chansons

Bullet Proof…I wish…I was

Premier live : 15 juin 1993 (Nancy, version « demo »)
Ecriture des paroles : courant 1993 (plusieurs versions différentes sont testées)
Enregistrement en studio : été 1994
Sortie sur album : 13 mars 1995 (The Bends)
Dernier live : 8 octobre 2008 (Tokyo)

 

On a souvent dit, au vu des paroles, que Thom devait avoir des problèmes en l’écrivant, mais elle a sûrement un sens plus général, que chacun de nous doit interpréter à sa manière.

mardi 15 juin 1993

De passage en France pour une tournée des FNAC et grands magasins de musique, Radiohead gratifie le public de Nancy de deux nouveautés, « Lozenge of Love » et « Bulletproof ». Cette version acoustique est encore bien jeune et les paroles évolueront beaucoup avec le temps :

[dewplayer:http://www.radiohead.fr/wp-content/uploads/2014/IMG/mp3/nancybulletproof.mp3]

limb by limb and cheek by cheek
crawling up inside of me
every day, every hour
i wish that i was bullet proof

there’s something wrong, something near
i can feel it in my bones
everywhere everyhow
wish that it was bullet proof

something near, something’s burning
right inside my mind
something near, something’s burning
i wish that i was bullet proof


juin 1993

Radiohead joue « Bullet Proof » à la radio américaine fin juin 2003. Les paroles ont déjà quelque peu changé par rapport à Nancy :

 

vendredi 26 novembre 1993

La chanson est toujours dans les préoccupations du groupe. Faute de pouvoir la tester en studio (l’année 1993, le groupe joue très souvent en live), c’est à la radio qu’on l’entend, quand le groupe a le temps de se poser un peu pour proposer du nouveau. Pour la radio espagnole Radio 3, ils jouent une nouvelle version acoustique dont les paroles commencent à se rapprocher de la version originale, mais qui comporte tout un paragraphe qui sera écarté par la suite :

limb by limb and tooth by tooth
stirring up inside of me
every day, every hour
wish that i was bullet proof

wax me, mould me
heat the pins and stab them in
you have turned me into this
just wish that it was bullet proof

so say a prayer, pray for me
as i fall out of here
tumble down, down a cliff
just wish that i was bullet proof


 

2 juillet 1994

Nouvelle prestation à la radio. Thom l’annonce sur le prochain album… enfin il espère !

Jonny: « Umm… crikey… Bulletproof?

Thom: « Yeah we could do a new actually just to annoy you.

DJ: « A new song? Not previously recorded?

Thom: « No this is one that’s gonna be on the new album, hopefully. This is a song called Bulletproof.

[Ils jouent ‘Bullet Proof..I Wish I Was’]

Thom: « You can tell we just made that one up, can’t you?

— Thom Yorke / P3

 

août 1994

En août 1994, le groupe a fini d’enregistrer quelques prochaines pistes en studio, comme en témoigne cette photo d’une K7, où sont écrits à la maison par Thom, les titres qui viennent d’être travaillés en studio (en face A, ce qu’il réservé pour le prochain album, en face_B le reste).

 

Dans les interviews de 1995, on en apprendra un peu plus sur l’enregistrement. Le travail d’enregistrement commence basiquement, avec John Leckie. Chacun enregistre sa partie : Thom joue de la guitare acoustique, Colin la basse, Phil la batterie, puis on écoute, et on trouve vite que ça manque de texture…  Ed et Jonny travaille donc sur les effets… mais Thom et Leckie trouve que ça ne sonne pas correctement et arrêtent les bandes. Ils ont une idée… une nouvelle façon d’enregistrer… Pendant que la piste passera, Jonny et Ed n’entendront rien, ils devront juste jouer quelques sons, ajouter, essayer, bidouiller pendant deux-trois minutes, et on fera ça plusieurs fois de suite.

Interviewer: « Wow, yeah. Another song I understand was recorded in kind of an unusual way was Bulletproof?

Ed: « Mmmm (laughs)

Interviewer: « That they just had the tape rolling while the guitars were playing, and then kind of put that into the song. Is that true?

Ed: « Yeah, well it was…because basically the acoustic guitar…Thom playing acoustic guitar, and the bass and drums were all being done, and the track needed like some kind of like effects and stuff, I guess on it, and we were trying…Jonny and I were playing…

Jonny: « The old Floyd trick

Ed: « (laughs) The old Floyd trick! And we were trying, you know, to add some kind of layers and textures to it, and it wasn’t really working when the tape was running, so they said…they said, you know “well, we’ll stop the tape rolling”, well “we’ll roll the tape, but you won’t hear it, just play weirdly funny noises for three and a half minutes, and do that four or five times”, and we did that, and you know, I remember thinking at the time “Bastards! We’ve never recorded like this before, how are you supposed to do it?”

Jonny: « But we ended up with like six tracks of all very different colours on them that we could fade in and out to change the mood.

— Ed O'Brien / US radio station, début 1995

 

The only song that I’ve ever played on when I was not allowed to hear the backing track. ’Just make whooping oodle noises for three minutes’, was the cry from the control room. ’Bastards’, I thought at the time.
— Ed O'Brien / Answerphone, 1995

 

Pendant ce temps, Thom, Phil et Colin travaillent dans leur coin.

Oh, Bulletproof. It was really fun making that, me and Phil and Colin playing our bits and then we left Jonny and Ed for a whole day, sitting there, playing their guitars, and they couldn’t work out what they were going to play, they didn’t have a clue, so me and John Leckie said « alright, we’ll set the tape rolling and you do what you like, but it won’t have anything to do with the track, we’ll just tell you when to stop. » So because of that, all these amazing, like, sounds and accidents came out of what they were doing on their guitars with cigarette lighters and bits and peices, and I really liked that because it was purely an accident.
— Thom Yorke / BBC Radio 1, Steve Lamacq/Jo Whiley, 9 mars 1995

 

13 mars 1995

La chanson sort sur l’album The Bends.

 

La chanson est régulièrement entendue dans les concerts en 1995 et jusqu’en 1998. Elle se fait ensuite beaucoup plus timide à partir de 2000, ce genre de ballade correspondant beaucoup moins au nouveau « style » du groupe… Elle n’a donc été jouée que 8 fois depuis 2000, la dernière fois à Tokyo en 2008 :

 

avril 2011

Un livre consacré au travail d’Andi Watson, le technicien lumière de Radiohead, sort, sous le titre justement de « Bullet proof…I wish I was ».

Pour en savoir plus : http://www.radiohead.fr/?p=3177

arton3177

Previous post

Bodysnatchers

Next post

Lozenge of love

No Comment

Leave a reply