chansons

Faust arp

Inspiration pour la chanson : 1997-2000 (l’écoute de Faust ?)
Ecriture des paroles : 1999-2007 (selon Thom, la chanson sera ré-écrite sur des pages et des pages)
Travail studio : septembre 2005
Mixage par Nigel Godrich : mai 2007
Sortie sur album : octobre 2007
Premier live : 5 mai 2008

 » A psychic garbage », selon Thom (dans BBC Radio 1 ‘Steve Wright’, 1er avril 2008)

 

septembre 1997

Pour un article du magazine Mojo, Thom est appelé à citer ses goûts du moment, et en musique, on retrouve Faust, un groupe de krautrock allemand, dans la veine de Can ou de Neu!, deux grandes influences de Radiohead.

Full Name: Thomas Edward Yorke
Date Of Birth: October 7, 1968
Instruments: Guitar, vocals, keyboards.
Education: Abingdon School; studied English and Art at Exeter University
Previous bands/jobs: played guitar in Exeter techno band Flickernoise; worked as an orderly in a mental hospital.
Five keywords: Cretive, guarded, sarky, moody, hyperactive.
Favourite music:
(Past influences) Elvis Costello, Scott Walker, Japan, R.E.M., Throwing Muses, Joy Division.
(Current faves) P.J. Harvey, Faust, Can, Prince Buster, DJ Shadow, Laika, The Verve, Penderecki.
Notes:
Stuff he’s said:
What the others have said about him:
— Thom Yorke /

 

Thom confirme le 24 octobre 1997 dans Entertainment Weekly:

« Jonny and I were listening to a lot of Faust and Can, »
— Thom Yorke /

 

 

Le lien de Faust avec la chanson est évident dans son titre. Le groupe a voulu rendre hommage en faisant sonner sa chanson comme un arpège de guitare du groupe Faust.

 

Mais Faust ? Ca appelle peut-être chez vous une autre référence, celle du mythe de Faust… eh bien ce n’est pas de ce côté là qu’il faut chercher, et Thom le confirme lui même :

You didn’t answer my question about judging yourself in your songs, but is it mere coincidence that Faust (« Faust Arp ») as well as Mephistopholes (« Videotape ») get a mention? The devil and the man who sold his soul to the devil?

Thom: Such literary references on this record! No, seriously, before today’s interview sessions it hadn’t crossed my mind for one second. [Half laughing, half surprised:] So weird.

— Thom Yorke / OOR, 14 décembre 2007

 

novembre 1999

Sur le site radiohead.com, apparait la page intitulée ’K I N G R A T’. On y trouve des bribes, qui à cette époque ne faisaient pas vraiment sens, qui donneront naissance bien plus tard à « worryworth » et à « Faust Art » (en particulier « dead from the neck down », qui fait furieusement penser au « dead from the neck up » de faust arp).

no use dwelling in whqat might have been water metalelipsicals.

  • when im in the dark

i forget the light

going in a circle

dead from the kneck down dead in the water
frozaen in a pond

take hold of my hands

atissueallfalldown

tell that to my face

 

  •  

tell that to my face crawling skeletons
no use telling them

 

  •  

what might have been no excuses please
no apologies

to a walking skeleton

movingin the next world

say it to my face

say it to my face

walking skeletons

and what might have been

dont find yourself in doldrums

dont find yourself in doldrums

theres too much to be done

too much to be done.

no use dwelling on

no use dwelling on

what might have been

 

 

i am a

 

 le vendredi 30 septembre 2005

Le nom de ’Faust Arp’ apparaît sur le premier tableau des chansons répétées par le groupe entre le 19 et le 30 septembre 2005 (7ème position).

firstblackboard

 

 le vendredi 9 février 2007

Thom poste une partie des paroles de la chanson sur le Dead Air Space :

2007-02-09

 

 le jeudi 19 avril 2007

Les phrases, « dead from the neck up » et « in triplicate » figurent sur les artworks postés dans la partie « Hodiau Direkton » de radiohead.com :

2007-04-19whitephosphorous2

 

 le mardi 15 mai 2007

Sous le titre « a bit of tape from the studio », Nigel Godrich, le producteur du groupe, poste sur le blog du groupe quelques fragments issus des sessions d’enregistrements du groupe. Deux fragments figurent Faust Arp.

 

 le 10 octobre 2007

Radiohead bluffe le monde entier en sortant son album « In rainbows » sans prévenir, avec un système de « pay what you want ». Les auditeurs sont invités à donner ce qu’ils veulent pour télécharger l’album sur le site officiel du groupe…

Faust Arp en est la sixième piste.

 

Voici ce qu’en dit le NME, qui comme tout le monde découvre l’album sur le vif :

/Faust ARP/
A bit of a mystery, this one: its name has cropped up on band messages online, but, speaking to NME, a spokesperson confirmed it has not been played live before and is not a retitled old song. An experimental, electronic effort maybe?
— NME / 13 octobre 2007

 

 

 le jeudi 8 novembre 2007

Adam Buxton et Garth Jennings filment Thom et Jonny, interprétant au soir, en plein milieu de la campagne (Wittenham Clumpsn dans l’Oxfordshire) une version de ’Faust Arp’ pour laquelle il s’y reprenne à plusieurs fois. La vidéo est diffusée lors de la webcast du lendemain.

La même vidéo sera utilisée dans la webcast du 01 janvier 2008.

 

 le mercredi 16 janvier 2008

Le groupe organise un concert-webcast dans un club de Londres, le 93 East Feet, devant très peu de monde.

La version qui est jouée est plutôt acoustique :

 

février 2008

Pour Mojo, Thom décrit son procédé créatif pour les nouvelles chansons. On apprend ainsi que pour Faust Arp, il y a eu un très long moment d’écriture-réécriture… :

Yorke is certainly striving to find a new creative methodology. « The more you absorb yourself in the present tense, the more likely that what you write will be good, » he says. « Especially in this fucking town, where everybody’s sitting in front of their fesks for far too long, endlessly sweating over words that don’t ever get heard. People are obsessive in this city and work becomes an end in itself. » Given the three-year gestation period for In Rainbows, and Radiohead’s long-term ‘no pain, no gain’ attitude towards their work, his words come as a surprise. « There’s no point in writing notes and notes and notes and notes, » he continues, repeating words as he does habitually. « The polar opposite of that is Michael Stipe, who absorbs himself in other people and the life around him, and that’s where he gets his ideas. I’m not like that, but I absolutely understand why he does it. Neil Young claims he writes lyrics and doesn’t go back to them. If he does, he says, the worse they become. But my God, that’s scary. I mean, Faust Arp is the exact opposite of that, pages and pages and pages and pages and pages and pages until eventually, the good ones stick. »
— Thom Yorke / Mojo, février 2008

 

 

 le lundi 5 mai 2008

Premier live dans un concert « classique », à West palm Beach. Le groupe continue à jouer la chanson à la guitare sèche.

 

 le jeudi 8 mai 2008

A Atlanta, le groupe tente une version à la guitare electrique de la chanson :

Previous post

Christopher O’Riley : Hold Me To This

Next post

Reckoner

No Comment

Leave a reply