chansons

No surprises

Présentation de la démo par Thom : 3 août 1995
Premier live (acoustique) : 4 décembre 1995 (Amsterdam)
Influence de Sparklehorse : 1995-1996
Enregistrement : début 1997
Sortie sur album : juin 1997 (OK Computer)
Clip : novembre 1997
Singles : 12 janvier 1998

3 août 1995

Thom a présenté cette chanson aux quatre autres et aux membres de R.E.M. dans les vestiaires à Oslo, le 3 août 1995, lors de leur tournée commune. Colin en est fou, et Thom a besoin de libérer son agressivité juste après…

I play everyone a new song in the dressing room (which is a toilet). It’s called ‘No Surprises, Please’. Colin goes nuts. Afterwards, I try not to get blind drunk but fail miserably. Go out dancing and locate my aggressive streak on encountering a couple of Nordic males who are flexing their impotence in tracksuits. Dance it out to the Beastie Boys’ Root Down. Feel much better.
— Thom Yorke / journal de bord, écrit pour le magazine Q (parution en novembre)

 

4 décembre 1995

La première version, jouée en soundcheck au Paradiso (Amsterdam), avait des paroles différentes.

he was sick of his clock stopping
wind it up, that girl stayed sleeping next to him

the watch stops, the batteries run down
he studies broken sentence
no alarms…

the watch stops, the batteries run down,
he studies broken sentence
no alarms and no surprises…

he was sick of his excuses
to not take off her dress when bleeding in the bathroom

he was sick of his clock stopping
wind it up
no alarms and no surprises
no alarms and no surprises
no alarms and no surprises please

Ces premières paroles de la chanson racontaient l’histoire d’un homme arrivé à bout à cause de la tournure que prenaient les événements pour lui, et parce que sa copine l’avait quitté. cf He was sick of her excuses To not take off her dress when bleedin’ in the bathroom Les paroles ont été modifiées par la suite mais l’idée est toujours la même…

 

1995 – 1996

En 1996, sous l’influence de Colin qui est un grand fan depuis 1995, le groupe Sparklehorse fait les premières parties de Radiohead. Les deux groupes ne se connaissaient pas au départ, mais le respect mutuel va se transformer en amitié sur la tournée.

Il semblerait même qu’une chanson de Sparklehorse va aider le groupe à trouver les paroles de No Surprises : « Sad And beautiful world ».

Mark Linkous, le leader de Sparklehorse reste très modeste :

LINKOUS: Uh, it didn’t really influence me. I mean, they said “No Surprises” was their Sparklehorse song, but I mean we could never compete with them. They’re just great at making those big majestic pop songs, you know, and our thing is being kinda small and pathetic.

 

La chanson est alors vraiment déprimante, et le groupe a bien conscience qu’il faudra la faire un peu évoluer…

 

fin 1996-début 1997

Si Thom a trouvé des paroles pour No Surprises, le reste du groupe est lui bien embêté… Beaucoup de versions vont être essayées

The other problem was the lyrics. Whenever we’d done a record before, Thom’s lyrics were evolving. He’d give you sheets and once you see the words to, say, ‘No Surprises’, you immediately think, ‘Ah yes, we need a guitar for this that sounds like a child’s musical box’. This time, there were no lyrics and therefore no reference points. Phil, Colin and I went through some major dilemmas at various stages. How could we contribute to this new music? We all wondered if it wasn’t better to just walk away. It was a very scary thing at first.
— Ed O'Brien / Mojo, juin 2001

 

vraiment beaucoup…

The irony is the fact that you set out to make a straight-laced pop record. »

Ed: « Yeah. We were saying, ‘Let’s do it really straight ahead, let’s not fuck around and spend ages analysing the material’. And we ended up doing 16 versions of ‘No Surprises’ and then went back to the first one. The problem is, we get bored very easily.

— Ed O'Brien / Select, decembre 1997

 

L’idée de départ du groupe, est de la faire sonner comme un tube des  Beach Boys…

The guitar sound on ‘No Surprises’ was supposed to harken back to [the Beach Boys’] Pet Sounds
— Ed O'Brien / Guitar World, avril 1998

 

Et pourtant, quand le groupe va entrer en studio, l’affaire sera bouclée dès le premier jour d’enregistrement… même si plusieurs bandes avec différentes versions sont enregistrées.

 

With No Surprises, we just said we have that very first take and then we thought, « Well, you know, it can’t be that! » So we went on and filled three reels of tape with different versions of No Surprises and eventually came back to the very first one.
— Phil Selway / source inconnue

 

The first song we recorded – that, erm, haunting, child-like guitar sound set the mood for the whole album. We were going for that ‘Pet Sounds’ vibe.
— Thom Yorke / Select, juillet 1997

 

16 juin 1997

Sortie d’OK Computer, dont « NO Surprises » est la 10ème piste.

21 juin 1997

Dans un article du NME, on apprend que Jonny s’amuse bien de la mauvaise volonté de Duncan, le technicien en charge des instruments du groupe, qui doit amener sur scène un glokenspiel juste pour jouer la chanson en live :

Jonny responds to compliments and funny stories by saying “Bless”, like a groovy young vicar. He thinks it’s hilarious that Duncan, his tattooed guitar tech has another job during the gigs now – bringing a little glockenspiel out for the ‘No Surprises’ song, which embarrasses the old road dog. Such are the demands that come with a job on the all-action ‘Head experience.
— NME / 21 juin 1997

 

novembre 1997

Un clip est tournée pour promouvoir la chanson par Grant Gee, par ailleurs en train de réaliser un reportage sur la tournée 1997 du groupe (qui sortira en 1998 sous le titre Meeting People is Easy »).

Le clip montre un plan fixe du chanteur du groupe, Thom Yorke dont la tête est enfermée dans un bocal en plastique qui se remplit petit à petit d’eau jusqu’à immersion totale. Le chanteur passe 57 secondes la tête sous l’eau jusqu’à ce que le bocal se vide et qu’il se remette à chanter, arborant un léger sourire ironique. Ce scénario semble illustrer les paroles du narrateur de la chanson, qui croule petit à petit sous le poids d’une vie épuisante. Enfin le moment où le bocal se vide et où Thom Yorke se remet à chanter paraît illustrer la vie plus tranquille et plus heureuse décrite dans le dernier couplet. Cette interprétation accrédite la thèse du suicide de la part du narrateur, ce dont s’est toujours défendu Thom Yorke.

 

Dans le documentaire Meeting People Is Easy, on peut voir des images du tournage de ce clip, réalisé en accélérant la piste sonore afin que Thom Yorke passe moins de temps la tête immergée dans l’eau.

 

Récit par Thom Yorke himself :

And then the latest one we did, No Surprises, has been done by Grant who has been following us around, and he was sort of seeing the other things that were coming up, and a lot of the scripts for No Surprises were the same old thing like a lot of… I’d be walking down the street and cars are blowing up and everything’s going off, and I have this completely dead pan reaction and it’s all like… and it’s all pretty much the same. And we had this one script (laughs)… where I was going to fly out of a toilet. I was going to get into a toilet on an aeroplane, and I was going to press the button to flush the toilet and it was going to be the ejector seat. And we were half way down that and we suddenly thought, nnnoo… no hang on, great idea but totally wrong song. And then Grant just came up with this weirdest idea of me just basically drowning myself… with the titles rolling up. »

Richard: « I’ve seen a portion of it, I haven’t see the whole thing, but it’s… you’ve got a spacesuit on or a space helmet on. »

Thom: « Yeah, it’s kind of in reference to the 2001 bit, you know, with the helmet? There’s a 2001 segment when the lights are being reflected in the helmet. But Grant chose to frame it in such a way that actually the television was the frame, which I got really excited about because I like the idea of walking into a bar or something and seeing my head just framed by the television just like a goldfish bowl, and then I drown in… or almost drown, and I actually had to do that as well, it was horrible, it was terrifying. »

Richard: « For this video you had to do that as well? »

Thom: « Yeah, there was no way of cheating it, so I did have to actually be submerged in the water for a minute. There was no other way of doing it so they built this helmet and filled it up with water with my head in it. And I had a pullout thing I could do. But, erm… »

Richard: « Were you mouthing the words at the same time? »

Thom: « No I just, erm, I was there for a minute… in a goldfish bowl full of water, basically. »

Richard: « Any goldfish? »

Thom: « No, thankfully not. »

Richard: « (laughs) And are you good at holding your breath? »

Thom: « Well, I was good by the end of it, yeah. We had a stuntman training and everything. »

— Thom Yorke / Triple J 'The J-Files', 2 février 1998
12 janvier 1998

Pour en lancer la promotion d’OK Computer, une série de singles est lancée, deux en 1997 et début 1998,  « No Surprises » est le troisième single, décliné en 2 CDS :

CD1 :
1. No Surprises
2. Palo Alto
3. How I Made My Millions
1cd_01

1cd_02

CD2 :
1. No Surprises
2. Airbag (3 novembre 1997, Huxley’s Neue Welt, Berlin)
3. Lucky (30 octobre 1997, Tenax, Florence)

2cd_01 2cd_02

Parlophone en était tellement content qu’il déclarait qu’elle pourrait facilement atteindre la première place dans les charts… Il est vrai que le rythme de la chanson a quelque chose d’envoûtant, un peu comme une berceuse, mais avec des paroles terribles ! elle est d’ailleurs assez réconfortante après l’éffrayante ’Climbing up the walls’

« L’idée était de commencer par effrayer tout le monde avec ’Climbing up the walls’ puis de les réconforter avec une chanson pop au refrain qui sonne comme une libellule. » – Colin

Beaucoup ont vu en cette chanson un appel au suicide, mais Thom s’en est défendu en déclarant qu’il s’agit d’une berceuse, d’une tentative de retour à la normalisation qui échoue misérablement.
« C’est comme les bouteilles en plastique vides qu’on est obligé d’enterrer parce qu’elles ne pourrissent jamais. dans ma vie aussi, j’enterre beaucoup de choses. »

La chanson entre à la deuxième place des charts  la semaine du 24 janvier 1998.

 

Sur la pochette du maxi pour cette chanson, on trouve un texte assez intriguant, qui ferait état de nombreuses bombes ’perdues’ par les russes… bombes susceptibles de faire énormément de morts….. Apparemment, cela fait référence à cet article de presse, qui aurait sûrement marqué les membres du groupe…

bombslost

Previous post

James

Next post

El President