les membres du groupe et leur univers

Amélie Nothomb

En 2006, le nouveau roman d’Amélie Nothomb fait apparemment référence à plusieurs reprises à Radiohead. ‘Journal d’Hirondelle’ met en scène une trentenaire, rebaptisé Urbain, qui décide de devenir tueur à gages, puisqu’il n’éprourve plus aucun plaisir à part quand il tue son prochain… et quand il écoute Radiohead…

petit extrait:
” Les musiques qui m’émouvaient auparavant ne provoquaient plus rien en moi, même les sensations de base, comme manger, boire, prendre un bain, me laissaient de marbre. J’étais châtré de partout. La disparition des sentiments ne me pesa pas. La voix de ma mère, au téléphone, n’était plus qu’un embêtement évoquant une fuite d’eau. Je cessais de m’inquiéter pour elle. C’était plutôt bien. Pour le reste ça ne m’allait pas. la vie était devenue la mort.
Le déclic fut un album de Radiohead. Il s’appelait Amnésiac. Le titre convenait à mon sort, qui était une forme d’amnésie sensorielle. Je l’achetai. Je l’écoutai et n’éprouvai rien. C’était l’effet que produisaient sur moi toutes les musiques désormais. je haussais déjà les épaules à l’idée de m’être procuré soixante minutes supplémentaires de néant quand passa la troisième chanson, dont le titre évoquait une porte tournante. “

 

Amélie Nothomb parle de Radiohead lors d’une rencontre à Amiens à l’occasion de la sortie de ce roman :

 

Dans une interview de 2011 pour radiometal, elle en rajoute :

Je n’écoute pas tout dans le metal mais mon groupe de metal préféré, et de très loin, est Tool. J’ai une passion éperdue pour ce groupe et j’ai déjà dit dix mille fois, et c’est la vérité, qu’à mon enterrement je veux qu’on passe la chanson « Lateralus » et rien d’autre que « Lateralus ». Je trouve que c’est une musique d’une énergie et, le mot a l’air déplacé mais je ne trouve pas qu’il le soit, d’une noblesse extraordinaire. C’est de la très grande musique, pour moi les plus grands musiciens d’aujourd’hui sont Radiohead et Tool. Ce sont nos Mozart et Beethoven franchement. Je veux croire que cette musique restera.

Previous post

Les années "Abingdon School" (1985-1986)

Next post

Henri Dutilleux

No Comment

Leave a reply