les membres du groupe et leur univers

« V. » / Thomas Pynchon

V. est le premier roman de Thomas Pynchon, publié en 1963. Il décrit les tribulations de Benny Profane, ancien matelot de l’U.S. Navy, qui rencontre au terme de pérégrinations qui le conduisent à New York un groupe d’artistes pseudo-bohèmes, qui se fait appeler la Tierce des Paumés (Whole Sick Crew). Un des éléments gravitant autour de cette nébuleuse, nommé Herbert Stencil, est parallèlement engagé dans une quête pour identifier et localiser une entité mystérieuse qu’il ne connaît que sous la vague dénomination de « V. ». Le livre reçut à sa sortie le prix William Faulkner, récompensant les jeunes auteurs.
— Présentation par wikipedia

 

En juillet 2002, Radiohead joue lors d’une tournée d’été intimiste de nouvelles chansons, dont Scatterbrain.  Il semblerait que Thom ait alors un peu de mal à se souvenir des paroles de la nouvelle chanson, aussi, a-t-il l’habitude d’emporter une feuille avec les paroles pour les concerts… Un de celles-ci va être récupérée. On peut y lire des embryons de paroles et une longue citation de V. De Pynchon :

“It was one in the morning, a wind had risen and something curious too had happened; as if everyone in the city, simultaneously, had become sick of news of any kind; for thousands of newspaper pages blew through the small park on the way crosstown, blundered like pale bats against the trees, tangled themselves around the feet of Rooney and Rachel, and of a bum sleeping across the way. Millions of unread and useless words had come to a kind of life in Sheridan Square; while the two on the bench wove cross-talk of their own, oblivious, among them.
— V., T. Pynchon

 

Notre article sur Thomas Pynchon donne encore plus de pistes sur le lien entre Radiohead et cet auteur : http://www.radiohead.fr/thomas-pynchon/

Previous post

Godspeed You Black Emperor !

Next post

Morning Mi Lord

No Comment

Leave a reply