news

La musique, la vie, l’avenir

« White Flash » figure donc sur la bande-son paradoxale de ce mouvement étonnant dont les politiques ne savent que faire et qui s’amplifie à travers le monde (Israël, la Russie). Voici l’interview donnée par Robert del Naja et Thom Yorke sur le toit du symbole de la faillite du système : le building désaffecté de la banque suisse UBS :

http://www.youtube.com/watch?v=SD4u…

Rien que de très attendu dans leurs déclarations qui sont frappées au coin du bon sens, mais ils s’engagent très clairement dans ce mouvement de protestation démocratique et non violent qui consiste seulement à imposer la présence du peuple, des gens dont les banques font fi, et à réclamer que les gouvernements, dont les hommes politiques ne comprennent pas plus que nous ce fameux système fondé sur la spéculation, réaffirment le pouvoir de la politique sur l’économique. Tous les deux ont senti le besoin d’exprimer leur engagement et dénoncent aussi le recours à la répression comme seule solution face aux récentes émeutes, qui ont attristé tout le monde car elles étaient en effet désespérées, mais témoignaient que les gens ne veulent pas que les banques, après avoir bâti des cathédrales de verre et d’acier partout dans nos villes, tirent leur révérence et partent avec le capital sans avoir aucun compte à rendre à personne.

Voilà la transcription intégrale: http://occupylsx.org/?p=2240

C’est amusant de voir que même quand il parle politique, Thom Yorke parle en rythme…comme s’il y avait en permanence une party en train dans sa tête.

Previous post

Une wassingue pour Valérie

Next post

Super! Supercollider!

No Comment

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.