chansons

Faithless the wonder boy

Premier live : 8 mai 1992 (Glasgow)
Sortie sur single : fin janvier 1993 (Anyone Can play Guitar) / juin 1994 (Itch)
Dernier live : 27 juin 1995
Il s’agit de l’une des plus anciennes faces B du groupe. Elle a assez souvent été jouée de la tournée de 1993 dont c’était un des moments fort lors des concerts. Puis après 1994, la chanson n’a plus été jouée….

 

le vendredi 8 mai 1992

La chanson est jouée pour la première fois à Glasgow.

 

Ici, une version de Novembre 1992 [/button]

 

Très vite, les paroles vont jaser, surtout le ’and i can’t put the needle in’.Le groupe a toujours nié que cette chanson parlait de drogue…

How about that line from « Faithless’: « I can’t put the needle in » – have you ever been tempted in one of your more downer moments, to try hard drugs? Or were you just flirting with heroin imagery?
« I wouldn’t be that pretentious to play the Kurt Cobain », he winces. « That phrase is more about trying to get back at people, get nasty ».
— Melody Maker, 23 octobre 1993

 

le lundi 1er février 1993

La chanson figure comme face-B du single « Anyone Can Play Guitar »

 

Le Melody Maker en fait le single de la semaine :

WITH this multi-faceted gem, Radiohead’s star status will surely be assured. That’ll be a nice irony, because “Anyone Can Play Guitar” is essentially about rock stardom, and the sorry mental state of most of these who dedicate their lives to its pursuit.
The irony doesn’t end there. Thom Yorke’s ingenious lyric acknowledges the distance between rock rhetoric and reality – “…And if the worm does turn, and if London burns / I’ll be standing on a beach with my guitar” – but the sound of the song is vibrant and urgent enough to leave you feeling like music is the most vital thing in the world.
It’s well worth sticking around for the bonus tracks, too. “Faithless, The Wonder Boy” is a sweet, lilting little number spiked with chemical references and desperate anguish, while “Coke Babies” alternately drifts dreamily by and explodes into violent storms of shimmering guitar noise.
So now we know for sure that the mighty “Creep” was no fluke – and I’M left counting the weeks to the release of this priceless band’s debut album. Not long to go now, thankfully.

 

le lundi 21 février 1994

Le groupe donne un concert sous le nom de Faithless and the Wonder boys à Reading, pour l’anniversaire (30 ans) de Tim Greaves.

 

le mercredi 1er juin 1994

Le groupe (et ses producteurs) croit en la chanson, qui marche bien en live et l’inclue sur l’EP « Itch ».

 

le mercredi 21 décembre 1994

Radiohead participe à un concert sous le nom de Faithless and the Wonder boys à Oxford, pour protester contre la fermeture de la Jericho tavern, un bar où ils trainaient beaucoup à leurs débuts, et qui accueillait les jeunes groupes…. La première partie était alors Unbelievable Truth…

Previous post

How Do You?

Next post

22 mai 1992, Reading, After Dark

No Comment

Leave a reply