chansons

Knives Out

Travail en studio : 373 jours entre fin 1999 et début 2000
Premier live : 9 décembre 1999 (webcast)
Sortie sur album : 4 juin 2001 (Amnesiac)
Clip : juin 2001 (Michel Gondry)
Sortie sur single : août 2001 (plusieurs single Knives Out)

 

Les paroles peuvent étonner, car elles sont assez agressives, voire cruelles…. Il y a souvent sûrement plusieurs manière d’interpréter cela, et Thom a donné plusieurs pistes :  il l’ a souvent introduite en concert en disant qu’elle parle de cannibalisme…..

Colin a rajouté  :

elle parle surtout de l’attente de la presse. Il y a une très jolie mélodie de guitare et des paroles assez cruelles. Cela forme un joli contraste. C’est à la fois très poppy et très sombre…
— Colin Greenwood source inconnue

 

Le journaliste : « The most stunningly emotive song on ’Amnesiac’ is ’Knives Out’, played live in last year’s sonically perfect ’No Logo’ tent shows, which has been interpreted, with its melodic chorus ( »Look into my eyes/I’m not coming back« ) as a »goodbye » to the music industry.
Thom : « Not at all, »It’s partly the idea of the businessman walking out on his wife and kids and never coming back. It’s also the thousand yard stare when you look at someone close to you and you know they’re gonna die. It’s like a shadow over them, or the way they look straight through you. The shine goes out of their eyes. »
— Thom Yorke / NME, décembre 2001

 

Une autre interview où il explique à peu près la même chose :

Ce n’est pas exactement de la cruauté, disons plutôt que, pour exprimer certains sentiments, je ne peux faire autrement qu’utiliser un vocabulaire violent. Knives Out m’a été inspiré par plusieurs situations différentes et… Je crois que l’important n’est pas que ça ait l’air violent, mais que j’essaie d’exprimer des moments spéciaux que j’ai vécu : je les retranscris, particulièrement ceux qu’on vit dans le métier de la musique. Ça ne dérange pas grand monde que quelqu’un disparaisse, ils peuvent toujours exploiter ce qui reste. Bref, les paroles sont plus violentes que les sentiments qu’il y a derrière. C’est aussi sur la mort de gens proches de moi. Chaque chanson essaie d’élucider des choses que je ne comprends pas. Knives Out est particulièrement brutale car c’est une tentative desespérée de résoudre quelque chose de très compliqué pour moi…
— Thom Yorke / Rock And Folk, juillet 2001

 

Pour finir, on pourra dire que certain trouveront les paroles ridicules, comme un  chroniqueur sur un site qui a déclaré à propos des paroles :

So knives out Catch the mouse Don’t look down Shove it in your mouse If you’d been a dog They would have drowned you at Perth Huh ? Why bother catching a mouse if you’re going to just shove it into another mouse ? While I’m a big supporter of recycling, forced rodent cannibalism makes no sense to me whatsoever. And what’s with the mean-spirited jab at Australia out of nowhere ? Hey, I understand Irish nationalism and all that (IRA), but keep your worldviews to yourself next time !

Lien : http://www.somethingawful.com/d/truth-media-reviews/truthmedia-review-radiohead.php

— Something awful

(Ndlr : apparemment l’auteur de cet article prend le groupe pour un ramassis d’Irlandais engagés)

 

De même, on s’est étonné de la présence d’une mélodie bien marquée, les chansons de l’époque Kid A-Amnesiac tendant à s' »électroniser » au détriment des mélodies qui avaient fait les beaux jours de l’époque The Bends-OK Computer.

Q: « One of the songs that I’ve heard about which isn’t in the ten on the Kid A album is supposed to be a very commercial song called ‘Knives Out’.

Thom: « That’s commercial, is it? »

Q: « I’ve no idea, I haven’t heard it, so… »

Thom: « I would say definitely not, but go on. »

Q: « Would that be any indicator that the next album might be more halfway between The Bends and OK Computer? » Thom: « Well, what we’ve always tended to do in the past is have a body of work which is kind of ‘in-betweenies’, you know, and that’s what I’m worried about with the set of songs that haven’t gone on this. Maybe they’re just ‘in-betweenies’. But I don’t think that’s the case. I think there’s a lot of really cool stuff there that just didn’t fit on this. »

— Thom Yorke / Hot Press, octobre 2000

 

fin 1999- début 2000 : 373 jours

Si Ed nous décrit l’enregistrement de la chanson (cf. supra), une déclaration de Thom chiffre précisément la durée du travail : 373 jours, ou 313, selon les magazines .

We just lost our nerve. It was so straight-ahead. We thought, ‘We’ve gotta put that in the bin, it’s too straight.’ We couldn’t possibly do anything that straight until we’d gone and been completely arse about face with everything else, in order to feel good about doing something straight like that. It took 373 days to be arse-about-face enough to realise it was alright the way it was. »
— Thom Yorke / source inconnue

A priori, cette déclaration date de mi-2000, puisqu’elle est corroborée par un article de Danny Eccleston  d’octobre 2000 dans Q Magazine. (lien)

 

Ce qui est certain, c’est que l’enregistrement a été très long… et que Thom a détesté la chanson à cause de ça :

‘Knives Out’, though – for the longest time I really, really hated that song. »

Q: « It took the longest time to record, apparently… »

Thom: « Yeah, ’cause I hated it so much. » [laughs]

Q: « 313 hours – is that accurate? »

Thom: « Possibly, I wasn’t counting. A lot of time anyway. A lot of time. »

— Thom Yorke / Mojo juin 2001

 

9 septembre 1999

Le groupe est en studio, ils testent des sons pour le futur album. Ed nous raconte sur son journal en ligne ce qui se passe en studio. La première version de la chanson sonne assez « The Smiths »

knives out’ sounding quite ’smiths-esque’. especially phil who has got that mike joyce thing down to a tee. […]
— Ed O'Brien / 09 septembre 1999, journal en ligne

 

D’ailleurs, Ed O’Brien n’hésitera pas à faire écouter la chanson à Johnny Marr au fin fond de la Nouvelle-Zélande, et avant même que l’enregistrement soit achevé :

I Know we made a huge impression on the next generation of musicians. Ed O’Brien from Radiohead sat me down a couple of years ago in a barn, on top of a mountain in New Zealand and played me the then unreleased Knives Out. It was an unbelievable experience; I was beyond flattered and quite speechless- which takes some doing. He explained to me that with that song they’d tried to take a snapshot of the way I’d done things in The Smiths- and I guess you can hear that in it.
— Johnny Marr / Mojo, août 2004 (rapporté par ateaseweb)

 

4 & 5 octobre 1999

suite de l’enregistrement :

4 octobre : Start working on ‘Knives Out’ and ironically after Fridays night’s talk of new ways & approaches, we set up as a 5 piece and play it live

5 octobre  : Pick up from where we left off on ‘Knives Out’ – it’s felt that we ought to try and finish it or at least something. Coz overdubs bass, then Jonny follows on guitar. It doesn’t seem to be happening. Then someone puts the Copenhagen version on – it sounds better in terms of how it actually puts the song across – Nigel loves the feel of this version, but doesn’t think it’s quite good enough. The prospect of restarting & attempting to copy this version is too daunting. This also adds to the anxieties of not completing stuff – Nigel says we should be. It feels like we need a break. (not the holiday type – we’ve had enough of those) no, the watershed type.

— Ed O'Brien / 09 septembre 1999, journal en ligne

 

9 décembre 1999

Cette chanson a été jouée pour la première fois, dans une version acoustique, lors de la première webcast surprise le 9 décembre 1999. (Le montage avec ce magnifique choix de photo n’est bien sûr pas de nous !)

 

Ed commentera dans la foulée cette première version :

first ‘live’ performance in front of an audience for exactly (and strangely) a year……..it was early morning so it was the 10th. it started with jonny (aka DJ REQUIRED) and thom’s dj set and then a last minute executive decision was made to play ‘knives out’ around the xmas tree. […]
— Ed O'Brien / 09 décembre 1999, journal en ligne

 

20 mars 2000

Après une petite pause, le groupe est de retour en studio. Le travail sur Knives out reprend, et tout le monde est très content du résultat. Tout le temps pris pour façonner la chanson n’a pas été vain !

[…] ‘knives up’ was complete. i was telling a mate over the w/end about ‘knives out’ and how it was started in copenhagen on 10/3/99…….some 373 days later we finally finished it………….a ridiculously long gestation period for any song……….naturally my mate thought that having taken so long on a piece of music it would be some sort of magnum opus, a kind of paranoid android to the power of ten………………… the song is probably the most straight ahead thing that we’ve done in years……and that might explain why we took so long on it. i’m a real believer that bands as they become more successful often lose the ability to do straight ahead stuff well…… the need to embellish tracks with melodies and sounds becomes imperative. and often in doing so the song loses its essence especially if it was written on acoustic guitar. but i think we’ve done alright on ‘knives out’……… […]

— Ed O'Brien / 20 mars 2000, journal en ligne

 

13 juin 2000

Par la suite, on a retrouvé la chanson jouée en live  plusieurs fois lors des concerts de l’automne 2000, le premier live fut le 13 juin 2000 à Arles (France).

 

octobre 2000

Finalement, la chanson ne figure pas sur l’album KID A. Quelques bribes de paroles insérées dans le livret caché de l’album signale que cela fut peut-être malgré tout envisagé :

knivesout (kid a hidden booklet)

 

4 juin 2001

le groupe n’a pas voulu la faire apparaître sur KID A, la jugeant en retrait de l’ambiance générale. C’est enfin sur Amnesiac qu’on l’a retrouvée.

 

6 juillet 2001

Tournage d’un clip de promotion de Knives Out, par Michel Gondry, connu comme le réalisateur des clips de Björk, mais aussi d’IAM chez nous… et depuis réalisateur de films.

Au départ, Michel Gondry a envoyé un synopsis que le groupe a bien reçu, Thom est d’accord.

Son idée était de s’inspirer d’une expérience personnelle, angoissante… Au moment où il a reçu Amnesiac, il venait de rompre avec sa petite amie et c’est ça qu’il a décidé de montrer dans le clip.

Voici une définition du clip dans les Inrocks :

Filmé par Michel Gondry, principal artisan de l’univers inquiétant des vidéos de Björk et qui vient de sortir son premier film en salles, l’inégal Human Nature, la vidéo de Knives Out plonge l’auditeur dans un monde onirique, plutôt proche d’un cauchemar éveillé, où Thom Yorke et Emma de Caunes en viennent aux mains, sur fond de délire propre à l’univers tarabiscoté de Gondry. Epousant parfaitement les contours malades de la chanson, ce petit film est pourtant en grande partie autobiographique pour Michel Gondry. Il y évoque la maladie de son ex-fiancée, atteinte de leucémie, livrant par la même sa vision kafkaïenne du monde hospitalier et sa peur viscérale de la maladie.
— Les Inrocks

 

et dans le magazine REBEL :

« In the video that I have just finished for Radiohead, Knives Out, I reconstructed my memories. It’s an autobiographical video. Emma de Caunes plays the role of my ex-girlfriend and Thom Yorke interpretates my role. I received the record the moment we separated. The video, unlike the film, is all based on memory. All these images just came to me. I hadn’t managed to have any others. I suggested them to Thom who agreed. It is the story of my girlfriend who had leukaemia and the time I spent watching over her in the hospital. She is practically cured now. The speed at which the illness progresses is horrifying! « It’s terrifying, I watched over my girlfriend in hospital for weeks and weeks. All that medication… I have always had a thing about that… I speak a lot about it because it was a failure, not health-wise but from an emotional point of view. We split up. Why? We had separated once before her illness. I was so sad, I said to myself that I couldn’t do anything. She always spoke to me of marriage, so I went to see her and offered her an engagement ring. The next day she had leukaemia. She must have already had it… the problem is that we got back together for all the wrong reasons. She came back to me because she was ill. We stayed three more years together. « She is much better now. She had the will to live and excellent doctors. Guys who arrived at four in the morning. Four of the best doctors. As we lived at that time in Los Angeles, I had to play by the system and paid for everything in cash. That was a big problem for my girlfriend. She felt guilty that I invested myself so much, in the literal sense of the word. She turned everything against me, unconsciously. It’s unfair and that’s the reason why I did the video. It is a bit tough for her. »
— REBEL / août 2001

Dans le rôle des deux amoureux qui ne s’entendent plus, Thom Yorke, et Emma De Caunes. Petite particularité : le clip est un plan continu.  L’histoire se passe dans une pièce, où il y a une télé. Sur l’écran de celle-ci, on voit au départ Thom et Emma, dans un train, se comportant un peu comme un couple : ils parlent, ils rient… Puis le plan bouge vers la pièce et l’on voit Thom, allongé dans un lit, vraiment nerveux et agité. Il se tortille, tort les couvertures… Nouveau mouvement de caméra, et cette fois ci, c’est Emma que l’on retrouve allongée sur une table d’opération (enfin il n’y a que sa tête qui dépasse… son corps n’est pas visible mais est remplacé par une parodie du jeu docteur maboul… Comme dans le jeu, des docteurs s’affairent autour d’elle et tente de lui retirer des pièces en plastique du cœur sans toucher les bords des emplacements où se trouvent les pièces.Thom, à côté d’elle qui a la visage marqué par la douleur, la réconforte en lui tenant la main. La vidéo continue à bouger, on voit ensuite à nouveau à la télé Thom et Emma, mais cette fois ils se disputent, jusqu’à ce que Thom lui offre une bague, ce qui les calme tous les deux et les fait se sourire. Et ça continue dans ce style sur plusieurs plans enchaînés. On verra même une sorte de bonhomme coeur qui joue de la guitare, avec la photo d’Emma sur le Coeur…. La scène se termine sur une souris au corps allongé et qui a le visage de Thom…

 

C’est ensuite que ça se gâte… Ni Thom Ni Michel Gondry n’expliqueront précisément la raison de la brouille, mais ce qui est certain, c’est que le réalisateur sera interdit par le groupe d’utiliser le clip dans ses DVD de clips par exemple…

« I generally find a good way of communicating to prevent clash, but I had one terrible experience with Radiohead, » he says of his 2001 video for ‘Knives Out’. Gondry, going through a breakup at the time, transferred his despair to a character played by lead singer Thom Yorke, grieving anxiously in a crowded hospital room. » « I showed him a storyboard and every single detail: he was completely excited and happy for it – and then, it turned out, they all criticize me for being selfish and putting my own views on it and my own introspection, » says a still peeved Gondry. (Yorke and Radiohead declined to comment for this story.) « And they didn’t let me use my video for my DVD! » he adds, his voice rising. « And I’m really mad at them for having done that to me, that they abuse their power! It did not go smooth, but if it went smooth, it would be mediocre. »

 

 

17 août 2001

Une série de singles « Knives out » est lancée pour promouvoir l’album :

CD1 :

  1. Knives Out
  2. Cuttooth
  3. Life In A Glass House (full length version)

1cd01

 

CD2 :

  1. Knives Out
  2. Worrywort
  3. Fog

 

18 août 2001

Le single « Knives Out » (Parlophone CDFEIT 45103) atteint son meilleur classement des ventes avec la 13e place.

http://www.officialcharts.com/artis…

Previous post

Everything In Its Right Place

Next post

Packt Like Sardines in a Crush Tin Box