presse

Voici le meilleur de Nous-mêmes

11 novembre 2003, Le monde

 

 

Radiohead : "Voici le meilleur de nous-mêmes"

 

ADEN | 11.11.03 | 15h40
"Un album, c’est comme une toile blanche pour un peintre. On peut tout gâcher avec une seule touche en trop." A Bercy, le groupe présente Hail to the Thief – son "meilleur album – au public parisien."
 
 
 
Aden : A écouter votre nouvel album, Hail to the Thief, que vous venez présenter au public parisien, on vous sent réconciliés avec les différentes phases de votre carrière…
 
Jonny Grennwood : Il y a des chansons à nous que j’aimerais parfois voir disparaître. Probablement la moitié de notre premier album, par exemple. Mais c’est facile de dire ça aujourd’hui… Un album, c’est comme une toile blanche pour un peintre. On passe des journées à le regarder, en se disant qu’il y manque peut-être quelque chose. Et on peut tout gâcher avec une seule touche en trop. J’ai l’impression que Hail to the thief est le meilleur album que nous ayons jamais fait. On a travailla très vite, et chacun a donna le meilleur de lui-même. Six mois avant de l’enregistrer, j’atais angoissa. Je savais que les chansons ataient bonnes et qu’on pourrait trouver des arrangements excellents. Mais une fois termina, j’atais quand même tout étonné que ça se soit aussi bien passé. Ce disque, nous avions tellement envie de le réussir…
 
Comment composez-vous ?
Avant, on passait parfois des siècles sur certains titres. On a dû enregistrer six versions de la chanson No Surprises, pour finalement garder la première version. En même temps, un disque, c’est cinquante minutes de musique. Quel intérêt de passer 5 000 heures là -dessus ? Depuis, nous avons simplifié notre méthode de travail. En général, Thom Yorke arrive avec des chansons écrites ou à moitié finies. Le boulot du groupe, c’est d’y ajouter des trucs, de les déstructurer ou de les rendre plus abouties. Ensuite, on les joue. La capacité que nous avons à jouer ensemble est notre plus grande force. On est Radiohead avant même de toucher le moindre instrument de musique. Les chansons arrivent de manière assez pure parfois comme ça.
 
Il y a dix ans, vous donniez votre tout premier concert à Paris. Etes-vous parfois tenté de dresser un bilan ?
Le groupe a démarré avant ça, quand j’avais 13 ou 14 ans et que je ne savais jouer que de l’harmonica…
 
…Mais vous êtes devenus le groupe rock de référence. Qui représente encore un exemple pour vous, aujourd’hui ?
Je viens de découvrir les productions du label Trojan. Fascinant. En fait, on est influencés par tout un tas de musiques. Aujourd’hui, dans les magasins de disques, tu as accès à quatre-vingts ans de musique enregistrée. A l’époque des Beatles, il n’y avait pas grand-chose de disponible… Thom était très enthousiaste à propos du nouvel album de Low. Quelques semaines après, il était passé à tout à fait autre chose… On a toujours faim de musique. Le dilemme, pour moi, c’est de me demander ce qui rend la musique bonne. D’un côté, il y a des groupes comme les White Stripes, qui sont fascinés par les années 1970, et de l’autre des gens qui pensent que les guitares ont é détrônées par les ordinateurs. Nous avons utilisé les deux. Il ne faut pas idolâtrer l’un ou l’autre, ce ne sont que des outils. Certains sont tellement obsédés par la nouveauté qu’ils en oublient de seulement se demander si ce qu’ils écoutent est bon…
 
Vous vous faites de plus en plus rares sur scène…
Il y a une partie de moi qui souhaite faire des tournées beaucoup plus longues, qui nous mènent partout, même dans des salles au son moyen. Et une autre qui pense que dix concerts dans une mauvaise salle ne vaudront jamais une soirée exceptionnelle dans un lieu hors du commun.
Propos recueillis par Olivier Nuc
 
Radiohead le 17 nov au Palais omnisports de Paris-Bercy, 8 bd de Bercy, Paris 12e, 08 25 03 00 31. A 20 h ;  è partie : Asian Dub Foundation.

Previous post

radiohead à la radio belge!

Next post

une tournée d'été à prévoir?

No Comment

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.