news

Un rendez-vous lointain…

Water

…à tous points de vue avec la nouvelle oeuvre de Jonny Greenwood: composée pendant sa résidence à Sydney auprès de l’Australian Chamber Orchestra à la fin de la tournée de 2012, et enrichie par un voyage en Inde à l’écoute d’une autre tradition.  “Water” est le titre de cette nouvelle oeuvre qui sera jouée pour la 1ère fois à Melbourne…le 26 octobre 2014!

http://www.noise11.com/news/water-by-radioheads-jonny-greenwood-to-premiere-in-australia-in-2014-20131202

 

The Rest is Noise

Le célèbre livre d’Alex Ross (lumineuse lecture sur les révolutions musicales du XXème siècle) est à l’origine d’un festival du même nom qui se tiendra à Londres le week end prochain.

Au programme, des oeuvres contemporaines et des conférences. Alex Ross lui-même animera ces discussions entre experts et, le 8 décembre, il s’entretiendra avec Colin Greenwood sur le sujet suivant: qu’est-ce que voudra dire “contemporain” demain?

http://www.southbankcentre.co.uk/sites/default/files/pdf/TRIN%20NWO%20freesheet.pdf

 

Le boss trouve que les artistes sont bien assez payés

Daniel Ek, le patron de Spotify, l’homme à la fortune estimée à 308 millions de dollars, a été vexé par les remarques désobligeantes de Thom Yorke et autres râleurs. Il a donc ouvert ses données et a royalement proclamé qu’en effet, chaque passage de chansons était payé entre 0,006 et 0,0084$…mais que ça avait rapporté 660 000£ à “Get Lucky” qui a été écouté 78,6 millions de fois! Et qu’un indie group correct pouvait se faire 3 300$ par mois (enfin, pendant les mois où il ne tombe pas dans les oubliettes): de quoi se plaint le peuple? Oui, bien sûr, il faut partager les gains avec producteurs, labels, intermédiaires divers, mais il en reste quelque chose pour les impôts tout de même!

On n’est pas sûr que la démonstration satisfasse les dits râleurs…qui ont surtout souligné que, non content de mal payer, le streaming est en train d’épuiser le vivier créatif: 80% des titres présents sur Spotify font nombre sans jamais être écoutés et sombrent donc aussi sec dans l’oubli. Quelle vitrine! Et les titres le plus streamés  sont…”Thrift Shop” et “Can’t hold us”, pas sûr que l’innovation musicale ait été la préoccupation première du duo à fourrure!

http://www.independent.co.uk/life-style/gadgets-and-tech/spotify-answers-thom-yorke-attacks-by-revealing-0006-per-play-royalties-figure-8980274.html

Previous post

Un élève modèle et un nouvel office chart

Next post

Un peu moins loin...

No Comment

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.