} fait clairement référence à une situation de conflits. Un homme qui engloutit jusqu’a étouffé… Thom Yrok ne finit même tous ces phrases ou les chante très vite pour accentuer le stresse. {’ve seen too much I haven’t seen enough You haven’t seen} fait référence au fait que rien n’est suiffit à combler un homme, soit il a trop vu, soit il pas assez vu. {Here I’m alive,mEverything all of the time Here I’m alive,Everything all of the time } http://www.youtube.com/watch?v=bKuAizCzoJQ&feature=player_embedded#at=215

  3. 12 mars 2011 at 17 h 28 min —

    Si Thom Yorke lui-même dit que les paroles d’Idioteque sont une succession d’idées collées bout à bout sans réel fil conducteur, alors je le crois bien évidemment, mais j’aimerais quand même y aller moi aussi de ma petite explication de texte, si vous le permettez.

    Selon moi Idioteque est une chanson politique, clairement. Politique au sens large j’entends, au sens d’un citoyen sensible, spectateur de la marche (tordue) du monde et qui tente de la dénoncer parce que ça l’oppresse, tout ce capharnaüm (« I’ve seen too much / I haven’t seen enough »). Elle parle de la société actuelle (enfin celle de l’an 2000), ça c’est une évidence, mais je pense qu’on peut préciser bien davantage.
    Elle parle essentiellement de tous ces discours alarmistes qui nous sont assénés quotidiennement, relayés par les media (à l’époque d’écriture de la chanson, était-ce déjà les inquiétudes liées au changement climatique, « Ice age coming » tendrait à indiquer que oui, mais on peut penser aussi à toutes les peurs délirantes qui fleurissaient alors par rapport au bug de l’an 2000 qui devait avoir lieu). Je ne sais pas trop si la chanson prend ces discours au sérieux, comme réellement inquiétants (« We’re not scaremongering / This is really happening ») ou si elle les tourne un peu en dérision (« Who’s in a bunker / Women and children first » pourrait dénoncer une forme d’exagération de tous ces apôtres de la fin du monde qui crient « tous aux abris » ).
    En tous cas, il y a d’un côté ces discours alarmistes qui créent de l’angoisse chez les gens, et d’un autre côté, pendant ce temps, ces mêmes gens continuent de faire comme si de rien n’était, et le monde capitaliste continue sa course effrénée en se nourrisant cyniquement des problèmes qu’il crée lui-même (enfin là j’extrapole, mais bon vous voyez en gros un peu l’idée). Il y a donc aussi une dénonciation de la société de consommation, par les deux bouts, à la fois une critique du consommateur crétin qui se gave (« swallow till I burst ») et veut tout, tout le temps (« everything all of time »), et également une critique de ceux qui profitent de ce système pour faire du fric et s’en mettre plein les poches (les entreprises de téléphonie mobile par exemple, qui ne l’oublions pas, étaient à l’époque en train d’inonder le marché de ce produit nouveau : « mobile’s working, mobile’s chirping / Take the money and run »).
    Donc il y a une dénonciation des discours alarmistes, une dénonciation de la société de consommation, mais aussi une dénonciation des partis politiques (« Let me hear both sides » pourrait signifier quelque chose comme « laissez-moi écouter ce que chacun des deux camps politiques a à dire ») pour finalement en conclure qu’ils sont juste tous bons à jetter au feu (« Throw them in that fire », désillusion politique).
    Et en fin de compte, tout ça mis bout à bout ne m’apparaît pas juste comme un collage d’idées et d’observations éparses, il s’en dégage un sens global plutôt cohérent. En fait, l’ensemble me ferait un peu penser à un journal télévisé. Et c’est là où je veux en venir justement : selon moi Idioteque (paroles et musique, avec son beat ravageur) évoque précisement ce sentiment particulier que l’on peut ressentir face au journal télévisé, quand il nous semble que le monde décidément ne tourne pas rond, mais qu’en même temps, parce qu’on est dans une sensibilité particulière ce soir-là, tout ça finit par devenir absurde et presque irréel, ou trop réel, et qu’on a juste envie d’en rire pour ne pas que ça nous atteigne et nous affecte (« I’ll laugh until my head comes off »), et puis de sortir danser jusqu’au bout de la nuit, pour se sentir vivant (« Here I’m alive ») et pour oublier, oulier que le monde c’est ça. Cette sorte d’angoisse vite transformée en abrutissement, et toute cette très longue phrase que je viens d’écrire juste avant, me semblent toute entières contenues et résumées dans le mot-même d’Idioteque. Idioteque ça ne veut rien dire paraît-il, mais selon moi c’est le mot qu’il fallait inventer pour dire ce truc-là précisément.
    J’ajouterai enfin une dernière remarque : ici sur Idioteque, comme ailleurs sur Harrowdown Hill, il semblerait que Thom Yorke ait tendance à mettre ses paroles les plus politiques sur les musiques les plus dansantes (et c’est un fait intéressant), comme si la danse était pour lui une forme de protestation, d’exutoire de révolte, voire une forme d’auto-protection contre le monde extérieur et le temps présent (ce sont les paroles d’une nouvelle chanson, The Present Tense, qui me font penser ça : « This dance is a like a weapon of self-defense against the present tense »).

    Voilà, je ne sais pas si mon interprétation d’Idioteque vous aura convaincus, à mes yeux c’est une chanson assez explicite, mais je ne prétends pas avoir le fin mot de l’histoire.

  4. 12 mars 2011 at 20 h 55 min —

    @metelkova: Oui, la grande réussite d’Idioteque, c’est que les paroles sorties du chapeau et du cerveau allumé de Thom Yorke forment non seulement un tout cohérent mais un texte immédiatement identifiable par tous les auditeurs…A ceux qui nous reprocheraient de nous isoler dans les discothèques, RH répond que le monde est une gigantesque idioteque et allumer sa télé à l’heure du journal, c’est à coup sûr passer un moment de complète absurdité: au hasard ce soir, la menace terrorisante d’une catastrophe nucléaire au Japon a été suivie par le récit d’un accident de bus aux Etats-Unis, on a eu droit ensuite à l’évocation d’une escroquerie digne d’OSS 117 chez Renault pour finir par les oeillades de Nolwenn Leroy savourant le succès de son projet fulgurant: la reprise du Renard et la Belette de Tri Yann….Oui, il n’y a que lorsqu’on danse à en oublier le monde qu’on se protège de sa folie.

  5. 13 mars 2011 at 10 h 30 min —

    Oui, pour moi le plus inquiétant c’est la reprise de Nolwen, « la jument de michao » qu’elle prononce d’une façon on ne peut plus ridicule et qui m’a valu un gros fou rire la 1ère fois que je l’ai entendue…. vive les Tri Yann !
    et c’est bien pour ça que je ne regarde plus les infos …:-/

  6. 13 mars 2011 at 10 h 39 min —

    J’ai l’impression qu’on a tous vu (et compris) le même journal…

  7. 13 mars 2011 at 11 h 09 min —

    Thom Yorke a souvent dénoncé le consumérisme et le pire c’est que pour l’actualité on n’y échappe pas : hier la Libye, aujourd’hui le Japon et demain on passera à autre chose … malheureusement pour les victimes des fous assassins ou de la nature … Tout doit aller très vite , plus vite, au rythme de « Idioteque » … « Faster Jonny, faster … »

  8. 13 mars 2011 at 15 h 17 min —

    Alors on danse ? :-))

  9. 13 mars 2011 at 15 h 58 min —

    Wouah ça me fait vachement plaisir de voir que j’étais pas à côté de la plaque, je me sens moins seule tout à coup.
    @Valérie : j’adore la façon (beaucoup plus concise que la mienne) dont tu reformules ce que j’avais essayé de dire, c’est parfait !

  10. 13 mars 2011 at 17 h 48 min —

    Stromae c’est beaucoup plus déprimant que Radiohead….Et que ce soit un succès populaire en dit long sur l’état de désespoir de la jeunesse de ce pays!

  11. 13 mars 2011 at 20 h 06 min —

    Je suis jeune…n’écoute pas Stromae…mais oui, la jeunesse française n’a jamais été réputée pour son espoir…

  12. 6 juillet 2011 at 12 h 25 min —

    Une performance unique d’Idioteque, TY + JG :

    http://www.youtube.com/watch?v=0RMdkEC4CKA

  13. 6 juillet 2011 at 17 h 48 min —

    Ah non mais là bloodshed si on se lance dans les meilleures performances d’Idioteque, on va jamais s’en sortir ! 😉 C’est clairement une de mes chansons préférées en live (et une de celles que je chante le plus aussi, d’ailleurs à force de la chanter a cappella toute seule, ralentie, j’ai fini par en faire une sorte de blues qui me fait chialer, cherchez pas à comprendre), mais c’est simple quand je regarde un concert en entier et qu’elle arrive après une heure à faire monter la sauce, que je suis bien chaude pour la recevoir, c’est juste carrément jouissif ! Bon bon je me calme mais fallait pas me lancer sur ce sujet ! Les trois meilleures versions qu’il m’ait été donné de voir :

    1) canal+ 2001, énorme : http://www.youtube.com/watch?v=5Kk6qmI-Zxc

    2) mtv 2003 , pour le KO final de Thom (je trouve pas de lien isolé mais je suis sûre que vous la connaissez de toute façon, elle est à 1h15 dans le concert complet)

    3) prague 2009, parce que des années après, les nouvelles harmonies d’Ed arrivent à la renouveler, lui apportent une douceur en complet décalage avec les bips de Jonny et que c’est juste génial : http://www.youtube.com/watch?v=BmdKvSFWaPg

  14. 6 juillet 2011 at 17 h 53 min —

    Ah nan mais je la postais pas parce qu’elle était bien — je préfère largement les liens que t’as cité. C’est juste que je crois qu’ils ne l’avaient jamais joué dans cette configuration (Thom Yorke au piano acoustique et Jonny Greenwood), c’était pour le côté intéressant de la chose.

    D’ailleurs, je me disais que ça pourrait être sympa d’associer à chaque chanson sur le site un ensemble de vidéos des meilleures performances (HD) ou des performances uniques (comme Arpeggi a Ether http://www.youtube.com/watch?v=zrKPrpOvfCI ).

  15. 6 juillet 2011 at 18 h 51 min —

    Les meilleures versions, oui, je suis d’accord, ce serait une très bonne idée !

    sinon…. Dites-moi qu’il existe une meilleure version de cet Arpeggi, j’ai cherché mais je n’ai rien trouvé… :pleure

  16. 6 juillet 2011 at 19 h 25 min —

    Je n’ai pas trouvé non plus, en tout cas pas en vidéo 🙁

  17. 12 juillet 2011 at 16 h 15 min —

    be@A : J’ai trouvé cette version d’Arpeggi/Ether qui m’a l’air bonne :
    http://www.mediafire.com/?mpy3ovvp7sb169d

  18. 12 juillet 2011 at 16 h 50 min —

    Weird fishes à Ether n’est pas ma préférée pour ce qui est de la construction et de l’harmonie musicale, mais il faut bien reconnaître qu’elle est exceptionnelle et non sans émotion.

    La version live que je me repasse souvent est celle de Prague 2009, qui est bien connue ici sur Radiohead.fr : http://www.youtube.com/watch?v=tEB-MCpcaH8&feature=youtube_gdata_player

Leave a reply