news

radiohead en direct aux Grammys!

Voilà, c’est confirmé, Radiohead, nominé dans 5 catégories + 2 pour recevoir un grammy awards sera de la partie le 8 février et se produira lors du gala donné au Staples Center à Los Angeles! Ateaseweb note d’ailleurs que ça sera la première performance live du groupe à la télé américaine depuis 2000! A ne pas manquer, donc!

Le même site note que le site Idolator s’est rendu compte qu’il y a eu un peu de changement sur l’affiche promo pour l’événement, puisque quelques titres de chansons présents sur la première version ont été remplacés… Exit Autechre et Scott Walker par exemple, alors que David Bowie et les Rolling Stones ont fait leur apparition…

La preuve en image :

 

Previous post

Radiohead nominé aux Brit Awards

Next post

Big Bang Theory

No Comment

  1. Avatar
    demzar
    28 février 2009 at 14 h 37 min —

    A la bonne heure ! enfin des arguments qui vous donnent une base de discussion. Donc STOP aux jugements hatifs, et rangeons nos piques.

    Ecoutons les references que nous communique Andypop. Si elles ne nous enthousiasment pas, elles nous apporterons au moins d’autres perspectives.

    Comme l’indique Andydpop, « l essentiel a ete invente depuis, allez… 25 ans minimum ». Je dirai meme plus : les influences de la musique contemporaine proviennent du classique et des musiques folk.
    Mais l’essort des technologies electroniques permet l’emergence de nouvelles sonorites … et donc justifie que les musiciens retravaillent des schemas musicaux pre-existants.
    Je dirais donc qu’aujourd’hui, on recombine ce qui existe depuis longtemps, mais avec de nouvelles orchestrations.
    En ce sens, je suis d’accord avec Andypop que RH n’a pas ete franchement revolutionnaire depuis Kid A.

    Je peux comprendre que RH soit un groupe de pop-rock electro qui se demarque de la production contemporaine de masse. Je me garde bien de juger la qualite de leur musique (n’etant pas moi-meme musicien).

    RH est different, donc suscite la curiosite. Apres, on aime ou pas … peut-etre par effet de mode ou pour adherer a  une sorte de credo social.
    Tous les gouts sont dans la nature … mais le gout s’eduque en fonction de ses propres ecoutes. Je ne crois pas qu’on aime RH de maniere innee. On aime RH parce qu’on le veut bien.

    Merci a  Andypop de nous apporter d’autres bases musicales … et qui sait, peut-etre que …

  2. Avatar
    Pollux
    28 février 2009 at 15 h 08 min —

    Haaaa mon cher Andy. Je me languissait d’avoir de tes nouvelles.

    Non en fait. Dans tes commentaires, je ne vois que le cri pathétique d’un petit garçon à la tête certainement bien faite mais prise au piège d’un jugement incroyablement étriqué (tu ferais un excellent politique). Tu le fais sous couvert de « provocation », mais c’est juste pour attirer l’attention. J’ai l’impression de voir un adolescent en train de vandaliser un arrêt de bus. Si tu as tellement besoin d’être regardé, si ton opinion doit être la seule source d’autorité pertinente, alors achète un chien et lâche-nous les grelots.

    Je considère donc tes remarques comme nulles et non avenues. Si tu me réponds, je ne répondrai pas. Tu peux me traiter de chien, de lâche ou de résidu de fausse couche d’oursin tétraplégique, je m’en tamponne le rectum et sa périphérie. Je ne sais même pas pourquoi je perds mon temps à m’adresser à un esprit si peu perméable à la critique. D’ailleurs je crois que je ne vais pas finir ce commentaire. Oui, je vais m’arrêter en plein milieu d’une phr

  3. Avatar
    Valerie
    28 février 2009 at 15 h 27 min —

    Bon on m’a déjà fait remarquer que ce n’était pas le forum, mais comme c’est ici que ça se passe, je continue.
    Pour répondre à Andypop, je ne pense pas que la pop musique soit le lieu de l’invention. Quand je veux apprendre à entendre de nouveaux son, j’écoute de la musique contemporaine: le concerto pour hélicoptères de Stockhausen sera toujours une expérience plus radicale et étrange que n’importe quelle chanson, c’est clair. En revanche, j’attends d’un groupe de pop musique qu’il décloisonne les musiques, qu’il permette de faire entendre au plus grand nombre les sons inventés par d’autres. Et là, le parallèle entre les Beatles (groupe atypique ayant vendu des millions de disques, non?) et RH est pertinent: grâce à RH, l’electronica, le free jazz, la polyrythmie sont devenus des ambiances audibles par tous (et pas grâce à Aphex Twin ou Neubauten Einstürzende réservés aux happy few), et c’est une très bonne chose à l’heure où le mauvais rap (il y en a du bon) a contribué à réduire les capacités d’audition de beaucoup de gens! Et puis il y a l’émotion, et en effet cela ne se discute peut-être pas: pour moi, la voix et les mots de Thom Yorke dans Street Spirit ou Reckoner sont de puissantes consolations à l’évocation de la mort. Mais en effet, ils n’ont rien inventé et les Beatles sans doute non plus (rappelez-vous Elvis Costello introduisant All you need is love comme « une vieille chanson traditionnelle anglaise », qu’elle est effectivement). Pour temriner un exemple: Pyramid Song. Rien de neuf: des paroles héritées de Swing low Swing Chariot, un gospel et de Clap Hands, une chanson de Tom Waits. Mais le tourbillon musical et la tristesse infinie de cette chanson donne à penser que la mort n’a effectivement plus d’importance, qu’on peut s’en aller… Personnellement, je trouve RH plus puissant même que les Beatles chez qui l’expérimentation est quelquefois gratuite, on invente juste pour voir. D’où l’attrait de In Rainbows, même si je conviens que le pic d’inventivité de RH se trouve dans Kid A: c’est l’émotion qui est la plus travaillée dans In Rainbows ainsi que le territoire qui était presque inconnu jusqu’alors, de la sensualité. Mais bien sûr, si on trouve la voix de TY insupportable, c’est perdu. Pas d’angoisse, il reste COldplay à Andypop (j’ai regardé ton site): que d’émotion dans Violet Hill!!

  4. Avatar
    AndyPop
    1 mars 2009 at 12 h 31 min —

    Houlala ! Que de réponses, de la matière ! Merci à tous (oui, à TOUS)! Je tiens à m’excuser pour le temps de réaction (je n’ai pas internet chez moi) ! Je vais manger, je digère vos messages et je me lance courageusement dans une digne réponse à tout ceci !

    A très bientôt !

  5. Avatar
    AndyPop
    1 mars 2009 at 18 h 02 min —

    Bien ! Let’s go…
    Comme je le disais, de la matière, de la belle, assez solide pour rebondir si je pose un pied dessus ! Ce que je vais m’appliquer à faire ! Vous avez beaucoup à dire sur Radiohead (et le reste), ce dont je commençais à douter… Vos arguments ne m’ont pas tous convaincu : étonnant, non ? Je réponds à toutes et tous !

    Anomalie n’a pas tort quand il doute de l’intérêt de s’interroger sur le pourquoi et le comment d’une émotion ressentie à l’écoute de telle ou telle musique. Je pense néanmoins que l’on peut apprendre beaucoup sur nous ce faisant et que ce n’est jamais une perte de temps.

    Bref point sur les Beatles : les Beatles n’étaient pas un groupe atypique. On ne trouvait pas des McCartney ou des Lennon à tous les coins de rue mais des dizaines, des CENTAINES de groupes ont produit dans la seconde moitié des 60’s des disques dont la qualité est toute proche de celle des enregistrements des Fab Four. La différence réside seulement dans l’influence exercée par ces derniers sur ces groupes. Et dans le succès obtenu ! Des formations comme les Beach Boys et les Byrds aux USA, les Kinks et les Who en Angleterre sont comparables (statut, ambitions). Mais aucune (à l’exception des Beach Boys, d’un point de vue strictement musical) n’a exercé une telle influence sur la musique populaire.
    « Expérimentation gratuite  » ? Il restait tant à inventer ! Du neuf, il fallait du neuf ! « On invente pour voir » (quasi pléonasme) ? Et alors ? On a vu, non ?
    Les Beatles n’ont certes pas inventé le rythme 3/4 (j’ai baigné à l’origine dans la musique classique avant d’écouter autre chose) mais on ne peut nier que Tomorrow never knows, dans le cadre de la pop-music, est une avancée marquante (et une première !). Et I am the walrus ! Sans parler de A day in the life, dont la structure et les arrangements (ce final !) jettent un pont spectaculaire entre musique « savante » et musique populaire ! Ce que fait Radiohead selon vous (pas selon moi !).
    Et les avancées suscitées par les expérimentations des Beatles dans les techniques d’enregistrement ? Et l’album considéré comme un tout, et non plus comme l’assemblage de deux ou trois singles entourés de faire-valoir : c’est à eux qu’on le doit, dès Rubber soul (1965) ! Sans lequel n’aurait sans doute pas été enregistré Pet sounds (Beach Boys, 1966). Sans lequel Sgt Pepper’s lonely hearts club band (1967) n’aurait pas été… etc. Emulation !

    Je crois bien que les Beatles ont inventé la pop et le rock modernes. Dans la manière de les envisager, de les produire et de les distribuer ! Que vous le vouliez ou non !

    J’ai manqué le Quatuor avec hélicoptères de Stockhausen (expérience plus visuelle que sonore à mon avis !) mais j’ai écouté beaucoup de musique industrielle (quand j’étais jeune et fou !). Einstürzende, SPK, Cabaret Voltaire, Test Dept & co. Aucun de ces groupes (parmi ceux qui existent encore) ne continue à faire tourner des perceuses ! Stérile ! Quand Depeche Mode, dès son quatrième album, en 1984, incorpore à ses tubes electro-pop des sons concrets et des samples industriels, voilà qui est bien plus intéressant : toujours ce pont jeté entre « radicalité » expérimentale et immédiateté pop ! (réécoutez Master and servant ou People are people !)

    La pop-music peut être le lieu de l’invention. Elle est je le pense celui de tous les possibles. Quand j’achète un disque, je sais en gros ce qu’il contient (le style, l’esprit) mais je peux (veux !) être surpris ! Et je le suis souvent ! Quand Harpers Bizarre (la crème de la crème de la sunshine pop américaine des 60’s) laisse entendre sur une chanson une basse quasi new-wave (Witchi tai to, album : Harpers Bizarre 4), je regarde à deux fois la date de parution de l’album original (1969) !

    La pop-music aussi (au sens traditionnel, strictement post-Beatles) peut donner lieu à des expériences émotionnellement « radicales », voire transcendantes ! Deux ou trois exemples et je vous laisse.

    The Beach Boys, album Surf’s up (1971). Une chanson écrite et composée par Brian Wilson, ‘Til I die (à écouter ici : http://www.youtube.com/watch?v=OcUeSDMll5s). Cette chanson sublime (mélodie, harmonies vocales, ne dites pas le contraire !) à l’évidence rare dure à peine plus de 2 minutes 30. Le texte est d’une simplicité, d’une crudité poignante (dernière partie du couplet : « I’m a leaf on a windy day/Pretty soon I’ll be blown away/How long will the wind blow ?… »). Quand vient la réponse (« Until I die »), directe et terrible, on pourrait s’attendre à la seule lecture des paroles à ce que l’atmosphère se plombe, à ce que la chanson s’éteigne. C’est au contraire le moment où la musique,d’aérienne, devient littéralement céleste, éthérée. Que tout ceci ait été écrit par un jeune homme de 29 ans ajoute encore à sa radicalité émotionnelle. (J’attends toujours de la part de Thom Yorke, lui aussi  » à fleur de peau » paraît-il, des textes d’une telle honnêteté, aussi directs.) Ce genre de « détail » compte, croyez-moi ! Et enrichit considérablement l’émotion ressentie, par ce décalage fond/forme imperceptible à la première écoute.

    Toujours The Beach Boys (je suis un peu obsédé !). Album Sunflower (1970). At my window (http://www.youtube.com/watch?v=bL-_fMxIge0). Durée identique. Simplicité, ou plutôt {évidence}, comparable. Cette miniature enchanteresse n’a pas pris une ride. Mélodie, harmonies vocales, guitares, tout semble de cristal (on jurerait du Mercury Rev). Un moineau se pose à la fenêtre : rien de plus simple. Tout est raconté du point de vue de l’humain. Mais quand, à quelques mesures de la fin, le point de vue change (on passe à celui des oiseaux : « from their eye, people must look like miniature toys »), notez le net changement d’accord (voire de tonalité, je ne suis pas un spécialiste !), à 1’56 ». Un détail, mais quel détail ! Vous n’imaginez pas mon état !

    Allez donc faire un tour du côté de The Left Banke et de ce Pretty ballerina incomparable. En 1966, un jeune homme tout juste sorti de l’adolescence peut composer une chanson pareille (lire cette excellente chronique : http://www.sefronia.com/album/the_left_banke/there_s_gonna_be_a_storm_:_the_complete_recordings_1966_1969.htm). Ou des Zombies et de leur merveilleux Odessey & oracle (1968). Et jetez-vous sur l’intégrale (vous y trouverez bien quelque chose à votre goût !) de XTC, l’un des groupes les plus créatifs de tous les temps !

    Et encore (on y revient !) ici (http://www.youtube.com/watch?v=wBDqRLkA8ew). Le falsetto, presque plaintif, parfois à la limite de la justesse, cela ne vous rappelle personne ? C’est SUBLIMISSIME (et encore, vous n’avez que la moitié de la chanson !).

    Inutile de vous préciser que je ne trouve rien de tout cela chez Radiohead ! Peu de nuances, de ruptures de ton au sein d’un même titre, aucun paradoxe, aucun décalage, peu de couleurs (zone grise). Je ne demande pas grand-chose pour que Radiohead remonte un chouillou dans mon estime : ce qui serait arrivé si par exemple ils avaient placé en ouverture d’In rainbows la version « cuivrée » de 15 step qui a mis ici le feu aux poudres. Un peu de couleur (Faust arp est un pas dans la bonne direction), que diable ! Je ne leur demande pas de révolutionner la musique populaire, seulement un peu de nouveauté dans LEUR musique. Je ne les aimerai pas plus, mais les détesterai moins !

    MERCI encore de votre attention !
    See you !

  6. Avatar
    AndyPop
    1 mars 2009 at 18 h 12 min —

    Encore moi ! Un dernier lien : http://www.youtube.com/watch?v=f5IRI4oHKNU. De la syncope, encore ! Et du falsetto sublime !
    From 1964 ! Enjoy !

  7. Avatar
    Valerie
    1 mars 2009 at 22 h 42 min —

    Merci pour ces références, écouter de la bonne musique est notre activité favorite quoi que tu en penses! Le développement que tu viens de faire montre simplement ce que nous venons tous de dire: quand on touche à l’émotion, on peut certes éprouver tous des choses très différentes. Je ne veux pas encombrer cette page, mais tout ce que tu ressens en écoutant les Beach Boys (désolée, je comprends tes arguments mais vraiment il ne se passe rien pour moi), moi je le ressens en écoutant RH (même extrême attention à des détails musicaux, aux ruptures, aux trouvailles rythmiques, aux nuances renouvelées de la voix de TY), il ne nous reste plus qu’à échanger nos impressions mais à quoi sert d’essayer de nous convaincre mutuellement? Nos vies et nos préoccupations sont sans doute très éloignées aussi, et nous avons trouvé chacun la musique qui nous convient, qui exprime quelque chose d’essentiel. Peut-être parce que pour nous la musique n’est pas seulement un bruit de fond mais touche justement ce qui ressort de l’intimité.
    Cependant, si l’importance d’un groupe se mesure à son influence, à sa puissance d’initiation, tu peux reconnaître que Radiohead a bien cette importance là depuis 10 ans: le nombre de variations faites autour de leur musique va croissant (je ne parle pas bien sûr des innombrables rigolos qui pensent que le monde a besoin de leur version de Creep!). Cette version avec cuivres de 15 Step est dans la suite des compositions jazz autour de Nude (http://www.guardian.co.uk/music/2008/nov/07/jazz-cover-of-radiohead-s-nude), reggae de Radiodread (http://www.youtube.com/watch?v=oA1g7P1D6pk&feature=related)
    Je ne sais plus où j’ai lu la réaction de quelqu’un (MacCartney? Il est très fan je crois) après leur prestation aux Grammys: c’est la seule qui donnait envie de se lever et de partir immédiatement pour aller faire de la musique. J’apprécie beaucoup cela chez eux: leur musique est vivante, infiniment réinterprétable, modulable, réinventable…Je maintiens les 3 adjectifs.
    Quant au chanteur des Zombies, d’accord il a le falsetto, mais comme âme torturée, il fait un peu pitié non? Je crois que je ne suis surtout pas du tout sensible à la nostalgie en musique (tu me fais prendre conscience de cela, mais en déco non plus je n’aime pas chiner!)
    Et non, le concerto hélicoptère n’est pas du tout visuel: un quatuor à cordes est embarqué dans 4 hélico et ils jouent en faisant des variations autour du bruit des rotors: mortel!! Je te le conseille.

  8. Avatar
    Anomalie
    2 mars 2009 at 0 h 04 min —

    Je vais un peu plagier sur Valérie mais bon je vais essayer de faire court (si j’y arrive).
    En effet tes commentaires et références sont très intéressants AndyPop, et tu aurais commencé par quelque chose de cet acabit la discussion aurait pu partir un peu plus rapidement sur des propos qui valent la peine. Reste, il est vrai, que nous n’avons pas tous la même sensibilité. J’ai écouté (ou réécouté) les titres que tu nous as glissé et même si je peux y trouver des choses cool, voir même que j’aime beaucoup, ça n’empêche pas que j’adore toujours Radiohead et qu’ils me touchent, tout simplement. J’imagine que je ressens autant d’excitation en écoutant How To Disappear Completely que toi en écoutant ces chansons. Au moins on a trouvé chacun une musique qui nous plait, tu devrais être content 🙂

    Y’a quand même des trucs sur lesquels j’aimerais apporter de la nuance : personnellement les Beatles moi ça me les pète un peu ! Tu parlais de leur capacité de surprise, ben moi c’est justement leur capacité à refaire certains trucs à l’identique qui me soule (par exemple les 4 voix en accord comme ils aimaient tant le faire à l’époque). Bon ça c’était juste pour moi, et je me dis que vu le nombre de personnes qui les citent comme référence ils doivent bien avoir quelque chose de très particulier, c’est juste que ça n’arrive pas jusqu’à moi. D’ailleurs au passage, il y a également de nombreux artistes d’aujourd’hui qui citent comme référence Radiohead, c’est sans doute aussi qu’ils ont quelque chose de particulier, même si pour le coup c’est toi que ça ne touche pas.

    Enfin je ne comprends pas trop ta philosophie sur le manque de surprise de Radiohead : d’un côté tu nous décris ce qu’ils auraient pu (ou du) faire sur telle ou telle chanson, donc pour le coup tu n’attends aucune surprise vu que tu veux qu’ils fassent ce que tu attends, et de l’autre tu dis qu’il n’y a jamais de surprise… un peu déroutant, même si je pense deviner ce que tu as voulu dire. De mon côté, quand est sorti Ok Computer j’ai tout simplement été soufflé par la puissance et la cohérence de cet album (et il semble bien qu’il n’y ait pas que moi), puis quand est sorti Kid A/Amnesiac j’ai été tout à fait surpris et très positivement d’ailleurs (contrairement à nombre de fans de The Bends qui ont déserté les salles), puis HTTT m’a surpris par son côté brut (ce qui n’était pas le cas des albums précédents) et enfin j’ai été totalement surpris à la sortie d’In Rainbows, parce que, je l’avoue, je m’attendais à ce que le groupe continue dans une lancée plus brut/électronique. A vrai dire j’ai même été « déçu » à la première écoute parce que c’était totalement décalé comparé à ce que j’avais attendu ! Puis c’est moi que j’ai remis en question, et non l’album, et je suis reparti à l’écoute en laissant de côté ce que j’avais attendu. Et au final, je trouve, sincèrement, que cet album est juste fantastique. Et ça m’a fait le même effet pour les faces B ; ayant entendu des pré-versions que j’adorais, j’ai été totalement désarçonné à la première écoute de leurs versions studio qui n’avaient plus rien à voir. Voilà, tout ça pour dire que Radiohead me surprend moi et j’ai même franchement du mal à croire que tu t’attendais à entendre tout ce qu’ils ont pu sortir… mais bon après tout, pourquoi pas.

    Et juste pour préciser, le coup des cuivres que tu conseillais sur 15 Steps, ça a déjà été fait sur Life in a glass house (que je vénère d’ailleurs !), du coup s’ils l’avaient refait.. ça aurait pas été une surprise 🙂

  9. Avatar
    Anonyme
    2 mars 2009 at 4 h 19 min —

    JE VEUX DES NEWS !!!! JE VIENS ICI TOUS LES JOURS ET IL SE PASSE RIEN !!! MAIS ILS FAIT QUOI LA LE GROUPE (et le site ) ?!! IL VEGETTE ??? AAAAHHH !!!!

  10. Avatar
    Annie
    2 mars 2009 at 13 h 17 min —

    Des news et surtout qu’on arrête de justifier ses goûts musicaux. Franchement ça tourne à n’importe quoi. C’est quoi en fait votre truc : de mettre le plus d’arguments possibles pour faire aimer tel ou tel courant musical? Je sais je parais rabat-joie comme ça mais à la fin ça n’apporte plus rien de nouveau au forum même si vos références sont fort intéressantes je ne le nie pas.

    J’ai arrêté de chercher midi à quatorze heures : si j’aime ce groupe c’est tout simplement parce que … j’aime ce groupe .

    Tchuss!!!

    PS salut à Marjorie et à tous ceux qui s’occupent du site ( on a tendance à vous oublier dans nos posts!)

  11. Avatar
    Anomalie
    2 mars 2009 at 15 h 28 min —

    Bon, j’abandonne, AndyPop est définitivement un abruti. Bonne continuation.

  12. Avatar
    AndyPop
    2 mars 2009 at 18 h 09 min —

    Euh… Cela devient pénible, cette personne qui me fait passer pour un abruti – j’aurais été bien bête, après mon très très très long dernier message (et vos réponses attentives), de revenir vous insulter ainsi. I REPEAT : the REAL, the 1st AndyPop is ME ! Respect et salutations à tous !

    Bye !

    PS : Toute personne postant des réactions futures sur ce « topic » avec mon pseudo AndyPop ne sera pas moi, je vous le certifie ! Mais un imposteur visiblement malveillant… Si je reviens, ce sera en réaction à une AUTRE news – qui se fait attendre, j’ai l’impression !

    Re Bye ! (et toutes mes excuses pour les méfaits perpétrés par ce pseudo-moi !)

  13. Avatar
    TheRealAndyPop
    2 mars 2009 at 18 h 56 min —

    Bon, c’est malin, je rompts la promesse que je viens de faire pour seulement relever deux ou trois commentaires qui me dérangent dans vos réponses.

    Valérie, tu dis ne pas être sensible à la nostalgie en musique. Et bien, au risque de te surprendre, je ne pense pas l’être plus que toi. Pour moi, She’s not there des Zombies est aussi fraîche que si elle venait d’être composée. Elle ne fait pas ses 45 ans !
    La date de parution ne compte pas pour moi dans le jugement que je porte sur un disque (je peux juste remarquer que certains sont en avance – ou en retard ! – sur leur temps par bien des aspects).
    Quand je découvre une rareté de pop 60’s, je l’écoute comme si cétait une nouveauté (car elle l’est, pour moi !). C’est tout bête !
    Je ne suis pas dans le « trip » « c’était mieux avant », même si je trouve plus de disques consistants des 60’s aux 80’s que des 90’s aux 00’s. Quant à Colin Blunstone, le chanteur des sus-nommés Zombies, il n’a aucun besoin de jouer les « âmes torturées » (où est le rapport avec la qualité de sa voix ???). Ecoute attentivement certains titres de leur chef-d’oeuvre Odessey and oracle, tu trouveras (maybe !) certaines chansons poignantes sans la {{complaisance}} que pour ma part j’associe à Radiohead (entre autres) dans l’expression de sentiments « tristes ». Et pardonne-moi d’estimer que Thom Yorke en fait des caisses dans ce rayon ! La musique doit se suffire à elle-même. Et celle de Radiohead me semble si pauvre…

    Hello Anomalie ! Je ne dicte rien à Radiohead. Je citais un ou deux exemples de ce qui pourrait me surprendre dans leur musique. Je serais surpris… qu’ils me surprennent ! Mais j’attends toujours ! Avec curiosité !

    Et vous me parlez tous deux de l’influence de Radiohead. Certes ! Merci beaucoup pour Muse, pour la mauvaise moitié du premier album de Coldplay (après, ils sont tombés sur Echo & the Bunnymen, c’est mieux !), pour le Divine Comedy produit (= gâché) par Godrich (mais un VRAI merci pour « son » McCartney !), pour Sigur Ros (vous placerez les accents !), pour Bloc Party etc. Je m’en serais bien passé, le croirez-vous ! Je reconnais toutefois que des artistes que j’admire (un grand hello à Steven Wilson !) apprécient aussi Radiohead ou reconnaissent leur influence. Nobody’s perfect !

    See you !

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.