news

The Debut Album

Si on ne sait pas encore à quoi ressembleront les performances live du groupe Atoms for Peace…on sait déjà qu’il peut le faire tout seul ou presque:

Previous post

22 février 2013, Oval Club (Londres)

Next post

Unless

No Comment

  1. Avatar
    23 février 2013 at 12 h 08 min —

    Rhan j’espère qu’on aura des full concert en bonne qualité, pour le peu qu’on a là, ça à l’air d’être bien énorme quand même !

    Et quand même, sur certains morceaux heureusement que Nigel est là, pas toujours évident de mixer/chanter en même temps x)

  2. Avatar
    24 février 2013 at 15 h 05 min —

    Le premier morceau de la première vidéo est SAD, face B de JJ&E !

    Du coup j’ai pas résisté…

    Mais j’ai pas honte en fait 😛

  3. Avatar
    26 février 2013 at 20 h 42 min —

    Quand j’ai regardé cette vidéo l’autre jour, au début je me suis ennuyée, j’étais même un peu gênée par ses minauderies sur le premier morceau, mais ensuite tout a changé avec Unless. J’aime Unless, car c’est la plus angoissante. J’aime ses synthés patraques qui me rappellent ceux de {WIXIW} de Liars. Et j’ai aimé voir dans cette vidéo que les visuels derrière devenaient noirs pour l’accompagner, ça me donnait un peu raison.

    Car pour moi, ma première vision était la bonne. Je continue de trouver qu'{Amok} est un album plus sombre, hanté, inconfortable dans le bon sens du terme, que la majorité des commentaires semblent le dire. Peut-être parce qu’en l’écoutant je me focalise beaucoup sur les synthés, qui sont tout sauf joyeux, mais au contraire donnent souvent un aspect menaçant (Unless, la fin de Before Your Very Eyes, et à peu près partout ailleurs sauf la faute de goût au début de Default). Peut-être aussi parce que ces rythmiques serrées et compliquées provoquent chez moi une tension, et non une envie de danser (mon corps est plus réceptif à des rythmes techno bien carrés, mais là il pige rien). Peut-être encore parce que je trouve toujours sa voix mélancolique, même quand elle est plus légère (comme à la fin de Stuck Together Pieces).

    Alors je peux aussi entendre ce côté soul et afrobeat qui ravit certains, je comprends qu’on puisse voir ça dans cet album, qu’on puisse le trouver lumineux voire coloré, sensuel, entraînant, mais moi ce n’est pas du tout ça qui me parle. Et si il n’y avait que ce côté-là, je ne l’aimerais pas du tout. Mais il y a autre chose, vraiment autre chose. Et c’est seulement quand je l’écoute au bon moment, où je suis vraiment dedans, que cet aspect sombre et mélancolique prend totalement le dessus, c’est seulement là que j’aime pleinement cet album, et qu’il m’embarque vraiment. Sinon, quand je ne suis pas dedans, ça ne passe pas (mais c’était pareil avec {The Eraser}).

    Désolée si j’écris trop et que j’étale trop mon ressenti personnel. En fait je voulais surtout signaler la critique de Pitchfork, au cas où vous ne l’auriez pas déjà vue, qui trouve cet album un peu frustrant mais a le mérite de le dire de façon argumentée. Quand je lis par exemple “For all the rhythmic chicanery at play, {AMOK} feels strangely static and contained, giving a perpetual sense of jogging in place”, quelque part je suis d’accord mais bizarrement pour moi cet aspect de frustration est plutôt une qualité de l’album, qui lui donne son inconfort.
    http://pitchfork.com/reviews/albums/17632-atoms-for-peace-amok/

    Edit : la revue de presse continue, avec la critique de Drowned In Sound, encore une de plus qui met l’accent sur le côté sexy de cet album, la sensualité de sa voix, mentionnant juste au détour d’une phrase “I’m not really sure what Godrich does… the synths? They’re nice, dark and billowy and atmospheric and sparse”, comme si c’était rien… Je ne veux pas avoir l’air d’insister, c’est la dernière fois promis, mais faites le test une fois, de l’écouter en vous focalisant sur les synthés, juste pour voir… http://drownedinsound.com/releases/17491/reviews/4146096

  4. Avatar
    26 février 2013 at 22 h 18 min —

    Pour rebondir sur les critiques de Pïtchfork et Drowned in Sound, j’ai trouvé cette vidéo assez intéressante : Un commentaire nuancé et plutôt bien argumenté de l’album… http://www.youtube.com/watch?v=DyJKBHILnx8&list=UUt7fwAhXDy3oNFTAzF2o8Pw&index=1

  5. Avatar
    26 février 2013 at 23 h 40 min —

    je ressens les même chose que Metelkova, c’est assez difficile à expliquer, je ne certifierai pas que c’est à cause de synthés par contre (mais j’écoute beaucoup moins de musique que toi, tu dois avoir raison). Pour Stuck Together je pense que c’est plutôt dans son chant que ça se passe, on dirait une comptine, mais c’est assez dramatique, je ne vois pas du tout le “fun” là dedans. J’espère qu’en live, elle ne deviendra pas un “jam” qui lui ferait perdre ça.

  6. Avatar
    27 février 2013 at 9 h 08 min —

    De mon côté quand je dis ressentir une certaine luminosité (ce qui n’est qu’en partie vrai au final) cela ne voulait absolument pas dire joyeux, car cet album ne l’est pas vraiment. Je parlais plus en terme de textures. Mais il repose sur une base sombre je l’accorde, qui se ressent quand on s’y plonge vraiment mais qui, je trouve, n’est pas l’essence même de cet album. Un peu comme si Thom Yorke avait une envie de mettre en musique son envie de danser (n’interprêtez pas mal, on sait tous comment il danse, rien à voir avec ce qu’on voit en boite de nuit) mais se retrouvait les pieds embourbés dans un espèce de marécage cosmique.

  7. Avatar
    27 février 2013 at 9 h 43 min —

    Cet album est à la fois sombre et lumineux (ce n’est pas incompatible, Pierre Soulages l’a démontré de façon magistrale en peinture), le chant de Thom est à la fois sensuel (ce qui est assez récent) et mélancolique (çà c’est pas nouveau), c’est un album à la fois dansant et statique, et la Thom en a donné une belle définition : “un album pour danser dans sa tête”, il est donc normal que ton corps Metelkova n’y pige rien, le miens non plus (moi ce sont plutôt les rythmes africains ou cubains qui lui donnent envie de bouger).
    C’est un album qui grandit dans la tête au fil des écoutes (contrairement à TKOL qui a rapetissé).

  8. Avatar
    27 février 2013 at 10 h 30 min —

    Mélancolique, profond, grave, si je peux me permettre … encore heureux ! Je ne croit pas qu’il puisse en être un jour autrement avec thom yorke, encore encore heureux !! Mais tout de même, il m’apparait que ses productions récentes transpirent moins l’angoisse qu’avant. Pas pour cause de résignation, non, je crois que Mr yorke est plus calme, enfin, j’aime les signes qui me font croire cela.
    Amok est le fruit d’une énergie positive, “californienne !!?”, il le dit et le redit a qui veux l’entendre.

    Mais surtout,
    musicalement, je prends ce disque comme l’avancée d’un processus qui mène vers une nouvelle musique. KID A / Amnesiac ont influencés et influencent encore, et je pense qu’Atoms for Peace peut prétendre ouvrir une telle nouvelle page. Ce disque manque sans doute de compositions mais là encore thom Yorke explique qu’ils ont enregistrés en trois jours les bases, alors qu’il avaient peu de materiels et de directives.
    Il prétends desormais travailler a des compositions vouées a être jouées par ce groupe de rêve. Je n’ose imaginer la claque que l’on se prendra bientôt si on ajoute au furieux potentiel rythmique de ce groupe, le génie de Yorke pour composer, arranger, et faire de chaque chanson une oeuvre a part entière, un diamant a multiples facettes.

    Pour résumer ma modeste intuition, dans ce disque, Yorke semble nous présenter sa nouvelle équipe (dont il a voulu jouir dans l’urgence), dans le prochain il devrait prendre le temps d’exploiter son formidable potentiel.
    Je croise les doigts …
    Et je savoure ce que je crois être une promesse et qui vient de nous être livrée,
    c’est très beau et c’est très nouveau. (+1 pour la récente sensualité)

  9. Avatar
    27 février 2013 at 20 h 46 min —

    Je viens de tomber sur la critique de Fact Mag dont j’extrais cette citation qui complète assez bien tout ce qu’on a dit, je crois : “Thom Yorke’s love affair with dance music is well-documented. (…) Still, Yorke’s success in this arena lies, as it always has, in how imperfectly he processes his influences. Whether by accident or design, his music tends to function as a sort of failed transfiguration into something else, a one-sided love-letter to a style whose various tics and habits are intractably Yorke.”
    http://www.factmag.com/2013/02/25/atoms-for-peace-amok-fact-review/

    On peut dire la même chose de la “couleur” de cet album : aussi sensuel soit-il, son chant reste mélancolique, aussi lumineuse et libérée soit-elle, sa musique reste sombre et inquiète… et c’est pour ça qu’elle nous émeut, encore, à nouveau.

    Edit de dernière minute, la critique des Inrocks : “Un album collectif, certes, mais clairement dominé par Yorke, sa voix inchangée, gracile et plaintive, ses fulgurances mélodiques. Des morceaux qui n’iront pas chatouiller David Guetta sur les dancefloors, des chansons qui, malgré le plaisir pris par les garçons, restent sombres, qui sont cérébrales et corporelles, troubles et belles (Before Your Very Eyes…, Default, Unless ou Judge, Jury and Executioner), et dont les paysages désolés gagnent en profondeur à chaque écoute.” http://www.lesinrocks.com/musique/critique-album/atoms-for-peace-lage-athomique-de-thom-yorke/
    Tout le monde est d’accord, finalement….

  10. Avatar
    28 février 2013 at 15 h 12 min —

    En attendant, il continue à danser mais cette fois, en charmante compagnie

    http://www.youtube.com/watch?v=DpVfF4U75B8

  11. Avatar
    28 février 2013 at 15 h 22 min —

    J’avais déjà posté la critique des Inrocks, l’autre jour. 😉

    Finalement, cet album me plaît bien. (Je n’ai pas trop de mots pour expliquer en détails pourquoi) Je le trouve plus intéressant que The Eraser en tout cas. Et puis, je trouve que le chant de Thom est bien meilleur aujourd’hui.

  12. Avatar
    28 février 2013 at 15 h 47 min —

    Le costume 3 pièces reprend ses droits …

    Dancing is living … 🙂

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.