news

A perfect Circle – #5 : Exsonvaldes

Récemment, les membres du groupe anglais Everything Everything déclaraient: “On ne peut plus faire de la musique de la même façon en Angleterre, on a tous beaucoup écouté Radiohead quand on était ados“. Ils sont nombreux à avoir fait de la musique après avoir succombé à OK Computer ou écouté Kid A dans l’autoradio de la voiture de leur père comme Robin Pecknold de Fleet Foxes. Et tous les fans de Radiohead reconnaissent aussi très souvent que leur musique leur a donné envie d’écouter plein de choses, dans un très large éventail de sons et de genres.

Pour relayer cette formidable envie de musique, nous vous proposons les témoignages de musiciens à qui nous avons demandé de raconter leur relation avec la musique de Radiohead: voilà comment une grande chaîne relie Radiohead à ses fans et ceux-ci aux musiciens qu’on a envie d’écouter aujourd’hui, voilà comment la musique circule.
N’hésitez pas à écouter les œuvres de ces groupes qui ont bien voulu nous répondre: faites circuler, faites circuler…c’est ainsi que les auditeurs peuvent contribuer à aider les musiciens à créer et à continuer à vivre de leur création.

 

[box type=”alert” color=”gray”]

Episode 5 : Exsonvaldes

Simon Beaudoux – Chant et Guitare ; Antoine Bernard – Clavier et Guitare ; Cyrille Nobilet – Basse ; Martin Chourrout – Batterie

Exsonvaldes est un groupe de Pop/Rock français originaire de Paris et actif depuis plus de 10 ans. Leurs influences viendraient à la fois de la scène belge et indé américaine.  En mars 2013, Exsonvaldes a sorti son troisième album intitulé Lights, avec pour la première fois trois titres en français dont le single : L’aérotrain. C’est Simon Beaudoux, le chanteur, qui a répondu à nos questions. Le 6 juillet, Simon avait une place pour aller voir Atoms for Peace à Bercy, mais finalement, il s’est produit au festival de Saint-Médard-en-Jalles.

 

Présente-toi : depuis combien de temps fais-tu de la musique ? Comment vous-êtes vous rencontrés avec les autres membres du groupe ?” type=”h5″ color=”red”]

Je m’appelle Simon, je chante et joue de la guitare dans Exsonvaldes, le groupe que j’ai créé avec Antoine (guitare), Martin (batterie) et Guillaume (basse) à la sortie du lycée. Mais je faisais déjà de la musique avant, et j’ai eu très tôt envie d’écrire mes propres morceaux (ça m’a toujours semblé plus simple que de jouer ceux des autres). L’année dernière Guillaume a quitté le groupe, et c’est Cyrille qui l’a remplacé. Depuis quelques années on est trois dans le groupe à vivre de la musique (au sens large : Exsonvaldes et d’autres projets), ce qui est une sacrée chance !

 

Quels sont vos projets actuels ? en cours et à venir ?” type=”h5″ color=”red”]
On vient de sortir notre troisième album, « Lights ». On en est très fiers car ça a été un long travail. Et pour la première fois nous avons utilisé le français dans 3 de nos morceaux. En ce moment on fait le maximum de concerts pour défendre ce disque, pour l’instant principalement en France, Espagne et Belgique. On est aussi en train de relancer un truc qui nous tient particulièrement à cœur : les concerts en appartement. On en a fait une cinquantaine lors de notre précédent tournée (en groupe, avec batterie), et pour nous ça complète vraiment l’expérience du live, c’est plus direct et dépouillé, on adore.

 

Qu’est-ce qu’évoque Radiohead pour toi ? Peux-tu raconter un moment où leur musique a signifié quelque chose de particulier pour toi ?” type=”h5″ color=”red”]

Je pense honnêtement que Radiohead est le groupe le plus important en activité. Ça ne veut pas dire que c’est mon groupe préféré (même si Radiohead doivent être dans le top 10, le n°1 indétrônable est Chokebore), mais la qualité constante de leur production et les remises en question artistiques et stratégiques qui jalonnent leur parcours me donnent l’impression que c’est un constat objectif : c’est le plus grand groupe du monde.

Par contre c’est une évidence qui m’est apparue un peu tard. J’aimais bien « Creep », beaucoup « The bends » et « OK Computer », mais c’est vraiment l’écoute de « Kid A » qui a changé mon rapport à Radiohead. Je ne peux pas trop l’expliquer mais quand il est sorti, dès les premières écoutes il avait l’air « important ». Ce disque, puis « Amnesiac », m’a fait porter un regard complètement différent sur les 3 premiers albums, qui du coup s’intégraient dans une œuvre plus globale. Si « OK computer » est un – voir le – disque emblématique de la musique à guitares de la fin des années 90 (ce qui est déjà pas mal), « Kid A » est le disque qui a selon moi influencé toute la pop des années 2000, qui a défini la décennie. C’est un disque avec des passerelles dans tous les sens, un parfait mélange organique/électronique que j’ai l’impression de retrouver dans plein de disques depuis…

Ensuite je trouve qu’ils ont vraiment atteint un sommet avec « In Rainbows ». Mon disque préféré, le plus équilibré.

 

Est-ce que tu suis encore leur actualité ? Es-tu allé récemment à un concert de Radiohead ?” type=”h5″ color=”red”]

Je suis assidûment leur actualité et je vais à autant de concerts que possible. J’ai dû les voir 10 fois je pense. Je ne sais plus quelle année, ils jouaient deux soirs à Bercy, j’avais pris des billets pour le premier soir, et à peine sorti de la salle j’ai regretté de ne pas pouvoir revenir le lendemain, et me suis juré de toujours aller les voir deux soirs de suite si c’était possible. C’est ce que j’ai fait en octobre dernier et je ne le regrette pas du tout.

C’est vraiment un des tout meilleurs groupes de scène que j’ai vus. L’équilibre entre la qualité technique de la performance, leur détente, le lightshow incroyable et l’humanité qui se dégage de leurs performances… ça me surprend à chaque fois.

Exsonvaldes3

 

Qu’est-ce qui, dans leur musique, t’intéresse ? Es-tu spécialement sensible aux créations de l’un des membres du groupe plus particulièrement ?” type=”h5″ color=”red”]

En écho à ma réponse précédente : leur interprétation, organique, humaine, alors que les morceaux sont souvent complexes, parfois abstraits. En live, ce n’est jamais froid. C’est une qualité hyper importante qui a mon sens est parfois un peu occultée par leur travail de studio. En tous cas on en parle moins que de la composition ou la production.

Par exemple j’ai aimé « The king of limbs », mais c’est vraiment le live « From the basement » qui m’a fait aimer ces chansons. C’est tellement plus vivant !

Et derrière tout ça, derrière tout ce travail, il y a des chansons, des mélodies, plus ou moins cachées mais qui se révèlent tout d’un coup lumineuses. Ça me fait particulièrement ça avec l’album de Atoms for Peace.

J’ai beaucoup de morceaux préférés, mais ceux qui me viennent à l’esprit là maintenant sont « Morning bell » (les deux versions), l’ambiance de « In Limbo », que je retrouve dans « Little by little », la guitare ultra-organique de « Jigsaw… », la tension qui fait avancer « Where I end and you begin », « 2+2=5 » et son « Because ! », …

A ton avis, est-ce que c’est un groupe qui, en une vingtaine d’années d’existence, a changé quelque chose dans la musique ou dont l’influence reste importante ?” type=”h5″ color=”red”]

Évidemment, cf. ma réponse à propos de Kid A. C’est un groupe qui a su rester pertinent pendant plus de 20 ans, alors qu’ils auraient pu dérouler la recette The Bends pendant des années. Leur défi maintenant c’est d’être surprenants 20 ans de plus !

 

Radiohead est connu pour s’être toujours intéressé directement à la manière de vendre et de promouvoir leurs albums de l’option ‘no single’ au ‘pay what your want’ : est-ce que le marketing et les modes de distribution de votre musique est un sujet d’intérêt pour toi ?” type=”h5″ color=”red”]

Oui, bien évidemment. Mais c’est difficile que comparer nos petites expériences DIY à la démarche de Radiohead, on évolue pas dans les mêmes sphères. Mais on a toujours aimé expérimenter – à notre niveau – de ce côté là. Pour nous les concerts en appartement, qui sont gratuits, c’est notre façon de voir différemment la diffusion de notre musique, notre rapport au public. Sans que ce soit pour autant en opposition frontale avec « l’ancien modèle ». On peut continuer de faire les deux (des concerts en appartement et en salle – ou encore : donner sa musique sur internet mais vendre également des beaux objets en magasin).

Après je ne pense pas qu’il existe vraiment de « modèle Radiohead ». Ou alors c’est un modèle qui ne peut s’appliquer qu’à eux ! La situation dans laquelle ils se trouvent, et dans laquelle ils se trouvaient en 2007, est unique. Ils ont la liberté de faire ce qu’ils veulent, et vu leur niveau de notoriété cette liberté devient presque une responsabilité, une obligation à bouleverser les choses. Ce qui est bien, c’est qu’ils sont souvent à la hauteur de cette responsabilité, et si ça ne change pas vraiment le monde de la musique, je crois que ça motive ses acteurs à tester eux aussi des nouvelles choses. Et c’est déjà pas mal !

Qu’aimerais-tu ajouter aux lecteurs du site qui ne vous connaîtraient pas encore (et même aux autres) ?” type=”h5″ color=”red”]

On joue à Paris au Petit Bain le 23 octobre, notre album « Lights » est en écoute et en vente sur http://exsonvaldes.bandcamp.com, et on reçoit les propositions de concerts en appart sur cette adresse : contact@exsonvaldes.net

 

 

 

(photos de Valérie Archeno utilisées avec l’autorisation du groupe / clips de Nael Marandin & Damien Maestraggi)

Previous post

Passé, présent, futur?

Next post

Colin, l'homme de l'ombre

3 Comments

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.