chansons

Staircase

Premier live (Atoms for Peace) : 5 avril 2010
premier live (Radiohead) : 26 mai 2011 (Live From The Basement)

5 avril 2010

La chanson est jouée par Thom Yorke en solo lors d’un set d’Atom For Peace (son projet parallèle) à New York. On lui prête alors comme titres alternatifs « Let Me Take Control » ou « A Walk Down To The Staircase », et l’on pense que c’est un titre de Thom Yorke, et non de Radiohead.

8 avril 2010

Lors d’un autre concert d’Atom For Peace, un membre du public récupère une feuille avec les paroles de la chanson, qui n’avait pourtant pas été jouée ce soir là (peut-être Thom Yorke jugea-t-il alors qu’elle nécessitait encore un peu de travail !).

Pour la voir : Staircase

21 juin 2011

Le groupe communique un peu sur l’enregistrement du prochain album. Le 21 juin 2011, Phil explique que le groupe vient d’enregistrer (le 26 mai 2011 pour être précis) une version de Staircase pour un épisode de « Life From the Basement », et que l’on pourra y voir deux batteurs, à savoir lui-même et Clive Deamer de Portishead :

staircase

La chanson est aussi diffusée sur la chaîne Youtube du groupe comme teaser pour l’émission « Live From The Basement », produite par N. Godrich… le producteur du groupe, et seule émission de promo à laquelle Radiohead a bien voulu se prêter pour promouvoir leur nouvel album qui a beaucoup déconcerté…

La chanson ne faisant pas partie des titres figurant sur l’album « the king of limbs », ce fut une (bonne) surprise pour les fans de la retrouver là.

La chanson est jouée une vingtaine de fois dans les live de 2011-2012… et depuis… plus rien.

Previous post

Let Me Take Control

Next post

5 avril 2010, New York, Roseland Ballroom

No Comment

  1. 21 juin 2011 at 15 h 39 min —

    Oulà, après une première écoute, j’ai envie de dire que la chanson a perdu pas mal de son émotion par rapport à la version live (qui était peut-être un peu exagérée), ses tonalités mineurs se sont estompées, noyées dans ce synthé, derrière lequel ça me fait bizarre de voir Thom s’agiter. Mais il a l’air content. Elle n’est peut-être pas pire comme ça, mais je mise plutôt sur la version studio pour mettre tout le monde d’accord.

  2. 21 juin 2011 at 18 h 44 min —

    Mais qu’est-ce qui t’arrive baby alligator, elle est magnifique cette chanson ! Je ne la connaissais pas du tout (faut décidemment vraiment que j’apprenne à me servir de Citizen Insane), et fête de la musique mircaculeuse, je découvre du même coup la version première en solo (émotion énorme, mélodie sublime, d’ailleurs je me demande pourquoi ceux qui la connaissaient ne la réclamaient pas à corps et à cris comme The Present Tense, comment se fait-il que personne n’en parlait jamais de celle-ci ?) et la version From The Basement que je trouve certes différente (orchestrée quoi, l’autre n’était qu’une version acoustique dépouillée) mais tout aussi belle ! Je ne la trouve pas du tout dénaturée, je n’y connais rien en musique mais je ne trouve pas que ses tonalités mineures se soient estompées, ce synthé est mineur d’un bout à l’autre j’ai l’impression, en tout cas il me fout les larmes aux yeux et la mélancolie à fleur de peau, et ces guitares qui égrènent des goutelettes cristallines, et ce petit riff en escalier de Jonny à la fin c’est juste parfait (on dirait qu’il remonte l’escalier après que toute la chanson ait consisté à le descendre) ! Cette chanson à elle toute seule est en train de me réconcilier avec The King Of Limbs (avec lequel j’avais un petit passage à vide, même un gros), car quand je vois comment deux guitares et deux batteries peuvent donner un résultat si subtil, je me dis plus que jamais que tout l’album est fait comme ça… Et la voix est parfaite, et les paroles sont le genre de paroles que j’aime le plus chez Thom Yorke…

    La version studio, si il y en vient une, sera sûrement proche de celle-ci j’imagine. En tout cas en attendant merci pour le lien pour la télécharger, et petite précision, elle était aussi postée sur le DAS, pas seulement sur la chaîne youtube.

  3. 21 juin 2011 at 19 h 36 min —

    Ben oui, c’est comme ça pour moi, c’est comme s’ils s’en étaient emparé brusquement, sans amour. C’est une question d’interprétation, j’aime bien cette chanson. Ce synthé ressemble à celui de Cymbal rush sur The Eraser, mais là ça ne me plaît pas, pas plus que le chant de Thom. J’espère un meilleur mix pour le live, et pas de synthé sur la version studio, c’est lui qui gâche tout, jusqu’à la façon de chanter de Thom. :-/

  4. 21 juin 2011 at 20 h 09 min —

    « je n’y connais rien en musique »

    Et alors ? Tu n’en as rien à faire de ne pas savoir ce qu’est un accord majeur ou une coda et que sais-je encore. La seule chose qui compte, c’est L’-E-M-O-T-I-O-N. Le reste n’est que fioritures et sujets de discussion techniques. ce titre est énorme pour moi, et pour toi aussi apparemment, c’est tout ce qui importe quand on l’écoute :content

  5. 21 juin 2011 at 20 h 26 min —

    Les goûts et les couleurs… Moi j’aime bien les synthés tristes, celui de Cymbal Rush aussi et je suis même raide dingue de ceux de Up On The Ladder (pourtant là ils forcent sur la dose mais une fois de temps en temps j’adore, cette chanson me fait toujours penser un peu à The Suburbs, elle a l’air d’être là à continuer toute seule sur la piste un peu ivre quand la soirée s’achève…) et si je cite Up On The Ladder pour illustrer que « les goûts et les couleurs… » c’est exprès, parce que va savoir pourquoi je suis prête à parier que tu ne l’aimes pas trop non plus, pour les mêmes raisons que moi je l’adore, à savoir son côté un peu patraque (mais peut-être que j’ai tout faux). En ce qui me concerne j’adore les chansons patraques, j’aime les contradictions entre les différentes couches d’une chanson, mais j’ai remarqué que souvent toi tu n’aimes pas quand le chant de Thom n’est pas assez pur, limpide et aérien selon toi. Moi j’aime cette manière-là mais j’aime aussi au contraire quand il a un peu de dégoût dans la voix, et j’adore entre toutes choses ce qu’il fait sur A Wolf At The Door (la version dans le live de Prague est sublime à mes yeux), tandis que je crois me souvenir que toi tu trouves que c’est un massacre sa façon de chanter sur cette chanson… Mais cela dit, sur Staircase, je trouve que sa voix plane de façon toute aérienne et pure… Par contre ce qui m’a fait rire en la revoyant, par rapport à ce que j’ai écrit précédemment, c’est qu’en fait le riff de Jonny à la fin en vérité il descend, mais je ne sais pas pourquoi il m’avait donné cette impression de monter, c’est une histoire de couleur et d’émotion plus que de notes j’imagine.

  6. 21 juin 2011 at 20 h 27 min —

    Je confirme !

  7. 21 juin 2011 at 20 h 29 min —

    Metelkova, ça n’a rien à voir avec ce que tu dis, mais j’en profite pour mettre un peu l’accent sur une nouveauté qui peut être intéressante… Désormais, si vous cliquez sur « répondre » à côté du nom de la personne (c’est discret, en gris clair, mais ça figure sur chaque entête de message), vous lui répondez directement et votre message s’affiche juste en dessous de ce à quoi vous répondez, et non à la fin… ça permet de suivre des conversations plus facilement…

  8. 21 juin 2011 at 20 h 33 min —

    J’ai rajouté un petit logo…

  9. 21 juin 2011 at 20 h 34 min —

    Ok chef, je prends note ! Surtout que souvent, le temps que j’écrive d’autre personnes ont répondu entre temps, donc mon commentaire ne suit plus directement celui auquel il répondait, c’est vrai. Très bonne innnovation.

  10. 21 juin 2011 at 20 h 36 min —

    Mais bien sûr, ça ne s’adressait pas à toi uniquement. Et au passage, j’ai aussi amélioré aussi votre « page », ça doit un peu mieux marcher…

  11. 22 juin 2011 at 14 h 55 min —

    Moi je trouve ce morceau très très bon. Je ne comprends pas trop ceux qui attendent une version « studio » pour voir des améliorations car vu la qualité de la prestation et de l’enregistrement, je ne vois trop ce que la version studio pourra apporter de plus.
    Ces synthés apportent une légère ambiance seventies Los Angeles, avec un petit côté Funk non ? L’image qui me vient en fermant les yeux est une cadillac perchée sur les hauteurs de Hollywood, sous un soleil chaud de fin de journée…

    Par contre un peu déçu que le morceau est finalement pris cette voie quand j’entends ce qu’il était à l’origine dans la version joué live par thom uniquement. Il y avait ce petit côté ‘perles’ de Radiohead, un peu tristes et simples à la fois, que j’adore… et il ne reste quasi plus rien de ça dans la nouvelle version.

  12. 22 juin 2011 at 15 h 13 min —

    c’est surprenant de lire des ressentis si hétérogènes… pour moi ce morceau est vraiment très mélancolique, le synthé, je ne le perçois pas du tout comme un élément de légèreté, je ne sais plus où, j’ai lu qu’il vous faisait penser à l’univers de David Lynch, je dirais plus Mulholland Drive que Twin peaks… un bourdonnement entre deux états de conscience. Bon… les ressentis hein? C’est toute la puissance de l’art, on peut être aussi coincé dans nos projections et nos attentes et se gourer totalement… tant pis 😉

    sinon…. je lis partout sur le net un véritable émoi autour des cheveux de Thom et je dois dire que ça me fait bien marrer…

  13. 22 juin 2011 at 15 h 18 min —

    David Lynch ! En plein dans le mille. Los Angeles, la Cadillac, le soleil chaud, etc..

  14. 22 juin 2011 at 15 h 49 min —

    la nuit…le ronronnement d’un moteur, un tunnel, la ville, les néons, les ombres fantomatiques… c’est un peu comme un test de Rochard les chansons de Radiohead !

  15. 22 juin 2011 at 16 h 03 min —

    Le morceau est pas mauvais, mais disons que ça m’amène pas grand chose. Je le trouve pas aussi funky que Feeling Pulled Apart By Horses ou Morning Mr Magpie.

    Et je commence à sérieusement douter du choix qu’a fait le groupe avec TKOL. Pourtant musicalement c’est totalement ma came, je m’attendais et j’espérais qu’ils fassent ça depuis qu’on prophétise sur le LP8. Mais je suis assez déçu par le manque d’ambition ou de curiosité du groupe.
    On en parlait déjà quand on spéculait sur TKOL après l’annonce de sa sortie et des 8 morceaux. Tout de suite j’avais imaginé que les 8 morceaux seraient plutôt longs, à la manière de Can que j’avais beaucoup écouté avant et que Jonny Greenwood avait utilisé pour Norwegian Wood.
    J’arrête pas de me demander pourquoi ils ne l’ont pas fait. La musique et le style de TKOL ne colle absolument pas au format qu’ils se sont imposés selon moi.

    Avec Lotus Flower et Morning Mr Magpie en tête, ils ont voulu un peu prouver leur objectif disons, celui de réinventer en quelque sorte l’interprétation du morceau pop rock. Et ils l’ont réussi, au jour d’aujourd’hui, surtout pour un groupe comme Radiohead, qu’est ce que tu peux faire d’une compo comme Morning Mr Magpie pour la rendre intéressante ? Pas grand chose à mois de vouloir taper dans le commun.
    C’est aussi le cas de Separator mais bien qu’elle soit très jolie, elle est franchement beaucoup moins osée.

    S’il y a un album qui me vient à l’esprit en comparaison de TKOL c’est Remain In Light des Talking Heads, du fait de la durée et du décalage vis à vis des précédents albums. Et aussi de la proximité musicale.
    Avec Remain In Lights aussi, Talking Heads laissait largement de coté la composition pop plus classique, l’essentiel de l’album étant rythmique, inspiré par Fela Kuti et la musique africaine en général (on retrouve le même style sur Morning Mr Magpie) comme Radiohead ils avaient bidouillé à droite à gauche sur certains morceaux avant ça, plus timidement peut être.

    Mais contrairement je pense à Radiohead, l’objectif des Talking Heads en faisant ça c’était clairement de faire de la pop tout en s’inspirant de ces techniques musicales.
    Même si on dit souvent que RH déjà avec Kid A voulait faire du rock avec de l’electro, et que là aussi avec TKOL, leur but est un peu de changer la manière de composer du rock, je pense pas que RH ait vraiment cette envie là.
    Parce que TKOL n’a absolument pas la puissance de Remain In Light, il n’est pas pop, il n’est pas exclusivement basé sur le groove, il se veut pas léger. Reamin In Light c’est pratiquement de la dance, sur la plupart des morceaux il n’y a plus de mélodies, juste du rythme et ça se danse.

    TKOL je lui retrouve pas ça, pour moi ça se veut clairement plus alternatif, ambiancé, grave etc… et du coup, adopter exactement le même format que pour les Talking Heads ça ne passe pas du tout pour moi. Aussi parce que chez les TH, il n’y avait pas de compos rock pré-machées derrière leur morceau, pas de refrain à caser ou de ponts, c’était juste du rythme.

    TKOL aurait dû être l’album d’un nouveau départ pour RH. HTTT était clairement une fin de cycle, In Rainbows ne rentre pas du tout dans une logique d’évolution du groupe comme l’étaient tout les précédents, je pense que pour le faire, ils ont tout déconstruit et tout refait (apparemment même en étant fier du boulot ils ont pas apprécié, c’est bien dommage parce que je pense qu’ils auraient dû le refaire), le problème c’est que TKOL aurait dû reprendre sur des bases encore tout à fait différentes des précédentes, à la fois de celles d’In Rainbows mais aussi celles de HTTT.

    Encore que TKOL on peut le résumer à l’application de The Eraser au niveau du groupe. Ce qui devait probablement être fait un jour.

    Mais concrètement, je pense que le groupe est effectivement passé à coté de quelque chose avec cet album et qu’ils ont pas très bien traité leur sujet. Et que s’ils voulaient incarner un renouveau de la musique, ils auraient dû s’y prendre autrement, même s’ils ont la bonne direction.

    Pavé César:-|

  16. 22 juin 2011 at 17 h 00 min —

    Hypothèse d’explication, par rapport au test de rorschach (comparaison bien vue en effet) : ça doit dépendre en partie de ce sur quoi on se focalise par nature quand on écoute une nouvelle chanson. Moi, comme be@A, c’est le Lynch nocturne et errant entre deux états de conscience que j’entends dans ce synthé mélancolique, et dans les fins de phrases où une lassitude triste affleure dans la voix de Thom et provoque l’émotion. Je n’entends ni soleil ni cadillac ni légèreté californienne dans ce morceau… Mais en lisant tous ces commentaires qui parlent de groove et de funk, je l’ai réécoutée en me focalisant davantage sur la section rythmique, qui groove bien en effet, mais qui n’est pas par nature ce qui retient mon attention en premier. Moi dans mon mix intérieur j’entends d’abord et surtout les nappes mélancoliques, la voix, les guitares. La basse et la batterie je les perçois moins, c’est comme ça. Et comme je l’ai évoqué hier rapidement, encore une fois je n’y connais rien en musique mais je remarque quand même clairement qu’il y a souvent une forme de contradiction entre ces différentes couches d’une chanson, une base rythmique groovy et une mélodie mélancolique comme ici par exemple, et donc voilà, c’est peut-être tellement évident que ça ne méritait même pas d’être dit mais je pense que le ressenti qu’on a de la couleur d’une chanson dépend probablement en grande partie de laquelle de ces couches retient notre attention.

  17. 22 juin 2011 at 17 h 19 min —

    j’espère que tes vacances ne sont plus très loin parce que la t’es sérieusement en manque non ..? :-))

  18. 22 juin 2011 at 18 h 21 min —

    Avant-hier je t’aurais suivi totalement Madlib, pour tout dire j’avais dans l’idée de créer sur le forum un sujet « Vous en êtes où avec TKOL ? », quatre mois après sa sortie, alors que les Newspaper Albums tant attendus n’ont pas apporté de nouveaux éclairages et avant que le From The Basement vienne relancer la donne, ça me semblait être le bon moment pour faire le point sur cet album dont moi non plus je ne comprends toujours pas vraiment où il veut aller. Et exprimer mon désarroi, donc, dire combien il me laissait sur ma faim et tout ça. Mais Staircase m’a prise de court hier, et m’a fait oublier au moins momentanément ces grincheuseries, même si en fait sur le fond je me demande encore plus pourquoi les meilleures chansons de la période, The Butcher et Staircase pour moi, ne sont pas sur l’album, c’est un choix étrange…

    Je suis tout à fait d’accord avec ce que tu dis sur HTTT et In Rainbows. Et la seule chose que je puisse dire avec une certitude absolue sur TKOL, musicalement, c’est que c’est le premier album de Radiohead où ne subsiste aucune once de rock. Ca fait longtemps que Radiohead n’est plus un groupe de rock à proprement parler mais jusqu’ici il restait toujours une composante rock dans leurs albums, là plus du tout. N’ayant pas les références musicales qui m’auraient permis de pouvoir le situer par rapport à d’autres choses, j’avais essayé de comprendre TKOL par moi-même, de définir ce que moi toute seule avec mes petites oreilles j’y entendais. Et j’en étais arrivée à la conclusion que c’était un album « electrofolk », ce qui à ce jour encore me semble être la formule qui le caractérise le mieux. Je croyais alors avoir inventé ce terme à usage personnel, puis plus tard j’ai découvert qu’en fait il existait (http://en.wikipedia.org/wiki/Folktronica) et désignait notamment les premiers albums de Four Tet et Caribou (que je n’ai encore jamais écoutés), alors j’ai l’impression que je ne m’étais peut-être pas tant plantée que ça sur ce coup-là !

    Je ne connais pas non plus Remain In Light (je sais, je suis inculte) mais tu dis à un moment que TKOL n’a pas sa puissance, et c’est bien ça que je reproche à TKOL, son manque de puissance. Cela dit je n’envisage pas que ce soit un râtage, c’est forcément volontaire mais c’est vrai que moi ça ma manque. Par contre tu dis qu’il est grave et sombre et moi en revanche je ne trouve pas, au contraire je trouve que c’est l’album le plus léger et ensoleillé de Radiohead, et comme j’ai déjà eu maintes occasions de l’exprimer, je ne me retrouve pas émotionnellement dans cet apaisement, ce calme et ce côté très (trop) subtil et tout en retenue. Mais j’ai toujours soutenu que le groupe et les instruments y étaient bien présents pour autant, ce que le From The Basement confirmera comme on en a déjà eu la preuve hier avec Staircase. Enfin voilà, moi aussi il me manque clairement quelque chose sur TKOL, et j’aimais bien son format court mais maintenant je me dis qu’avec Supercollider, The Butcher et Staircase il aurait peut-être moins eu ce côté trop « ambiance ». Je sais pas. Et j’aimerais plus que tout que Thom nous explique ce qu’ils ont voulu faire, quelle intention il y avait derrière cet album.

  19. 22 juin 2011 at 19 h 10 min —

    Je suis bien d’accord avec tes trois premiers paragraphes, Madlib. Après pour Remain in light de Talking heads, bah, c’est pas ma came et je vois pas le rapport, même manqué, avec TKOL. je l’écoute à l’instant et les quatre premières c’est de la funk, et pas la meilleure que j’ai pu entendre. La 5 et la 6, c’est mieux. Mais jamais RH ne fera un album comme ça, ils ne savent pas le faire. Si Thom rêve qu’on joue sa musique en club, c’est un peu de sa faute, et un peu celle des clubs. Personnellement, je dansais sur RH, Kid A par exemple, ça fait quelques mois que j’ai arrêté, mais je ne veux pas que RH fasse un album pour me dire : eh bien, dansez maintenant ! Je préfère la liberté, la folie et le décalage que RH a représenté dans sa carrière, et tant pis si à défaut de pouvoir danser dessus en club, je dois le faire chez moi.

    RH a fait avec TKOL l’album qu’ils entendaient dans leur tête, c’est pour ça qu’il est comme il est. Ils ont fait des choix, et au final ce n’est peut-être pas le meilleur album qu’ils pouvaient faire, mais c’est celui qu’ils portaient en eux. Je le trouve assez cérébral, je propose le terme de « abstract rock », pour concurrencer l’electrofolk de metelkova. 😉

  20. 22 juin 2011 at 19 h 51 min —

    J’accepte bien volontiers la concurrence, mais faudra vraiment m’expliquer où est le rock, même abstrait, dans TKOL 😉

  21. 22 juin 2011 at 19 h 57 min —

    Réponse immédiate : dans les cinq premiers morceaux, et dans le dernier.

  22. 22 juin 2011 at 20 h 05 min —

    Hummm… on doit juste pas avoir la même définition du rock alors, mais laissons donc les autres s’en mêler et trancher, si ils veulent bien participer au débat qui n’est pas inintéressant.

  23. 22 juin 2011 at 20 h 15 min —

    En même temps, c’est redondant tout ça non ? rock, pas rock, folk ou pas ( perso pas folk !)
    et puis y a tout plein de façon de faire du rock…
    AC/DC, Pink FLoyd, System of a down, Mademoiselle K, Noir désir …. ils font tous du rock, mais pas le même !;-)

  24. 22 juin 2011 at 20 h 30 min —

    Oui la question c’est pas de définir le rock, ni même de définir le genre de TKOL, t’as raison on s’en fout et on a déjà eu cette conversation, c’est vrai, mais la question c’est « pourquoi il nous manque quelque chose dans TKOL » et perso je crois que c’est ce que j’appelle cette composante rock qui me fait cruellement défaut en fin de compte, je veux dire par là les guitares électriques, les mélodies et une certaine puissance et énergie. Mais si il avaient fait un album de pure electro qui avait la puissance d’Idioteque ou n’importe quoi d’autre ça m’aurait comblée aussi, je sais pas, c’est que TKOL on n’arrive pas vraiment à en saisir la direction, il est agréable à écouter mais il ne me transporte pas au-dessus des montagnes, et ça pour moi c’est un problème, quand même, quand on parle de Radiohead. Mais j’arrête de radoter, et d’ailleurs j’éteins l’ordi, bonne soirée les amis.

  25. 22 juin 2011 at 21 h 34 min —

    Alors ce que j’aime beaucoup sur ce titre ce sont ses influences afro. Sur le plan rythmique bien sûr, c’est omniprésent, mais également sur la partie jouée par Colin et Jonny, ce groove est génial. Les nappes de synthé de Thom et de guitare assurées par Ed apportent la touche Pop, planante et la puissance mélodique qui font toute l’originalité du morceau.

  26. 23 juin 2011 at 9 h 51 min —

    Ben non, encore de longues semaines avant les vacances et elles ne ressembleront vraisemblablement pas à Los angeles mais plutôt aux Pyrénnées… Heureuseemnt que Radiohead est là pour me faire voyager un peu derrière mon écran.

  27. 24 juin 2011 at 11 h 09 min —

    Sur le sens de cette chanson: par rapport aux interprétations solo, la dernière ligne a été supprimée (« a head full of pills ») et ainsi peut-être une clé ôtée par Thom, ce qui est sa méthode pour rendre les chansons toujours plus énigmatiques. Mais cette ligne donnait une indication: il pourrait s’agir d’une évocation de ce qu’on pratique dans les thérapies cognitives où on est amené à revivre un épisode de sa vie en suivant un chemin, souvent en descendant ou montant un escalier. J’ai tendance à penser qu’une des explications possibles de l’évolution de TY (enfin, si vous avez revu récemment la vidéo de PA à Glastonbury par exemple, c’est clair qu’il n’a plus la même gestuelle, plus les mêmes attitudes, et je ne parle pas du changement de style d’habillement et de coiffure), c’est qu’il aurait suivi une thérapie de ce genre pour le sortir de la dépression ou de l’alcool à un moment donné. {{C’est juste une hypothèse}}, peut-être que c’est juste le résultat de ses méditations, depuis le temps qu’il s’y adonne, il doit être bon pour planer dans le Cosmogramma! Je rappelle aussi que cette chanson a été présentée au début comme pouvant s’intituler « Chris Hodge », ce que personne n’a jamais éclairci (c’était une vedette des 60’s, protégée de Ringo Star et complètement psychédélique hantée par les ovnis).
    Si elle n’est pas sur TKOL, c’est sans doute aussi parce qu’elle est très « classique Radiohead » alors que TKOL se veut un album-concept un peu à part: mélodie mélancolique, paroles cryptées et inquiétantes sur rythmique enlevée, c’est une signature, presque une recette. Ils ne doivent pas trouver ça assez original pour figurer sur un album, mais ça reviendra sûrement en concert. D’ailleurs comme teaser, ça se pose là: tout le monde a l’air de drôlement l’aimer cette nouvelle chanson. Même ceux qui n’avaient pas envie de regarder l’émission parce que TKOL ne leur fait ni chaud ni froid, seront scotchés à leut télé en attendant les deux nouvelles…Radiohead et le marketing: toujours gagnants! on ne peut pas leur échapper!

  28. 24 juin 2011 at 17 h 16 min —

    C’est drôle que tu évoques ça, parce que moi j’avais cette petite idée dans un coin de ma tête, par rapport à son « changement » (c’est pas seulement la gestuelle et le look, c’est aussi dans son regard et sa façon de parler je trouve, il est plus « présent »), qu’il s’était peut-être mis à prendre des médocs, je veux dire des anti-dépresseurs. Bien sûr j’ai jamais osé émettre cette hypothèse ici mais c’est mon sentiment intime.

    Là je suis toute chamboulée par l’annonce du concert surprise à Glasto ce soir, alors j’ai pas les idées assez claires pour me plonger dans l’interprétation des paroles, mais j’adhère complètement à ce que tu dis sur le fait de retirer la phrase qui donne la clé d’interprétation, et je suis aussi complètement d’accord avec le côté beaucoup plus « classique Radiohead » de Staircase comparée à TKOL. Et j’ai peut-être eu l’air de dire du mal de TKOL ci-dessus, mais je ne pense pas que c’est un mauvais album, en fait c’était surtout ma propre auto-critique de mon incapacité à sortir de mon tropisme pop-rock mélancolique. Mais de là à ne pas avoir envie de regarder le From The Basement, t’es sérieuse, y’a vraiment des gens qui n’avaient pas envie de le voir ? En tout cas la suprise sera moins grande et l’attente moins vive si on voit déjà des vidéos de Glasto sur youtube dès demain. Ils vont quand même pas jouer que des anciennes chansons, c’est pas envisageable, ils sortent de semaines de répétition et d’enregistrement du FTB donc ils vont forcément jouer ces chansons, non ?

  29. 24 juin 2011 at 17 h 21 min —

    Ed a l’air terriblement déprimé, ca fait mal pour lui… Sinon, je l’aime bien! Je pense que les paroles auraient pu être mieux.

  30. 29 juin 2011 at 17 h 59 min —

    Ça y est, j’accroche enfin à Staircase ! Il faut dire que j’ai été aidé : hier à l’apéro dans un bar, j’allais partir, quand j’entends l’intro. Je dis, tiens, on dirait la nouvelle de Radiohead, mais ça doit pas être ça, mais en fait si, jusqu’à ce que Thom se mette à chanter. Et là j’ai écouté, en passant un merveilleux moment. Je n’avais pas un coup dans le nez, je devais juste être moins inhibé que lors de ma découverte de la version de From the Basement. Et ce synthé, finalement, il me rappelle Where I end and you begin, qui était ma préférée de Hail to the thief peu de temps après sa sortie. Je souhaiterais juste que la version studio permette à Thom de placer plus d’émotion et d’application dans sa voix, mais sinon la musique est très belle.

  31. 29 juin 2011 at 18 h 22 min —

    staircaise je la trouvais juste sympa en regardant la vidéo. Et puis je me suis mise à l’écouter au casque, sans regarder la vidéo, et là j’ai vraiment commencé à accrocher. Hier je l’ai écouté en boucle toute la journée, elle est vraiment addictive.
    Elle n’a pas sa place à mon avis sur TKOL. j’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans cet album, il m’a fallu trouver le code, et je ne l’écoute qu’à certain moment. mais maintenant il m émeut beaucoup.
    je suis d’accord avec Metelkova, pour moi c’est un album ensoleillé, très optimiste. je le ressens (mais c’est juste mon ressenti à moi, mon code d’entrée en quleque sorte !) comme l’album de la quarantaine , beaucoup de remous et finalement au bout une certaine sérénité, une autre façon de voir la vie…

  32. 27 septembre 2011 at 19 h 06 min —

    Plus j’écoute cette chanson, que j’aime beaucoup, en regardant la vidéo de FTB, plus je suis surpris par le chant quasi parfait, sans faute, alors que Thom bouge beaucoup… Par ailleurs, entre 02:35 et 02:50 par exemple, il n’est carrément plus devant le micro quand on {l’entend} prononcer une dernière syllabe ! C’est magique {à ce point}, la réverbe, ou bien est-ce moi qui ai raté quelque chose, et FTB ne se veut pas du direct live ? En tout cas ici ils — et surtout Thom — ne sonnent pas du tout comme dans leur prestation américaine plus récente…

Leave a reply