chansons

The amazing sounds of orgy

Sortie sur single : 21 mai 2001 (Pyramid Song)
Version « passée à l’envers » : 2004, épisode 1 de Radiohead.tv
Première version live : 5 mars 2012 (Dallas)

La chanson utilise un tas d’effets, ce qui donne au départ quelque chose de très surprenant, quand on l’écoute pour la première fois…Face-B d’un maxi, la chanson avait très vite été oubliée, avant d’apparaître à la grande surprise de tout le monde au détour d’une setlist en 2012.

1999

Le groupe est en studio pour enregistrer l’album qui succèdera à Ok Computer. Il souhaite un changement radical et s’amuse à tester des nouveaux sons, des effets, des instruments… L’expérimentation est riche. En arrière plan, on écoute du Can, du Autechre… et certainement ce titre « Twilight World »de Jah Wobble, Jaki Liebezeit et Holger Czukay, extrait de l’EP « How Much Are They? » sorti chez Island Records en 1981.

(Jaki Liebezeit et Holger Czukay sont des membres de Can !)

Une vieille rumeur racontait qu’à cette époque pour écrire les chansons, les gars de Radiohead avaient mis des bouts de papier dans un chapeau et tiré au sort… (on sait depuis que c’est Thom qui a pioché dans un corpus de petites phrases qu’il avait écrites dans son carnet de notes au fil du temps.)

A lire les paroles de cette chanson, on est tenté d’y croire, d’autant plus que quelques bribes trainaient déjà sur le site du groupe :

Notamment sur cette page de la version 4 du site radiohead.com mise en ligne vers 1999 :

http://archive.radiohead.com/Site4/tt031.html

avec ce texte (nous avons mis en gras deux phrases notables) :

lets see all the blue collared boot boys sweat+whine
police on hoorsback broken bones
we sit in the back while no-one drives
two headed monsters
three headed brides
nobody is free to do what they want
waited on hand and foot
the worlds best selling drug
comrades with mobile phones
the illegitimate bastard sons
crawling out from under stones
daddy daddy ive come home
a woman flutters her eyelashes in washington
and bombs rain down in sudan
women and children first
carry on smiling
and the world will smile with you
ill laugh my nuts off the day the banks collapse
im alright jack
the day the banks collapse
in bloody palestine
made in china
the amazing sound of the killing hordes
human time bomb
we want to see them beg for life
chop off the fingers in the pie
i want to see you smile again
the day the banks collapse
the puce synthetic voice that says were fine
limitless scenarios
limitless channels
on which to watch
who was right
and who was wrong.
who was right
and who was wrong.
who was right
and who was wrong.

21 mai 2001
La chanson parait comme face-B d’un single « Pyramid Song »

Tout le monde est assez surpris par ce titre surprenant… aussi bien musicalement que pour les paroles.

En 2002, dans la partie ‘imaginary poison’, on retrouve à nouveau des paroles qui font référence à la chanson :

http://archive.radiohead.com/Site8/alexandria/tome008r.html

i dlouv to see uyousmile again like dimyonds in th4e sdust. the amazing sound of the killing hoardes the day the banks collapsed onus.
cease thjis enldess chATTERING, LIKE AEVREVERYHTING IS FINE. WHIN SOORY IS NOT GOOD ENOUGH sit in th eback while no
one
drives.

et continueront à traîner sur les artworks par-ci par là ensuite, comme sur ce tee-shirt vendu par  W.A.S.T.E. :
collapses

Toutefois, la face-B est bien vite oubliée… Le groupe ne la joue pas en live (on a alors bien du mal à la prendre au sérieux et à l’imaginer « sur scène »).

 

2003

En mai 2003, la chanson revient dans l’actualité : Radiohead, suite à la sortie d’Hail To The Thief, lance une chaine télé avec des programmes un peu barrés, plus tard regroupés (avec des ajouts) sur le DVD « The Most Gigantic Lying Mouth Of All Time« .

Parmi ces programmes, une version passée à l’envers de la chanson (à retrouver dans l’épisode 1).

Ici isolée par le webmaster de citizen insane :

2004
En avril 2004, au détour d’interviews, Thom reviendra sur son inspiration pour ce titre :

Q: « When I first heard the line: ‘The amazing sounds of orgy’, I thought, ‘What was he thinking?!' »

Thom: [laughs] « Fuckin’ right. Did it make you think of sex when you first heard it? No? Well, that’s the thing: ‘orgy’ can refer to a number of things. An orgy of sound, an orgy of light. An orgy of violence. An orgy of gluttony. »

Q: « An orgy of sobriety… »

Thom: « Fuck, now you’re messing with my head, you’re just trying to make me feel guilty about drinking. Wait, I’m trying to remember what the lyric was. ‘The day the banks collapse…’ I kept writing that again and again… ‘The amazing sounds of the killing hordes…’ So it was more of an orgy of violence. It was politics… and it’s not politics… I don’t know, man, that’s what goes on inside my head. And I won’t lose sleep about that anymore, because it obviously benefits the music. Thank God.

— Thom Yorke / Rolling Stone, avril 2004

 

A la même époque, Stanley Donwood raconte à peu près la même chose (le fait de trop boire, et puis de discuter avec Thom) avec un fait circonstancié : la guerre de Bosnie.

Stanley met Radiohead frontman Thom Yorke back in college. The two brainstorm regularly. “We drink a lot and then argue,” Stanley explains. “Kid A is a very agoraphobic record. The music makes shapes and colors that I tried to use… I like old paintings of battles where the armies look like jewels scattered on mud, but close up, they’re performing a ballet of atrocity. The paintings were started during that horror in Bosnia.”
2006

Stanley Donwood expose quelques unes de ses oeuvres à Barcelone, à la galerie Iguapop. Dans le catalogue de l’exposition, (« Dead Children Playing book »), on retrouve cette illustation en lien avec la chanson :

dchild032

avril 2008

revue de la chanson dans Q#261 :

THE AMAZING SOUNDS OF ORGY
Ed O’Brien wrote approvingly of the freedom Radiohead found in working on sounds as a “collective” in the manner of Massive Attack. The comparison is writ large in this trip-hop influenced track concerning, according to Yorke, “an orgy of violence”, with a prescient reference to “the day the banks collapsed on us”.
AVAILABLE ON: PYRAMID SONG CD1 (2001)

17 avril 2012

Un fan suggère de mettre la chanson dans les setlists à un Colin qui note l’idée…

Italo Rossi: Alright… whose idea was it to rehearse so many songs for this tour? I think Thom said there’s more than 70 at this point…?

Colin Greenwood: Whose idea? All of our ideas, but it’s real cool you know to place some real old things and new things and mix it up.

Italo Rossi: Starting with the very old stuff, someone mentioned it was your idea to bring back ”The Amazing Sounds of Orgy”, which is great.

Colin Greenwood: Yeah, cool.

Italo Rossi: People are going crazy with that or “Meeting in the Aisle”.

Colin Greenwood: It’s crazy, yeah… a nod to the fans, doing the b-sides and stuff.

— Colin Greenwood Italo Rossi's 20 Minutes with Colin Greenwood, 17 avril 2012

 

5 mars 2012

Grosse surprise pour le public : la chanson intègre les setlists de concert… Elle sera jouée 7 fois entre mars et juin, la première fois le 5 mars à Dallas

Previous post

Cinnamon girl

Next post

The Rock Of Travolta

6 Comments

  1. sofi
    25 février 2009 at 20 h 47 min —

    je trouve cette chanson vraiment magnifique, vraiment prenante ^^

  2. 13 avril 2012 at 13 h 05 min —

    Thom est à la basse là dessus plutôt non?

    • marjorie
      9 juin 2016 at 10 h 04 min —

      Pas si étonnant quand on se renseigne sur le trio à l’origine de ce titre… Mais c’est plus que clairement l’inspiration de la chanson. J’ai mis à jour la fiche . ENORME MERCI (comme toujours !)

    • valerie
      9 juin 2016 at 20 h 24 min —

      Non, CAN a toujours été une influence importante sur RH, en particulier Jonny. On a même dit que RH était le CAN anglais.

      • The thief
        10 juin 2016 at 7 h 30 min —

        Je ne suis pas étonné par la filiation entre RH et Can, je ne la découvre pas, mon pseudo est assez parlant je pense. Ce que je trouve étonnant ce n’est pas que RH soit influencé par Can, mais que ce « Twilight World » soit resté caché si longtemps. Je suis tombé dessus par hasard en surfant sur youtube à la recherche de travaux solo d’Holger Czukay. (suite à cet EP, ces trois là ont sorti en 82 un album très intéressant: Full Circle).

Leave a reply