chansons

Kid A

Ecriture des paroles : 1999
Travail en studio : novembre 1999
Premier live : 17 juin 2000 (Fréjus)
Sortie sur album : octobre 2000 (KID A)
Nouvel arrangement live : 18 mai 2003

La chanson, à la sortie e « KID A », a encore plus déconcerté que la nouvelle orientation du groupe. Autant dire que beaucoup de monde la détestait. C’est pourtant sur scène que Radiohead a prouvé qu’elle avait toute sa place sur KID A (l’album). En effet, Kid A (la chanson) n’est pas à écouter comme on écoutait le chanson d’ « avant », en cherchant une harmonie entre la voix et la musique, non non ! Ici, ce qui compte le plus, c’est la recherche de nouveaux sons. Depuis 2003, la chanson est interprétée un peu différemment, quelques sons d’orgue ont été encore rajoutés au début, assez aigus, et quasi enfantins, le public a adoré de suite. C’est maintenant une des chansons les plus réclamées. C’est une des premières chansons mixée par Nigel Godrich pour Kid A. Colin joue de la contrebasse sur cette chanson Thom a écrit un programme pour créer la chanson, et des sons variés ont été rajoutés.

KID A, comme le titre de l’album, serait l’évocation du premier clone humain.

« The rats and children follow me out of town »

La plus vieille image du joueur de flûte, copiée sur le vitrail d'une église de Goslar / CC : Wikipedia

La plus vieille image du joueur de flûte, copiée sur le vitrail d’une église de Goslar / CC : Wikipedia

Forcément, ça doit évoquer en vous des images enfantines : le joueur de flûte qui sauve une fille d’une invasion de rats en guidant tout le monde hors de la ville au son de sa flûte. A la base de ça, un faits divers arrivé en Allemagne, raconté par un conte de Grimm « Le joueur de flute de Hamelin », qui traînait dans la plupart de nos livres de lecture d’écolier… Prosper Mérimée en a lui aussi parlé : la petite ville d’Allemagne, Hamelin, est envahie par les rats, qui détruisent toutes les réserves de nourriture de la ville, ce qui cause la famine. Le maire et les habitants annoncent que quiconque pourra les aider à se débarrasser des rats recevra une immense récompense. Se présente alors un mystérieux joueur de flûte, qui arrange tout. Mais on refuse de le payer, car il est taxé de magie, et mis à la porte de la ville. Il revient alors la nuit et charme les enfants, les emmène dans la montagne. On ne les reverra jamais. Soit disant que la montagne s’était ouverte en deux, qu’ils étaient tous rentrés avant qu’elle ne se referme. Eh oui, ça ne finit pas bien… « Come on kids » Cette petite histoire était destinée à prévenir les enfants : Ne pas suivre les musiciens, même s’ils ont l’air gentil, avec tout ce qui se passait avec cette époque…

 

en 1999
Concernant l’écriture des paroles, Thom explique que le texte lui est venu parce qu’il parlait à travers un effet, il a donc pu se lâcher et dire des paroles brutales, fortes :

Turning the voice into an instrumental texture, Other-ising it via effects, allowed Yorke « to sing things I wouldn’t normally sing. On ’Kid A’, the lyrics are absolutely brutal and horrible and I wouldn’t be able to sing them straight. But talking them and having them vocodered through Johnny’s Ondes Martenot, so that I wasn’t even responsible for the melody… that was great, it felt like you’re not answering to this thing. »
— The Wire, juillet 2001

Thom : « There’s one track where I didn’t write the melody, all I did was talk into a mike and Johnny played the melody. So it’s like a vo-coded thing, where the keyboard’s singing and all I’m doing is mouthing words that I’m picking out of a hat. »

Q : « Is that the title track, ’Kid A’ itself ? »

Thom : (Ignorant la  question) « And then there was quite a lot of not really what you call songwriting in the sense of sitting in a room with an acoustic guitar and plucking at your heartstrings. It was much more about editing, getting a bunch of stuff together, throwing a bunch of stuff onto a computer, onto the tape machine and making it coherent afterwards, like you’d edit a film or something. But actually fundamentally what you’re ending up with is still songs. »

— Hot Press, octobre 2000

en novembre 1999
Dans le journal qu’il tient en ligne et qui relate le travail du groupe, Ed parle pour la première fois de KID A dans un article qu’il poste le 1er décembre, mais qui a été rédigé à la mi-novembre. Le groupe est alors en studio à Londres. Il a déjà presque terminé d’enregistrer 5 ou 6 chansons, et Nigel Godrich fait du travail de mixage depuis trois jours.

La « another which started off as a thom doodle on the 505 » dont il parle (KID A) fait partie de celles qui sont déjà très avancées. Le « 505 » en question est un séquenceur avec lequel Thom a programmé le début de la chanson.

Undated (mid-november 1999)
i’ve tried to write something about what we’ve been doing in the last five weeks – there have been the day-by-day accounts which have been of the ’we did this and then we did that’ variety……….all incredibly boring to read. then there have been a couple of ’essays’ written whilst stoned late at night, only to be re-read the next morning. pretensious old tosh. all have been discarded. it’s easy to get extremely self-conscious doing this. we’re in london at present and nigel is mixing ; he has been for three days. which means that we have actually finished six or so tracks. this has been our life for the last five weeks – we had a list of about ten songs which was then further narrowed down to six. they are definitely different………………..there’s an eight piece brass ensemble in a charles mingus style on one – eight ’jazzers’ came down for the day and blew their stuff all over ’everyone – the national anthem’. they were fantastic…………thom and jonny conducted. what a day. there’s ’optimistic’, there’s another which started off as a thom doodle on the 505……..there’s also the paris version of ’lost at sea’………the batsford ’morning bell’.it is different. but that’s what we do. what has also become evident is that the summer panic that led to two months rehearsal may have been a little premature…..or at the very least a little on the hysterical side.there was some good stuff recorded in paris, copenhagen and batsford. i’ve been listening to alot of the copenhagen tracks and out-takes and the overall sound is great. pretty dark but then that session was hardly a chuckle-trousered affair.

le mardi 23 novembre 1999
Egalement posté le 1er décembre, cet autre message date du 23 novembre. Ed y explique que des 6 chansons que Nigel a mixées, seule KID A est à garder.
tuesday, november 23rd 1999
not such a great start to the week. of those six songs that nigel mixed only one is right – kid a. but nigel is pretty optimistic about the others, he knows what he wants to do with them. so we draw up another list of songs to be worked on in the next three weeks.next a meeting with chris, bryce and brian (the management). they’ve left us alone up until now, realising that we needed time – time basically to sort our shit out. i think their aim was to refamiliarise us with the workings of the this industry that we operate in. for instance nowadays if we want to tour, about five months notice is required, for booking the venues, notifying our crew, etc. it seems like a long time for just some gigs. part of the problem is we’ve really given it no thought at all – and suddenly you’re presented with these facts of life. we want to do gigs,but we have to make this record – and then we don’t even know whether they’ll work as a live entity. sometimes it seems like it’s so fucking complicated.

mars 2000

Ed continue à relater le travail en studio du groupe… en mars, il ne parle plus de KID A. Rien d’étonnant toutefois, puisque comme nous avons pu le lire en novembre, le travail sur la chanson a été rapide et facile, et c’est donc bouclé depuis la fin de l’année 1999.

en 2000
Sur la nouvelle version du site Radiohead.com, on trouve des nouveautés qui font référence à KID A :

-ce dessin par exemple :

ventriloquist

– la page « ’FRoZZen’ » (toujours en archive ici : http://archive.radiohead.com/Site4/syn006.html) qui mèle des paroles de plusieurs chansons.

– la page « ’chickens bred bald » » (idem : http://archive.radiohead.com/2000/prime7.html)< le samedi 17 juin 2000
La chanson est jouée pour la première fois à Fréjus, en France.

Pour être jouée en live, la chanson a du être réarrangée totalement. Déjà, plus de distorsion sur la voix, Thom chante la mélodieet joue du piano, tandis que Colin et Phil sont à leur instrument, qu’Ed et Jonny sont aux guitares, et que Jonny sur la deuxième partie de la chanson joue du clavier, puis de l’harmonica à la fin.

Un exemple avec la version de Berlin du 4 juillet 2000 (vers la 50ème minute):

Le groupe joue la chanson régulièrement pendant l’été, puis ne la joue dès septembre et jusqu’en 2003. Visiblement, cet arrangement ne lui convient pas…

2 octobre 2000

Sortie de l’album KID A, donc la chanson du même titre est la deuxième piste.

Certaines versions CD de l’album contiennent un livret caché dans lequel on trouve des illustrations et des textes de Stanley Donwood, ces mots par exemple, référence à KID A :
kida (kid a hidden booklet)

le dimanche 18 mai 2003
Le 18 mai à Dublin, la chanson fait son retour dans les setlist, complétement réarrangée. Comme Thom l’explique, le clavier a été revu ! La chanson est alors jouée presque tous les soirs de concerts en 2003, et régulièrement en 2004 !

C’est d’ailleurs ainsi qu’elle est encore jouée, pour le plus grand plaisir du public :

Un live de 2012 (qui rend le public très excité !):

Previous post

In Limbo

Next post

Amnesiac