chansons

Electioneering

Inspiration pour la chanson : 1990 (la Poll tax)
Premier live : 14 mars 1996
Enregistrement studio : fin 1996 (Canned Applause)
Sortie sur album : 16 juin 1997 (OK computer)
Thom a décrit cette chanson en 1997 comme un plaidoyer politique par l’intermédiaire d’un microphone, mais aussi comme une dénonciation ce système de commercialisation qui amène le groupe à traverser le monde pour faire sa promotion.

 

le samedi 31 mars 1990

En 1989, le gouvernement de Margaret Thatcher instaure au Royaume-Uni la poll tax (mot anglais signifiant capitation), officiellement appelée Community Charge, , un impôt forfaitaire par tête. Entré en vigueur en 1990, il fut jugé très inégalitaire par les couches les plus modestes de la population car, frappant les foyers et non les personnes et ce sans distinction de revenu ou de capital, il était d’autant plus lourd pour les foyers les plus pauvres.

Ce nouvel impôt provoqua des émeutes – « poll tax riots », le 31 mars 1990 à Trafalgar Square.

Thom a raconté en 1997 à Select que ce sont ces émeutes qui lui ont donné l’idée de cette chanson :

J’avais en tête les émeutes à l’époque de la Poll tax quand je l’ai écrite – le moment où les chevaux ont brisé les barrières et où tous les gens ont commencé à fracasser les vitrines…. Elle vient aussi du fait d’avoir vu trop de premiers ministres à la télévision. C’est le sentiment qui vous vient : »Pff.. Combien de fois ai-je entendu cela ?
— Thom Yorke / Select, juin 1997
La poll tax fut l’une des causes de la chute de Margaret Thatcher. Les membres de son gouvernement lui demandèrent de renoncer à cette mesure, mais elle se montra inflexible. La poll tax fut supprimée par John Major et remplacée en 1993 par la Council Tax, un impôt plus progressif.

 

le jeudi 14 mars 1996

La chanson est jouée pour la première fois en live à Los Angeles.

 

Elle fait partie de la plupart des setlists de 1996. Ces premières versions étaient quelque peu différentes, surtout sur la fin, où sur les dernières notes, Thom répétait ’doin’ it all” :

Version du Pinkpop :

 

Très vite, la presse s’interroge : Thom Yorke-a-t-il des prétentions politiques ? Lui s’en amuse…

ATN: Speaking of politics, do you plan on pursuing a career in it, since you’re involved in the Rock the Vote UK and you have a new song called “Electioneering?”

Thom: Oh yeah. I think I wanna become a politician. Well, I wanna actually get into the arms trade first, and make my money there. Pop stardom, arms trade, have it all.

— Thom Yorke / Addicted To Noise, juin 1996

 en 1996

A la fin de la tournée The Bends, le groupe entre en studio, dans un hangar de Didcot (Oxfordshire) aménagé pour l’occasion, le « Canned Applause Studio ». 4 titres y seront enregistrés, dont Electioneering. (par la suite, le groupe ira dans un manoir)

 

16 juin 1997

La chanson sort sur OK Computer

 le vendredi 25 juillet 1997

Version pour l’émission de Jay Leno, à la télé américaine :

 

en 1998

Un artwork utilisé vers 2000, inspiré par Chomsky et par electioneering :

GIF - 18.7 ko

 

 en 1998

page RADIOHEAD du site officiel (rad013.html)

This is the President’s e-mail address.

All correspondence :

president@whitehouse.gov

We trust we can rely on your vote.

Link.

 

 le mardi 7 mars 2000

Ed raconte dans son journal une histoire qui le fait rire, et qui montre qu’ils ont encore tous la dent dure contre Margaret Thatcher :

heard a great story on the six o’clock news on R4. great in the sense that it reveals the true madness of one of our former prime ministers……the pm in question is of course maggie thatcher. ok………….so the spanish foreign minister was reported as saying today that ’lady’ thatcher should undergo the same senility tests that senator ’butcher’ pinochet underwent a couple of weeks ago. this was triggered by a particular event from last week ; the aforementioned butcher of chile was being wisked away by a chilean airforce 707……..the plane was apparently taxiing down the runway preparing to take-off when with great ceremony it was stopped in its tracks by a bearer of gifts from thatch herself. she wanted to give a ’leaving’ present to the ex-dictator…….the gift in question was a plate commemorating sir francis drake and the english fleets’ defeat of the spanish armada………unbelievable………….or maybe not so, as it’s entirely consistent with the train of thought that she’s a pathetic anglophile, who never gave a fuck about the rights of individual human beings. and don’t believe that bullshit that during the falklands war she went to the aid of the islanders……….nothing like a war to get a country behind you should you be faltering in opinion polls and likely to lose the next election. […]
— Ed O'Brien / journal en ligne
 le dimanche 16 avril 2000

Le travail en studio pour le prochain album, KID A, qui ne va pas tarder à sortir, touche à sa fin. Ed se souvient de la difficulté que le groupe avait connu pour la tracklist d’OK Computer et le raconte dans le journal qu’il tenait alors en ligne :

16/4/00 […]………………..might throw it in there myself to stir things up a bit…..the running order for an album is so important…… i don’t think you have any idea how vital it is until you actually fuck it up which we did big time on the first record…..for ’OK Computer’ it was a nightmare, agendas had been set and at one time it was like bloody horse-trading…………. « if you want ’let down’ on the record then it only makes sense if ’electioneering’ is on there too »……maybe it won’t be such a torrid experience this time……..somehow i don’t think so and that’s probably right anyway.
— Ed O'Brien / journal en ligne
Article précédent

I promise

Article suivant

Nude

Aucun commentaire

  1. Rowainrrr
    29 janvier 2008 à 2 h 32 min —

    L’acces à cette page déponne à partir de la page OK Computer (renvoie à Fitter Happier)
    Bravo pour votre site, très impressionant et très complet.

  2. 17 mai 2009 à 0 h 15 min —

    Merci. C’est enfin corrigé… ;) !

Add Comment Register



Répondre