chansons

You never wash up after yourself

Il s’agit d’une chanson très brève de la période The Bends, toute jolie toute mignonne… très bien pour une face B.

 

1994

C’est vers 1994 que la chanson commence à être travaillée en studio. Dans les crédits de la chanson, on peut lire cette mention :

recorded live in a fruit farm by Jim Warren

« fruit farm » est le premier nom donné à Canned Applause, le studio mobile que le groupe avait conçu pour The bends. Quant-à Jim Warren, ce n’est pas l’ingénieur du son habituel du groupe, mais il semblerait que John Leckie, le producteur du groupe à l’époque, n’ait pas voulu participer, ou était absent…

Un article d’octobre 1997 du NME (« The Lung And Whining Road » de Stuart Bailie) nous apprenait « 5 faits stupides et inconnus sur Radiohead », parmi lesquels :

On the new track ’You Never Wash Up’, you can hear Phil set down his drumsticks halfway through the song and walk out. He thought it was just a rehearsal.

Phil, se croyant en répétition, aurait baissé le son de son ampli, et serait sorti pendant la prise d’enregistrement de la chanson… vous l’entendez vous ?

 

août 1994

La chanson fait partie de la liste des pistes en travail sur cette cassette d’août 1994, liste d’ailleurs notée de la main de Thom Yorke.

JPEG - 74.2 ko

Sur la face A, les chansons en « test » avant de figurer peut-être sur l’album, en face B, les pistes qu’on garde de côté pour figurer sur des EPs.

 

24 octobre 1994 

La chanson fait partie de l’EP « The Bends ».

dans la review de l’EP par Select, en novembre 1999, on peut lire :

YOU NEVER WASH UP AFTER YOURSELF
B-Side of ‘My Iron Lung’ single CD2
The striking, oppressively sad tone of this voice-and-guitar piece puts it up there with ’Fitter Happier’ as the Radiohead tune not to put on at a party.
With the feel of an ancient folk song, it signals a band increasingly unmoored from familiar trad-rock habits. The image of the figure lying in bed with “everything starting to die” all around him comes from a period of dispiriting lethargy that hit Thom on returning home after touring the world in 1993 – he couldn’t be bothered to knock a hole in the ice on the fish pond so his two fish died.
The desolation is only slightly alleviated by the everyday title which, speculation must suggest, could derive from a girlfriend’s jibe about the returning rock star’s slovenly domestic habits.

 

 4 novembre 1994

Thom, Ed et Colin sont en interview sur Sideshow, et c’est l’occasion de parler des chansons du nouvel EP, dont « You never wash up after yourself » :

DJ : Was the song « You Never Wash Up After Yourself » sort of written as an ode to the English people.

Thom : Yes. [shrugs] Erm. Yes. Pretty much. No, it was an ode to, er, me, really cause um

[crosstalk]

Thom : Well, you know, you lead such a glamorous life, and then you come home and then uh, someone is wiping your bottom and washing up after you. So I suppose it was that.

Colin : I’ve never had my bottom wiped on tour, I would have to say. Metaphorically or otherwise.

Thom : « I’m finished ! »

DJ : « Mom ! »

Colin : « Tim ! I’m finished. » Right ?

 

Previous post

Planet Telex

Next post

Lewis (mistreated)

No Comment

  1. Anonyme
    23 février 2008 at 20 h 22 min —

    La traduction n’est pas « je ne fais jamais la vaisselle derrière toi » mais plutôt « tu laisses toujours la vaiselle (à faire) »

  2. marcus
    6 mai 2008 at 17 h 48 min —

    y a une basse aussi il me semble sur cette chanson

Leave a reply