news

on risque d’attendre encore un moment…

Thom Yorke s’est prêté au jeu de l’interview dans la dernière parution du magazine “the believer” et si le nom (“celui qui y croit”) fait un peu abîme avec nos attentes (“mais l’album, il sort quand?”), le contenu en revanche nous ramène vers les dernières prises de position du leader du groupe, et pourrait nous laisser penser qu’on risque d’attendre encore un moment pour un album, mais que par contre, des chansons seraient données à télécharger de temps à autre.

Peu de temps après la sortie en version téléchargement sur internet uniquement de la chanson “Harry Patch (In Memory of).”, Thom y explique sa haine du format traditionnel de l’album (“CDs kept the music industry alive like a zombie”), en contradiction avec les nouvelles habitudes de consommation (le téléchargement),qui permet de sélectionner et donc privilégie au contraire la chanson, dont il est lui-même un adepte:

————————–

Thom Yorke: Stanley (Donwood, ndlr) et moi, on a toujours détesté les cd’s. C’est un putain de cauchemar ce truc. Aujourd’hui il y a une sélection naturelle qui se met en place. L’industrie du disque aurait dû mourir dans sa forme actuelle depuis une vingtaine d’années. Et puis ensuite, alléluia, le Cd s’est pointé et a relancé le tout encore un peu. Mais en gros, c’était déjà du passé.

{{
THE BELIEVER : D’une certaine façon, les singles sur internet, ça fait penser à l’industrie du disque des années 1950, avant que les albums 10 titres soient le format unique, et les singles radio définissaient alors les artistes.}}

Thom Yorke: Si vous oubliez les problèmes d’argent pendant un instant – si vous y arrivez, parce qu’on parle du gagne pain de plein de personnes en fait – et que vous considérez le tout comme la plus incroyable diffusion de contenu jamais créée, tout devient différent. D’une certaine façon, c’est la meilleure façon de considérer internet. Je veux dire, je ne passe pas toute ma vie à télécharger des MP3 gratos parce que je déteste les sites internet. Personne ne semble comprendre ce qui est en jeu. Je préférerais plutôt aller sur des sites comme Boomkat, où les mecs savent ce dont ils parlent.

C’est bluffant. Pour moi, c’est un business model. Ca se passe comme quand je décide d’aller chez les disquaires à Oxford. Vous cherchez un truc, et puis un autre, et à côté une des rangées entières d’autres trucs qui vous disent « Tu aimeras sûrement ça » et « Il se peut que ça te plaise ».

{{THE BELIEVER : J’aime bien ces magasins où tout est choisi soigneusement et où les types écrivent des petites descriptions à propos des albums.}}

Thom Yorke : Ouai, et tu peux tout écouter. En fait Boomkat est très spécialisé au niveau des trucs qu’ils mettent en avant, mais je ne comprends pas pourquoi ça ne marcherait pas avec toute la musique.

(le reste de l’itw est disponible en accès payant sur le site de The Believer)

Previous post

we were all victims

Next post

Alors, il l'a dit ou il l'a pas dit?

No Comment

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.