les membres du groupe et leur univers

Asian Dub Foundation

Site Officiel : [www.asiandubfoundation.com->http://Site%20Officiel:%20www.asiandubfoundation.com]

Radiohead a croisé le groupe en concert en 1998 pour la première fois, puisque Radiohead et Asian Dub Foundation faisaient tous les deux parties des artistes engagés pour le concert en faveur d’ Amnesty International.

Déjà en 2000, se posait la question de proposer à Asian Dub de faire la première partie du groupe, comme Colin l’expliquait dans une interview pour radio 21.

JC : You’ll be in Belgium in the 11th of September. I read that Venus, this Belgian band, could be opening for you ?

Colin : I don’t know. I’d like to check them out, they’re very good. There’s a band called ?? and there’s another great group as well that someone told me about, but I don’t know. We’re talking to lots of people at the moment, for supports, like « The Roots » and « Asian Dub Foundation » and some other groups as well. And « Handsome Boy Modeling School ». Like « Prince Paul » and « DJ Shadow » people but we don’t know if any of them can do it, you know, it’s all completely up in the air. Who’d like to join us in the circus tent ?


C’est apparemment Ed, grand fan de ce genre de musique, qui a reproposé au groupe d’accueillir le collectif Asian Dub Foundation en 2003, alors en pleine mutation (changement de chanteur…), en première partie de ses concerts. Ed participera ensuite à leur album…

une petite photo de l’époque prise par Aurélien :

petit biographie trouvée sur fluctuat.net :

« A l’origine d’Asian Dub Foundation il y a un soundsystem fondé en 1993 par deux responsables d’un atelier Londonien destiné à enseigner aux enfants d’origine asiatique les bases des technologies de la musique : Aniruddha Das et John Pandit, qui est aussi DJ et un de leurs étudiants âgé de 14 ans, rappeur et Bengali : Deeder Zaman. Un an plus tard, le guitariste Steve Chandra Savale alias Chandrasonic rejoint le collectif qui sort en 1994 un premier EP, »Conscious ».

 

 

La Grande Bretagne ignore Asian Dub Foundation mais pas la France, qui s’entiche du son engagé, de la géniale et inventive mixture dub, ragga, breakbeat, rock, dancehall et jungle de ce groupe sans concession. Mais c’est avec l’album Fact and Fictions et le single « Rebel Warrior », sortis en 1995, qu’Asian Dub Foundation va véritablement cartonner. Entre temps, le groupe s’est agrandi, avec l’arrivée d’un autre DJ, Sun J, et d’un danseur, Bubble-E. La France est toujours fan d’ADF, du coup, l’album suivant, « R.A.F.I », ne paraît en 1997 que dans les bacs hexagonaux (il sortira plus tard dans le monde entier), tout comme le live « Community Party ».

Un an après, Asian Dub Foundation met en boîte Rafi’s Revenge, et c’est à cette époque que le groupe explose enfin en Grande Bretagne. Cette soudaine renommée permet alors au collectif de développer une association similaire à « Community Music », leur atelier du début baptisée ADFE (Asian Dub Foundation Education), qui a pour but d’enseigner aux jeunes la musique et les nouvelles technologies. En 2000, Asian Dub publie un troisième opus : Community Music et enchaîne avec Frontline : 1994-97 l’année suivante, malgré le départ du MC Deeder Zaman.

En 2002, Asian Dub Foundation revisite La Haine (le film de Mathieu Kassovitz) en musique et projettent le film pendant leurs concerts, qu’ils associent à leur BO perso. Un an après seulement Asian Dub Foundation sort un nouvel album : Enemy Of The Enemy (où l’on peut retrouver les participations de Sinead O’Connor et de Ed O’Brien du groupe Radiohead) puis son premier live : Live Tour 2003. ADF revient ensuite en 2005 avec une nouvelle galette, Tank.

 

Depuis, il n’est pas question de se reposer pour les membres – changeants – d’ADF, qui renouvelleront une expérience similaire à celle de « La Haine » avec un autre film, « La Bataille d’Alger » de Gillo Pontecorvo. En parallèle, Asian Dub Foundation travaille à la création d’un opéra dub-punk : « A Living Myth », à propos du leader lybien Muammar Al-Qaddafi, et dont la première aura lieu au London Coliseum le 7 septembre 2006.
« 

Previous post

Spiritualized

Next post

Anti-pop Consortium

No Comment

Leave a reply