news

Thom Yorke parle gonzesses avec Flylo et mange des nouilles avec Will Self

J’vous en ferais, moi, des titres à la RollingStone !

Maintenant que vous êtes bien aguichés, de quoi s’agit-il ?

Dans une interview expresse au GQ anglais (rien ne l’arrête devant la promotion !), Flying Lotus avoue des trucs plus ou moins glorieux. A la question tarabustante, « quand vous sortez avec Thom Yorke, de quoi parlez-vous donc ? », il répond benoîtement :

Bah, vous savez quand on sort, on est vraiment comme deux potes. On parle beaucoup de filles, de modes de vie et de ce qu’on a dans la tête. Quand ça va pas, je me précipite toujours vers lui pour lui dire : « j’sais pas quoi faire ! je me déteste ! Comment tu fais pour continuer ? » Et lui me dit (FlyLo imite le ton posé de Thom Yorke) : « prends des vacances mon garçon ! va voir ça ! » Après la conversation, je rentre à la maison, je m’écoute du Radiohead et je me dis : « m…j’aurais dû lui demander comment ils faisaient ça et ce que ça voulait dire !

Il raconte aussi sa première malheureuse rencontre avec le groupe au Japon : au moment de leur être présenté, son ex-copine (on comprend que ça a dû être le signe de la fin), a fait un bad trip en direct. Il a été obligé de venir à son aide mais l’a copieusement injuriée parce qu’elle lui avait peut-être fait manquer la chance de sa vie. La suite montre que le groupe ne lui a pas tenu rigueur de cette entrée en matière. En revanche, FlyLo devrait apprendre de son frère stellaire (Thom Yorke est né le même jour que lui) qu’il ne faut pas raconter des histoires sordides à la presse : son image de colosse rigolard en prend un sacré coup !

GQ en profite pour ressortir une interview de Thom datant de la sortie de Hail to the Thief : le grand écrivain déjanté Will Self, par ailleurs journaliste, l’avait rencontré à Oxford. Ensemble ils avaient traversé une partie de la ville pour aller manger dans un restaurant thai (les fameuses nouilles) et, talent particulier de Self, prompt à tailler le portrait d’un nouveau personnage, ou fierté de Thom d’être interviewé par quelqu’un d’autre qu’un gonzo en mal de gros titres, l’auteur du « Livre de Dave » réussit à lui faire dire des choses qu’il n’a pas l’habitude de révéler et met le doigt sur les nombreuses contradictions de la personnalité un brin schizoïde, il faut l’admettre, de Thom Yorke.

http://www.gq-magazine.co.uk/entert…

S’il le faut, je vous traduirai des passages à la rentrée, dans un moment de creux, mais présentement, une curieuse fatigue me prend ! Bon, c’est écrit et c’est pas trop difficile à lire et d’ailleurs il est possible que cet entretien soit paru en français quelque part : avis aux archivistes !

Previous post

Nigel piégé par la presse

Next post

Meilleurs voeux...2014!

No Comment

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.