chansons

El President

Inspiration pour la chanson : 1995-1996 ?
Enregistrement studio : 1996-1997 ?
Tournage d’un clip : 1998

 

Le groupe « drugstore » est formé en 1993 de la chanteuse-bassiste brésilienne Isabel Monteiro, de Dave Hunter (remplacé ensuite par Daron Robinson) à la guitare et de Mike Chylinski aux percussions.

En 1995, Drugstore avait assuré quelques premières parties de Radiohead, notamment en France, et il semblerait que les deux groupes avaient sympathisé (lire l’interview rapportée ci-dessous, Isabel explique très bien !). On a même soupconné Thom et Isabel d’un peu plus, mais la chanteuse de Drugstore a démenti avec humour en expliquant qu’elle était une très bonne amie de Rachel (la copine de Thom) et qu’il n’était
pas franchement son type d’homme… trop petit…

« It’s not like that. I am a friend of his girlfriend. And he is so short ! I like tall men. But I won’t say that there wasn’t an atmosphere of seduction… »

Le président de la chanson, c’est Salvador Allende, président élu démocratiquement au Chili en 1970, mais éliminé en 1973 en faveur de Pinochet avec la suite que l’on connait. Isabel Monteiro a participé à une marche de protestation contre Pinochet à Londres en 1998.

 

 en 1997

Drugstore est en train d’écrire son album « White magic for lovers », puis entre en studio.

On a pu lire ici et là plusieurs versions de la collaboration :

1) sur nepasavaler.net (rappelons que le site français a été créé en 1997, et que donc il a « vécu » en direct la sortie de la chanson) :

Après les premières prises, la chanteuse et bassiste brésilienne Isabel Monteiro a rappelé Thom aux studios Eastcote, jugeant que ce qu’il avait laissé était d’une qualité si piètre qu’on ne pouvait rien en tirer ! Ça a beaucoup plu à Thom (en fait, la chanson était écrite trop grave, ce qui ne convient pas toujours à sa voix…).

2) on lit aussi qu’au départ, Thom ne devait faire que les chœurs, et finalement Drugstore l’a rappelé pour un duo…

3) Feu l’excellent site français nodata (archive ici), nous explique que la chanson aurait été enregistrée en 1996, mais qu’elle n’est sortie qu’en 1998 pour des question juridiques.

4) une interview du groupe en 1998  donne finalement assez peu de détails :

Thom Yorke, le leader de Radiohead, chante sur votre hit single,  » El president « . Comment s’est passé votre rencontre en studio ? N’est-il pas trop difficile à vivre ?

D.R : On s’est vraiment fait chier… Il n’avait pas grand-chose à nous raconter.

M.C. : C’est vrai qu’il n’était pas du tout marrant.

D.R. : Et en plus, c’est un gay !

I.M. : Non, c’est tout à fait faux (rires), il a vraiment été génial, très très bien. Nous avons chanté  » live « , tous les deux, trois ou quatre de nos chansons. Il possède une voix étonnante, fantastique. Lorsqu’on le regarde chanter, son expression est très douce, très pure. Cette rencontre a été un véritable plaisir. Je pense qu’il était beaucoup plus difficile pour moi d’atteindre son niveau de qualité. Il enchaîne chanson après chanson sans jamais faiblir. Sa voix est imperturbable, ne perd jamais en intensité. La mienne se fatigue progressivement, car je fume un peu trop. Mais cette rencontre était à la fois très amusante et enrichissante, car nous devions chanter face à face. C’était comme si il voulait essayer de gagner un concours. Finalement, il y avait une sorte de compétition entre nous, mais dans le bon sens du terme…

Mais pourquoi a-t-il accepté de chanter en duo avec toi ? Parce que vous repreniez,  » Blackstar « , ‘live’?

I.M. : C’était il y a deux ans, lors d’un festival. Radiohead occupait la tête d’affiche, mais ils étaient tous extrêmement nerveux. Nous n’avions jamais imaginé qu’un groupe pareil puisse se sentir aussi tendu, à l’idée de devoir se produire comme tête d’affiche d’un festival. Nous les avons rencontrés en coulisses et nous les avons invités à rejoindre notre loge. Là, nous avons joué  » Blackstar  » ; et puis nous avons beaucoup discuté ensemble. Nous leur avons répété qu’ils méritaient cette tête d’affiche, parce qu’ils étaient géniaux sur scène. Depuis, ils nous ont toujours voué une profonde gratitude. Et puis, nous avons tourné aux States avec eux, et nous sommes devenus des amis. Avec le recul, je comprends mieux, que le succès d’un groupe puisse causer une telle pression ; mais d’autre part, je pense qu’ils nous observent en pensant que nous sommes toujours capables de nous amuser sur scène. Eux ne peuvent plus. Sur les planches ils doivent délivrer un set très professionnel. Mais, en nous regardant, ils se rappellent que quelques années plus tôt, ils disposaient toujours de la liberté d’oser faire les choses qu’ils souhaitaient…

Pour en revenir à  » El president « , il appert que cette chanson traite de l’interventionnisme des Yankees à El Salvador, au Chili et à Cuba. Vous détestez l’impérialisme ? Ne pensez-vous pas que le communisme comme le néo libéralisme, sont d’autres formes d’impérialisme ?

I.M. : Je ne pense pas que tous ces systèmes soient fondamentalement mauvais. Mais il est absurde de penser qu’il soit possible d’établir un système qui plaise à tout le monde, parce que tout le monde a des objectifs différents, dans la vie. Bien sûr, nous sommes contre l’impérialisme américain, mais c’est un mouvement inévitable, un développement inéluctable de l’humanité. Il existe des étapes différentes dans le progrès. C’est parfois moche, mais il ne faut pas seulement regarder le mauvais côté de la médaille. Il y a aussi des choses positives. Cependant, je ne me sens pas suffisamment experte pour mener un tel débat. Je ne souhaite pas que cette chanson se limite à montrer du doigt la CIA des Etats-Unis, mais qu’elle prenne une dimension humaine. Nous rappelle qu’il existe des gens, des être humains qui ont souffert et souffrent encore, qui se sont battus et qui se battent encore pour défendre ou arracher leur liberté….

 

en avril 1998

Sortie de l’album « White magic for lovers » de Drugstore, et dans la foulée du single « El President ».

50cb5ad9ad74504c4e4c4d9a231a559f

elpresident

le dimanche 19 juillet 1998
Un clip est enregistré pour promouvoir le duo. Radiohead étant à son top, on ne voit que Thom Yorke dans le clip.

Du tournage du clip, on ne sait rien…

7 septembre 2011

En 2011, Isabel Monteiro explique que bon… elle n’a plus le numéro de Thom :

The song you’re probably best remembered for is “El President”, a duet with Thom Yorke. Are you still in touch with him?

No, no. I used to have his telephone number at one point but it’s been so long and our lives have diverged.

Previous post

No surprises

Next post

The Thief

No Comment

Leave a reply