news

Il fait monter la terreur

« Volk » nouveau single tiré de Suspiria…inquiétant

https://www.rollingstone.com/music/music-news/thom-yorke-volk-video-suspiria-735921/

Previous post

Un demi-siècle de Thom

Next post

Hands off the Antarctic

4 Comments

  1. The thief
    12 octobre 2018 at 9 h 33 min —

    Ouf! C’est assez crispant, le début rappelle l’intro de Tubular bells de Mike Oldfield qui servit de B.O. à un autre grand classique du film d’horreur: l’Exorciste.

    En tout cas ce n’est pas ma tasse de thé, je vais attendre sagement le vrai album solo de Thom. (après la tournée US?)

  2. 12 octobre 2018 at 19 h 04 min —

    Aux premières écoutes, j’étais déçu des 3 morceaux sortis jusqu’à présent. Au fil des écoutes, j’aperçois les subtilités dans les structures, je commence à apprécier… Allez, plus que 2 semaines avant de pouvoir écouter l’album ! 🙂

    Par contre, j’ai rêvé de Thom dans la nuit de dimanche à lundi, on papotait, c’était cool… mais c’était pas prémonitoire, malheureusement. 🙁 Pas sur le court terme, en tout cas.

  3. 15 octobre 2018 at 23 h 53 min —

    Vous n’êtes pas très diserts sur ces extraits distillés avec parcimonie…

    Un peu comme Blaste, et un peu comme toujours avec Thom sans ses potes, pas de coup de foudre immédiat. Et puis tout doucement, insidieusement, je me suis laissée envouter par ces quelques notes répétées, ces crissements crispants, crescendo, leitmotiv de l’angoisse.

    « There’s a way of repeating in music that can hypnotize »

    C’est lui qui le dit et c’est tellement vrai, surtout quand il est le compositeur !

    J’ai trouvé dès la première écoute des tonalités de « Pierre et le Loup » de Prokofiev, boomerang de mon enfance.

    A la fin, et sans lien pourtant, l’impression subaquatique me fait penser aux images de la vidéo de Harrowdown Hill, quand Thom s’enfonce dans l’eau, entouré de bulles.

    Quant à Tubular Bells, musique mythique d’un film qui l’est tout autant, l’égrenage des notes au début marque peut être la ressemblance. Du coup, j’ai ressorti mon vieux vinyle, et dans les craquements du temps qui est passé sur les microsillons, le plaisir est resté intact.

    Et pour aller papoter avec Thom, si tu as un plan Blaste, même si ce n’est pas à court terme, partage…!

  4. The thief
    16 octobre 2018 at 10 h 33 min —

    Je n’attends pas grand-chose de cette BO. Le film d’horreur étant un genre très codifié la musique qui va avec l’est tout autant. Thom comme tout les compositeurs de musique de film s’y conforme : motifs répétitifs pour faire monter l’angoisse, dissonances, effets de surprise, etc…Malgré tout le talent de Thom c’est assez prévisible. Le morceau le plus intéressant pour moi reste « Has ended » qui échappe avec son psychédélisme sombre et ses références CANesques à ce « cahier des charges »
    Jonny œuvrant pour des genres moins codifiés (tout au moins chez PTA) bénéficie de plus de libertés.
    J’attends donc beaucoup plus de la concrétisation matérielle de tout les nouveaux morceaux que Thom a joués et va joués en live que de cette œuvre de commande.

Leave a reply