news

Japan

Sortant un peu de l’actualité TKOL / The Universal Sigh, Thom a une pensée pour ses amis japonais et le Japon en général en postant sur le DAS un message lié aux malheureux événements qui se déroulent actuellement là bas.

[Japan->http://www.radiohead.com/deadairspace/]

for a while I have felt the need to write something for our fans, I am very fond of japan and feel awful seeing what has happened since the earthquake and tsunami…
my friends in Tokyo tell me there are now big powercuts and though the city is still functioning there is a lot of re-evaluating going on. Tokyo the temple to light and power is something different now.
that such a fast paced hyperkinetic place can be brought to it’s knees is shocking even before the worries over radiation from the reactors.
it is hard to imagine how it must feel
to have witnessed such devastation by mother nature and so many dead .. and. I think a lot about the rest of japan and how it will rebuild itself. how much of a struggle and a leap of faith the Japanese will have to make.

I’m told that in the rest of japan life is carrying on almost normally but rebuilding what has been lost is going to be a massive job.
I hope that the Japanese people we have met over the years are not freaking out, and I like to think the way japan comes out of this will be an inspiration to us all.

Thom

Pour compléter l’information et pour ceux qui veulent apporter leur soutien, voici un lien (non exhaustif) de différentes opérations mises en place : http://www.20minutes.fr/article/687…

 

 

Previous post

The future belongs to amateurs

Next post

Un des secrets dévoilé

No Comment

  1. 3 avril 2011 at 9 h 39 min —

    Ca peut paraître cynique, mais déjà à l’époque du tremblement de terre à Haiti, beaucoup pensaient que c’était l’occasion pour ce pays de « repartir à zéro » et avait l’occasion de se reconstruire en tant que nouveau modèle de modernité, de respect de l’éco-système etc…
    A l’époque même avec les aides, on parlait quand même du pays le plus pauvre du monde. Mais là on parle du Japon et même si la dévastation est loin d’être totale, on peut toujours penser la même chose.
    Auront ils la présence d’esprit de repenser et de reconstruite différemment les zones sinistrées ? Finalement, une catastrophe naturelle est le seul moyen pour qu’un gouvernement se décide à se lancer dans des grands travaux à visée écologique.
    Nous on a le Grand Paris et tout le bordel qu’il implique…

  2. 3 avril 2011 at 17 h 43 min —

    Téléscopages dans ma tête.

    Japon. The edge of the earth (tremblement de terre). The deepest ocean, the bottom of the sea (tsunami). Fall off (effondrements). Everybody leaves / If they get the chance / And this is my chance (rescapés). Why should i stay here ? / Why should i stay ?(désemparés). Turn me into phantoms (morts). Eaten by the worms and weird fishes (corps emportés par l’océan). Weird fishes (poissons contaminés par la radioactivité). Hit the bottom and escape (espoir ?)…

    Cinq minutes de recueillement et de compassion avec les japonais, que je vous propose de partager ensemble en regardant Weird Fishes à Saitama : http://www.youtube.com/watch?v=kGLqmuJlcQQ

    Car certains jours, certaines paroles prennent un tout autre sens…

    In the deepest ocean
    The bottom of the sea
    Your eyes
    They turn me
    Why should i stay here ?
    Why should i stay ?

    I’d be crazy not to follow
    Follow where you lead
    Your eyes they turn me
    Turn me into phantoms
    I follow to the edge of the earth
    And fall off
    Everybody leaves
    If they get the chance
    And this is my chance
    I get eaten by the worms
    And weird fishes
    Picked over by the worms
    And weird fishes
    Weird fishes
    Weird fishes
    I’ll hit the bottom
    Hit the bottom and escape

    I’ll hit the bottom
    Hit the bottom and escape

  3. 3 avril 2011 at 18 h 10 min —

    Il ne vaut mieux pas céder à la panique, et cette chanson date de 2007. Heureusement pour lui, Thom n’est pas un prophète de malheur. Ce que je pense du sens de weird fishes depuis le début, c’est qu’elle a une connotation socio-politique sous une apparence onirique. Je pense qu’elle évoque le sort de ces malheureux africains qui quittaient leur pays pour rejoindre les Canaries sur des embarcations de fortune, et qui mourraient noyés. J’emploie l’imparfait parce que je n’en entends plus parler, mais cela remonte à avant In Rainbows, et je suis persuadé que Thom a essayé d’en parler dans cette chanson. Ça a fait pas mal de bruit à l’époque. Si tu pouvais relire ces paroles à la lumière de mon interprétation, je t’en serais reconnaissant. Considère par exemple que « your eyes » ce sont les yeux du monde occidental. 😐

  4. 3 avril 2011 at 18 h 48 min —

    @baby alligator : tu ne m’as pas comprise du tout ! Je ne cède à aucune panique et je n’ai jamais dit (ni même eu une seule seconde l’idée qui m’a traversé l’esprit) que Thom avait prédit ce qui se passe au Japon aujourd’hui, qu’il est un prophète de malheur et que ses paroles étaient prémonitoires !!!??? Tu m’as vraiment très mal lue, et je te remercie mais je sais quand même de quand date cette chanson, elle est même antérieure à 2007 si tu veux être précis, mais là c’était pas du tout le sujet.

    Je disais juste qu’en lisant ce post de Thom sur le DAS aujourd’hui, et en pensant aux Japonais, j’ai pensé à ce concert de Saitama que j’ai revu récemment (les associations d’idées, ça ne se contrôle pas) et à cette très belle version de Weird Fishes (je l’aime beaucoup car les guitares y sont sublimes, mais là encore c’était pas le sujet du jour), et en allant sur youtube pour la revoir, j’ai pas pu m’empêcher de trouver que les paroles prenaient des résonnances différentes aujourd’hui quand je les écoutais avec l’actualité japonaise en tête… C’est le propre de toute bonne chanson et de toute oeuvre artistique en général, de pouvoir prendre une connotation et un sens différent selon l’auditeur et selon le moment, indépendamment de ce à quoi elle faisait réellement référence pour son auteur au moment où elle a été écrite… Je pensais vraiment pas avoir besoin d’expliciter ça, tellement c’est évident.

    Et pour ton interprétation, ben comment dire, je la trouve très « personnelle », c’est la tienne et je ne la partage pas forcément, mais justement compte tenu de ce que j’ai expliqué juste avant, je respecte que chacun y projette ce qu’il veut, ce qu’il voit (et pour ton information, des clandestins qui tentent de rejoindre l’Europe dans des embarcations de fortune et meurent en mer, ça existe toujours, c’est pas parce que ça fait pas la une des journaux que ça a cessé d’exister !). Cela dit oui ta lecture peut être intéressante et plausible, mais de là à affirmer que c’est ce à quoi pensait Thom en l’écrivant, ça moi je ne me permettrais jamais de l’affirmer (à moins que lui-même ait donné cette explication dans une interview, ce dont je n’ai pas connaissance). Moi je pense que c’est une chanson sur le désir et l’impossibilité de s’échapper, après chacun peut préciser ça comme il l’entend…

    Mais là je pensais juste que la partager ensemble était une belle façon de s’associer à le pensée de Thom pour les japonais, c’est tout.

  5. 3 avril 2011 at 19 h 13 min —

    Je rejoins metelkova là :-)) (bien vu pour le tsunami). Les paroles sont tellement abstraites (comme souvent avec Radiohead) qu’on peut surement y recouper pas mal d’interprétations.

    Personnellement je pense qu’un jour Thom Yorke a été dans un zoo aquatique et a vu un poisson à la tronche vraiment bizarre qui l’a marqué, et les mots « weird fishes » ont surgi dans son esprit. Il les a alors noté dans son petit carnet qu’il trimballe probablement partout. Plus tard, il trouvera que la sonorité et le sens de « weird fishes » sont intéressantes et décidera de réutiliser ces mots dans une chanson.

    Je sais c’est moins sexy… ^^ Mais à mon avis la plupart du temps ça fonctionne comme ça, surtout quand on voit l’aspect décousu des chansons de Radiohead. (Et le scrapbook montre bien que les chansons de Thom Yorke sont plus un collage de phrases, en essayant d’y donner une certaine cohérence)

    Après ce n’est pas pour ça que les interprétations qu’on peut avoir des chansons ne sont pas pertinentes ou intéressantes.

  6. 3 avril 2011 at 19 h 34 min —

    Merci bloodshed… 😉
    A noter quand même que j’avais écrit ça sous la news Japan du jour, et non pas sous la fiche de la chanson… C’était la résonnance que prenait cette chanson aujourd’hui dans ce contexte, pas une interprétation que j’estime valable autrement, tout le temps… Bref…
    Sinon bien sûr que le processus d’écriture c’est plus proche de ce que tu décris bloodshed, ça part d’un mot souvent, et puis ça fait son chemin, tout n’est pas littéral loin de là… Et souvent le sens de ce qu’on a écrit n’apparaît qu’ensuite quand c’est fini, même pour l’auteur, je pense (enfin moi quand il m’arrive d’écrire des poèmes, c’est comme ça que ça marche en tout cas :-P… et non baby alligator ne me retombe pas dessus parce que j’ai osé dire ça, je te rassure, je ne compare pas mes pauvres poèmes aux chansons de TY, pas du tout du tout !).

    J’espère quand même que quelques personnes regarderont la vidéo en pensant aux japonais, parce que c’était quand même ça l’idée au départ…

  7. 3 avril 2011 at 19 h 42 min —

    Même si je ne suis pas du tout familier avec ce pays, je pense tous les jours aux japonais 😉

    « Ça part d’un mot souvent, et puis ça fait son chemin, tout n’est pas littéral loin de là… Et souvent le sens de ce qu’on a écrit n’apparaît qu’ensuite quand c’est fini, même pour l’auteur, je pense »

    J’écris aussi des chansons et c’est vrai que ça fonctionne souvent comme ça, en tout cas pour moi 🙂

  8. 3 avril 2011 at 19 h 55 min —

    Je ne pense pas du tout que, pour te citer, ce soit  » le propre de toute bonne chanson et de toute oeuvre artistique en général, de pouvoir prendre une connotation et un sens différent selon l’auditeur et selon le moment, indépendamment de ce à quoi elle faisait réellement référence pour son auteur au moment où elle a été écrite… » C’est au contraire ce qui aurait tendance à la rendre impropre à quoi que ce soit, et impropre à elle même pour commencer. Je pense au contraire que si elle a un sens, il sera assez fort pour que chacun ne puisse la souiller de sa subjectivité personnelle, elle devra résister aux opinions de tout un chacun. Les mots servent à définir, pas à flouter le sujet. Que serait la chanson « Mandela’s day » de Simple Minds avec le principe artistique d’un sens mouvant selon l’auditeur, si elle échappait à son auteur ? :o)Ce n’est pas une mauvaise chanson. L’œuvre est contenue en elle-même par sa cohérence interne, par l’intention de son auteur, par l’existence d’un public qui en aura une compréhension commune. Sinon personne ne se comprend. Tout n’est pas relatif au sens d’Einstein, qui parlait une langue mathématique parfaitement universelle, ce qui est loin d’être le cas de la langue anglaise. Quand on lui a demandé « Croyez-vous en Dieu ? », il a répondu « Dites-moi ce que vous entendez par Dieu et je vous répondrai », ce qui d’un point de vue religieux et personnel est stupide. Mais Einstein n’était pas non plus un artiste du langage. Pour un artiste, l’intelligibilité est un impératif, même si c’est en le suggérant, même si c’est pour suggérer le non-sens. Le temps parle en faveur de mon interprétation. Certains signifiants aussi, c’est à n’en pas douter quelqu’un qui quitte son pays par la mer pour un autre endroit qu’il désire, et qui se noit. C’est pour tout cela que je serais gêné de te laisser amalgamer les paroles de « Weird fishes » et les événements du Japon. Je préfère penser ce que je pense de cette chanson plutôt que d’en penser n’importe quoi au nom de l’infinité des points de vue possibles et imaginables.:o)

  9. 3 avril 2011 at 20 h 05 min —

    @baby alligator:
    C’est sur que suivant les genres et le texte, une chanson peut ne laisser aucune ambiguité. Mais ce n’est généralement pas le cas de Radiohead. Par contre as-tu des arguments pour justifier ton interprétation ? Une interview de Thom Yorke où il explique avoir été touché par ce problème particulier ? Que Arpeggi en est inspiré ? Un événement particulier qui correspondrait à la date de création de la chanson ? (Qui date d’avant la sortie d’In Rainbows bien sur).

    Sans ça ce n’est qu’une interprétation personnelle, il n’y a aucune référence claire dans les paroles.

  10. 3 avril 2011 at 20 h 18 min —

    Ce qui est sûr c’est que le langage de nos commentaires et le langage de weird fishes et de pas mal de chansons, n’ont pas le même statut. Si metelkova et moi nous comprenons mal, c’est n’est pas comme d’interpréter à tort ou correctement des paroles de chanson. Ce que j’ai dit des signifiants de weird fishes me parait solide, reste à trouver dans le monde ce qui y faisait écho, et j’ai trouvé les africains qui voulaient se rendre au Canaries. Why shoud i stay here? Et la moitié des paroles, que je ne recopie pas par paresse. I follow to the edge of the earth and fall of, your eyes they turn me into phantoms, etc. A condition d’être pessimiste ça tient la route. Mais je n’ai pas pour habitude d’imposer mes opinions aux autres, donc… Pas d’interview de Thom à ce sujet, d’ailleurs c’est une honte dans la presse française au moins, que personne ne leur ait parlé de musique à la sortie d’IR, donc parler des textes, la presse rock ne l’a jamais fait, ça fait quinze ans que ça me désole. Heureusement que vous êtes là !

  11. 3 avril 2011 at 21 h 38 min —

    J’aurais préféré que Yorke s’abstienne de commenter cette catastrophe. Enfin il fait ce qu’il veut mais à sa place je ne l’aurais pas fait.
    Je trouve ça assez ambigu de la part d’un écologiste convaincu de tomber là dedans.
    Yorke fait partie de cette large frange d’artistes et de personnes (dont je pense faire partie) qui pensent que d’une certaine manière respecter la nature c’est nous respecter nous mêmes et comme lui, je suis persuadé que rien ne bougera dans nos sociétés tant que le respect de l’environnement ne sera pas acquis comme une cause, voire comme un besoin primaire pour chaque individu. Etc etc etc…
    Donc, même si ça n’implique pas de devenir un monstre sans coeur et de n’être pas choqué par les images de dévastation et la situation tragique des japonais aujourd’hui, je trouve ça tout de même assez mal venu d’afficher un soutien, lorsqu’on a cette conception des choses.
    Le nucléaire c’est dangereux et c’est un énergie qu’il faut pouvoir remplacer un jour, et le plus vite possible. Le Japon, pas plus que l’occident (et encore une fois ça illustre bien le fait que nous sommes des naturels ultra-privilégiés et ce depuis la nuit des temps), est un pays ultra-industrialisé, ultra-capitaliste, ultra-consumériste, ils vivent au nucléaire et ont toujours été une sorte d’anticipation de la surpopulation et de cette sorte de vie tronquée (qu’on veut nous faire passer pour un fait culturel, tu parles) qui nous guette.

    Et un jour, la nature fait son flan et rase une partie du pays tout en prenant soin de faire péter une de ces centrales, histoire que le scénario soit définitivement pas en faveur des japonais. J’ai peut être un peu trop grandi avec Myiazaki et Princesse Mononoke, mais ça ressemble méchamment à cette « vengeance » et cette réponse de Mère Nature, longtemps prophétisée par des gens comme Thom Yorke ou Myiazaki ou n’importe qui un tant soit peu écologique.

    C’est ce qui me bloque aujourd’hui, ce qui m’empêche concrètement de me sentir mal pour le Japon, comme je l’ai été pour l’Indonésie. J’ai le « on vous l’avait bien dit » sur le bout de la langue.
    C’est cynique et cruel mais à partir d’un moment faut aller au bout des choses. La justice serait que ça nous tombe sur la tronche aussi, et pas toujours sur celle des autres, en Europe on a un peu tendance à regarder ça que par le biais de la télé.

  12. 3 avril 2011 at 22 h 04 min —

    Je pense pas que les japonais soient responsables de ce qui leur arrive. Si jamais ce genre de catastrophe arrive en France, je trouverais ça quand même scandaleux que quelqu’un dise qu’on nous avait bien prévenus. Parce qu’on est juste impuissants face aux événements. Et que pour oublier ça on prétend que tout va bien. Mais les victimes du Japon, oui, Yorke peut avoir une pensée pour eux, parce que c’est désastreux ce qui arrive là-bas.
    Après, je trouve ça quand même lourd que Yorke s’exprime sur le Japon alors qu’il n’a rien dit sur la musique; faudrait pas oublier qu’avant tout il est musicien et que Radiohead est un groupe de de musique.

  13. 3 avril 2011 at 22 h 14 min —

    Je te trouve pour le moins excessif ParadiseCircus. Et c’est plutot humain d’avoir une pensée pour toutes les personnes au Japon qui ont été touchées par le séisme et le tsunami. De se mettre à leur place (qu’est ce que je ferais dans ces conditions) et de compatir à leur douleur.
    En ce qui concerne la catastrophe nucléaire, il n’y a pas besoin que Mère Nature s’en méle, les hommes sont assez betes pour se faire du mal tous seuls et pour rester aveugles devant leurs erreurs (y a encore des politiques Français pour dire que le nucléaire n’est pas dangereux)…

  14. 3 avril 2011 at 22 h 28 min —

    c’est exactement ce que je voulais éviter de dire, mais je me suis mal exprimé. Qu’on ait de l’empathie pour les japonais, c’est normal et souhaitable.
    Maintenant, ça empêche pas de garder en ligne de mire ce qu’on a toujours pensé. C’est abstrait comme remarque mais je trouve ça justifié. Enfin le fait est qu’aujourd’hui, je me suis renseigné sur l’état de santé d’un ami japonais et de sa famille pare que ça m’inquiétait, la catastrophe me touche mais ça va pas plus loin.
    Faut croire que j’ai un certain goût pour l’apocalyptique :->

  15. 3 avril 2011 at 22 h 30 min —

    Etre écologiste n’empêche ni d’éprouver de la compassion ni de s’inquiéter pour ses amis, que je sache?

  16. 3 avril 2011 at 22 h 52 min —

    D’ailleurs il m’étonnerait fort que le Japon ait unanimement voté pour le nucléaire. Donc ce pays est bien habité par de simples citoyens qui n’avaient rien demander.

    Ensuite, il ne me semble pas que les Français aient leur mot à dire concernant le nucléaire, seul l’Establishment a le pouvoir de faire ce que bon lui semble en ce domaine. Donc pour toute personne un temps soit peu sensible, il est tout à fait naturel, logique et humain de se sentir concerné par ce que ce Peuple endure actuellement; que des proches y vivent ou pas.

    Patientons encore un peu, des événements similaires pourraient survenir ici même. Et là, avec beaucoup de chance, nous en reparlerons.

  17. 4 avril 2011 at 2 h 07 min —

    Ce que j’exprime va pas particulièrement à l’encontre des japonais, surtout pas de la population.
    Même si un tsunami n’a probablement rien à voir avec l’action de l’homme, c’est pas ce que je prétends, je trouve tout de même assez maladroit de parler de quelque chose contre duquel on peut rien et qui est terrible alors qu’on passe son temps à défendre que le manque de respect de l’environnement se retournera contre nous… si vous voyez ce que je veux dire.

    En gros, je suis intimement persuadé que si on avait fait que prophétiser un tel scénario, si tout cela n’avait été qu’écrit dans un bouquin, on aurait trouvé ça génial et on aurait parlé de grande leçon, de révolte de la nature etc… quand ça arrive pour de vrai, c’est déjà beaucoup moins le cas.

    Mais oui encore une fois, c’est abstrait, je mets pas les japonais en cause et je me doute bien que la catastrophe n’est pas réellement due à leur mode de vie… j’extrapole. Mais je suis désolé il y a un sens à tout ce qu’on dit et pense à chaque fois qu’on parle d’irresponsabilité et d’environnement.
    Je sais pas, je trouve ça assez drôle qu’on en soit à parler d’albums et de bouquins qui prêtent des conceptions divines aux arbres et à la nature, pour ensuite ne voir dans la catastrophe au Japon qu’un simple coup du sort contre duquel on ne peut rien.
    C’est très anti-mystique tout ça.

  18. 4 avril 2011 at 10 h 03 min —

    Humm….. et comme diraient les inconnus, « Le temps qui passe contre duquel on ne peut rien » ….

    Rassures moi, c’est juste une référence humoristiques « contre duquel ». Dans ce cas, c’est drôle, sinon, ça pique juste les yeux 🙂

  19. 4 avril 2011 at 12 h 27 min —

    @ParadiseCircus : Dans la culture nipponne la peur du nucléaire est très forte du fait de leur histoire (Godzilla réveillé par des essais nucléaires, le Mont Fuji en Rouge de Kurosawa : http://www.youtube.com/watch?v=Zd8T76E45k0 , etc.), et pourtant le gouvernement a opté pour une politique énergétique nucléaire. C’est que c’est pas si évident de répondre à la demande d’un pays aussi energivore du fait de la surpopulation. Finalement le principal problème ce n’est pas les centrales en soit mais le fait que les normes de sécurité ne sont pas suffisamment élevées ou/et respectées (la société privé Tepco masquant des rapports sur ses centrales en ignorant les risques).

    Prophétiser ce tsunami comme la vengeance de Mère Nature contre les méchants hommes qui ont utilisé du nucléaire… Le Japon a toujours connu des tsunamis et tremblements de terre (on peut citer la cultissime Grande Vague de Kanagawa d’Hokusai, en 1830 !)

    Et puisqu’on parle d’écologie, je trouve assez hypocrite de parler de sauver l’environnement quand au final c’est plutôt de nous qu’il s’agit. La Terre s’en sortira très bien et recommencera un nouveau cycle de vie si on foutait vraiment le bordel. Et pourtant je trouve que l’homme — malgré ses défauts — a beaucoup de valeur : à mon sens la Nature n’a pas beaucoup d’intérêt s’il n’y a aucune conscience capable d’en apprécier la beauté.
    (Ce dernier paragraphe est très subjectif)

  20. 4 avril 2011 at 13 h 49 min —

    Nouvel artwork de Stanley Donwood sur Slowly Downward: http://www.slowlydownward.com/nonews.html

  21. 4 avril 2011 at 17 h 00 min —

    so {{ONE}} secret is out… :o)

  22. 4 avril 2011 at 17 h 13 min —

    @boreallimit : j’ai retenu exactement la même phrase 😀

  23. 4 avril 2011 at 17 h 15 min —

    Bonjour à tous, (cela n’a rien à voir avec l’article). J’ai archivé une copie de « The Universal Sigh ». Pour que ça intéresserait c’est par ici que ça se passe: http://www.megaupload.com/?d=8OAE7KU2 . Elle est en français, j’ai recoupé les bordures, augmenté les contrastes et renforcé la netteté. (Merci à ceux qui tiendront compte du fait que cela m’a pris une grande partie de l’après-midi) 🙂

  24. 4 avril 2011 at 17 h 38 min —

    Cà n’a toujours rien à voir avec l’article mais en effet on voit les influences de Stanley : http://www.internationaltimes.it/# : passionnant

  25. 4 avril 2011 at 20 h 15 min —

    Philip Selway sera au Truck Festival les 22, 23 et 24 juillet 2011: http://www.thisistruck.com/ 🙂

  26. 4 avril 2011 at 20 h 37 min —

    Encore un truc qui n’a rien à voir avec l’article : je viens de voir une pub pour TKOL sur canal…….je n’avais encore jamais vu de pub pour un album de RH, tout arrive……:-)

  27. 4 avril 2011 at 20 h 40 min —

    J’ai regardé canal, j’ai rien vu !

  28. 4 avril 2011 at 20 h 53 min —

    Je l’ai vue aussi cette pub. Elle passe au moment du Grand Journal depuis la semaine dernière.

  29. 4 avril 2011 at 21 h 32 min —

    Merci à Maxime pour la version française de TUS. J’avais réussi à télécharger la version pdf en anglais avant qu’elle ne disparaisse. Alors je suis un peu moins décue de ne pas avoir la version papier entre les mains. Et j’attends avec impatience le newspaper album et ses 36 pages!

  30. 4 avril 2011 at 22 h 48 min —

    Elle ressemble à quoi la pub ? Quelqu’un a un lien ?

  31. 4 avril 2011 at 23 h 06 min —

    La pub dure peut etre une trentaine de secondes. On entend Lotus Flower. On voit une image de branchage en noir et blanc (je crois que c’est la pochette du vinyl) qui s’assombrit et Radiohead écrit en noir. Pas d’image du groupe… Désolée j’ai pas de lien.

  32. 5 avril 2011 at 0 h 05 min —

    Oui en fait l’animation utilisée pour la publicité est celle que l’on voit sur la page d’accueil de radiohead.com/DAS. Ensuite elle se termine sur l’artwork de l’album.

  33. 5 avril 2011 at 19 h 13 min —

    @baby alligator : je veux pas continuer d’épiloguer, mais comme ce que j’ai écrit aujourd’hui sur Bloom et Weird Fishes va passablement t’énerver je le sens, sache que c’est pas contre toi. Mais voilà dimanche soir du coup, ça a continué de me trotter dans la tête…
    Tu dis que tu n’as pas pour habitude d’imposer tes opinions aux autres, mais justement c’est ce que tu fais là et c’est bien ça qui me dérange, tu n’as aucune preuve de ce que tu avances mais tu n’arrêtes pas de marteler que ce que tu dis est solide, et je te cite : « Le temps parle en faveur de mon interprétation. Certains signifiants aussi, c’est à n’en pas douter quelqu’un qui quitte son pays par la mer pour un autre endroit qu’il désire, et qui se noit. » Et tu veux à tout prix avoir le dernier mot car tu serais gêné de me laisser amalgamer les paroles de Weird fishes à n’importe quoi, selon tes propres mots…
    Bien sûr certaines chansons ont un sens précis, font référence à un évènement politique (je pense à Harrowdown Hill) ou à un fait divers (Life in a Glass House) mais les paroles seules n’auraient pas forcément permis de le deviner si Thom Yorke n’en avait explicité l’origine dans des interviews… Mais d’autres chansons, la majorité je pense, font plutôt référence à des sentiments, des pensées personnelles sublimés par un langage poétique… Et même si on n’est pas Thom Yorke, tout un chacun peut s’y retrouver, car l’expression poétique des sentiments permet le passage du personnel à l’universel… Mais ça, ça t’échappe complètement j’ai l’impression, puisque tu sembles mépriser la subjectivité. Je te cite encore : « Je pense au contraire que si une chanson a un sens, il sera assez fort pour que chacun ne puisse la souiller de sa subjectivité personnelle, elle devra résister aux opinions de tout un chacun. Les mots servent à définir, pas à flouter le sujet. » Qu’est-ce que je peux répondre à ça, sinon que je pense à peu près tout le contraire…
    Ton interprétation de Weird Fishes est intéressante car elle fonctionne parfaitement si on a une lecture littérale de la chanson. Mais (et c’est un grand « mais ») rien n’indique que cette chanson doive être lue de façon littérale. Donc ta lecture, que tu crois objective, est en fait tout aussi subjective qu’une autre. Que la mienne par exemple. Et la mienne n’est pas liée aux évènements du Japon (ça c’était juste une résonnace qu’elle prenait un jour particulier). Tu m’as demandé de considérer ton interprétation, alors s’il te plaît prends deux secondes aussi pour considérer la mienne, qui est bien plus psychologique. Selon moi, Weird Fishes décrit de façon imagée les sentiments de quelqu’un qui est au fond du trou et est tenté de suivre une petite voix intérieure qui lui dit qu’il peut s’enfuir, qu’il n’a qu’à la suivre… mais là encore selon la subjectivité de chacun, on pourra penser que cette petite voix c’est l’espoir de s’en sortir, ou bien que c’est une pensée suicidaire… La chanson est assez vaste pour permettre l’un ou l’autre, ou encore mille autres interprétations, et c’est sa richesse, sa beauté. Selon moi.
    Et pour aggraver mon cas, je pense aussi que Bloom en est la soeur jumelle, j’ai argumenté ça sous la fiche de Bloom, tu verras si ça t’intéresse.
    (P. S. : J’écris pas ce post sur un ton aggressif, je le précise parce qu’à l’écrit, ça peut mal passer).

  34. 5 avril 2011 at 19 h 38 min —

    De tout façon, seul l’auteur de la chanson pourrait vous éclairer….
    Les auditeurs que nous sommes ne peuvent qu’ extrapoler sur le sens réel de la chanson, laquelle a été écrite à un ou des moments précis dans la vie de notre anglais. Comment voulez vous être certains que vous seuls détenez LA solution quand à son interprétation ?
    Thom nous éclairera sans doute (bientôt ??) sur la signification des chansons de TKOL. S’il est vrai que je trouve intéressant de savoir ce qui a pu le motiver lors de son écriture, ça passe pour ma part en second, ce qui compte pour moi, c’est le résultat. J’écoute d’abord et je me renseigne après, je cherche à en savoir plus éffectivement sur le pourquoi du comment de la chanson. Mais là, c’est tout nouveau tout beau, je suis encore dans ma période « écoute », et pas dans celle « explication »…. !
    Tous les 2 vous semblez être passés déjà à la seconde… ou alors pour vous, cela est tout aussi voir plus important que l’écoute ? Je ne dis pas ça en portant un jugement hein, j’aimerai juste savoir comment vous « fonctionnez », on est tous différents, moi je suis plus « basique » : j’aime ou j’aime pas, même s’il a voulu dire ci ou ça… et en fait Bloom ne fait pas partie de mes préférées ! tout est question de subjectivité…:-)

  35. 5 avril 2011 at 19 h 55 min —

    @faniefanette : je ne crois jamais détenir LA vérité sur une chanson, c’est justement ce que je reproche à baby alligator de soutenir mordicus que lui, son interprétation, c’est la seule la vraie. Moi j’aime bien donner mon interprétation, mais je précise toujours « attention, ceci n’est que ma lecture subjective », mais si jamais ça peut intéresser quelqu’un…
    Pour répondre à ta question : Le débat c’est le débat, c’est nouveau pour moi et ces temps-ci ça m’intéresse, mais rapidement j’aurai envie de revenir à une relation exclusive entre la musique et moi, sans rajouts ni intermédiaires… Car avant tout j’écoute la musique pour la musique et d’ailleurs la plupart du temps je ne saisis que des bribes de paroles et pendant un bon moment ça ne me gêne pas du tout (ce que tu appelles la phase « écoute »). Mais quand j’en ai marre de chanter en yahourt les chansons que j’ai dans la tête, ou simplement quand j’ai envie de creuser un peu, je m’intéresse aux paroles, et des fois je me mets à les interpréter à ma façon, c’est assez naturel chez moi, ça doit être mon petit côté nostalgique du bac de français !

  36. 5 avril 2011 at 20 h 06 min —

    Je suis d’accord avec toi, j’aime bien savoir ce que je chante ! Merci au site pour les paroles et les traductions !! Même si maintenant, à force j’arrive « à peu près » à comprendre les paroles, je dis bien à peu près ! Mais pour moi, le côté « explicatif » d’une chanson est plus anecdotique, ça peut toutefois m’amener à écouter une chanson différemment c’est sûr. Mais j’aime toujours pas Bloom et Feral, vraiment je n’accroche pas avec ces 2 là. Peut être qu’il va falloir que je penche sur les paroles et les traductions !

  37. 5 avril 2011 at 20 h 09 min —

    @metelkova : tu écris « (P. S. : J’écris pas ce post sur un ton aggressif, je le précise parce qu’à l’écrit, ça peut mal passer). » et je t’en remercie parce que j’aurais dû écrire la même chose avant. Dans tes citations de moi il y a des passages agressifs, ou durs, c’est juste que je n’ai pas réussi à contrer ton deuxième commentaire autrement. Et il me fallait le contrer, va savoir pourquoi. Je n’ai rien à redire, je comprends assez ta véritable interprétation de weird fishes mais je n’y aurais pas pensé tout seul. Je vais lire tes commentaires sur Bloom, et weird fishes si j’ai bien compris. Ps : c’est parfois dommage de dépendre de l’interview d’un chanteur pour comprendre l’inspiration de ses paroles. J’ai rarement des solutions pour les textes de Thom, donc je suis assez déçu des réactions sur ce coup.

  38. 5 avril 2011 at 21 h 07 min —

    J’oubliais de dire une chose, non négligeable pour comprendre mon style dimanche dernier : weird fishes est très certainement ma chanson préférée de Radiohead, même s’il peut y en avoir d’autres, comme la version originale de Fog surtout (lire mon commentaire dans l’article consacré), comme Fake plastic trees pendant des années, comme Kid A, comme Sit down stand up, comme Reckoner, comme Let down et Exit music fut un temps, comme Life in a glass house, comme There there, etc. Comme, pas tout à fait comme… Cela vient des paroles et encore plus de la musique. J’essayerai de l’expliquer plus tard dans l’article de la chanson. 🙂

  39. 6 avril 2011 at 17 h 16 min —

    @baby alligator : Ok, pas de problème. Moi aussi Weird Fishes me tient particulièrement à coeur, comme plein d’autres… Et je comprends, c’est pas toujours facile de se confronter à l’opinion des autres, quand on a une relation très intime et personnelle avec une chanson, qu’on voudrait intouchable. Mais c’est enrichissant aussi… Moi j’aime surtout lire les explications de première main données par les membres du groupe eux-mêmes (et merci à ce site de les porter à notre connaissance), mais ça m’intéresse aussi de lire les interprétations des uns ou des autres qu’on peut trouver sur ce site, ça nous donne parfois un éclairage auquel on n’aurait pas pensé tout seul. Mais je lis ça comme ça, plus par curiosité, mais ça ne m’empêche pas ensuite d’en revenir à ma propre interprétation, de m’approprier la chanson et je pense qu’il n’y a pas de mal à ça. Il n’y a pas de mal à s’approprier une chanson, à y projeter ses propres sentiments, même si pour l’auteur ça doit pas être très agréable, ça je le conçois, mais je crois que maintenant Thom est en paix avec ça, qu’il a appris à faire avec cette vie propre des chansons une fois livrées au public, qui est inévitable. Tu vois, par exemple, How to disappear, pour moi ce n’est plus une simple chanson de Radiohead, c’est une partie intégrante de ma vie intérieure, chaque fois que je suis dans une situation où j’éprouve ce sentiment-là, je l’entends dans ma tête, je la murmure, c’est une sorte de mantra secret qui m’aide dans certains moments. C’est l’explication qu’en donnait Thom Yorke, mais je l’ai faite mienne…

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.