news

A propos du piratage

Voila ce qu’on pouvait lire aujourd’hui sur www.lemonde.fr, qui organise des chat toutes les semaines selon l’actualité. Cette fois ci, c’était Denis Olivennes, pdg de la Fnac et chargé de mission par le gouvernement pour les nouvelles mesures anti piratage.
Denis Olivennes est interpellé par un chatteur de cette façon :

Question : Que pensez-vous de l’initiative de Radiohead, leur album étant disponible gratuitement sur leur site ? Un tel groupe qui "donne" son nouvel album n’est pas chose commune !

Réponse : Moi, je suis pour la liberté absolue des artistes. Ceux qui acceptent de mettre leur musique libre de droit sur Internet, gratuitement, c’est tout à fait respectable. J’observe simplement qu’il faut être Radiohead, avoir déja gagné des millions d’euros, et n’avoir pas besoin de ces nouveaux disques pour vivre, pour faire cela. La lutte contre le piratage, ce n’est pas tellement pour protéger les artistes qui sont déjà riches. S’il n’y avait qu’eux, le sujet serait sans importance. La vraie question, c’est comment permettre que les artistes de demain puissent vivre de leur métier. Et si leurs oeuvres sont gratuites, c’est impossible.

Par ailleurs, M. Olivennes nous fait part des volontés affichées de sa démarche (pas de licence globale, pas de "radars" pour les flux) mais aussi de ses contradictions. Je vous conseille d’aller lire ces petites notes, il y a quelques bijoux.

Le rapport complet remis au gouvernement est consultable ici :
LE DEVELOPPEMENT ET LA PROTECTION DES OEUVRES
CULTURELLES SUR LES NOUVEAUX RESEAUX

(je ne sais plus très bien si c’est légale de le télécharger…)

On remarquera par ailleurs que le même site publie un article électronique intitulé "Le téléchargement légal plus cher que l’amende".

On se permettra enfin de citer le blog de Francis Pisani (très intéressant) hébergé par lemonde.fr (encore!) et nous rendant compte d’une enquête canadienne. Voici les propos :

Plus on télécharge de musique online sans payer (en utilisant les échanges de pair à pair: P2P) plus on achète de CD prouve enfin une étude canadienne toute récente.

Elle montre très précisément qu’une personne qui “descend” (”télécharger”, qui n’indique pas la direction est encore un de ces mots insuffisants …) 12 morceaux achètera un demi CD de plus (environ).

Deuxième constatation intéressante: les téléchargements par P2P n’ont aucun impact (ni positif, ni négatif) sur les téléchargements de musique se trouvant sur des sites vendeurs comme iTunes, nous explique Jack Kapica sur son blog Cyberia du Globe and Mail.

L’étude s’appelle The Impact of Music Downloads and P2P File-Sharing on the Purchase of Music . Ses conclusions sont d’autant plus impressionnantes qu’elles sont le résultat d’une étude impartiale conduite par des universitaires et financée par le gouvernement fédéral canadien.

Détail qui compte quand on essaye de comprendre, l’étude a permis de montrer que la moitié de ceux qui utilisent le P2P pour télécharger (et dire que je déteste le mot…) de la musique le font pour écouter les morceaux avant d’acheter le CD ou parce qu’ils ne veulent pas acheter le paquet complet.

Un quart des usagers se procurent ainsi de la musique qu’ils ne se trouvent pas en magasins. Dans cette catégorie, 1% de téléchargements en plus entraîne une augmentation des ventes de 4%. Les majors n’ont encore rien compris à la longue traîne (et à une paire d’autres choses vraiment importantes…).

Voici où consulter l’enquête en question : Cliquez ici

Crédit photo : rea

Previous post

pochette....

Next post

Ed et Thom font du Camping...

No Comment

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.