presse

le nouvel album de Radiohead est un succès

Deux articles que l’on peut lire sur le site belge de la dernière heure :
Le nouvel album de Radiohead est un succès
Colin Greenwood : "je devrais être plus heureux"

Rien de formidablement nouveau à y apprendre, mais on peut y lire que Colin aurait et des soucis avec l’ouïe l’an passé… que Thom est difficile à suivre.

(merci anaximandre)

Retranscription de ces deux articles :
————

Le nouvel album de Radiohead est un succès

(18/12/2007)

Le groupe a décidé de diffuser, dans un premier temps, In Rainbows sans maison de disque

BRUXELLES Les experts, ou tout au moins ceux qui s’autoproclament ainsi, ne cessent de sortir des chiffres différents sur la sortie du dernier album de Radiohead, In Rainbows qui était disponible depuis le 10 octobre sur l’un des sites du groupe. Pour télécharger les onze nouveaux titres des Anglais, le prix à payer était à la discrétion de l’amateur : de zéro cent à ce qu’il voulait. Selon certains, un tiers des acheteurs n’aurait rien déboursé, selon d’autres cette estimation serait même doublée. Et la moyenne de ceux qui auraient mis leur main au portefeuille tournerait autour de quatre euros.

Colin Greenwood affirme ignorer les chiffres exacts… "mais nous savons que c’est un succès par rapport à nos autres sorties d’albums , indique le bassiste. Nous avons aussi découvert certaines choses : les Italiens sont les plus généreux et les Allemands les moins. C’est intéressant de voir les différences entre les cultures. Choisir ce moyen de diffusion, c’est comme une performance, un show. Ce n’était pas un jeu mais plutôt de l’art. C’est une expérience. L’idée est de savoir ce que la musique vaut, combien tu es prêt à débourser. Si tu ne paies rien pour ça, est-ce que tu penses que la musique est mauvaise, est-ce q u’un album de Radiohead est aussi bon que, je ne sais pas, Roxette ou Coldplay ? Est-ce que les prix que vous mettriez seraient les mêmes si vous aviez le choix entre ces différents albums ? Les peintures ou les sculptures sont vendues à des prix variés selon les artistes. Pourquoi pas pour la musique ?"

Les pingres ont peut-être estimé que les membres de Radiohead étaient déjà assez riches. "Ce serait une grave erreur. Mais je ne pense pas que les gens pensent ça. Je pense que les gens ont compris que nous avons pris la décision de consacrer nos vies à la musique. Nous n’avons pas le succès ou la notoriété de Colplay ou de U2. Si nous sommes dans la presse ou à la télévision, je ne pense pas que les gens pensent que nous sommes des célébrités. Ce qui est si excitant c’est que nous avons une connexion directe avec nos fans parce que nous n’avons plus de contrat avec une maison de disque. Sur le net, c’est vrai, on nous suit pas à pas, mais c’est un très petit nombre de gens. La plupart des gens se contentent d’acheter nos CD. C’est étrange comme un petit nombre de personnes dans les médias peuvent avoir la plus grande tribune. Mais les enfants dans la rue, les gens normaux s’en foutent. Je crois que c’est excitant pour nous et pour quelques personnes dans les médias. Mais la plupart des gens achètent leur musique dans un supermarché et ne savent rien à propos de tout ça.

Et vous vous pouvez écrire sur une musique que les gens ont vraiment, plutôt que sur un CD que vous avez reçu deux-trois semaines avant tout le monde. C’est le monde du partage. Culturellement, si un grand nombre de gens aime la musique, soutient l’artiste, il l’aide à travailler et s’il n’aime pas, l’artiste ne peut plus travailler. C’est assez démocratique même s’il n’y a qu’un petit nombre de personnes avec un ordinateur."

Certaines mauvaises langues n’ont vu qu’un coup de pub dans cette manière de sortir l’album, un moyen de booster les ventes de l’album physique (vendus sous licence et qui sera dans les bacs dans quelques jours).

"L’idée de base, c’était de diffuser rapidement ce que nous avions créé, pour avancer sur notre chemin créatif. Ce qui est dingue avec Thom (NdlR : Yorke, le chanteur), c’est qu’il crée en permanence. Il fait toujours de l’art. Ce n’est pas important si ce n’est pas bon. Il doit juste faire des choses créatives. "

Le leader de Radiohead ne doit pas toujours être évident à suivre. "Il est toujours dans sa musique et il ne comprend pas que tu ne sois pas sûr. Il donne toujours une chance. Mais ce que tu dois comprendre c’est que chacun dans le groupe peut créer quelque chose dans la musique, l’avis de l’autre compte ici. Chacun a contribué sur cet album, je crois. C’est dur quand les autres ont le contrôle, donnent la direction. Dans le même temps, Thom est un artiste, cela signifie qu’il peut entendre les choses, créer des trucs nouveaux."

Colin Greenwood, malgré qu’il soit le bassiste de ce qui est l’un des plus grands groupes rock contemporains ne déborde pas de confiance en soi. Si Jonny Greenwood, son frère, a sorti un album solo en 2003 (Bodysong , la bande-originale d’un film du même nom réalisé par Simon Pummell) et si Thom Yorke a publié The Eraser en 2006, Coz ne compte pas diversifier son activité. "Je ne peux pas faire ça. Je ne sais pas faire ça. Je n’en suis pas capable. J’aime travailler avec d’autres personnes, collaborer. Je n’ai pas assez confiance en moi. Et j’ai une famille (NdlR : une femme et deux fils, Jesse et Asa, respectivement bientôt quatre ans et deux ans) dont je dois m’occuper."

Basile Vellut

Radiohead, In Rainbows (XL Recordings)

© La Dernière Heure 2007


Colin Greenwood : "Je devrais être plus heureux"

(18/12/2007)

Colin Greenwood a vécu de pénibles moments

BRUXELLES Colin Greenwood est assurément quelqu’un de charmant, s’enquérant de votre santé, du nom de vos enfants, de votre degré de satisfaction à la fin de l’interview,… Pourtant, il n’a pas traversé ces derniers mois la période la plus facile de sa vie, avec les sessions d’enregistrement d’In Rainbows qui se firent en deux temps. La première fin 2006 avec Mark Spike Stent aux manettes pour donner un coup de frais au groupe, la deuxième avec le retour de Nigel Godrich, le producteur emblématique du groupe. "Ce fut très dur l’année passée , concède Colin Greenwood. Parce que j’ai perdu l’ouïe à cause de mauvais écouteurs. En plus, je me suis posé beaucoup de questions sur le fait d’être dans un groupe. C’est honteux. La grande leçon à propos du downloading, c’est que tu dois avoir confiance en ce que tu fais. C’est très difficile de sortir l’album comme on l’a fait si on n’a pas confiance en nous. J’ai rencontré tellement de groupes qui sont devenus de la merde après avoir perdu la confiance qu’ils avaient en eux. Je devrais être plus heureux, plus confiant."

Toutefois, il a reçu le soutien des autres membres de Radiohead qu’il côtoie depuis plus de vingt ans. "En 84-85. Depuis l’école. Bordel."

L’interjection en dit long… "Nous avons fait des erreurs, bien sûr. Cela fait partie de la vie d’artistes d’en faire. Un peu comme l’album Trans de Neil Young. Si tu retires des choses de ça, c’est positif. On a fait des erreurs sur l’album précédent, c’est bien d’essayer de les corriger. Il était trop long, par exemple."

Le plus surprenant, peut-être, avec In Rainbows , c’est qu’il ne surprend pas alors que Radiohead avait habitué à innover au fil des ans. "Tu peux travailler très dur pour surprendre mais ce qui est important c’est la qualité des chansons et l’émotion qui se cache derrière elles. Ce n’est pas comme si t’avais rien à prouver. C’est important, tu dois toujours être inspiré, influencé par d’autres artistes. Et pour l’instant, c’est difficile d’en trouver. Tu dois te tourner vers des trucs plus vieux. Moi personnellement, quand on a fait l’album, j’écoutais beaucoup de trucs hip hop. Mes influences personnelles se retrouvent plus sur des chansons comme Reckoner ou Jigsaw Puzzle mais c’est difficile de les retrouver en même temps. Mais c’est un disque traditionnel. Les chansons ont des qualités universelles. Les chansons parlent de la crise de la quarantaine, des relations émotionnelles. Elles parlent de la balance qu’il faut trouver dans sa vie. Pas de savoir si c’est bien ou mal. Mais ce que tu as gagné, ce que tu as perdu. Où tu es. La vie que tu as, est-ce trop tard pour en changer ?"

B. Vt

© La Dernière Heure 2007

 

Previous post

The Observer (fin de l'interview)

Next post

Une autre interview

No Comment

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.