news

« I’m a bit trainspottery, let’s not deny it »

C’est ce qu’avoue Jonny Greenwood dans une interview à paraître en avril dans Uncut. Elle ne risque pas d’éclaircir nos affaires : réalisée en janvier, elle porte sur la sortie annoncée en mars de Norwegian Wood. Les questions portent donc essentiellement sur les bandes originales de films que Jonny a composées : il répète que c’est une activité qui le comble et même, qu’il ressent plus d’excitation à entendre enfin jouer par un quatuor à cordes la musique qu’il a écrite qui prend ainsi soudain forme et matière, plutôt que de faire des tournées et jouer devant des milliers de personnes (tu le penses pas vraiment dis Jonny :/)

Bien sûr le journaliste le tanne sur les activités de Radiohead, mais on est en janvier, donc il ne lâche pas grand-chose : « ouais, on est un peu lents…mais on a passé beaucoup de temps ensemble à travailler. Là on veut vraiment finir et passer à autre chose. Le public n’est pas toujours conscient des tonnes de trucs à faire pour finaliser un album. Â»

– Et qu’est-ce que vous faites de vos journées ?

-Je passe la moitié de mon temps à créer des applications informatiques pour Radiohead, je suis un peu monomaniaque, faut l’admettre.« ( « I spend half my time writing music software, computer-based sound generators for RH. I’m a bit trainspottery, let’s not deny it. »)

Très détaché sur le succès du groupe : « c’est sympa de voir nos albums élus les meilleurs de ces dernières années mais la seule chose qui compte c’est ce que nous allons faire après. Â»

Derrière sa gentillesse, Jonny semble en fait très sûr de ce qu’il veut faire : « Je n’aime pas la manière dont la musique est distribuée goutte à goutte. J’aime qu’il y ait des événements, quelque chose qui compte vraiment. Â» (gagné Jonny ;))

 

Parmi les nombreuses recensions, signalons l’avis d’Hugo Cassavetti dans Télérama (cf. leur site) et cet article très éclairant, indiqué par Poliphile dans lequel un ancien producteur de RH chez EMI-Hollande insiste sur la parfaite cohérence, depuis toujours, de leur manière de promouvoir leur musique. Cela rappelle exactement ce que disaient Hilda, la tour-manageuse de RH en France à leurs débuts, et Carol Baxter, leur attachée-presse, dans un vieux numéro de Magic en 2003 : maîtrise absolue et refus d’être entraînés au-delà de ce qu’ils veulent faire et loin de la musique.

 [http://www.michielgaasterland.com/music/backtracking-from-success-to-happiness-%E2%80%93-my-congratulations-to-radiohead/->http://www.michielgaasterland.com/music/backtracking-from-success-to-happiness-%E2%80%93-my-congratulations-to-radiohead/]

Previous post

Y'a du remixe dans l'air

Next post

Processing Feral

valerie

valerie

No Comment

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.