chansons

Spooks

Travail en studio : octobre 2005
Premier live (Radiohead) : 6 mai 2006 (Copenhague)
Nouvelle version (par Jonny + Supergrass + Johanna Newson) : décembre 2014

C’est une morceau qui a connu une trajectoire étonnante… On l’a longtemps connu comme un instrumental de Radiohead avant que Jonny ne l’utilise pour ses projets solo.

16 octobre 2005

Le groupe travaille sûrement à la chanson, comme le montre le message de Colin laissé sur le Dead Air Space :

two days off, sunday spent dragging a puppy around Abingdon.
back tomorrow, after a full on week of recording a song a day, some not even on the blackboard….one of jonny’s tunes, packing a lot in 2 mins 45 seconds ! Spent weekend agreeing with Nick Cohen, hoping Simon Starling would win the Turner, listening to new modeselektor album, and waiting to get the boards of canada and pharrell williams tomorrow. Exciting talk of shows next year ; it’s good to have a plot. Another week ahead in the studio, then more in December. I’ll keep you posted this week with more news and wonky shots, so wish us luck !
Colin
— Colin Greenwood

 

6 mai 2006

On a découvert le morceau quand Radiohead l’a joué le 6 mai 2006 à Copenhague. Il s’agit d’un instrumental assez court et pêchu, surement encore en cours de construction…

Une vidéo multiangle de la prestation composée par le site citizeninsane :

 

Mojo lui met 3 étoiles dans sa revue des nouvelles chansons.

SPOOKS ***
Fun Dick Dale surf instrumental interlude with savage riffing. Think Pixies’ Manta Ray.
— Mojo, août 2006

Spooks
Blink and you’ll miss it, this rocky instrumental is about a minute long, and the sound of Radiohead cutting loose and having a laugh,
— NME, 13 août 2006

7 avril 2009

Phil nous apprend que la chanson n’a pas été enregistrée, et que c’est Jonny qui en est à l’origine :

 

Spooks

Phil: Many, many ideas are considered and rejected along the way.

Q: Many fans still like ‘Spooks’ a lot. Was this recorded with Nigel during the ‘In Rainbows’ sessions at all? And is this a piece that was written by Jonny?

Phil: Jonny wrote it, but unfortunately we didn’t record it.

— Phil, Interview pour exitmusic.com.ar / 7 avril 2009

 

21 août 2009

Colin écarte toute idée de la sortir sur un support. Les fans peuvent la trouver sur l’Interweb, pour lui, c’est suffisant :

 

Sergii: Many of them haven’t left the studio, like ‘Spooks’.

Colin: Oh yes!

Sergii: Great song that you played live. What’s the status?

Colin: That’s just some fun, really. That’s like, you know…

Sergii: Yeah. You’re not going to release it?

Colin: Well, I think it’s already been released, I guess, because we played it in shows, so people can find it on the interweb.

Sergii: Okay.

Colin: But it’s good, yeah! It’s a fun song to play!

 

4 Octobre 2014

On savait que la composition était de Jonny ; il le confirme en l’intégrant sur la bande-son du film d’ « Inherent Vice » de Paul-Thomas Anderson tiré du roman de Thomas Pynchon…comme nous l’apprend dans un premier temps le site Slate.

L’info circule donc dans le petit monde de la presse musicale, et est relayée par Pichfork le 6 octobre, dont Jonny Greenwood est abonné au fil tweeter.

Ainsi Jonny apporte quelques précisions : oui, il s’agit bien de Spooks ;  d’ailleurs ce titre n’était pas très « Radiohead-esque » ;  Il ne s’agira pas de la même version que celle entendue en 2006 puis que la chanson a été réinterprétée et jouée par Supergrass, et non plus par Radiohead.


Voilà qu’un fan est mécontent, comment ça, Spooks plus interprétée par radiohead ?

Et jonny de défendre Supergrass :

Dans la foulée des précisions, Pitchfork modifie son premier article… mais Jonny continue à corriger :

10 décembre 2014
Le 10 décembre, Pichfork publie la version finalisée de Spooks, avec Joanna Newson au chant :
http://pitchfork.com/news/57786-jonny-greenwood-shares-inherent-vice-track-spooks-written-by-radiohead-and-featuring-joanna-newsom-supergrass-members/

Le 11, NoneSuch Records diffuse la chanson sur youtube :

Previous post

Weird fishes/arpeggi

Next post

"Journal d’Hirondelle" / Amélie Nothomb

No Comment

Leave a reply