chansons

Analyse

Premier live : été 2005 (diffusion novembre 05)
Ecriture des paroles : 2005 ?
Enregistrement studio : ?
Sortie sur album : 10 juin 2006 (The Eraser)
Nouvel arrangement live : 21 août 2006 (XFM)
Sortie sur single :  6 novembre 2006
Remix :  novembre-décembre 2006 (proposé au téléchargement provisoire)
Sortie sur single du remix :  17 décembre 2007Deuxième chanson de l’album The Eraser qui est sorti le Lundi 10 Juillet. Cette chanson commence fort abruptement avec l’entrée de la voix de Thom et de la mélodie d’office.

 

 2005

Durant l’été 2005, Thom Yorke enregistre une version acoustique de « Analyse » pour le premier épisode de « Live From The Basement » de N. Godrich, qui sera diffusé en novembre 2005.

Les fans sont scotchés par la beauté de la chanson. On ne sait pas encore que Thom l’a prévue pour un album solo (auquel on ne pense d’ailleurs pas encore !)

 

Comme Thom l’expliquera plus tard, au départ de la chanson, un sentiment de mal-être :

There’s a lot of me trying to pick myself up off the floor, really, ‘cause I sort of dropped… what’s the word… sunk. Dropped down and went into this sort of big lull and couldn’t do anything, and went on a big downer about stuff. I think there’s a lot of ‘internal monologue’ stuff going on, but it’s never that literal. What ends up in the song always tends to be what the song wants to have rather than “I’m going to put this amount of garbage from my life into this particular song…
— Thom Yorke / New York Times podcast, 2 juillet 2006

et puis des paysages urbains fantasmagoriques :

our writing has always been intensely personal and conflicted, but because your voice is so up front on The Eraser, the words and images come through so vividly, as in ‘Analyse’. » Thom: « [sings] ‘Powercuts and blackouts/Sleeping like babies.’ I used to live in central Oxford, on one of those historical streets, with all these houses built in the 1860s. I came home one night and for some reason, the street had a powercut. The houses were all dark, with candlelight in the windows, which is obviously how it would have been when they were built. It was beautiful.
— Thom Yorke / Rolling Stone, 1er juin 2006

11 mai 2006
Sur le Dead Air Space, Thom Yorke balance le lien vers un site theeraser.net… Consternation chez les fans. Personne ne s’attendait à quelque chose comme ça !

Capture d’écran 2013-05-20 à 11.40.57

 

Le site en question est assez mystérieux. Les artworks de Stanley fascinent tout le monde, de même que les pages en PDF pleines de textes et dessins mystérieux…

« The One you’re looking for » apparaît dans deux des fiches de paroles écrites à la main par Thom  :
acidfractal

 

 

 

de même, les mots « endless possibilities » apparaissent là :

 

 

 

10 juillet 2006

La chanson sort sur le premier album solo de Thom Yorke : « The Eraser » (qui avait déjà fuité sur le net dès fin mai)

 

21 août 2006

Thom Yorke nous offre une version live retravaillée au micro de la radio XFM. Au lieu du piano, du Rhodes… parce que ce n’était pas possible de déplacer un piano :

John: « I’m going to play the other track you recorded earlier on, this is a track called Analyse, this is a slightly different version ’cause this is played on the Rhodes, as opposed to a piano

Thom: « Yup. Couldn’t get the piano up six flight of stairs!

John: « Any insights into this song that we should get while you’re here?

Thom:  » Sigh… Nope. Sorry!

— Thom Yorke /

 

5 septembre 2006

Thom Yorke interprète la chanson en live lors de la remise des prix du Mercury Music Awards début 2006. L’orchestration est forcément différente de la version album.

 

octobre 2006

On peut entendre Analyse sur le film « Le Prestige » de Christopher Nolan.

 

On ne sait pas si Thom Yorke a donné son accord ou non, mais les critiques ont souligné que la chanson était parfaite :

Thom Yorke’s « Analyse » accompanies the end credits of Christopher Nolan’s The Prestige, which pretty much makes perfect sense. Yorke’s song is creepy, weird, and great—abstract and affecting, its jarring unease plays alongside a romantic sort of cynicism. It’s a killer song, and its unexpected inclusion makes The Prestige a better movie than it’d otherwise be. That’s not to discredit The Prestige, which is a solid enough film; it’s just too bad that The Prestige doesn’t come into focus until its final reel.
— Erik Henriksen, The Portland Mercury, 19 octobre 2006

6 novembre 2006

Sortie du single « Analyse » avec en faces- b : « A rat’s nest » et « Ilvuya »

 

11 décembre 2006

Un remix de la chanson par plusieurs producteurs, dit « various remix » est proposé gratuitement mais temporairement au téléchargement sur theeraser.net

Capture d’écran 2013-05-20 à 11.50.54

 

17 décembre 2007

’Analyse’ (Various remix) est proposée à la vente via les plateformes de téléchargement légal.

 

janvier 2008

Une série de singles vinyle « The Eraser Remix » sort. Sur le troisième, on retrouve le « various remix » d’Analyse.

 

  1er octobre 2008 

Un CD de remixes des chansons de « The Eraser » sort au Japon. Le various remix d’Analyse y figure en 9ème position.

JPEG - 299.2 ko
JPEG - 297.1 ko
JPEG - 196.5 ko
JPEG - 297.5 ko

Previous post

Suit don't fit

Next post

The Daily Mail

No Comment

  1. Ariden
    22 janvier 2009 at 16 h 40 min —

    Excellent le live au piano 🙂 bonne continuation

  2. 6 avril 2009 at 22 h 05 min —

    Cette version, juste accompagné au piano, est sublime. Elle m’en donne carrément des frissons ! Thom toujours aussi fabuleux…

Leave a reply