news

Hands off the Antarctic

Thom Yorke participe à la campagne de Greenpeace pour instituer une zone de protection de l’Antarctique en créant une nouvelle musique:

https://youtu.be/qXF4l7NPhoY

Vous pouvez aussi voir l’événement suscité au Marble Arch de Londres sur la page Facebook de Greenpeace UK

Previous post

Il fait monter la terreur

Next post

Nouvelle saison des Jam Jazz Radiohead au Caveau des Oubliettes

8 Comments

  1. 17 octobre 2018 at 11 h 44 min —

    “There are some places on this planet that are meant to stay raw and wild and not destroyed by humanity’s footprint. This track is about stopping the relentless march of those heavy footsteps. » – Thom Yorke

    Un cœur qui bat trop vite, des images et une musique simplement belles, pour accompagner une agonie annoncée…au delà de l’Antarctique, notre planète.

  2. 17 octobre 2018 at 15 h 50 min —

    Merci pour la vidéo, Valerie, et merci pour la citation, Myxomatosis.

    J’aime beaucoup le morceau, aussi. Il est « simple », mais la progression d’accords à côté du pattern de basse me donne des frissons.

    Que des endroits restent naturels, par contre, je pense que c’est trop illusoire, et trop tard. Autrefois, c’était le progrès de la science et de l’intelligence humaine de découvrir le monde, aujourd’hui le concept de frontière naturelle est dérisoire, et chaque centimètre carré, terre ou mer, est une propriété foncière (les endroits les moins entretenus par la main de l’homme sont simplement les moins rentables). On a gagné, en un sens, on est bien supérieurs, et on est suffisamment nombreux aujourd’hui pour détruire littéralement cette planète qui nous héberge – même si je suis convaincu que la nature a les moyens de nous balayer avant de s’effondrer. On a voulu jouer, on a pu le faire pendant quand même assez longtemps, maintenant la partie arrive à son terme, on va devoir quitter la table. Que certaines personnes veuillent jouer jusqu’au bout, après tout, pourquoi pas ? Je rencontre, lis ou entends une quantité de personnes qui refusent de culpabiliser et de changer, qui restent attachées à leur confort et à leur ego victorieux, comme des enfants habitués à être trop gâtés. Quoi que l’on fasse, et quoi que l’on veuille, la planète se purge elle-même de l’hôte ingrat, presque parasite, qu’elle héberge depuis des siècles, et qui l’a tant abîmée. C’est le cours naturel de la vie. Au final je rejoins celles et ceux qui pensent que la modération de l’activité humaine ne pourra pas devenir un phénomène massif, ça fait partie des choses à accepter. Ce qui me peine très profondément, c’est la quantité d’énergie que l’on dépense au quotidien pour se faire autant de mal les uns les autres.
    Je sais bien que c’est pas un site politique, mais le sujet est tellement présent dans cette époque, cette vidéo me pousse à songer.

  3. The thief
    17 octobre 2018 at 19 h 11 min —

    L’histoire de l’humanité est une longue fuite en avant qui nous conduit au chaos. La prise de conscience par sapiens/demens de sa condition de mortel l’a poussé dans cette course effrénée vers la mort.
    Sinon vous ça va ?

  4. valerie
    17 octobre 2018 at 21 h 10 min —

    Oui merci, un peu secouée par l’annonce qu’on a un ministre de la Culture expert en automobiles plus qu’en littérature (je travaille à la Culture)….bon mais time they are a changin’ comme disait notre ami frisotté…

    Pour ce qui est de l’écologie, personnellement je me méfie des écolo intégristes à la Monbiot (le gourou de Thom). J’avais lu Feral, son livre où il prône justement que des zones entières de notre terre soient laissées à la Nature, en commençant par le pays de Galles ou l’Ecosse. Il y a dans cette théorie une misanthropie dangereuse: sommes-nous fatigués de nous-mêmes au point de souhaite notre propre extinction? C’est un mouvement qui a un certain poids en Grande-Bretagne, et qui en France rejoint les vegans ultras, que je trouve personnellement terrifiants (des images de la Révolution culturelle chinoise me viennent à l’esprit, avec ces enfants frappant leurs profs ou leurs parents).
    L’extrémisme nuit à la recherche des solutions et est une façon de céder à la panique, pas d’aller vers un autre mode d’existence. Pour l’Antarctique en revanche, ce serait sûrement viable en effet de fermer la zone car il n’y a pas d’habitants ou si peu, et d’attendre la régénérescence du pôle. C’est plus facile qu’au Pays de Galles tout de même!

    Et puis si: tous les soirs je vide les spams de ce site…est-ce que quelqu’un a une solution? Je ne sais pas quelles mises à jour de wordpress il faut faire….Laurent, help!

  5. The thief
    18 octobre 2018 at 3 h 38 min —
  6. valerie
    22 octobre 2018 at 20 h 35 min —

    Quel professionnalisme ces Inrocks! T’es bien renseigné quand tu lis ce torchon!

  7. The thief
    23 octobre 2018 at 11 h 36 min —

    Bonne critique de la BO de Suspiria dans télérama.

    https://www.telerama.fr/musiques/suspiria,n5862232.php?ccr=oui

Leave a reply