news

Daydreaming, nouveau clip, nouveau single / sortie de l’album le 8 mai !

Nouvel acte dans le jeu de pistes du LP9, depuis ce début d’après-midi. Le Deadairspace nous a gratifiés d’un nouveau teaser de quelques secondes où l’on peut voir Thom Yorke déambuler dans un parking avec un air hébété, semblant chercher quelque chose.

Sa bagnole? Ses acolytes? Ou les masters du futur LP9?

 

Mise à jour :

Vers 17h, comme il y a trois jours, le nouveau clip en entier a été rendu disponible sur Radiohead.com.

La chanson s’appelle Daydreaming, c’est une ballade de 6 minutes ! Le clip est de Paul Thomas Anderson, on y voit un Thom en balade qui ouvre des tas de portes qui mènent à des lieux variés (des maisons, un supermarché, un hôpital….) . Le single est disponible en téléchargement, et (« one more thing »)  l’album sort dimanche 8 mai à 19h heure anglaise (20h en France)en version téléchargement, le 17 juin dans les magasins !

sortiealbum

La pochette du single :

032c1802-4a0b-44a2-b5f3-56e628c91712_1024x1024

La nouvelle page d’accueil de XL Recordings laisse apparaître une nouvelle photo promotionnelle du groupe… On y retrouve le même réalisme cru que dans le clip de  Paul Thomas Anderson. Thom est tel qu’il est, pas maquillé, pas travaillé… les imperfections ne sont pas cachées !

xlr

Previous post

Ils répètent!

Next post

Daydreaming

121 Comments

  1. 6 mai 2016 at 22 h 21 min —

    Quelle folle semaine quand même qui a commencé avec un teasing de fou et cette disparition programmée d’internet pour attirer le regard puis ces deux superbes chansons et clips. Semaine qui va se terminer sur la sortie de l’album. Niveau communication, il est difficile de faire mieux.

  2. 6 mai 2016 at 22 h 21 min —

    Juste par rapport à la réédition en vinyle, y’aura une différence (prix…) avec les anciennes éditions?

    • LeCorbu
      6 mai 2016 at 23 h 55 min —

      Une réédition reste une réédition. Il s’agit bien souvent d’éditions de moins bonnes facture ( pour les vinyles bien sur ).
      Il faut savoir une chose : 95% des rééditions vinyles sont produites depuis une source numérique. Les masters analogiques disparaissent quasiment, sont détruite ou non utilisées par soucis d’économie. Ainsi on grave sur un support analogique un code numérique dejà de « mauvaise qualité » : du 24bit/96kHZ. En gros c’est écouter une qualité CD sur un support analogique (vinyle) en payant le prix fort. C’est pour ça que les rééditions sont une véritable escroquerie. Croyez moi, mon père travaille dans ce domaine.

      Après faut voir si les rééditions sont agrémentées de morceaux, Bsides et/ou demo.. mais je ne pense pas..

  3. HiddenAMK
    6 mai 2016 at 22 h 58 min —

    Avant, Radiohead ne voulait plus faire de single et là on se retrouve avec deux singles pour un même album.

  4. StreetSpirit1981
    6 mai 2016 at 23 h 10 min —

    En congé depuis vendredi dernier, j’ai passé une semaine parfaite grâce à Radiohead.
    Du white, des teases et 2 singles de dingue!
    Vivement dimanche et la tournée !

  5. aline
    7 mai 2016 at 0 h 30 min —

    Après des heures d’attente aujourd’hui, je suis enfin avec mon casque vissé sur les oreilles et la magie peut commencer, recommencer. Spectre m’avait donné des frissons, Daydreaming est bouleversant, enveloppant, d’une grâce et d’une classe folles. Ce titre aurait totalement sa place sur Kid A ou Amnesiac et ça laisse présager du très très bon. Ça sent de plus en plus le chef d’oeuvre toute cette histoire. J’ai hâte d’entamer le voyage et de partager ça ensuite ici avec vous.

  6. Electron
    7 mai 2016 at 4 h 42 min —

    Je pense que burn the witch fait une belle intro et daydreaming une belle outro pas vous?

    Allez vivement dimanche.
    En tout cas merci pour ce site ça permet de partager et de pas trop Soulez l entourage pasque quand on est fan c dur pour les autres….

    • 7 mai 2016 at 9 h 21 min —

      Je trouvais aussi que Burn the witch ferait une bonne intro.
      Daydreaming pourrait aussi faire une outro (ou un milieu d’album à la kidA ^^)

      J’aime beauoup ce nouveau single. Juste un peu moins orchestral que ce qu’on a pu déjà écouter… quoi que !

  7. valerie
    7 mai 2016 at 9 h 32 min —

    La beauté de ce morceau est tangible à travers les résonances immédiates et multiples qu’il provoque (recherches existentielles toujours insatisfaisantes, expérience de mort imminente, sentiment de perte après une rupture essentielle) mais il me semble que, si BTW est une chanson politique, DD appartient aux morceaux inspirés par le Livre des Morts tibétains, livre de chevet de TY.
    Le Bardo Thödol est une source puissante d’images: le cheminement de l’âme vers la renaissance (on voit au début plusieurs personnes entrer dans ce tunnel) conduit, à travers différents états de conscience, à accepter la rencontre avec la lumière blanche (ascension vers le parking, images saturées de soleil, neige enfin), et l’illumination finale permet de renaître dans une nouvelle incarnation.
    La traversée du monde sensible sans obstacles fait partie des étapes de ce cheminement (personne ne le remarque et toutes les portes s’ouvrent, cette traversée des souvenirs le fait parfois sourire, parfois ressentir de la colère). Le dernier état est un abandon de sa propre enveloppe dans une sorte de dissolution de la personne (voix inaudible répétant un mantra, une prière): on ne saura pas en quoi TY se réincarne, mais la fin est ouverte. Le cheminement vers la réincarnation est souvent décrit comme un rêve.
    Si on suit cette interprétation, ce morceau n’est pas sombre et, comme Videotape et Separator, pourrait bien être le morceau final de l’album.
    C’est une interprétation personnelle bien sûr, le pouvoir d’un grand morceau est d’être interprétable à l’infini et mes connaissances du bouddhisme tibétain se limitent aux romans d’Antoine Volodine, qui utilise abondamment l’imaginaire lié à l’état intermédiaire qui mène de la mort à la renaissance.

    • 7 mai 2016 at 9 h 55 min —

      j’aime bien ton interprétation. une chose : d’après le bardo thödol (qui a par ailleurs inspiré « tomorrow never knows » des beatles et surtout « enter the void » le chef d’oeuvre de gaspar noé, à voir absolument) le but du jeu en fin de karma est justement de ne plus se réincarner, de sortir enfin du cycle des vies terrestres pour rejoindre définitivement la source d’énergie de l’univers, a.k.a dieu. du coup, thom serait cette âme qui déambule et observe les vivants, sans s’arrêter, sans chercher de nouveau vaisseau, ne faisant que grimper, grimper, jusqu’à retrouver la « source » est venir se blottir dans cet amour… dans tous les cas, cette chanson donne de sacrés frissons. et si, comme tu le présages, on aura enfin droit à rh + string quartet, là je vais fondre en larmes, c’est certain 😉

      • valerie
        7 mai 2016 at 13 h 12 min —

        Oui, c’est bien possible: cela expliquerait peut-être le « you » dans le vers énigmatique « we are just happy to serve You ». Qui est ce « you » si ce n’est le principe divin (appelons-le comme ça mais le « deus sive natura » de Spinoza ou l’hors-temps du bouddhisme, c’est un peu la même chose pour un homme du XXIème siècle)?
        Cet état de rêve éveillé peut être atteint par la pratique de la méditation également, et TY a dit plusieurs fois qu’il passait beaucoup de temps à méditer.

        • 7 mai 2016 at 16 h 44 min —

          bien entendu, il y a toujours eu une forte influence bouddhiste (« i will see you in the next life ») chez thom… mais pas que. le bouddhisme et le monothéïsme se rejoignent sur l’essentiel (j’en suis un exemple) et même si ce n’est pas vraiment « à la mode » d’évoquer voire simplement de nommer dieu (ce qui peut prendre plus d’une vie), on n’efface pas deux mille ans de christianisme en une ou deux générations. « mephistopheles is just beneath », « separator » (le nom du diable), toutes les références à l’enfer de dante (dont rachel owen est une spécialiste), la prière centrale de paranoid android (où il chantait au départ « alléluia ») et quelques wagons d’autres références bibliques … bref, le réalisateur du clip de btw nous disait il y a quelques jours à quel point thom était directif dans les moindres détails, et je peux t’assurer que quand il lève les yeux au ciel en chantant « this goes beyond me, beyond You », il sait ce qu’il fait 😉

          • valerie
            7 mai 2016 at 17 h 12 min

            Je pense qu’il y a de sa part une plus grande adhésion au bouddhisme tibétain qu’au christianisme dont les références, fréquentes en effet dans ses textes (ne pas oublier Reckoner), sont sans doute plus le fruit d’une éducation anglicane (ils ont tous été dans l’école privée d’Abingdon, ça forme une culture chrétienne!) que d’une foi particulière. Mais tu as raison: le syncrétisme n’exclut aucune référence. Je doute qu’il adhère pleinement à une quelconque religion: il s’est créé la sienne (paganisme dans Street Spirit, images empruntées à la mythologie grecque dans There there, panthéisme dans Bloom…). Un certain mysticisme nourrit son imaginaire, il s’est réapproprié les images et les concepts. Personnellement ça fait partie de l’intérêt que je trouve à la musique de Radiohead: le monde est désespérément vide sans aspiration spirituelle.

          • marjorie
            8 mai 2016 at 15 h 39 min

            j’aime beaucoup votre dialogue ! J’ajouterais ces paroles, celles de Desert Island :
            help as i go upon my way
            so let me go upon my way
            born of a light
            the wind rushing round my open heart
            an open ravine
            with my spirit white
            with my spirit light
            totally alive
            totally relieved
            through an open doorway
            across a stream
            into another life
            and catching my reflection in a window
            switching on a light
            one i didn’t know
            waking up from shutdown
            from a thousand years of sleep
            in you.. you know what i mean
            standing on the edge of.. you know what i mean
            different types of love are possible

            vous ne trouvez pas qu’on y retrouve beaucoup de ce qui est dit et montré dans ce clip ?

    • 7 mai 2016 at 10 h 28 min —

      Merci pour ce sublime commentaire. J’aime beaucoup cette interprétation.
      Je trouve le clip absolument bouleversant malgré/grâce à sa « simplicité » pudique.
      En lisant ton commentaire, je me dis que les deux extraits sortis sont peut-être le morceau d’ouverture de l’album et le final.
      Réponse demain soir.

    • 7 mai 2016 at 16 h 20 min —

      Ton interprétation éclaire vraiment ma vision du clip.
      Mais « éclaire » vraiment. Chacun voit les choses à sa façon, mais la tienne me touche profondément, bien que j’y connaisse que couic au Livre des morts… et au « sacré » en particulier.
      Et oui, ce clip n’a rien de sombre, ou dépressif ou tout ce dont Radiohead est le plus souvent affublé, c’est une lumière bienveillante, douce, qui est là pour guider, montrer le chemin.
      Pour passer le temps, j’ai fait des choux. Ce soir ce sera profitéroles.
      On se console de la lenteur interminable du temps qui s’écoule jusqu’à demain comme on peut…

    • The thief
      7 mai 2016 at 19 h 00 min —

      C’est toujours un plaisir de te lire Valérie, rien à ajouter. Merci pour ton travail sur ce site.

  8. 7 mai 2016 at 9 h 55 min —

    J’espère juste que l’album ne fait pas 7 titres …

  9. 7 mai 2016 at 14 h 52 min —

    au moins 10 morceaux ce serait vraiment cool, mais j’ai peur

  10. eutow
    7 mai 2016 at 15 h 35 min —

    Effectivement beaucoup de choses a dire sur ce clip. D’habitude les clips de m’interessent pas vraiment. Je prefere me concentrer sur la musique en elle-meme. Toutefois, ici c’est l’inverse. Je trouve le morceau beau et touchant mais pas nécessairement transcendant. En revanche, Thom dans ce clip-film est incroyablement touchant. Il y a une veritable mise a nue et j’ai l’impression de l’avoir rarement vu comme cela. Sans connaitre les references que vous citez, je perçois TY comme une sorte de fantôme-dieu qui traverse le monde une derniere fois avant d’aller se receuillir-mourir? dans les montagnes dans une grotte,aupres d’un feu. Je le vois aussi comme un enfant ou un vieillard qui n’est pas blasé par le monde et qui sourit face aux scènes simples de la vie. Le clip est tres singulier et la musique sert bien le clip plus que l’inverse. Marrant si burn the witch est le 1er morceau et daydreaming le dernier. J’exclus toujours pas le double album enfin ce morceau me fait vraiment penser a motion picture et a celui dont j’ai oublié le titre où il joue seul chez lui du piano et où on entend sa femme fermes les placards. Bref, vivement demain.

  11. astyl
    7 mai 2016 at 16 h 13 min —

    C’est how i made my millions

    This is a warm up

    The end is the begining of the end

  12. 7 mai 2016 at 16 h 29 min —

    Géniale, l’idée du minuteur. Mais il est pas à l’heure anglaise ? J’aimerais me tromper, le temps passe pas vite…

  13. Vito
    7 mai 2016 at 16 h 33 min —

    Si je puis me permettre, 19h heure anglaise, c’est 20h heure française et non 18h comme indiqué dans l’article !

    • valerie
      7 mai 2016 at 17 h 19 min —

      Bien sûr, j’ai corrigé (18h UTC= 20h heure française)…aïe aïe aïe j’en connais qui vont malgré tout passer toute leur après-midi en cliquant sur f5! Pitié, laissez-en à ceux qui reviendront de ballade! (avec les Américains chez qui ce sera le début de l’après-midi: gros plantage des serveurs en perspective!)

  14. 7 mai 2016 at 16 h 55 min —

    Pour moi le clip, c’est directement en rapport avec le fait qu’il s’est séparée de sa partenaire avec qui il était depuis 23 ans.
    Il déambule dans différents lieux, n’appartient nul part, il est vide du fait de se retrouver seul après avoir vécu avec quelqu’un pendant tant d’années.
    En plus à la fin, « Half of my life  » qu’il prononce à l’envers, correspond bien au temps qu’il a passé en couple.
    Après le texte colle bien avec l’environnement aussi, et on sait que Thom est assez engagé à ce niveau là.

  15. valerie
    7 mai 2016 at 17 h 29 min —

    Peut-être aussi bien sûr, bien que cette séparation n’ait pas eu l’air de beaucoup l’affecter et qu’il sourie davantage dans le clip quand il traverse une laverie ou un supermarché que dans les lieux familiers ou familiaux…autre piste: il a insisté dans plusieurs interviews sur le fait qu’il avait réalisé soudain qu’il faisait ce métier depuis plus de la moitié de sa vie…c’est peut-être à ça que pourrait faire allusion la mystérieuse phrase…L’oeuvre est ouverte et les interprétations sûrement multiples (sans compter que c’est aussi une oeuvre de PTA, réalisateur assez mystique également)

    • 7 mai 2016 at 21 h 08 min —

      il perd son sourire à 1mn54 et change de direction quand il voit la femme enceinte dans la laverie, il semble totalement perdu alors, le regard fixe et il se ravise; avant, à 0mn 56, il change de direction aussi soudainement dès qu’il voit la jeune femme avec la poussette. il y a aussi la petite fille en bleu qui passe devant lui en courant et lui ferme la porte au nez.
      D’autres choses ont attiré mon attention quand il est dans le parking et qu’il longe les grandes ouvertures éclairées (3mns48), il semble aussi se raviser, comme s’il hésitait à faire quelque chose. j’ai aussi remarqué qu’il semble se sauver de la bibliothèque quasi apeuré (bizarre). c’est presque rien, mais ses réactions viennent se greffer à la narration et l’enrichir imperceptiblement.

    • 8 mai 2016 at 0 h 02 min —

      Je divague certainement mais Valérie, en lisant ta remarque, je me dis que ce morceau pourrait parler de… musique. Du processus créatif. De l’abnégation qu’elle requiert (« to serve you », « half of my life »), des sacrifices (« half of my love »).
      Quoi qu’il en soit, j’espère vraiment que les interviews seront nombreuses et que les journalistes poseront des questions intéressantes, de fond. J’ai hâte d’avoir quelques explications de texte même si je reconnais volontiers que ces mystères contribuent à la magie…

  16. The thief
    7 mai 2016 at 19 h 30 min —

    Radiohead semble avoir renoué avec l’ambition, c’est réjouissant. En deux titres ils m’ont reconquis.
    TKOL m’avait déçu bien qu’il contienne de belles choses à commencer par Bloom. Mais là, avec cette sublime ballade ils se mettent au niveau de Pyramid Song ou de How to desappear.
    Je viens de l’écouter en boucle en parcourant un livre sur Cy Twombly, c’était bouleversant.
    Merci.

    • eutow
      7 mai 2016 at 20 h 42 min —

      Arf how to disappear je la place quand meme bien au dessus. Thom, le chant, la basse, les ondes martenot..peut etre même leur plus beau morceau..cet enchainement everythin-kid a-national anthem-how to disappear. Quel combo..pour moi le groupe a son apogée.

  17. 7 mai 2016 at 19 h 45 min —

    Le piano à certains moment me fait beaucoup à la BO d’Interstellar…

  18. 7 mai 2016 at 23 h 57 min —

    Ce commentaire sera perdu dans la montagne de messages de demain, mais je tiens à écrire avant que les *choses* n’arrivent : en cinq ans, je me suis souvent retrouvé sur les premiers articles annonçant The King of Limbs, relisant les commentaires. Pourtant, entre un troll particulièrement tenace, la déception générale et les théories foireuses sur un Deuxième Arbre, il n’y a pas grand chose de réjouissant à se mettre sous la dent. Cependant, ça reste un de ces moments importants : je me souviens du moment de la sortie, je me souviens d’avoir lu ces messages le Jour J. D’ici la prochaine décennie, je reviendrai voir ce qui passait pendant cette semaine de mai ; on vit tellement de semaines, y en a peu qui gardent cette importance…

    Et c’est là que j’aurais du mal à décrire à quel point Radiohead, en plus d’être mon groupe préféré, est important pour moi ; je pourrais citer les lignes énigmatiques de Daydreaming, les déambulations de Thom dans le clip ; y a un moment où les articulations artistiques du groupe se confondent à ses propres articulations — whatever that means, I’m doing my Yorke here for a moment. Un nouvel album est (presque) une nouvelle étape de vie. Un nouveau chapitre. Et ce moment est excitant. C’est le moment du mystère et des possibles. Avec deux morceaux, nous sommes — tout de même — un peu plus ancrés dans le réel qu’avant la sortie de The King of Limbs…

    Et quand son groupe préféré s’associe à son réalisateur préféré…ce clip de Paul Thomas Anderson, je ne pensais pas que c’était une évidence, mais je ne voyais pas comment ils passeraient à côté. Est-ce que j’imaginais qu’il serait aussi fort ? Une petite oeuvre ? Non. Ce clip est un moment de grâce. J’y vois Radiohead et Paul Thomas Anderson. Le « / » qui associe leurs noms sur le site est bien trouvé.

    Cette fois-ci, je les verrai pour la première fois en live. Nouvelle ère, indeed ! Il ne reste plus que vingt heures et quelques minutes.

    Twenty Hours Warning.

    • valerie
      8 mai 2016 at 9 h 41 min —

      J’attendais ton commentaire: tu sais que PTA a envoyé des copies 35 mn dans plusieurs cinémas indépendants et que le clip passe avant le début des films? Preuve que pour PTA il ne s’agit pas d’un boulot alimentaire mais d’une oeuvre à part entière pour lui.
      Lis un bon livre en patientant: Bardo or not Bardo de Volodine?

  19. 8 mai 2016 at 9 h 05 min —

    Bonjour, je viens pour la première fois ici en cette folle semaine et à quelques heures de la révélation, juste pour partager avec vous ces sentiments hallucinants qui m’etreignent lorsque j’entends ne serait-ce qu’une seule note du groupe, je revis mes instants de lycée avec Ok computer, la découverte révélatrice de KidA, la mélancolie d’Amnesiac, les très grands moments de Httt, la petite déception In rainbow, la froideur évasive de Kol, et nous voilà là avec l’une de leur plus belle offrande. Quel bonheur, quelle chanson que ce daydreaming une instantaneité absolument magique, une alchimie hors du temps et de l’espace, une merveille. Petit détail je pense clairement que Burn the witch ne sera pas sur l’album de ce soir, il me semble que le morceau sortira en 7″ avec spectre que chez les disquaires indépendants, ce serait donc une face b de luxe. Qu’en pensez vous? Merci de votre patience et de votre passion aussi ça fait du bien de pouvoir partager ici quand beaucoup autour de moi ne comprennent pas cette passion dévorante.

    • 8 mai 2016 at 9 h 59 min —

      Si je peux me permettre une petite remarque : si tu es déçu par In Rainbows c’est peut-être parce que, comme moi jusqu’à y’a pas si longtemps, tu n’as que les versions live des morceaux ? Il me semble que c’était la version qu’on achetait sur leur site au prix que l’on voulait, et j’avais détesté. Mais après coup, une version studio d’In Rainbows est sortie, et c’est là que j’ai commencé à adorer cet album. Je me trompe peut-être, autant dans la date de sortie des versions (parce que je ne connaissait pas Radiohead à l’époque) que dans mon interprétation de pourquoi tu n’aimes pas cet album, mais au cas où… ^^

  20. 8 mai 2016 at 10 h 03 min —

    Ça fait tellement plaisir de lire tous ces commentaires émouvants et ces belles interprétations, et de voir que nous sommes nombreux à partager ces mêmes moments magiques! Et quelle chance nous avons! Ils pourraient très bien se reposer sur leur canapé… …mais ils continuent à nous faire spéculer, nous faire trépigner, nous surprendre, nous émouvoir, nous éblouir… J’ai découvert RH après The King of Limbs, c’est la première fois que j’attends un album… Oui, c’est presque une nouvelle étape de vie.

    Un grand, grand merci à radiohead.fr pour tout ce travail impressionant en qualité et en quantité! Radiohead.fr c’est comme un point de repère dans le tumulte…

  21. 8 mai 2016 at 10 h 16 min —

    Pour moi, chaque écoute de ce morceau est toujours plus dévastatrice. :/

  22. valerie
    8 mai 2016 at 10 h 40 min —

    On ouvre les paris: Burn the witch vendu comme single 5 jours avant la sortie du LP9…qu’on va tous acheter…ce serait un peu de la vente forcée? Oui, en même temps, ça ferait un beau morceau d’ouverture (mais ça peut l’être pour les concerts). Conjectures, spéculation, miam miam! 🙂
    You’re welcome Sebelendil, plus on est de fous…

  23. 8 mai 2016 at 11 h 24 min —

    Merci c’est gentil… Pour in rainbow la version studio est certes très bonne mais j’aime moins cet album pour moi la grande période du groupe s’étend de The Bends à Amnesiac, Httt est génial mais trop hétéroclite le cul entre deux chaises, in rainbow trop lumineux peut être je ne sais pas, Kol trop minimaliste j’ai l’impression que là on pourrait retrouver une certaine quintessence, et Valérie je reste persuadé que Btw ne sera pas sur l’album le pire c’est qu’ils en sont capables lol et d’après certaines sources proches du groupe l’album serait en grande partie très très sombre, à voir après oui je suis d’accord vendre Btw avant l’album sans qu’il soit dessus c’est assez incongru lol mais le titre sortira bien en vinyle 7″ chez les indépendants avec spectre comme une face b de luxe.

  24. 8 mai 2016 at 11 h 24 min —

    J’ai bien acheté Daydreaming vendredi soir et je m’apprête donc à le payer de nouveau ce soir puisqu’il est « taken from our album » d’après le site officiel.

  25. HiddenAMK
    8 mai 2016 at 11 h 43 min —

    ça fait depuis seulement 2 ans que je me suis mit à écouter assidument Radiohead (j’ai découvert RH avec The King Of Limbs que j’adore, certain diront que ce n’est pas la meilleure entrée en matière). C’est donc la première fois que j’attends un album et c’est hyper excitant !! C’est comme loucher sur les cadeaux de noël au pieds du sapin sans pouvoir y toucher.

  26. 8 mai 2016 at 12 h 13 min —

    Salut à tout,
    C’est la première fois que je viens poster ici, même si ça doit faire 9 ans que je suis le site (depuis l’été d’avant In Rainbows.) Ca fait la première fois que je ressens une telle excitation avant la sortie depuis 9 ans justement. KOL m’avait franchement déçu (à part Separator), mais là y’a moyen qu’on ait droit à un vrai chef-d’oeuvre !

    Du coup je suis bien content de pourvoir suivre ça ici avec vous tous, et de ne pas faire craquer mes collocs à force de ne parler que de Radiohead aujourd’hui…

  27. 8 mai 2016 at 12 h 27 min —

    Et si Daydreaming était situé en plein milieu de l’album comme une sorte de pierre angulaire? Identikit en ouverture, the present tense en première partie d’album, ful stop comme clôture et que de l’inédit pour le reste… Je paries sur 10 titres.

  28. 8 mai 2016 at 15 h 57 min —

    Beaucoup pensent à un double album, j’y crois pas trop en fait par contre une chanson d’une dizaine de minutes j’y crois bien, en fin d’album dans un grand chaos de cordes syncopées…

    • 8 mai 2016 at 18 h 05 min —

      Ca serait épique ! Pour moi qui suis très fan de prog mais qui considère quand même Radiohead comme un des meilleurs groupes ayant jamais existé et qui joue dans un orchestre symphonique, ce serait parfait ! ^^

  29. 8 mai 2016 at 18 h 34 min —

    Johnny sera notre guide ou Radiohead ne sera pas

Leave a reply