chansons

The Gloaming

Travail en studio (partie musicale) : 2000 (sous le titre « 33.3 Recurring »)
Écriture des paroles : septembre 2002 ? – 2003
Travail en studio : fin 2002-début 2003
Fuites sur internet d’une version non définitive (enregistrée en février 2003): mars 2003
Premier live de la chanson : 17 mars 2003 (Dublin)
Diffusion de la Version démo : 18 juillet 2003 (EMI Acetate CD)
Sortie sur album : 9 juin 2003 (Hail To The Thief)
Remix : 2004 par DJ Shadow
Sample : 2006 sur le début de « And it rained all night » (album « The Eraser », Thom Yorke)

Titre alternatif (album Hail To The Thief) : Softly Open Our Mouths In The Cold

The Gloaming est une chanson parfaite pour le live, sur laquelle Thom s’adonne à toutes sortes de danses excentriques. Encore un texte qui évoque toutes ces drôles de pensée qu’on a la nuit… Toutes ces pensées mal décantées mais qui ont quelque chose de froidement angoissant. Le groupe insiste bien pour dire que c’est une chanson centrale, à la fois dans l’album, mais aussi dans l’importance qu’elle a pour eux.

On a découvert la chanson vraiment en mai 2003 au concert de Dublin, puis sur l’album Hail To The Thief, quelques jours plus tard, mais c’est une chanson sur laquelle le groupe travaillait depuis 2000

2000
C’est au début de l’année 2000, alors que le groupe expérimente en studio les futures chansons pour KID A qu’il s’essaie sur ce qu’on appelle alors « 33.3 Recurring ». Le membres du groupe s’était alors réparti en « équipes » qui créaient différentes choses…

En 2003, expliquera globalement comment ça s’est passé : c’est Thom qui a écrit un embryon de chanson chez lui, tout seul, sur son ordinateur, quelque part en 1999, et qui a enregistré tout ça pour le faire écouter à ses potes lors des retrouvailles en studio :

It was one of those ones that… when Thom brought ‘The Gloaming’ into the… and we heard it on a CD that he presented us with a load of material, before we even started. But it was one of the few tracks, that came from, you know, essentially a laptop.
— Ed, 2003, HTTT Interview CD (cf. supra)

Toutefois, ce n’est pas sur la voie informatique que la chanson va continuer son chemin. Le groupe, en particulier Jonny et COlin, les frères Greenwood, va plutôt s’amuser à assembler des morceaux de pistes sur des bandes, d’où un son assez « méchanique » :

And strangely it was actually put together without computers. It’s all done from, don’t wanna get overly technical, but it was done with pieces of tape. So the rhythms you’re hearing are in a way quite mechanical. So that’s why it’s so unsettling maybe.
— Jonny, 2003, HTTT Interview CD (cf. supra)

Thom va ensuite récupérer la piste et se l’écouter en voiture :

Musically that was born out of an experiment that Jonny started, where he wanted to cut… he did it with tape loop. And he wanted to cut it as… on a record, you know, as a locked groove. You know what a locked groove is… so you put one on and rather than the record going to the middle it just stays where it is. And so he sat down with Graeme Stewart, who is another engineer we work with, and basically figured it out. And they… I don’t know what he was gonna use it for, really, but I heard it when he and Colin started working on it, and just thought it was the most amazing thing, that Jonny had ever written. And I just said ’I’ll have that’… and took the hard disc away and… used to drive ’round down country roads during dusk, basically, or the gloaming, listening to this thing, and had this melody, that was coming out underneath. And it was very much about imminent sense of darkness and thinking about the future and, I guess, you know… it’s got a lot of dread in it, really. And a lot of sort of totally out of control feelings, you know.
— Thom, 2003, HTTT Interview CD (cf. supra)

C’est cette version-là, sans paroles, sûrement réarrangée et retravaillée ensuite en 2002-3, a priori, qui sera publiée en juillet 2003, sur un CD EMI Acetate, ce qui peut laisser penser que la piste était alors envisagée comme une face-B.

 

2002

Alors que beaucoup des futures pistes de « Hail To The Thief » sont rodées en concert lors de la tournée d’été en Espagne et au Portugal, on n’entendra jamais « The Gloaming ». La chanson n’était alors sûrement pas encore « prête », ou du moins, le groupe (dont on connait le perfectionnisme) n’estimait pas encore ses expérimentations (sur la structure musicale, sur les paroles, ou sur les deux !) écoutables.

C’est certainement à cette période là que Thom s’écoute la piste en voiture, pensant à des mots / émotions à y plaquer.

 

septembre 2002

Le groupe « entre en studio » pour enregistrer le futur album « Hail To The Thief », à the Ocean Way Recording (Hollywood, Los Angeles). Ils n’y resteront que deux semaines… qui sont plus rythmées par des fêtes que par des sessions de travail.  Sur une page de la partie « scrapbook » du site radiohead.com, on pouvait voir un peu plus tard cette note griffonée par Thom alors qu’il est à Los Angeles :

A remarquer la ligne ’a genie let out of the bootle’, ce qui laisse penser qu’à cette date, Thom travaillait déjà sur les paroles :

 

En 2003, Thom expliquera que les émotions qu’il ressent suite à la guerre en Afghanistan (qui reprendre en octobre 2001, suite aux attentats aux Etats-Unis) seront le matériel pour écrire les paroles.

I mean, my favourite line in the whole record is the ’genie let out of the bottle’ thing, ’cause that kind of really sums it up for me. It was during the Afghan War, and I was also thinking a lot about that it was the rise of the right. All that stuff about the right in Europe, and in France and, was it Belgium ? I’m not sure, can’t remember now. And that sort of general sense of ignorance and intolerance and panic and stupidity, and everybody running for cover, which is also, I guess, in my description of ’Backdrifts’ as well.
— Thom, 2003, HTTT Interview CD (cf. supra)

A la même époque, un scan d’une autre page du carnet de notes de Thom est posté dans la partie ’scrapbook’ du site radiohead.com. On peut y remarquer la mention de l’ancien titre, et le travail qui a été fait sur les paroles :

2002-2003

Fin 2002 et début 2003, le groupe travaille avec un peu plus de sérieux et pour ce faire, retourne en Angleterre enregistrer quelques nouveaux sons et quelques mixs additionnels dans son studio d’OxfordShire…

C’est là, toujours selon Ed en 2003, qu’une version va prendre forme, on imagine en février 2003 :

And we sort of revisited it back in our studio after we’d been in L.A. and after we’d done a lot of live stuff. And it was really refreshing to hear something out of a… you know, we’d done a lot of live stuff, and to hear something that was digital… I remember it was a friday night that we revisited it. It was the end of a session, end of a week, and it another tone, it was another mood. And it was different. It was like ‘we’ve got to make this work in the record’, it takes it to another extreme, in a way.
— Ed, 2003, HTTT Interview CD (cf. supra)

 

30 mars 2003

Quelques jours avant la sortie officielle de « Hail To The Thief », quelques enregistrements filtrent sur l’internet (fuite organisée ou pas ? on ne sait pas bien…).

Il s’agit de la version de la chanson enregistrée en février 2003, et on peut rétrospectivement se rendre compte que le travail de mixage n’était pas encore terminé puisque la version finale est plus courte (cette version fait 4min18 environ, la version finale 3min33), en accord avec toutes les chansons de Hail To The Thief qui sont relativement plus courtes que ce que l’on a connu par le passé.

quelques paroles ont ainsi été retirées :

shadows blue and red, shadows blue and red
your alarm bells, your alarm bells
shadows blue and red, shadows blue and red
we are alarming, we are alarming

when the walls bend, when the walls bend
with your breathing, with your breathing
when the walls bend, when the walls bend
what is he doing, what is he doing

this is the gloaming, this is the gloaming
this is the gloaming, this is the gloaming
this is the

avril 2003

Un CD d’interview du groupe est réalisé en avril 2003 pour accompagner la sortie d’Hail To The Thief (prévue pour juin) . Chacun des membres du groupe est alors appelé à s’exprimer sur les chansons, dont The Gloaming.

Jonny : «People have reported feeling unwell and uneasy and unsure listening to it, which is a good rection to get, I think, halfway through a record. I think there’s lots of incertainty on the record lyrically, and that’s one point where the music goes quite unsettling, I think. »

Ed : « It was one of those ones that… when Thom brought ’The Gloaming’ into the… and we heard it on a CD that he presented us with a load of material, before we even started. But it was one of the few tracks, that came from, you know, essentially a laptop. And we sort of revisited it back in our studio after we’d been in L.A. and after we’d done a lot of live stuff. And it was really refreshing to hear something out of a… you know, we’d done a lot of live stuff, and to hear something that was digital… I remember it was a friday night that we revisited it. It was the end of a session, end of a week, and it another tone, it was another mood. And it was different. It was like ’we’ve got to make this work in the record’, it takes it to another extreme, in a way. »

Jonny : « And strangely it was actually put together without computers. It’s all done from, don’t wanna get overly technical, but it was done with pieces of tape. So the rhythms you’re hearing are in a way quite mechanical. So that’s why it’s so unsettling maybe. »

Thom : « Musically that was born out of an experiment that Jonny started, where he wanted to cut… he did it with tape loop. And he wanted to cut it as… on a record, you know, as a locked groove. You know what a locked groove is… so you put one on and rather than the record going to the middle it just stays where it is. And so he sat down with Graeme Stewart, who is another engineer we work with, and basically figured it out. And they… I don’t know what he was gonna use it for, really, but I heard it when he and Colin started working on it, and just thought it was the most amazing thing, that Jonny had ever written. And I just said ’I’ll have that’… and took the hard disc away and… used to drive ’round down country roads during dusk, basically, or the gloaming, listening to this thing, and had this melody, that was coming out underneath. And it was very much about imminent sense of darkness and thinking about the future and, I guess, you know… it’s got a lot of dread in it, really. And a lot of sort of totally out of control feelings, you know. I mean, my favourite line in the whole record is the ’genie let out of the bottle’ thing, ’cause that kind of really sums it up for me. It was during the Afghan War, and I was also thinking a lot about that it was the rise of the right. All that stuff about the right in Europe, and in France and, was it Belgium ? I’m not sure, can’t remember now. And that sort of general sense of ignorance and intolerance and panic and stupidity, and everybody running for cover, which is also, I guess, in my description of ’Backdrifts’ as well. »

 

17 mars 2003

Premier live de la chanson dans un concert de Radiohead à Dublin. Le groupe joue alors « The GLoaming » (c’est sous ce titre qu’elle apparaît désormais sur les setlists) régulièrement. Les premières versions live sonnaient vraiment bizarrement, le son était apparemment mal réglé, et la chanson était relativement sourde. Les versions de Londres en mai 2003 par exemple étaient quasi inécoutables du public tant on avait mal aux oreilles. Difficile donc de s’en faire une vraie idée.

 

9 juin 2003

La chanson sort officiellement sur le CD Hail To The Thief, sous le titre « The Gloaming » (ça, on savait !), mais avec le sous titre « Softly Open Our Mouths In The Cold. »

 
juilley 2003
En juillet 2003, on trouve sur un cd ’EMI acetate’ la version primitive (celle d’avant 2002 ?), avec le titre 33.3 Recurring.

De même, les fans pourront entendre un extrait de cette version démo sur un épisode de Radiohead.tv diffusé lui aussi en 2003.

 

14 juillet 2003

Le temps faisant, le groupe se roda à la jouer et c’est une version éclatante qu’on a pu entendre à Nîmes. Thom s’éclate comme un fou sur la chanson, il sautille et est quasi hystérique (enfin, encore pire que d’habitude, c’est pour dire !).


Le ’This is the Gloaming’ répété sans cesse à la fin de la chanson, dans un déferlement sonore, est plus qu’efficace, ça entre dans la tête direct et ça donne une frénétique envie de se rouler partout avec Thom.

 

2004

On a pu retrouver en 2004 un remix de DJ Shadow, que Thom avait déjà croisé notamment sur le projet Unkle. On peut noter la présence d’une longue intro donnant des extraits de discours de Georges Walter Bush (président des Etats Unis 2000-2008) avec en boucle des mots clefs tel que « Terrorist » « Irak » « Weapons ». La musique est introduite sur ces mots « No killers. Only warriors ».

 

10 juillet 2006

Thom Yorke sort son premier album solo « The Eraser ». Sur le début de « And it rained all night » on peut entendre un sample de The Gloaming.

Previous post

Thames Vale Youth Orchestra

Next post

PJ Harvey

No Comment

Leave a reply