news

In rainbow : “review it yourself…”

C’est un peu la formule qu’a du appliquer Rock’n’Folk puisqu’on trouve sur leur site une review de ‘In rainbows’ par Thom Yorke lui-même:

(merci à hypnotic bear pour l’info)

(je n’ai pas réussi à retrouver dans les archives du site… mais ils n’avaient pas d’abord fait une review négative? Si quelqu’un retrouve ça…)

Et Voilà…
 
Radiohead
“In Rainbows” XL Recordings
 
En situation classique, les groupes finissent un disque puis patientent des mois sans que rien ne se passe. C’est très frustrant. Là, il a suffi d’appuyer sur la touche enter de l’ordinateur et l’album est sorti. Et voilà. A chacun de décider si ça lui plaît ou non. Et puis pour nous, ça évite les réunions de business, l’attente, les clips… Après mon album solo, il m’a fallu du temps pour me réhabituer à bosser avec ces quatre autres personnes… J’ai appris deux choses très simples en bossant sur “The Eraser”, choses qu’on a appliquées sur celui-ci. Premièrement : se concentrer sur un nombre restreint de titres et les terminer. Deuxièmement : laisser la voix au centre du projet. Toutes les nouvelles chansons qu’on avait se trouvent là. Les dix titres de l’album et les titres du disque bonus qui n’allaient pas dans l’album (six vraies chansons et deux interludes synthétiques — NdlR). “In Rainbows” repose beaucoup sur la technique du copier-coller. On a beaucoup joué en direct, enregistré ainsi des tas de parties, ce qui a permis de conserver l’excitation. L’acoustique de la pièce a beaucoup compté. Nigel (Godrich, producteur du groupe depuis dix ans) a placé des micros un peu partout dans la pièce. Il était là pour nous aider à choisir les bouts satisfaisants, n’hésitant pas à nous signifier ce qui était réellement merdique. Je suis très piano depuis quelque temps. Ça s’entend, je crois. Je suis toujours assez blasé avec les clichés guitaristiques, mais j’ai tout de même cherché de nouveaux trucs avec l’instrument. J’ai trouvé de nouvelles façons de m’accorder sur le site de Thurston Moore de Sonic Youth par exemple. Pour une fois, on a essayé d’obtenir des sons propres, naturels, plutôt que de systématiquement tout bidouiller avec des effets. Un morceau comme “Weird Fishes” sonne très dépouillé, austère. Ce fut un enfer d’arriver à ce résultat. “Last Flowers” a été enregistrée à l’époque des séances de mon album solo. Nigel n’en pouvait plus de tous ces sons électroniques. Celle-ci, c’est un piano et deux guitares, point. Nous aurions pu ajouter une fin grandiloquente comme on sait si bien les faire, mais on à décidé de ne plus tomber dans ce panneau…
On n’a pas réussi à tout imbriquer. Trouver dix titres qui collaient ensemble a été un vrai cauchemar. Un disque doit faire quarante, quarante-cinq minutes, pas davantage. C’est comme ça que j’aime la musique. On adore certains des titres du CD bonus : “Down Is The New Up” est géniale, très heavy, une des chansons les plus excitantes qu’on n’ait jamais enregistrées, sauf qu’elle ne collait pas avec le reste. L’avant-dernière chanson, “Jigsaw Falling Into Place” est assez agressive et a bien failli ne pas se retrouver non plus sur le projet final. On n’aurait pas ainsi lâché ces dix titres sur Internet s’ils ne nous avaient pas semblé valables. Radiohead n’existerait d’ailleurs sans doute plus si nous n’étions pas contents de l’album. Notre manager n’arrête pas de nous dire qu’en termes de poker, nous avons une très bonne main avec ce disque. Genre un roi et un as. C’est son métier de nous dire ça… Personnellement je ne sais plus. Je ne peux plus écouter ce disque.

Previous post

les chansons du Cd bonus? Rien n'est décidé...

Next post

Radiohead à la radio ; les photos

No Comment

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.