discographienews

A Moon Shaped Pool (LP9)

 

lp9-timeline

Spéculations 2011

En février 2011, sort The King of Limbs. Le groupe assure la promotion de son huitième album par une tournée de deux ans

Chaque membre s’implique ensuite dans des projets personnels :

  • Thom dans une tournée et un album (« ‘AMOK » en 2013) avec « Atoms for Peace« , puis dans un album solo sorti à la fin de l’été 2014 (« Tomorrow’s Modern Boxes « )
  • Jonny Greenwood enchaine les projets, les bandes originales de films (« The Master) et les collaborations avec des artistes (« Radio Rewrite« ) & orchestres
  • Phil Selway a sorti un deuxième album solo (« Weatherhouse » en 2014)
  • Colin s’implique dans des projets humanitaires, gagne des marathons, visite la fashion week et des expositions…
  • Ed… euh… achète un bar à Londres, s’amuse avec des guitares Fender, se fait refaire son plateau de pédales.

 

2013

Le 28 avril 2013, Colin redonne un peu d’espoir aux fans : un nouvel album de Radiohead est envisageable, mais le groupe ne s’est pas encore retrouvé pour en parler / travailler… Peut-être en 2014 ?

Colin Greenwood: « Je dois d’abord, bien sûr, en parler à mes amis mais ce n’est pas facile, nous sommes tous éparpillés aux quatre coins du monde ». Colin Greenwood aimerait qu’ils puissent se retrouver en 2014, autour d’un nouveau projet musical…

source :  http://archives.varmatin.com/hyeres/hyeres-colin-greenwood-de-radiohead-aimerait-enregistrer-un-album-a-la-villa-noailles.1216613.html

— Colin Greenwood / Var Matin, 28 avril 2013

 

2014

En janvier 2014, on en est toujours au même point : le groupe n’a encore parlé de rien.

DiS: Finally, moving onto Radiohead, are there any plans for a new album in the foreseeable future?

Colin Greenwood: I don’t really know. It’s all up in the air at the minute. Thom’s just come back from touring Atoms For Peace and he’s having some quiet time. I’m sorry to be vague but we’re all just taking it easy at the moment. Just enjoying being at home and hanging out really. But at the same time, the vibe is very much Oxford and all good! It’s like that. I wish I could say we were going to start work and put something out then spend twelve months on the road touring but we’re just enjoying being at home right now. We had the best time when spent the last two years touring The King Of Limbs. We all really enjoyed that. It was a really positive time. We definitely want to do it all again but we’ve just got to give it some time for the dust to settle.

DiS: Are there any new songs ready for the next record? I read that you’d recorded a couple of tracks in Jack White’s studio last year.

Colin Greenwood: I don’t know. I think we’d have to revisit them and finish things. I think generally we work best when we’re all together for a long period of time. But then I say something like that and think back to when we recorded ‘Lucky’ in under a day at some studio in South London so I don’t know… What I’m trying to say is everyone’s very happy and positive and looking forward to the next adventure.

source : http://drownedinsound.com/in_depth/4147335-dis-meets-colin-greenwood-from-radiohead

— Colin Greenwood / Drowned in sound, 21 janvier 2014

 

Fin janvier 2014, Colin, toujours, est de passage dans l’émission de Steve Lamacq sur BBC 6. Il explique avoir croisé le jour même, assez brièvement, Thom et Phil. Ils ont discuté « about stuff and plan-making« , mais Phil semble trop pris par son nouvel album pour s’impliquer dans Radiohead…

 

Le 21 février, c’est Jonny qui douche les espoirs renaissants de tout le monde au détour d’une interview pour SinfiniMusic :

Do you have any plans for recording or touring with Radiohead?

Not at the moment. There are songs floating around, but we’re waiting to get our strength together – it can be a long process.

 

En février 2014, Radiohead lance Polyfauna, une application avec un univers… étrange. Cela ne donne aucune indication aux fans, mais ça prouve au moins que l’actualité du groupe n’est pas vide, quelque chose est reparti.

 

Le 31 mars 2014, les spéculations sont relancées par les déclarations du même Jonny Greenwood, qui explique que le groupe devrait (enfin) se rencontrer pendant l’été pour planifier la sortie d’un nouvel album :

So, I feel like I have to ask. When are we going to have a follow-up to Radiohead’s 2011 album?

Well we’re meeting up at the end of the summer, and we’ll make a plan. But, you know, we’re a slow-moving animal, always have been. I guess we’ll decide then what we do next.

Source : http://www.nashvillescene.com/nashvillecream/archives/2014/03/31/jonny-greenwood-the-cream-interview

— Interview de Jonny Greenwood, NashvilleScene, 31 mars 2014

 

Et justement le 12 juillet 2014, durant l’été, Jonny Greenwood déclare à Mary Anne Hobbs dans son émission sur BBC 6Music :

« We’re going to start up in September, playing, rehearsing and recording and see how it’s sounding. »

 

 

3 jours plus tard, soit le 15 juillet, sur twitter, Thom commente un peu tout ça à sa manière (énigmatique…)

all that we want is this to be over we’re shutting the hatches and freezing you out
— tweet de Thom Yorke, 15 juillet 2014
Enregistrement de l’album

On ne sait pas si le groupe s’est vraiment retrouvé, comme annoncé, en septembre, mais sur twitter, Thom Yorke poste des photos de vieux artworks, de feuilles de paroles… qu’il semble consulter avec Stanley, pendant que ça bosse dans le studio :).

Stanley & me going thru15years of discarded words & pictures..!while overdubs happen in Radiohead studio.2nd day only pic.twitter.com/XP3TZVeMzq
6736e4d94f9043bb4672e08ee24daa3f
— tweet de Thom Yorke, 23 septembre 2014

Sur twitter, les photos s’enchaînent.

le 26 septembre, Thom sort son deuxième album solo, Tomorrow’s Modern Boxes.

Le 6 octobre 2014, c’est Phil Selway, interviewé en Italie, qui nous donne des nouvelles de l’avancée du travail sur un potentiel album de Radiohead : c’est long, il y en a peut-être pour 8 mois ! Et lui sort ce jour là son second album solo Weatherhouse.

Stiamo registrando musica insieme. A parte l’entusiasmo di tornare a fare musica insieme, siamo ancora lontani da capire come e dove andremo con questo disco. Non so che forma avrà né ho qualche idea in proposito. Ci prenderemo un po’ di tempo per pensarlo e realizzarlo, anche otto mesi da ora.

source : http://www.repubblica.it/spettacoli/musica/2014/10/04/news/phil_selway-97081853/

— Phil Selway,repubblica.it, 6 octobre 2014

Le 15 novembre et le 16 novembre, d’après les tweets de Jonny et de Nigel , on peut penser que le groupe est en studio.

 

Le 20 novembre 2014, Jonny commente :

I’m late, they’ve all gone [to the studio] now. (…) We’re currently playing and recording and it’s fun to see everyone again, it’s been a long time coming, we’ve been waiting all of us for a long time. (…)it always feels when we start up like we still don’t know really how to do it, and we don’t know quite what to do. ‘Looking down avenues’ is a very kind way of putting the kind of fumbling that we do, mainly because every time we try and do it like the last time — because that worked — it never seems to work. So we talk about different approaches and we’re currently trying a bunch out.

source : www.bbc.co.uk/programmes/p02bh6n4 (à partir de 1:34)

— BBC Radio Oxford, Interview de Jonny Greenwood par David Prever, 20 novembre 2014

Fin novembre et début décembre 2014, Nigel tient les fans en haleine avec d’autres photos qui laissent imaginer le groupe au travail, en studio, autour de lui :

2015

Au début de l’année 2015, les membres de Radiohead travaillent chacun sur des projets personnels : Jonny tourne avec Junun, mixe l’album d’Anna wintour, Phil est en tournée, Thom poste sur twitter des photos de piano…

Le 4 février 2015, Phil Selway, au détour d’une interview pour drowned in sound, semble dessiner l’emploi du temps de Radiohead : ils ont un peu travaillé pendant l’automne 2014, ont fait une pause pendant les vacances de fin d’année, on travaillé chacun sur leurs projets personnels en début d’année 2015, et en mars, ils vont faire un point sur l’album de Radiohead. Rien n’est terminé, même s’ils ont déjà pas mal bossé !

Well, equally, my editor wouldn’t forgive me if I didn’t ask how album number nine is progressing with Radiohead...

It’s all coming along nicely, thank you! We worked throughout the autumn up to just before Christmas, and now we’re just taking some time away for other projects. We’ll get back to it in March and we’ll make an assessment of where we are then, but we’ve been excited about what we’ve been doing so far. It’s by no means finished yet, so we’ve got a way to go. It’s been a productive time though.

So you’re not even sure if new material might see the light of day this year necessarily? It’s just going to be ready when it’s ready?

I wouldn’t want to start to predict that kind of thing in a Radiohead schedule because you can find yourself six months down the line saying “I wish I hadn’t have said that actually!”

source : http://drownedinsound.com/in_depth/4148661-dis-meets-radioheads-philip-selway–if-it-means-something-to-some-people-then-that-is-success

— Phil Selway, drownedinsound.com, 4 février 2015

Le 18 mai 2015, Nigel semble dire dans une interview qu’il est en train de mixer le nouvel album de Radiohead… mais dément très vite !

Quelques jours plus tard, le 29 mai, il poste pourtant sur tweeter une photo de son matériel de mixage… On peut imaginer que le groupe est de nouveau en studio. Ah l’art de teaser et de s’amuser avec les fans !

En juin, c’est Jonny Greenwood qui confirme que le groupe travaille à nouveau… Une interview hollandaise laisse même entendre qu’il aurait travaillé sur lift, une bien vieille chanson !
(ceci dit Jonny a l’air plus amusé qu’autre chose…).

Je manager Bryce Edge zei ook dat jullie ook werken aan een heel oud nummer, Lift. Jullie hebben het ooit op Pinkpop eens gespeeld?

‘Oh ja? Zei hij dat? Het is nogal een management-favoriet. Wat mensen niet weten, is dat op elk album wel een nummer staat dat al veel langer bestaat. Op In Rainbows bijvoorbeeld stond het nummer Nude, dat al twintig jaar bestond. De eerste versie was niet wezenlijk anders, je zou het herkennen, maar we hebben nooit het juiste arrangement gevonden. Lift is ook zo’n oud liedje, dat nog niet de juiste vorm gevonden heeft. Maar als een idee goed is, blijft het ook goed, in welke vorm dan ook. Wist je dat Heart Of Glass van Blondie oorspronkelijk een country & western nummer was? Het werd uiteindelijk een pop-disco-classic.’
source : http://3voor12.vpro.nl/nieuws/2015/Best-Kept-Secret/Jonny-Greenwood-interview.html

— Jonny Greenwood, http://3voor12.vpro.nl, 16 juin 2015

Fin juin 2015, dans l’émission The Talk House, Phil Selway précise qu’il faudra se revoir en septembre :

that’s been going in fits and starts, but come September it just becomes quite a full schedule.
source : https://soundcloud.com/thetalkhouse/philip-selway-with-ghostpoet/s-VvZpz
— Phil Selway 25 juin 2015

Pendant l’été, chacun est libre de retourner à ses projets : Thom tourne avec Nigel pour promouvoir Tomorrow’s Modern Boxes par exemple. En août, Phil dit peu ou prou la même chose que le 25 juin :

On va avoir un emploi du temps plutôt chargé, dit Selway. J’espère que l’album sera terminé plus tôt que tard, mais on ne sait jamais. Je vais également commencer à penser à mon troisième album, brasser des idées….
source : http://www.lapresse.ca/arts/festivals/osheaga/201507/31/01-4889568-philip-selway-une-deuxieme-vie-hors-de-radiohead.php
— Phil Selway 1 août 2015, La presse.ca

 

Le 6 septembre 2015, Robert Ziegler, qui avait déjà collaboré avec le groupe sur le morceau Codex, ainsi qu’avec Jonny Greenwood sur les bandes originales de There Will Be Blood  de Inherent Vice en 2014, poste sur twitter des photos qui montrent le groupe en studio, et avec un orchestre philharmonique ! Les photos seront effacées car très vite, des gens reconnaissent le lieu…

Le groupe est alors à Saint Rémy de Provence, aux studios La Fabrique et travaille avec une équipe locale, notamment Maxime Le Guil.  Ce dernier écrira quelques temps après la fin de l’enregistrement au magazine les Inrocks pour livrer ses premières impressions. Le magazine en parle dans son numéro spécial quelques jours après la sortie de l’album :

Il y a quelques semaines, Maxime Le Guil, le jeune ingénieur du son français qui a travaillé comme assistant sur l’album, nous décrivait le nouveau Radiohead comme « un mélange entre la fougue mélancolique d’OK Computer et la maturité de Kid A »
— Les Inrocks, N°1067, du 11 au 17 mai 2016

 

Sur un article du Monde, le 3 mai, un certain Raoul laissera un commentaire avec un jugement moins nuancé :

Ils étaient au studio LA FABRIQUE près de St Rémy de Provence il y a quelques mois pour y enregistrer quelques titres trèèès dépressifs.

source : http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2016/05/02/la-disparition-derniere-cartouche-situationniste-de-radiohead/

— Le Monde, 3 mai 11h51

 

Le 15 octobre, Jonny est de passage en Russie, pour la promotion de Junun, notamment la radio Silver Rain. L’interview est sans surprise. Un blog la traduit en anglais (mal) et et prête à Jonny des paroles qu’il n’a pas tenu. Toutefois La presse se fie à cette traduction qui lui fait dire :

We have finished recording the new album, but we keep it pereslushivaem and change their views on the recorded material. We hope that soon we will have exactly finish it and start to build plans for a concert tour next year. »

Thom et Jonny démentent très vite sur twitter.

Le 25 décembre 2015, le groupe coupe court aux rumeurs qui le disait travailler à une chanson pour le prochain James Bond : c’est vrai, mais la chanson n’a pas été retenue… et le groupe « l’offre » aux fans.

Les fans notent à partir de cette date un changement de bannière sur le site radiohead.com et sur les comptes du groupe sur les réseaux sociaux.

2016

Fin 2015 et début 2016, les 5 membres fondateurs du groupe créent deux compagnies, certainement en lien avec la sortie du nouvel album : Dawn Chorus LLP (7 octobre 2015) et Dawnnchoruss Ltd. (25 février 2016).

La pratique du créer une nouvelle compagnie pour accompagner la sortie d’un album est « courante » pour Radiohead, citons quelques précédents  :

  • _xendless_xurbia , fondée en juillet 2007, tandis que l’album In raindows sortit en octobre 2007
  • Ticker Tape, fondée en décembre 2010. The King of Limbs sort en février 2011.

On se met alors à penser que le prochain album aura pour titre « Dawn Chorus ».

Le 11 janvier, Nigel poste une video sur twitter qui rappelle les photos postées à la fin de l’année 2015 : il semble à nouveau en studio !

Le 21 janvier, Radiohead annonce une tournée, dans la foulée de l’annonce et de la promotion de ces dates, on découvre de nouveaux artworks, que l’on imagine en lien avec le nouvel album.

1

Italo, un membre actif du forum board du site de fans citizeninsane, assez proche du groupe qu’il a déjà rencontré en Amérique du Sud explique :

apart from what I’ve shared with you lot in the last few days, now that radiohead is finally touring I can say: they were looking at tour possibilities as far back as august 2013, when they were planning a late 2014 tour which obviously didn’t take place. this is something that means they have scrapped the whole thing and made new plans at some point during the recording sessions. this means there is probably a great deal of material they’ve ditched from recording until then (this includes the third man records sessions) so we’re in for something seriously well-thought and not just a throwaway selection of songs. I do have an email from my job’s hq back in july 2015 mentioning the month of release (which I’m now inclined to believe it’s the physical one and not the download) and this comes straight from their booking agent, with whom the company has a great relationship. this is why I’m so convinced of the release month, even if I heard about this in july. this is a major band securing their tour dates way in advance… don’t get surprised they registered their new company in october as they were probably very aware of a deadline they set for themselves just to be able to tour this year.

Fin janvier, début février 2016, on remarque régulièrement quelques changements sur le site du groupe, et sur le blog « dead air space ».

Le 8 mars, TheGigRig dévoile quelques photos du nouveau matériel d’Ed pour la prochaine tournée !

tps://www.facebook.com/thegigrig.page/posts/982375088464655

 

Mi-mars, d’autres dates de concert sont ajoutées pour mai-juin et juillet. Le groupe ne se produira pas dans des festivals, mais aussi dans de petites salles (les Arenes de Lyon, 4000 places !).

Dans la foulée de l’annonce, on découvre de nouveaux artworks. Exemple avec une publicité pour le concert de Paris :

RADIOHEAD-2016_3300382299199510928

Idem pour les concert d’Amsterdam :
819980

Une bannière sur waste :
954r1947562
Mi-avril 2016, Brian Message,  manager du groupe déclare à un public venu l’écouter parler de musique, que l’album sortirait en juin. (source).

Une image sur facebook :
10580726_10153138533952245_5216255170310070227_o

Concerts de Mexico :
12829111_10153286360887161_2262911906214610921_o

Los Angeles :
tumblr_o41j10TUHn1qzg7h0o1_500

Lyon :
radiohead_corida

Mi-avril 2016, Brian Message, manager du groupe déclare à un public venu l’écouter parler de musique, que l’album sortirait en juin. (source)

Le groupe fait un démenti cinglant : Brian Message n’est pas un proche du groupe, il ne faut pas se fier à ce qu’il dit…

On constate à nouveau quelques changements sur le site radiohead.com…

Le 1er mai, radiohead.com disparait progressivement, le site est recouvert dans un premier temps d’un voile noir s’opacifiant peu à peu (à 18h, le site est tout blanc, et on ne peut plus rien consulter). Les pages facebook, twitter et googlePlus du groupe suivent dans la foulée, tous les messages sont effacés, le groupe n’a plus d’image de profil (c’est un carré banc !). idem pour le compte twitter de Thom…
twitter

Le 3 mai dès 7h, c’est via le tout nouveau compte instagram de Radiohead qu’est lancé un jeu de piste qui va durer toute la journée. Extraits de vidéo et images qui apparaissent subrepticement font patienter (difficilement) les fans jusqu’à 17h, heure à laquelle est dévoilé le clip (et la chanson) de Burn The Witch (dont on ne connaissait jusque là que quelques bribes).

Cette image apparue de temps à autre (parfois en version négative) sert désormais d’image de profil au groupe sur les réseaux sociaux :
13124655_10153401186557245_9166071305222098333_n

Tandis qu’en « papier peint », le groupe choisit cette image déjà entraperçue avant :
13151705_10153401187697245_4599701850640953536_n

 

On apprend dans les Inrocks paru la semaine qui suivra la sortie de l’album que le groupe est tellement content des retours face à cette première vidéo que la sortie de l’album est avancée :

Article de Christophe Conte :

Radiohead aussi a été bien inspiré d’avancer la sortie d’un album prévu au départ pour juin (…)

 

Article de JD Beauvallet et Maxime  de Abreu :

Car A Moon Shaped Pool devait sortir fin mai, pour accompagner une poignée de concerts européens. Mais la réaction enthousiaste des réseaux sociaux à la chanson envoyée en éclaireuse, la magnifique Burn The Witch, en a décidé autrement. Le groupe a alors choisi dans l’urgence de précipiter la sortie, après avoir été rassuré sur son aura intacte (…)

— Les Inrocks, N°1067, du 11 au 17 mai 2016

 

Le 5 mai, le jeu recommence et à 17h, on découvre une toute nouvelle chanson : Daydreaming, et la date de sortie du nouvel album, le 8 mai à 19h (heure anglaise). Il est confirmé que la chanson sera sur l’album :

say

Le site XL recordings est prêts à accueillir le déferlement des fans dans deux jours… et pour l’occasion arbore une nouvelle photo du groupe :
xlr

 

 

Le 8 mai, alors que l’attente est à son comble, l’album est disponible sur Google Play une heure avant l’heure annoncée… On découvre par là même le nom de l’album et sa couverture.

A 20h (heure française), l’album est officiellement annoncé par le groupe :

 

annonce

 

Un site a spécialement été mis en ligne pour assurer la vente de l’album. En plus de la version digitale (disponible au format MP3 et au format WAV), il est possible de précommander la version vinyle (sortie prévue le 17 juin) et la version vinyle édition spéciale (livraison en septembre)
edition speciale

formats

Au moment de la sortie, Nigel Godrich nous apprend que cet enregistrement a été intense… et spécial puisqu’il a perdu son père dans cette période.

Ed et Colin sont contents :

 

Les premières critiques de l’album sont toutes bonnes :

Slate : «True Love Waits», l’amour (enfin) récompensé des fans de Radiohead Le Point : Radiohead revient sur ses racines rock dans un nouvel album intimiste Les Inrocks : “A Moon Shaped Pool” : l’album de Radiohead le plus captivant depuis “OK Computer” ? La Libre.be : « A Moon Shaped Pool », le nouvel album de Radiohead est sorti Lesoir.be : Radiohead s’envole de nouveau The Guardian : Achieving something they’ve never achieved before Rolling Stone : Radiohead’s ‘AMSP’ Album Is a Haunting, Stunning Triumph NYTimes : In Radiohead’s ‘AMSP,’ Patient Perfectionism NME : Radiohead’s ‘A Moon Shaped Pool’ – The Biggest Talking Points Le Monde : Radiohead retrouve les sommets avec « AMSP » Telerama : Radiohead, un retour lumineux France TV Info :
Radiohead signe un joyau de spleen avec « AMSP »
Liberation : Le jeu de pistes de Radiohead NME : Radiohead – A Moon Shaped Pool’ Review 
Tracklist Crédits
Previous post

Daydreaming (single)

Next post

Tinker Tailor Soldier Sailor Rich Man Poor Man Beggar Man Thief

374 Comments

  1. 11 mai 2016 at 10 h 17 min —

    En fait, Glass Eyes me fait plus penser à Go Slowly qu’à Faust Harp. Et le passage qui est plus dit que chanté me rappelle presque du Nick Cave. Pour moi c’est un beau titre de la veine de I Will.

  2. 11 mai 2016 at 11 h 13 min —

    J’ai enfin trouvé comment résumer mon approche de cet album, ce qui me met à distance… Et bizarrement, c’est ça :

     » i’m a real believer that bands as they become more successful often lose the ability to do straight ahead stuff well…… the need to embellish tracks with melodies and sounds becomes imperative. and often in doing so the song loses its essence especially if it was written on acoustic guitar.  »

    Ed O’Brien, le 20 mars 2000.

    • 11 mai 2016 at 12 h 26 min —

      Hmmm, impressionnant que Ed ait dit ça il y a 16 ans. Je comprends ce que tu ressens. Cela s’applique sans doute moins à Burn The Witch et Daydreaming qu’aux autres. Il doit cependant y avoir une différence entre embellissement artificiel (que vise Ed) et enrichissement. Dans la mesure où beaucoup de titres ont déjà connu une version acoustique (The Present Tense, The Numbers etc.), ce n’est pas que Radiohead n’en est plus capable mais qu’ils aiment travailler différemment les morceaux, les interpréter et les réinterpréter. Mais je comprends. You pinned down your feeling.

    • Annie
      11 mai 2016 at 13 h 05 min —

      2000 l’année de sortie de KidA, le virage musical du groupe. Les mécanismes de création en ont été bousculés . Exit les lignes de guitares « conventionelles » … Il fallait une bonne dose de culot pour le faire … entre autre .

  3. 11 mai 2016 at 17 h 38 min —

    Holly Hernon les accompagnera à Paris et Amsterdam, Lyon et London !

  4. 11 mai 2016 at 19 h 58 min —

    J’aime beaucoup Desert Island Disk, particulièrement la voix de Thom dessus. Quand je l’écoute, j’ai l’impression de marcher dans un endroit sauvage, ne sachant pas exactement où je vais.

    Cet album provoque beaucoup d’images chez moi, c’est fascinant.

  5. stephfun
    11 mai 2016 at 22 h 32 min —

    Album impeccable et classieux pour moi!  Planant à mourir. J’avais été déçu par TKOL car aimant l’unité d’un album, les titres 6 et 7 plombaient l’ensemble à mes oreilles. Pour ce nouvel album, je ne vois qu’un défaut: l’Echo de la voix de thom sur the present tense qui gâche la légèreté de la première moitié du morceau. Le seul endroit ou ça ne me semble pas harmonieux . Je trouve le reste parfait. J’avais très peur de la présence de true love waits: je n’aime pas le réchauffé et je n’aime pas les titres trop acoustiques. Pourtant, ici, j’adore l’arrangement et la lenteur du morceau. Il permet un atterrissage en douceur suite au flot de sentiments et de ressentis générés par l’album. Du très très bon Radiohead.  Ceci dit, si prochain album il doit y avoir, je n’écouterais plus les nouveautés, ou les essais d’entre deux. La surprise d’écouter un album vierge en sera encore plus grande.

  6. 12 mai 2016 at 2 h 09 min —

    Ce qui, je pense, faisait la force de Radiohead, ce qui a longtemps subjugué et fasciné des millions d’oreilles, c’était cette capacité à imposer des sonorités biscornues et inexplicablement évidentes néanmoins. C’était aussi la beauté et la profondeur de lignes mélodiques tombées du Ciel, entêtantes, irréductiblement mystérieuses, venues d’on ne sait où, qui mettaient le cœur au tapis, faisaient dresser les poils sans jamais tomber dans la facilité ou la sensiblerie, nous plongeaient en quelques mesures à peine dans une atmosphère onirique et mélancolique incomparable. Tout cela sans que nous ne comprenions grand chose à la nature de cette alchimie. Je suis nostalgique de cela, moi, nostalgique de cette magie-là. Elle a depuis TKOL cédé la place à un formalisme musical un peu chichiteux, un peu ennuyeux, sans grande envergure, et qui masque selon moi une évidente crise d’inspiration qu’une majorité d’admirateurs refuse ici de reconnaître. On peut le comprendre, on a tellement envie après cinq ans d’attente de renouer avec la grâce des plus beaux albums qu’on a de la peine à reconnaître que AMSP comme le précédent opus ne marquera pas grand chose.

    • stephfun
      12 mai 2016 at 7 h 59 min —

      « et qui masque selon moi une évidente crise d’inspiration qu’une majorité d’admirateurs refuse ici de reconnaître. On peut le comprendre, on a tellement envie après cinq ans d’attente de renouer avec la grâce des plus beaux albums qu’on a de la peine à reconnaître que AMSP comme le précédent opus ne marquera pas grand chose. » cela n’engage que toi biensur car tu n’as pas le monopole du bon gout 😉 Nous ne refusons de reconnaître rien du tout, l’autopersuasion ce n’est pas mon truc! AMSP  a déjà marqué les critiques  en tout cas….  et tu passes à côté de quelque chose de profond, j’en suis désolé pour tes oreilles…

    • The thief
      12 mai 2016 at 9 h 14 min —

      Parle pour toi. 

  7. 12 mai 2016 at 8 h 43 min —

    Disons qu’il faut éviter toute forme d’excès. Toutes les réactions sont bonnes à prendre. Mais il est difficile d’accepter que quelqu’un critique les fans qui adorent l’album tout en tombant dans l’excès inverse en disant que l’album ne marquera rien du tout. Tout cela ne fait qu’engendrer des crispations évitables. Et la vérité est peut-être quelque part entre les deux. Pour ma part, je pense que AMSP tutoie à nouveau les sommets mais je suis assez d’accord pour dire que ce ne sera sans doute pas un album de rupture comme l’était KidA et qu’il n’engendrera pas le même séisme que OKC. Le contexte n’est pas le même. Radiohead est un groupe qui n’a plus grand chose à prouver. Beaucoup de fans avaient peur qu’ils fassent un album moyen et que l’on puisse dire « Radiohead, ce n’est plus ce que c’était ». Le fameux « old band syndrome » dont a toujours parlé Thom.

    L’album ne sera peut-être pas l’album préféré de tout le monde mais il est difficile de soutenir qu’il est raté. Je crois que la presse à raison de dire que c’est peut-être le seul groupe des années 90 à être resté au sommet, à avoir un tel niveau de qualité 20 ans plus tard. Ils ne me paraissent pas encore frappé par une date de péremption, au contraire, pardon, de U2 ou de Muse par exemple.

    En tout cas, pour ma part, j’essaie de prendre du recul. Il est difficile d’avoir un avis définitif en quelques écoutes. J’évalue les albums un peu en termes de durée de vie. J’ai écouté le dernier Last Shadow Puppet, au bout de 2 jours, je suis passé à autre chose. Donc bof. J’étais bouleversé par la disparition surprise de David Bowie et je voulais adorer son dernier album Blackstar. J’insiste, je voulais adorer. Je voulais pouvoir dire : il retrouve le niveau de ses albums des années 70. Après quelques semaines, il faut se faire une raison. Je n’écoute plus que quelques titres. Donc, non, ce n’est pas aussi bon que ce que j’aurais voulu (ça reste pas mal quand même).

    Pour Radiohead, ce n’est pas une semain d’écoute, ce n’est pas un mois. C’est 3 ans !!!!! Minimum !

    Et pour AMSP, je ne peux pas encore donner ce type de verdict mais mon petit doigt me dit que je suis parti pour des années et des années d’écoute…

    • senole
      12 mai 2016 at 9 h 24 min —

      Disons qu’il faut éviter toute forme d’excès. Toutes les réactions sont bonnes à prendre. Mais il est difficile d’accepter que quelqu’un critique les fans qui adorent l’album tout en tombant dans l’excès inverse en disant que l’album ne marquera rien du tout

      Je comprend la remarque. D’un autre côté, c’est exactement ce qui est fait majoritairement vis-à-vis de TKOL afin de souligner la qualité perçue de cet album.

      Je suis vraiment très très surpris des avis assez mitigés (quand ce n’est pas négatifs) concernant TKOL. C’est un album que j’écoute énormément depuis sa sortie. Un des deux meilleurs de Radiohead à mes oreilles. On parle de musique cérébrale, technique, sans âme … Je n’y entends rien de complexe. Je vois simplement un très bel exemple d’un groupe de grande visibilité qui produit une musique qui fait avancer la musique pop (pour trouver un terme générique).

      A l’inverse, le classissime général de « A Moon Shaped Pool » m’ennuie profondément. C’est un bel album mais trop flateur pour être honnête. J’ai la conviction profonde qu’il ne passera pas les années. 

      • 12 mai 2016 at 9 h 44 min —

        Tout de même, Bloom est à mon avis le morceau le plus complexe que Radiohead ait jamais écrit. Je trouve qu’il faut vraiment s’en imprégner profondément pour ressentir quelquechose, les premières écoutes m’avaient laissé totalement froid. 

        • 12 mai 2016 at 10 h 11 min —

          Je fais aussi partie des défenseurs de TKOL. L’innovation et l’exploration rythmique est sidérante. Je ne comprends pas du tout que l’on critique Feral par exemple qui est hallucinant de nouveauté, et Bloom est monstrueux etc. Mais pour moi les 3 derniers titres de TKOL retombent. Du coup, l’album fait un peut court.

          Pour autant, je ne pense pas que TKOL et AMSP soient incompatibles. Du genre j’aime TKOL et donc pas AMSP et vice versa. Perso, ce que je trouve que AMSP a, et que le groupe retrouve, c’est l’émotion. Quand les chœurs vous emportent sur Decks Dark ou que l’intensité progressive de Ful Stop se met en place etc., là y a de l’émotion. Du frisson, de la chair de poule. Mais c’est mon avis.

          D’ailleurs, pour éviter que l’on pense que je défends tout, il me suffit de révéler un secret : je n’aime pas trop Amnesiac ! Je voulais mais c’est loin d’être mon préféré même si un joyau comme Like Spinning Plates, ah là, difficile de ne pas adorer.

          • Laurent
            13 mai 2016 at 11 h 13 min

            Pour faire avancer un peu le débat, et d’un point de vue purement musical, AMSP n’aurait sans doute pas eu cette « complexité » si il n’y avait pas eu TKOL.

             

            Et à l’écoute (et à l’analyse) de daydreaming, ce morceau est bien plus complexe que Bloom

        • senole
          12 mai 2016 at 10 h 16 min —

          Ah ? Je partage pas trop ce point de vue. Typiquement, je trouve que c’est une musique faussement complexe. Ce que je veux dire par là, c’est que la structure même du morceau est simple (on peut entendre des belles versions solos piano par Yorke).

          Si tu prends en plus en référence la basse de Greenwood, il n’y a aucune raison d’être perdu. Les différentes boucles qui forment l’orchestration peuvent peut-être paraitre bizarres mais elles ne participent pas à la construction d’un ensemble complexe.

          15 Steps, Pyramid Song (et tellement d’autres) sont, pour moi des morceaux plus complexes (que ce soient sur la base, la construction, l’orchestration).

          Ce n’est qu’un point de vue, mon message est cordial. C’est pour le plaisir de discuter.  Je précise cela car j’ai l’impression à lire certains messages que les couteaux sont tirés 😉

           

          • 12 mai 2016 at 10 h 27 min

            En tout cas, moi je suis détendu. J’ai trouvé très instructif de lire les avis négatifs : le tien on dirait ou GUI à qui AMSP ne fait aucun effet.

            En revanche, je n’ai pas tout compris à ton dernier message. Pour le faussement complexe tu parles d’AMSP je pense. Pour la basse de Colin, tu parles de quoi ? Pour l’orchestration et les boucles, tu parles toujours d’AMSP ? Désolé mais comme on mentionne en même temps TKOL, AMSP et j’ai ajouté Amnesiac et toi IR, je n’ai pas réussi à te suivre.

          • 12 mai 2016 at 10 h 31 min

            Je crois que j’ai compris. Tu critiques AMSP en disant que ce n’est pas si complexe que cela, notamment par rapport à des morceaux plus anciens. Mais je suis d’accord avec toi. Ce n’est pas si complexe que cela et le cœur de la chanson est parfois simple. Je trouve juste qu’il s’en dégage souvent des émotions très très fortes. Mais c’est là que cela devient forcément subjectif.

          • senole
            12 mai 2016 at 10 h 45 min

            Je n’arrive pas à éditer mon message mais tu as compris. Je le recopie avec modification

            @ Loic : Ah ? Je partage pas trop ce point de vue. Typiquement, je trouve que Bloom c’est une musique faussement complexe (mais que j’adore). Ce que je veux dire par là, c’est que la structure même du morceau est simple (on peut entendre des belles versions solos piano par Yorke). 

            Si tu prends en plus en référence la basse de Greenwood sur ce morceau, il n’y a aucune raison d’être perdu (ce qui est moins évident sur Little by Littel si l’on en reste à TKOL). Sur Bloom, les différentes boucles qui forment l’orchestration peuvent peut-être paraitre bizarres mais elles ne participent pas à la construction d’un ensemble complexe.

            A mes oreilles, 15 Steps, Pyramid Song (et tellement d’autres) sont, pour moi des morceaux plus complexes (que ce soient sur la base, la construction, l’orchestration). 

            @ Smoggy : Ce n’est qu’un point de vue, mon message est cordial. C’est pour le plaisir de discuter.  Je précise cela car j’ai l’impression à lire certains messages que les couteaux sont tirés

            Je précise un point. J’ai 40 balais, et j’ai toujours été assez insensible à Radiohead dans les années 90. Creep a toujours été un mystère pour moi, The Bends me laisse froid, j’ai commencé à trouver Ok Computer intéressant mais l’album ne figure pas du tout dans mon panthéon personnel. 

            Non, mes deux albums préférés sont Amnesiac et The King of Limbs. 

            Donc, je reprécise. Je ne dis pas que « A Moon Shaped Pool » est un album mauvais ou nul. Il faudrai être de mauvaise foi. Je m’y suis ennuyé et, pire, je n’ai pas eu de surprise (à part Daydreaming, Identikit et Present Tense) 

          • 12 mai 2016 at 11 h 07 min

            @Senole. Merci pour les explications. En fait, je n’avais effectivement pas compris que tu parlais de Bloom. Et puis problème technique : je n’arrive pas à répondre au bon message. 

            Depuis quelques jours, j’essaie de temps en temps de calmer le jeu, d’entretenir le débat mais pas le combat. C’est vrai que certains prennent les choses très à cœur.

            Merci pour ta franchise sur tes préférences. Et effectivement, on est assez différent. Pour moi, même si j’aimais assez The Bends, plutôt beaucoup OKC, c’est KidA qui a changé ma vie mais je suis assez insensible à Amnesiac. Il m’est difficile d’avouer que je n’aime pas Pyramid Song et You and Whose Army ! Alors que ce sont des fans favorites!

            J’ai déjà dit que j’aimais beaucoup de TKOL avec un petit mais. J’adore IR mais j’avoue aussi que je me suis servi d’IR pour aller convaincre ma femme ou ma mère que Radiohead c’était bien. Donc il est évident que IR touche plus large et que l’on peut trouver ça lisse.

            Poir AMSP, j’ai déjà écrit un peu ce que j’aimais. Le côté innovant de BTW. Je suis bouleversé par Daydreaming à la manière de How to disappear. Je mets Ful Stop à fond comme The National Anthem. Idem pour Identikit et pour une fois, je dis bien pour une fois, j’aime bien les balades The present Tense et The Numbers (au contraire d’un Give up the Ghost qui m’ennuie).

            Ah j’oublie Decks Dark et Glass Eyes. Avec tout ça, le bilan est pour moi super positif.

          • 12 mai 2016 at 11 h 09 min

            Et je vais bientôt avoir 38 ans. Donc on est bien de la même génération !

          • 12 mai 2016 at 11 h 10 min

            🙂

          • senole
            12 mai 2016 at 11 h 40 min

            C’est vraiment un groupe de vieux, Radiohead :-p

          • 12 mai 2016 at 11 h 56 min

            Je me plais aussi à dire que je suis né 10 ans et 1 jours après Thom… ce qui ne veut absolument rien dire sauf que je suis peut-être un peu trop fondu de ce groupe !

  8. 12 mai 2016 at 10 h 07 min —

    Il me reste un billet pour le zénith Mardi dans 15 jours, quelqu’un serait intéressé ?

  9. 12 mai 2016 at 10 h 32 min —

    Bonjour à tous, je vous suis moi aussi depuis de nombreuses années mais ne suis pas « actif » sur le site.

    En ce qui me concerne, dès la première écoute de « A Moon Shaped Pool », j’ai été, comme bon nombre d’entre nous j’imagine, assez surpris par ce que j’entendais.

    Et puis au fur et à mesure des écoutes je me suis dit qu’il ne fallait pas prendre cet album comme une suite mais plutôt comme un nouveau truc. Comme si Radiohead était un nouveau groupe qui sortait son premier album finalement.

    Je prend pour exemple Present Tense que tout le monde a connu en 2009 si je me souviens bien. On a tous imaginé ce que cette chanson pourrait donner, jouée en groupe. Et puis ils en ont fait quelque chose que personne n’aurait imaginé…malgré toutes les possibilités. Idem pour True Love Waits. Tout le monde s’est dit « où est cette guitare qu’on aimait tant sur ce titre bordel ! ».

     

    Tout le monde attend d’avoir un nouveau There There un 2+2=5 ou un Idioteque. Oui Mais voilà nos copains ont bientôt 50 ans, ils ont évolués. Finalement ils font tout simplement ce qu’ils veulent faire. Sans que personne ne leur dicte la marche ou démarche artistique à suivre. J’ai envie de dire heureusement ! Que ça plaise ou non…C’est aussi pour cela qu’on les aime.

    En tout cas moi cet album me plait de plus en plus, les écoutes au casque révèlent à chaque fois de nouveaux petits détails. Pour ma part je suis un inconditionnel des instruments à cordes, alors quand j’entends mon groupe préféré les intégrer…je suis comblé.

     

     

  10. 12 mai 2016 at 11 h 45 min —

    Bon ça y est j’ai dépassé depuis quelques temps la dizaine d’écoute 🙂 Bon j’arrive aussi bien des mots sur ce que j’entends (il y a vraiment de très belles plumes ici)

    Mais qu’est-ce que j’aime cet album, ce groupe <3

    Du coup je réécoute même plein d’ancien morceaux/live (plus que ces derniers temps). C’est vraiment Ful Stop, titre qui me rend fou, qui m’a donné envie de me refaire des bonnes sessions live de 2+2=5, Paranoïd Androïd, Idioteque (Ah Glastonburry 2003 <3- "faster", "faster")

    Sinon je suis obsédé par Decks Dark qui est sublime, je commence aussi vraiment à adorer Glass Eyes et Tinker Tailor (on se croirait dans Kid A là !)

    Par contre partage le bémol que j’ai lu plus haut sur l’écho de la voix de Thom dans Present Tense, j’adore le titre, mais je trouve juste ce petit truc dommage et pas nécessaire…

  11. 12 mai 2016 at 14 h 12 min —

    Plus je lis tous ces commentaires, plus je réalise qu’on a beau aimer ce groupe, on n’appréhende pas leur musique pareillement. J’ouvre souvent de grands yeux tout ronds en vous lisant, parce que je serais bien incapable de parler « technique » pour ce qui est de la musique. J’ai bien saisi qu’ils étaient de « bons » musiciens, mais ça s’arrête là. D’ailleurs, une question qui me titille, vous pouvez faire la différences entre les jeux de guitare, entre un morceau joué par Ed et Jonny ? (désolée si je passe pour une  neuneu !!).

    Je comprends qu’on n’apprécie pas cet album, mais je ne comprends pas les remarques du genre « un formalisme musical chichiteux », ou qu’on fasse sans cesse référence aux premiers albums d’il y a plus de 20 ans. Parce que du coup, s’ils n’avaient fait que ça, on pourrait effectivement parler de formalisme musical, non ? Ce qui est pénible, c’est de les réduire à Creep. Ou même à Idiotèque, alors que je l’adore celle-ci. Je ne saisis pas ce qu’auraient voulu les gens après OKC ou KidA, les mêmes chansons remises au goût du jour ? C’est bizarre. Ce que je comprends moi, c’est que Radiohead ne rentre dans aucune case, et c’est peut être ça qui est compliqué à comprendre. On voudrait les réduire à un genre musical parce que le monde veut que chaque chose soit bien rangée et que rien ne dépasse. On est élevé comme ça. Et eux, ils partent dans une direction nouvelle à chaque album, c’est déconcertant. C’est pour ça que, de mon point de vue, j’ai toujours l’impression d’entendre les mêmes trucs pour la majorité des artistes.

    Tout celà dit sans aucune animosité, on est bien d’accord .

    Ce qui me laisse aussi déconcertée parfois, c’est que souvent, les morceaux que vous trouvez géniaux, ben, c’est ceux que j’aime le moins… Bloom et Feral, je ne peux pas les entendre, elles me tapent sur les nerfs, comme National Anthem. Il y a sûrement dans ces morceaux une musicalité à laquelle  je suis totalement hermétique.

    Quand je me suis mise à écouter vraiment Radiohead, il y a de ça 7 ou 8 ans, ça a été d’un coup une évidence. Un truc qu’il m’était impossible d’évoquer sans passer pour une folle. D’où mon inscription sur ce site…! Je me retrouve totalement dans ce qu’a écrit plus haut par Anoldfriend. C’est compliqué de trouver les mots justes pour expliquer ce que l’on ressent. J’ai abandonné l’idée d’écouter autre chose que Radiohead . Comment dire ça sans passer pour une demeurée bonne pour l’HP ? J’ai abandonné aussi d’essayer d’expliquer pourquoi je les aimais, c’est quelque chose que je vis au plus profond de moi (et en écrivant ça, je me dis que ça semble très pédant, prétentieux, genre « ohlala, vous pouvez pas comprendre ! », mais pas du tout, je suis tout le contraire de ça, hein). Du coup, je garde tout pour moi, toutes ces émotions si fortes qui m’étreignent à l’écoute de Daydreaming, Numbers, Decks Dark… C’est même pas les paroles, le sens profond des chansons, non, c’est juste la voix de Thom et la musique. Pour vous dire combien c’est fort ce que je ressens : c’est comme si je respirais après avoir été privée d’oxygène.

    Bon. C’était le quart d’heure psycho…

    En attendant, j’apprends toujours plein de choses en vous lisant, merci !

     

    • 12 mai 2016 at 14 h 34 min —

      Γνῶθι σεαυτόν !

      Hier j’ai mis du latin, aujourd’hui c’est du grec ! La musique parle à une part de nous, à un moment précis, à des souvenirs particuliers, dans un contexte mouvant, avec des attentes différentes, a une résonnance singulière pour chacun d’entre nous… bref, chacun de nous ressent ce qu’il entend différemment. Je comprends les déçus d’autant plus qu’ils ont eu la gentillesse de nous expliquer ce qui les chiffonne (ils n’étaient pas obligés !). Aujourd’hui, je suis éblouie par cet album, à titre personnel !

    • 12 mai 2016 at 14 h 57 min —

      Salut !

      Alors si j’ai bien compris ta question concernant la différence de jeu entre Ed et Jonny. Sans trop m’avancer je pense qu’on peut résumer de la manière suivante (évidemment on pourrait rentrer dans le détails pour chaque morceau… et ça dépend aussi du fait que Thom ait une guitare ou pas à ces moments…!).

      Ed va jouer ces soutiens rythmiques, des effets et des textures sonores qu’il bidouille avec ses pédaliers (exemple classique: le son qui meurt à la fin deKarma Police), des notes parsemées par-ci par-là ou des riffs (schémas de notes, comme un gimmick, souvent répétitifs). Jonny lui va souvent avoir des parties mélodiques qui vont compléter de manière générale le morceau. C’est beaucoup plus un apport harmonique qui « s’entend ». Maintenant ce point de vue très synthétisé est plius valable depuis OkComputer, avant ils étaient dans un truc plus « binaire » (sans offense) d’un groupe de rock classique (sans offense également): un soutien, un mélodique.

      Voilà, à peu près ! 🙂

       

       

       

      • 12 mai 2016 at 15 h 10 min —

        Merci !

        Je voulais surtout savoir si, à l’oreille, on pouvait les différencier. Bon, comme t’as l’air de savoir qui joue quoi, c’est pas du jeu. Mais sur ce LP9, tu sais qui fait quoi ? Ont-ils un style bien à eux ? Après, on peut sans doute deviner que les « envolées » à la guitare sont plus de Jonny, et qu’ils laissent Ed jouer avec ses jolies pédales… !

        • 12 mai 2016 at 15 h 58 min —

          Ah bah alors là… sur ce LP9… euh… j’avoue que j’attends les concerts aussi pour ça parce que justement les choix des arrangements et les sons sont suffisamenet différents pour ne plus trop savoir de prime abord qui fait quoi ! Les yeux seront mes oreilles lundi et mardi prochain ! 😉 Et je me demande si on ne va pas voir Ed au piano à un moment … !!

          Souvent l’ordre de leur placement sur scène se retrouve aussi dans les versions studios…. Ed à gauche, Jonny à droite… !

          Mais si certains ont des précisions sur le LP9 particulièrement, je suis preneur aussi !

        • 12 mai 2016 at 19 h 44 min —

          En tout cas, on dirait qu’ils n’ont pas laissé Ed chanter sur Identikit.

          • 12 mai 2016 at 20 h 33 min

            Il aura sa revanche pendant les concerts (Thom ne peut pas tout faire hein).

            Mais c’est vrai que je me suis aussi fait cette réflexion, j’ai même cherché la voix d’Ed et… j’ai pas trouvé, du moins pas dans ce qu’on avait entendu lors des lives.

    • Electron
      12 mai 2016 at 22 h 31 min —

      Quand la musique devient mystique

  12. 12 mai 2016 at 14 h 53 min —

    En tant que fan fan fan de ce groupe, je me dois quand même d’écrire trois lignes sur radiohead.fr (merci au passage à tous !). Je suis totalement bloquée sur Daydreaming pour l’instant, c’est ma façon de fonctionner avec Radiohead et quelques autres, il me faut beaucoup de temps quand j’ai un gros coup de foudre pour une piste de juger à sa juste valeur le reste. Elle est tout simplement sublime cette chanson, peut être même, pour moi, la chose la plus pertinente et la plus sensible qu’ils aient fait ensemble.

    Je lis quelques remarques de certains qui déplorent (encore ! après TKOL c’était la même chose) que le groupe n’ait pas proposé une rupture, oui bon, la rupture, elle fait partie d’un processus les gars, il y a eu Rupture avec Kid A, maintenant le fleuve coule et une des cataractes c’est l’utilisation des cœurs de femmes, l’emploi plus massif de cordes, la voix de Thom qui délaisse plus souvent ce falsetto presque trop présent depuis quelques années et tant d’autres choses si bien détaillés dans les commentaires précédents, accueillez ce travail avec générosité.

    • 12 mai 2016 at 17 h 04 min —

      Oui c’est pour ça que cela ne me gêne pas qu’on écrive que ce n’est pas un album de rupture puisque cela m’est bien égal que cela n’en soit pas un… vu que c’est juste un album extraordinaire ! Pour Daydreaming, je suis content de te lire. Pour moi, c’est un chef d’œuvre et une chanson qui doit leur être aussi personnelle que How to disappear à l’époque de KidA.

       

  13. Yonbou II
    12 mai 2016 at 15 h 04 min —

    Hâtez-vous lentement, et sans perdre courage, Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage, Polissez-le sans cesse, et le repolissez, Ajoutez quelquefois, et souvent effacez.

  14. Yonbou II
    12 mai 2016 at 15 h 13 min —
  15. 13 mai 2016 at 14 h 11 min —

    Allez, Daydreaming déjà utilisée comme musique de fond… dans l’émission Entrée Libre hier soir. A part ça, c’est que du bonheur cet album pour moi…

  16. 17 mai 2016 at 16 h 59 min —

    Hello (et Hello Marjorie, ça fait une éternité + quelques temps!)

    Après quelques écoutes oscillant entre mon canapé et ma voiture (qui est désormais mon espace favori d’écoute musicale), c’est à mes oreilles Decks Dark qui se rappelle à moi le plus souvent, probablement pour sa lumière.
    J’ai beau attendre du haut de mon grand âge, que le leur permette encore de réécrire un Optimistic, je n’attends plus tout à fait la même chose de la musique, pas plus qu’eux j’imagine. Mon attente, ma frustration sur cet album est donc vaine et finalement elle relève peut-être plutôt de la nostalgie de ma propre vingtaine et de l’époque où se groupe semblait me connaître mieux que moi-même.
    Oui, c’est sûrement ça au final.

    Pour le reste de cet album, après une introduction assez pleine et ronde, je suis plus captée par des notes que par des morceaux mais radiohead et moi, ça a toujours été un peu ça: à un moment, une note (ou plusieurs): lucky, exit music fonctionnent ainsi et ne sont pas les seules.

    Où sont ces notes? dans les choeurs de full stop, à 2min 07 dans Glass eyes (étrange quand même), dans les violons de the numbers qui chantent à mes oreilles comme Gainsbourg époque Melody Nelson, de nouveau dans les choeurs de present tense, dans les violons de tinker taylor qui lorgnent vers pyramid song parfois.
    True love waits, je ne l’ai jamais aimée, néanmoins je trouve qu’elle fait plus sens ainsi et qu’elle même se teinte de nostalgie.
    Daydreaming est belle est homogène et le reste est plus dispensable.
    D’une manière générale, ces morceaux mettent du temps à pénétrer la peau mais, à chaque entame où je serais tentée de sentir de l’ennui, il y a ces notes.
    Et l’atout premier c’est la lumière.

    J’ai perdu la main pour causer musique, si tant est que je l’aie déjà eue!

  17. Annie
    17 mai 2016 at 18 h 49 min —

    Bon ben voilà c’est fait, après une bonne semaine de « A Moon Shaped Pool » dans les oreilles je me suis replongée dans « The Kings Of Limbs » et là n’en déplaise à beaucoup, j’ai adoré !!! C’est un album indubitablement et foncièrement différent mais d’une richesse au niveau de la recherche des sons, des rythmes . Il est certe moins fluide quant à l’enchaînement des morceaux mais quel travail derrière tout ça ! Un vrai plaisir de revenir sur l’album, un besoin même comme quand on lit un auteur et que d’un coup le besoin de relire ses écrits vous prend. J’ai eu peur d’avoir du mal à m’y replonger mais le plaisir et revenu direct. Personnellement il reste une œuvre majeure de RH.

  18. Nasto
    18 mai 2016 at 9 h 54 min —

    Bonjour !

    Je me réveille gentiment de mes écoutes successives d’AMSP, semblant déambuler dans une autre dimension depuis 10 jours déjà ! Mes proches me rappellent assez souvent que la réalité ce n’est pas la musique de Radiohead, qu’il faut que je redescende sur Terre. Je vais le faire à moitié, et tenter d’exorciser toutes mes émotions à travers ce commentaire.

    Pour situer un peu mon appréciation de la musique de Radiohead, la découverte de HTTT il y a 13 ans m’a sauvé la vie, mais au final je suis définitivement un enfant de Kid-A à tendance amnésique. Je me rappelle que j’entendais parfois « Creep » ou « No Surprises » à la radio étant gamin, mais ça n’a jamais eu autant d’impact sur moi que leur tournant musical des années 2000. Par la suite, c’est vraiment la carrière solo de Yorke qui m’a le plus bouleversé (et là je sens que je ne vais pas forcément me faire que des amis !), « Amok », Cymbal Rush » ou « Before Your Very Eyes » étant pour moi certaines des plus belles choses qu’il ait composé. In Rainbows m’a bouleversé à sa manière de me rappeler que le rock plus simple, ben c’est chouette aussi. « Reckoner », « Up On the Ladder »… Des titres gravés en moi.
    Et arrive 2011 et TKOL. Là mes sentiments sont divers, entre incompréhension face à un album qui me semble à la première écoute si peu homogène (alors que tous les autres sont à mon avis d’une cohérence imparable) et harmonieux. Il m’aura fallu du temps pour m’y faire, mais aujourd’hui je l »ai apprivoisé, même si je ne peux en dissocier les titres « Staircase » et « The Butcher » que j’apprécie énormément pour leur mélancolie évidente qui manque un peu au TKOL de base, si l’on excepte « Codex ».

    2016 ou la promesse d’un nouvel album de Radiohead. Je me drogue à « Tomorrow Modern Boxes » depuis quelques années, tout en gardant « Amok » omniprésent, mais je me dis que j’espère voir la voix de Thom revenir à des choses un peu plus simples. Et là, surprise générale avec « Burn the Witch », un titre que je ne connaissais presque pas. Un premier single que je trouve ultra maitrisé, presque trop, et dont l’appréciation est trop évidente à mes yeux. C’est beau, c’est propre, c’est net, c’est marquant. Je suis habitué au Radiohead qui nécessite des dizaines et des dizaines d’écoute avant d’imprimer définitivement mes passions de mélomane. Au RH qui s’apprivoise, comme un animal sauvage. A la fois heureux et anxieux d’avoir un album trop facile d’accès, je me tourne vers « Daydreaming ». Et là, coup de coeur total, ce titre est d’une complexité ahurissante à mes yeux, et se range facilement dans les cimes radioheadesques (?!), au coté de « How to Disappear », « Pyramid Song » ou « Like Spinning Plates » qui reste pour moi le plus beau titre de Radiohead tout album confondu (et qui montre bien à quel point le groupe est capable de petits miracles en live). L’album sort deux jours plus tard, je me ronge les sangs, je rêve d’y voir « Ful Stop » ou « Identikit ».

    Et elles y sont ! Aujourd’hui, j’en suis à plus d’une centaine d’écoute de « Identikit », et une cinquantaine sur les autres. Même si je déplore un peu l’absence de la voix de Ed qui faisait le piment des versions lives, cee titre symbolise pour moi à merveille ce qui se dégage de la carrière solo de Thom tout en y apportant les indispensables sonorités instrumentales du groupe. Les paroles me bouleversent (le « broken hearts make it rains » suivi de « pieces of the wreck of mankind.. » pour moi c’est le sommet de l’album), le petit solo de guitare final me renvoie à « The Bends » et à des centaines de souvenirs.
    « Ful Stop » m’a demandé plus d’adaptation, étant trop habitué à la version live que j’écoutais en boucle depuis longtemps. Une seule envie aujourd’hui : sauter partout dans mon appartement dès que le titre commence (c’est ce que je fais d’ailleurs). Et des paroles à nouveau bouleversantes, difficile de ne pas y voir la séparation, la fameuse. Tout cet album sent la séparation, l’amour vécu et déçu, l’espérance de rédemption. Un titre à la structure fascinante, clairement divisé en deux parties distinctes. « Glass Eyes », même si ce n’est pas le titre que je préfère, symbolise à mes yeux tout ce qui se dégage de l’album. L’impression d’être sous l’eau, immergé, et d’entendre des sons au loin, sans comprendre de quoi il s’agit. Beaucoup de lumières aussi, qui percent au travers de la surface de l’eau. La nouvelle version de « True Love Waits » dégage pour moi la même chose et clôt à merveille un album qui me donne l’impression d’être en apnée constante. « Tinker Taylor.. », ou le parfait mélange électro-instrumental, tout Radiohead en un titre en gros. Pas grand chose à ajouter sur « Decks Dark » qui semble être le titre chouchou un peu partout. Par contre je ne réussis toujours pas à apprécier « Desert Island Disk » que je trouve très peu intéressante (même si plutôt agréable et simple à l’écoute). Il fait partie de ces (rares) titres de RH que je trouve un peu inutile, qui détonne au sein de l’album. « The Numbers » m’a longtemps fait le même effet, même si je reconnais aujourd’hui la richesse instrumentale et les paroles fouillées. Un seul regret au final, l’absence de « Cut A Hole » que je trouve sublime, mais j’espère qu’elle fera partie des deux titres proposés en septembre avec le collector.

    Voilà, au final, cet album symbolise pour moi une sorte d’hybridation parfaite entre toutes les expérimentations du groupe. A la fois folie électronique et spleen mélancolique, rock symbolique et mélodies atypiques. Je le classe déjà dans mes 4 préférés, aux côtés de Kid-A, Amnesiac et IR.

    Désolé d’avance pour le pavé, et je précise, même si c’est l’évidence, que ce n’est qu’un humble avis et que comme on le sait tous, RH réveille des choses bien distinctes en chacun de nous. Je doute qu’il y ait une « vraie » appréciation de leur musique, chacun en fera sa propre lecture…

    Au plaisir de continuer à vous lire, bonne journée à tous !

  19. Pol
    10 juin 2016 at 9 h 06 min —

    Pour les abonnés Spotify, A Moon Shaped Pool sera disponible vendredi prochain. A noter qu’In Rainbows vient d’être rajouté à leur catalogue ce matin. Du coup on a la totale à présent.

    • 13 juin 2016 at 10 h 38 min —

      Sur Deezer toujours rien ! C’est con de la part du groupe de sélectionner les diffuseurs comme ça.

Leave a reply