chansons

Bloom

Travail en studio : 2010 ?
Sortie sur album : 18 février 2011
Premier live : 24 juin 2011 (Glastonbury)
Remixes : Harmonic 313, Mark Pritchard, Blawan, Objekt, Jamie XX
Sortie sur single des remixes  : octobre 2011

 

2009-2010

C’est à partir de 2009, mais essentiellement en 2010 que le groupe est en studio pour enregistrer du nouveau son pour un prochain album. De ces sessions, on ne sait pas grand chose, si ce n’est ce qui a été raconté après coup.

Le 27 avril 2012, Ed O’Brien a expliqué à Rolling Stone que Bloom a eu un rôle central puisqu’elle a tiré tout le reste, et surtout que chacun y a mis un peu de ses idées :

The brick walls we tended to hit were when we knew something was great, like ’Bloom,’ but not finished. We knew the song was nearly something. Then Colin had that bassline, and Thom started singing. Those things suddenly made it a hundred times better. The other stuff was just waiting for the right thing.
— Ed O'Brien /

 

Jonny a l’idée de faire appel à un instrument inédit dans l’histoire du groupe : le « flugelhorn », à savoir le bugle, et il demande donc à Yazz Ahmed de participer à l’enregistrement de deux chansons : Codex et Bloom.

index

 

Le rendez-vous a lieu dans un studio de Londres.

Did the band explain to you why they specifically wanted the sound of flugelhorns? They’ve never used them before.
They’d been listening to the soundscape style of pianist and harpist Alice Coltrane at the time, whose music very much inspired them. As flugelhorns have a dark, mellow sound, Jonny thought they would be a perfect addition to ‘Codex’ and ‘Bloom’.

(…)

When and where did the session take place?
The session was held in a very luxurious but discreet studio in London.

— 13 avril 2011

 

18 février 2011

Sortie de l’album « The King Of Limbs » dont Bloom est la première piste :

 

mars 2011

Sur l’édition dite ’newspaper’, réservée aux fans qui l’ont commandée sur www.radiohead.com, de The King Of Limbs, on trouve ce texte qui mèle des paroles de Bloom avec d’autres paroles :

Open our mouths wide.
Open our mouths wide.
A universal sigh.
« So why does this still hurt ? »
Don’t blow your mind with why.
Why does this not add up ?
Don’t let it blow your mind.

Across a great divide.
A giant turtle’s eyes.
Jellyfish float by.
Your rules do not apply.
As open as the sky.
The holes we measure out.

It’s what keeps me alive.
Why does this not add up ?
A spider to a fly.

A universal sigh.
A giant turtle’s eyes.

Don’t blow your mind with why.
The current’s just too strong.
Don’t let it blow your mind.
Across a great divide
The words between the lines.

None of this stuff is mine.
I throw my arms wide.
Open your heart and smile.
Don’t look so serious.
No need to pull that face.
Always I’m before you.
The cards that have been dealt out.
Moving out of orbit.
Turning in somersaults.
Ours not to reason why.
I’m reeling with this feeling.
Where er’r the current flows.
Precious little time.
Distances and time.
The wind takes all the leaves.
And then it will take me.
The parts we have to play.
I cannot help but laugh.


Pour le titre et sa signification: « bloom » signifie « fleurir » mais c’est aussi le terme qui désigne l’explosion du plancton à cause de l’augmentation trop importante de nutriments dans les océans liée aux activités humaines. La conséquence est désastreuse: croissance exponentielle de l’étendue des algues provoquant l’asphyxie des océans.

lundi 28 mars 2011

Pour faire la promotion du nouvel album, le groupe organise une distribution d’un journal spécialement créé par Thom Yorke pour l’occasion : « the Universal Sigh ». Le titre de ce journal est tiré des paroles de Bloom.

 

vendredi 24 juin 2011

La rumeur courait depuis un moment, mais Radiohead a gardé la surprise jusqu’au dernier moment : le groupe a joué un set (non prévu) au festival de Glastonbury, avec en plus des nouveautés, dont Bloom, jouée pour la première fois :

 

Etait alors présent, en guise d’autre surprise, Clive Deamer, le batteur de Portishead, qui fait là son « test » avant d’être intégré au groupe :

In ‘Bloom,’ when Clive goes from the electro pads to the live kit, and my guitar shoots up an octave, I’m like, ‘Wow!’ When we came up with that, it was like, ‘OK, we got it.' » « The whole thing is a morass of syncopations and layers,  » says Deamer, who started playing with Selway last winter, working out parts, before rehearsing with the whole group. « But every time we play, it grows. Something slightly different can happen.
— Thom Yorke / Rolling Stone, 27 octobre 2011

 

 

 

lundi 18 juillet 2011

Pendant l’été 2011, Radiohead propose chaque semaine sur le deadairspace, le blog du groupe, à l’écoute des remixes de chansons du dernier album, que l’on peut acheter au format téléchargement ou pressés sur vinyles.

Remix de Harmonic 313 :

 

et le même jour remix de Mark Pritchard :

 

C’est ce remix qu’Ed a demandé à entendre lors d’une interview radio.

Zane: That’s a Friday night to look forward to, eh? All right, we’re gonna get into the remix category right now. This is the fitter happier round and you’ve chosen the Mark Pritchard remix of Bloom, and we’ll find out why in a second…

Zane: That’s a sneak attack isn’t it, of a remix! It starts and it sort of lulls you in with this very deep krautrock groove, and by the end of it, it’s positively bludgeoning you with all forms of frequency.

Ed: It’s like being in a tunnel isn’t it. That’s for me, it’s that thing that krautrock does, you’re in a tunnel and you’re just going along and it’s like getting darker and darker and darker and heavier…

Zane: (song is continuing) Oh that sounds amazing… he’s clever! Mark Pritchard remix there of Bloom, Radiohead, and I was just playing you the versioon of Jamrock that he did, a DJ edit I suppose that Giles Peterson played me in a versus a while back. Definitely a name to look out for! So we were going to talk about something, weren’t we?

Ed: Yeah.

— Ed O'Brien / BBC Radio 1 'Zane Lowe', 3 novembre 2011

 

 

lundi 29 août 2011

Remix de Blawan :

 

lundi 12 septembre 2011

Remix d’Objekt :

 

fin septembre 2011
Dernière fournée de remixes, avec celui de Bloom par « Jamie xx » :

 

mardi 11 octobre 2011

Tous les remixes sont regroupés sur un CD (même certains pas encore entendus sur radiohead.com) : TKOL RMX 1234567

 

En 2012, un fan fera remarquer à Colin que Bloom est la chanson la plus remixée… sa réponse n’est pas très probante :

Italo Rossi: About the remix album… how did you come up with choosing people like Jamie XX, SBTRKT or Jacques Greene? Why do you think “Bloom” is the most remixed track?

Colin Greenwood: Uhh… I don’t know why “Bloom” is the most remixed track. I guess it’s just the one people are most into because I think we said to people they could choose things they were into and we didn’t… I love the Caribou remix of “Lotus Flower”, I think it’s really fun.

— Colin Greenwood Italo Rossi's 20 Minutes with Colin Greenwood, 17 avril 2012

 

Previous post

Vent sibérien soufflant de 1 à 5...

Next post

Codex

No Comment

  1. 1 avril 2011 at 1 h 32 min —

    Pas d’accord, 15 Step est percutante !

    Et « why does this still hurts », je le traduirais plutôt par « pourquoi cela fait il encore mal » tout simplement ou alors « pourquoi toujours cette souffrance? » mais pas « pourquoi souffrir encore ».

  2. 1 avril 2011 at 8 h 03 min —

    L’expression n’est pas abstraite, si on passe au substantif (« cette souffrance ») en français cela prend un côté philosophique que la question n’a pas du tout. Le style général des paroles de TY n’est jamais abstrait. Je pense qu’il faut éviter de surtraduire en donnant à la traduction un air de commentaire.
    Merci de ta contribution: des idées pour le « I’m such a tease, you’re such a flirt » de Little by Little?

  3. 1 avril 2011 at 11 h 04 min —

    2+2=5 est 2x plus percutante également, enfin c’est que mon avis.

  4. 1 avril 2011 at 12 h 28 min —

    « Packt Like Sardines… » était aussi ultra percutante… Mais il est vrai que l’ouverture la plus péchu restera toujours « 2+2=5 », la plus marquante – parce qu’elle jouait cartes sur table, no more guitars, welcome in to Kid A – étant sans doute « Everything In Its Right Place »… mais je ne sais pas pourquoi, « Packt Like sardines… » a toujours eu ma préférence… Tous les albums de radiohead ne s’ouvrent pas toujours très bien (ex : « Planet telex, inférieur à « The Bends », « Airbag », jamais été trop fan, « Paranoid Android » nous l’a fait oublier direct…), mais c’est surtout en fermeture que Radiohead gère les « morceaux de fins », à l’exception de « The Tourist », toutes sont devenues des classiques (« Videotape » en tête, « Motion picture Soundtrack » apporte une belle nuance à Kid A, « Life In A Glasshouse » aussi, et « Street Spirit », même si aujourd’hui assez dâtée, reste la chanson qui m’a définitivement converti à Radiohead…).
    Quant à « Bloom », j’ai tout de suite accroché, encore ces jours-ci c’est une de mes chansons préférées du nouvel album, avec « Morning Mr… », « Little By Little », « Lotus Flower », « Codex », « Give Up… »… Bon, en fait, je crois que j’aime vraiment The King Of Limbs, quoi…

  5. 1 avril 2011 at 16 h 54 min —

    Connaissez vous cette version de 15 steps ??
    http://www.youtube.com/watch?v=Ki_xDPnhNg4

  6. 1 avril 2011 at 18 h 56 min —

    Pas trop d’accord avec toi, kidamnesiac, je trouve qu’Airbag à un rôle super important dans Ok Computer étant donné qu’elle précède une chanson de plus de 6minutes, la plus longue de l’album et peut-être la chanson la plus travaillée. Ok Computer et The Bends sont assez éloignés musicalement et je trouve que cette chanson introduit donc assez bien la claque qu’on se prend par Paranoid.
    Pour les morceaux de fins, Lucky et The Tourist restent pour moi les 2 morceaux qui s’enchaînent le mieux dans la discographie de Radiohead. Et pour parler de Videotape, elle me fait bien chié cette chanson, je la trouve inutile…
    Sinon Separator est excellente comme chanson de clôture, je trouve qu’il y une réelle cohérence dans ce dernier album, cohérence qu’on retrouvait moins dans les autres albums, peut-être parce-que cet album est assez court, ou plus travaillé…

  7. 1 avril 2011 at 20 h 13 min —

    @faniefanette : ça avait l’air bien mais chez moi ta vidéo crashe à 0:26 mn.:-(

  8. 1 avril 2011 at 20 h 23 min —

    Mince, je la trouve plus ! je l’ai sur mon pc pourtant…. j’en ai trouvé une autre où il y les répétitions, mais le son n’est pas terrible…
    C’est dommage, ça envoyait sec !!:-)
    http://www.youtube.com/watch?v=8GZAKlU8VXU

  9. 1 avril 2011 at 20 h 33 min —

    J’ai trouvé ça, mais ce ne sont que des photos, par contre le son est bon…
    http://www.youtube.com/watch?v=-Ir2AgM3B_Q&feature=related

  10. 1 avril 2011 at 20 h 36 min —

    Ca y est !!!
    C’est mon côté blond qui ressort…. c’était sur Dailymotion…..
    http://www.dailymotion.com/video/x8byq1_radiohead-15-step-live-the-51st-ann_music

  11. 5 avril 2011 at 17 h 50 min —

    Et si Bloom était la petite soeur de Weird Fishes/Arpeggi, s’agissant des paroles ?
    Si les mystérieux « your eyes » de Weird Fishes étaient en fait les yeux de la tortue géante, si c’était le même océan, si « Why does this still hurt ? » avait un jour rimé avec « Why should I stay here ? »…
    Elles parlent de la même chose et à bien y regarder, les paroles de ces deux chansons figurant sur deux albums successifs pourraient très bien provenir d’un seul et même texte à la base, une seule et même inspiration. Certaines phrases, certains couplets auraient servi pour Weird Fishes, et d’autres, retravaillés, auraient formé Bloom…
    Ce n’est pas improbable vu le processus d’écriture et la gestation de nombreuses chansons, mais dans ce cas précis je n’ai pas connaissance d’une première occurence ou de notations qui permettraient de le prouver, donc ce n’est qu’une supposition que je vous soumets, une idée que j’ai eue, comme ça…

  12. 25 juin 2011 at 19 h 59 min —

    J’en profite pour rejoindre le débat sur TKOL avec metelkova et Madlib, quoiqu’à un autre endroit, désolé. Une première chanson doit être parfaite… pour commencer. J’écoute Bloom, et je trouve le mix, la prod impossible. Ces instruments si divers sont mal accommodés. Que fait Nigel Godrich ? Les basses sont trop basses, tout est trop bas. Les instruments à vents qu’on entend au milieu (et sur Codex, mais là no problem), ressemblent à des synthés, il m’a fallu des infos venant de membres du site pour me convaincre qu’ils sont acoustiques. Comparez-les aux vents du dernier Bon Iver, ça fait pitié (à quand une chronique dans le sujet créé par metelkova, ou dans la section musique du forum ? Le temps de l’apprécier). Mais aucun naturel dans le traitement de bien des sons, ni pris individuellement, ni dans l’ensemble. Je ne veux pas faire de Godrich un bouc émissaire, je crois qu’il est bien le 6ème membre de Radiohead, avec des résultats extraordinaires. Mais tout comme une partie d’Amnesiac, je ne comprends pas certaines choses sur TKOL. Je noircis volontairement le tableau, parce que je ne m’y connais pas en production, peut-être que vous pourrez en dire quelque chose de plus sérieux.

  13. 25 juin 2011 at 21 h 01 min —

    Je m’y connais encore moins que toi en production alors je m’aventurerais pas à dire quoi que ce soit sur cet aspect des choses… Mais Bloom est l’une de mes chansons préférée de TKOL et je trouve justement qu’elle est une chanson d’ouverture très « accueillante » contrairement à beaucoup d’ouvertures d’albums de Radiohead qui sont volontairement plus âpres. J’adore cette espèce de marche militaire bancale, le son aquatique qui tourne par-dessus (désolée pour la non-technicité de mon vocabulaire mais j’ai aucune idée de ce que c’est, mais ça m’enveloppe dans un sentiment aquatique apaisant), les blips du début qui sont les premiers sons de l’album à m’être vraiment restés dans la tête… Et puis y’a les bugles qui arrivent au milieu du morceau comme les trompettes faisant se lever le soleil, l’oiseau qui gazouille pour célébrer le premier rayon qui perce derrière l’horizon (tu vois cette chanson m’évoque des images et pour moi c’est plutôt bon signe)… Et la voix profonde et grave de Thom me prend par la main, le ton est donné et TKOL annonce l’apaisement qui viendra sur la deuxième moitié de l’album après avoir traversé quelques turbulences entre temps…

    Mais ça dépend des jours, en fait je n’aime TKOL que quand je l’écoute vraiment sans rien faire d’autre en même temps, quand je m’immerge dedans. Mais c’est la même chose pour la plupart des albums de Radiohead, surtout Kid A et Amnesaic, mais un peu tous en fait, si je rentre vraiment dans la musique là ça devient magique, mais sinon ça ne passe pas. C’est pas des albums que je peux laisser tourner en faisant autre chose, et je peux pas les écouter juste comme ça sans en avoir vraiment envie car dans ces conditions certains jours c’est impossible je ne les supporte pas (bon j’exagère un peu parce que maintenant je les connais trop ils ne me dérangent plus, mais longtemps ça a été ça, et de toute façon je m’interdis de les user en les écoutant en bruit de fond). Et quelque part c’était le reproche que je faisais à TKOL, il ne me dérange pas assez, je peux l’écouter sans y faire attention et il ne me gênera pas, et ça c’est un truc qui me pose question. Mais je te trouve très négatif baby alligator en ce moment, laisse-le de côté, ne l’écoute plus et attends que l’envie revienne vraiment, c’est le meilleur remède je crois !

  14. 25 juin 2011 at 21 h 05 min —

    (il fallait lire « Bloom annonce l’apaisement… » à la fin du premier paragraphe, vous aurez rectifié)

    (et je me tais, je laisse la parole aux autres, promis)

  15. 25 juin 2011 at 22 h 24 min —

    Je trouve la production sur The King Of Limbs plutôt très bonne. Pour les instruments acoustiques qui sont dénaturés il me semble que c’est un parti pris dans la production et pas un défaut technique, après tu peux ne pas y adhérer. Ma bible en production c’est Kid A et surtout Amnesiac. Tout est subtile et magnifique là-dedans, pour mes oreilles.

    A l’inverse j’ai trouvé la production du dernier Bon Iver assez mauvaise à la première écoute — et je n’ai pas changé d’avis depuis. Trop de mediums et trop brouillon/bouillie.

    Mais finalement c’est très subjectif la production. Si le producteur sait ce qu’il fait alors ça reste des choix esthétiques qui nous plaisent ou non.

  16. 25 juin 2011 at 23 h 42 min —

    Oh, rien de trop grave, quelques réglages sur la chaîne de ma mère et j’ai pu passer un bon moment à réécouter TKOL.:-) La chose qui me gêne le plus sur Bloom, c’est à 3:20, le synthé aigu me semble mal synchronisé avec les bugles et la rhytmique, à la fin de l’intermède. Si Bloodshed entend ce à quoi je fais allusion, j’aimerais bien son avis.

  17. 26 juin 2011 at 0 h 08 min —

    Je vois ce que tu veux dire mais ça ne me gène pas. À mon avis c’est fait exprès ce côté bancal, on le retrouve un peu partout dans la musique et ça fait son charme je trouve.

  18. 26 juin 2011 at 0 h 22 min —

    Terrible, terrible, terrible!! J’en ai encore des frissons, merci fanie!

  19. 26 juin 2011 at 0 h 50 min —

    Fait exprès, oui, c’est un peu une signature de Jonny Greenwood, par exemple sur Nude il y avait un décalage dans les arrangements de clavier, mais ça paraissait plus logique. Sur How to disappear completely également, les arrangements de cordes avaient à un endroit le même décalage. Ça ne m’étonnerait pas que ce soit volontaire de sa part parce que je pense que malgré toute son savoir musical (ou grâce à lui !), il préfère par moments désacraliser le sentiment de perfection que la musique peut engendrer, genre rythmique militaire implacable qui fait froid dans le dos, même si ça chatouille les oreilles sensibles comme les miennes. Concernant Bloom, je persiste à penser que la basse est surmixée, comme dans les 3/4 de Separator, comme un bout de gras dilaté qui occupe tout le spectre sonore, mais bon, dit comme ça, ça appartient au domaine de l’humour. Et puis l’album parfait de Radiohead, c’est toujours le prochain !

  20. 26 juin 2011 at 17 h 17 min —

    Y’a des jours où je regrette profondément de ne pas être capable de comprendre ce que j’entends, comment c’est fait, mais là quand je vous lis en fin de compte je me trouve bien chanceuse de ne pas être capable de disséquer un morceau au point de me demander si un décalage est volontaire ou si c’est un défaut… Et puis écouter un album de Radiohead en cherchant à repérer ses éventuels défauts techniques, à quoi ça rime franchement ? Si y’a des décalages ou je ne sais quoi qui me donnent ce sentiment d’inconfort que j’aime tant dans les chansons de Radiohead, tant mieux, et bien sûr que c’est volontaire, de même que si le mixage est dosé de telle façon et pas une autre c’est absolument un choix délibéré, mais j’ai pas besoin d’être capable de l’identifier ni de le comprendre techniquement pour en ressentir l’effet. J’entends un son aquatique que je ne comprends pas du tout mais je bloque dessus tout le long de la chanson, et quand je la vois live je me sens stupide d’avoir pas su identifier que c’était la guitare d’Ed, mais mon inconscient attiré plus que tout par les guitares l’avait bien compris lui, et voilà, ma compréhension intuitive et émotionnelle sans connaissance technique me ravit en fin de compte.

  21. 26 juin 2011 at 17 h 27 min —

    La guitare d’Ed ou celle de Thom, à la revoyure en fait j’en sais rien, alors je vais arrêter d’écrire des conneries.

  22. 26 juin 2011 at 17 h 30 min —

    Ce n’est pas parce qu’on est capable de disséquer une musique qu’on le fait systématiquement. Ça demande un effort d’attention et on peut aussi simplement se laisser porter par la musique et nos émotions.

    D’ailleurs je ne pense pas que baby alligator cherchait des défauts, c’est juste que ça a du lui apparaître en écoutant avec attention.

    Mais de toute façon il n’y a (je pense) pas de défauts techniques dans les derniers albums de Radiohead, que des choix esthétiques. La basse est mise en avant sur une bonne partie de TKOL oui, mais c’est parce qu’elle est géniale et est la clé de pas mal de morceaux de l’album comme Bloom. En fait le seul vrai défaut que j’ai entendu dans un album de Radiohead c’est sur You de Pablo Honey (le collage de deux prises voix qui n’est pas fondu à 1:50).

  23. 26 juin 2011 at 17 h 53 min —

    En tout cas j’ai pu écouter ce week-end TKOL dans de très bonnes conditions pour la première fois depuis sa sortie, avec un volume élevé (c’est comme ça que j’aime Radiohead), sans déranger personne, dans une grande pièce, avec un matériel puissant quoiqu’ancien, en bidouillant l’equalizer à ma convenance (je crois qu’on en fait plus des comme ça), et je dois dire que cet album m’a fait beaucoup de bien, que la musique de Radiohead me paraît plus intelligente et apaisante que tout ce que je peux écouter après. Bref, Radiohead sera toujours Radiohead.

  24. 19 août 2011 at 20 h 59 min —

    J’adore radiohead hein. C’est vraiment génial. Mais les fans, là ceux qui écrivent leur petit avis, vous faites un peu pitié quand même. Thom Yorke, votre maître et idole, rigolerait bien en lisant tous vos trucs. Je suis sûr que vous pensez que bloom veut dire fleur, hein ?
    Allez, adieu

  25. 20 août 2011 at 0 h 14 min —

    @wieayb

    « Je suis sûr que vous pensez que bloom veut dire fleur, hein ? Allez, adieu »

    Et je suis sûr que How to disappear completely ne veut rien dire… Allez, adieu

    Mais non, reviens !

  26. 23 avril 2012 at 18 h 51 min —

    Pour sur une de mes préférées ! Quelle pièce !

  27. 6 juillet 2012 at 22 h 30 min —

    Est-ce que quelqu’un ici « comprendrait » le delay de Thom (version From The Basement par exemple) ?

    Je commence à me mettre aux effets, et ça m’intéresse vachement x) Alors je sais quel pédale il utilise, j’ai un pédalier qui je pense suffira, mais comment régler le delay ? le time et le feedback au moins, parce que je suis en train de me tirer les cheveux là ^^

    Si il y en a qui s’y connaissent suffisamment, ça s’rait génial ! merci d’avance :-))

  28. 6 juillet 2012 at 23 h 04 min —

    Pour l’intro à la guitare tu parles? Je pense que c’est plus un loop qu’un delay qu’il utilise… Je pense que si tu essais de superposer la phrase plusieurs fois avec un loop tu devrais obtenir un résultat proche je pense…

    J’espère t’avoir aidé, je me suis pas encore intéressé à jouer cette chanson donc c’est pas facile…

    D’ailleurs à ce propos on devrait ouvrir un sujet pour donner des conseils pour comment jouer les chansons de Radiohead, ça serait cool !

  29. 7 juillet 2012 at 13 h 29 min —

    C’est vrai que ça serait cool … parce que y a de quoi faire !

    Un ami musicien m’a dit qu’il utilisait 2 delay en même temps… d’où surement les 2 pédales de delay/loop qu’il utilise

  30. 7 août 2012 at 22 h 02 min —

    bonjour tout le monde

    remarquez que à la fin de bloom sur la basse il y a un petit bruit du genre coupage de micro et je crois que j’ai raison alors écoutez bien car c’est difficile à entendre

    benji

  31. 7 août 2012 at 23 h 35 min —

    http://www.youtube.com/watch?v=8A9bMTh9rdQ
    Tu veux parler de ce qu’on {entend} à 5’11 » ?
    Je dirais plutôt que c’est le bruit de la main gauche qui relâche la frette et coupe le son de la corde… Une coupure de micro aurait pas été si nette je pense, mais franchement c’est quand même très, très discret et assez anecdotique.

  32. 8 août 2012 at 12 h 58 min —

    oui c’est ça
    tu dois avoir peut raison et oui c’est discret

Leave a reply