chansons

Airbag

Inspiration pour la chanson : juillet 1995 (après un concert à Hershey)
Premier live radio : 28 octobre 1995 (version démo acoustique)
Premier live concert : 26 juin 1996
Enregistrement studio : 1996 (forte influence musicale de DJ Shadow)
Sortie sur album : 16 juin 1997
Sortie sur singles : 1998
Version solo de Thom : 25 février 2010

 

Airbag est la chanson qui ouvre l’opus, et pour cela, le groupe l’a voulu différente du reste de l’album. Une fois de plus semble s’exprimer ici l’obsession de Thom au sujet des voitures, obsession qui lui viendrait d’un accident qu’il aurait failli avoir à dix-sept ans.

 

Ma vie n’a pas encore été sauvée par un airbag, mais je pense qu’à chaque fois que l’on passe près d’un accident, au lieu de soupirer et de faire avec, on devrait se garer et sortir de la voiture et se mettre à courir en criant »Je suis là ! je suis vivant !
— Thom Yorke / Select Magazine, Juin 1997

 

On entend au début de la chanson un petit bruit de grelot… joué par Colin, même s’il n’aime pas ça. Colin d’ailleurs, n’est pas satisfait de sa partie de basse non plus, qui s’arrête et reprend quand on ne s’y attend pas.

« I thought I’d probably think of something to put in the gaps later, but I never got around to it. »

 

juillet 1995

Colin aurait déclaré au NME que c’est à l’été 95, alors que le groupe jouait en première partie de R.E.M. que le travail sur Airbag a commencé.

Colin dates the start of the record back to the summer of ‘95 when they supported REM on tour. He recalls playing ‘Climbing Up The Walls’ at a soundcheck at the Hershey Stadium. Peter Buck was checking their progress from the sound desk, and when they’d finished, he walked away, whistling the tune with his hands in his pockets. ‘No Surprises’. ‘Let Down’ and a different version of ‘Airbag’ were coming together. The latter took its final shape after Phil, inspired by the Mo’ Wax sound, carved up a recording of his own drumming, giving it that artificial, reconstituted feel.
— Colin Greenwood / NME, 21 juin 1997

A priori, Thom aurait écrit les paroles un peu avant, et l’on a appris en 2016 que la première feuille de paroles avait été griffonnée sur une copie de « Songs of Innocence » de William Blake !

http://www.nme.com/news/radiohead/91225?utm_source=twitter&utm_medium=Social&utm_campaign=NME+News+Feed

http://www.nme.com/news/radiohead/91225?utm_source=twitter&utm_medium=Social&utm_campaign=NME+News+Feed

28 octobre 1995

On a entendu la chanson pour la première fois en live acoustique à la radio en 1995, le 28 octobre, jouée sur XFM.

Elle s’appelait alors « An airbag saved my life », un gros titre que Thom expliquait avoir lu dans le manuel AA (Automobile Association) qu’il avait reçu par la poste.

 

Le titre est aussi une manière de rentre hommage au titre « Last Night A DJ saved my life » d’Indeep.

 

26 juin 1996

« Airbag » est jouée pour la première fois en concert, à Paris au Bataclan

 

courant 1996

On ne sait pas vraiment quand le groupe est entré en studio pour enregistrer « airbag ». On peut penser que c’est lors des premières sessions, au début 1996, que ça a du se débuter (puisque la chanson sera jouée pour la première fois quelques mois plus tard), et que ça a du prendre une longue période, avec beaucoup de mixs différents, assemblés les uns aux autres.

Thom a donné en 1997 quelques indications sur l’enregistrement, très inspiré du travail de DJ Shadow. :

The drum track to »Airbag,« which was recorded, sampled with an Akai S3000 sampler and then laboriously edited and manipulated over two days on the band’s Macintosh. Yorke admits this technique was inspired by the work of DJ Shadow [a sample/turntable artist from the San Francisco Bay Area who has released two acclaimed albums on the London/Mo’ Wax label- GW Ed.], and the result has led many to argue that Radiohead are, in fact, creating a sort of new rock/techno hybrid.
— Thom Yorke / Guitar World, avril 1998

 

 

dans une autre interview (source non identifiée), Thom raconte que le groupe a travaillé d’arrache-pied à l’enregistrement de la partie batterie (si fortement influencée par DJ-Shadow) :

For two days, we did programming, cutting up bits up drumming we had done and we didn’t really know what we were doing. I think everybody thought we were mad, so to see the song actually come together… it was brilliant. it was amazing that we had done it. I’m one of those people where i have a sound in my head so when we actually do get it and finish it it’s like, ’how the hell did we get to that point ?’ we mixed it, and later sitting there listening to it, it felt like we weren’t responsible for it, but everyone was telling us that we were.
— Thom Yorke / source inconnue

 

 

Mais il ne faut pas s’imaginer l’enregistrement comme quelque chose de très « sérieux ». C’était la grosse « teuf » dans le studio, comme Thom le raconte dans une vieille interview qui doit dater de 1997. :

A lot of people just seem to think we’re this serious, humorless band, but a lot of things we do are really funny, » adds Yorke. « On »Airbag« we had a great time. There was a party going on for like three days in a row. By the end of it the studio was just a fucking pit of all sorts of disgusting things — half-finished bottles of wine and beer spilled on the desk and ashtrays everywhere. It was great. We do play cards and bridge and shit like everybody says we do all the time. But then, » Yorke jokes, « we go smoke crack in the bathroom afterwards.
— Thom Yorke / source inconnue

 

 

Quelques précisions également sur le mixage de Nigel :

I remember mixing Airbag. Nigel played it back really loud and I thought, This is something we never dreamed we could get done. I was so happy I rang my girlfriend just to say, ’Wow, we’ve done something really great’. That’s the height of the experience. Then it stops, you finish the record and you’re sick of it and the only time I get to like our stuff again is when we go out and play it live. There are a lot of good reasons for not doing tours : it fucks you up, it takes too long, it costs shitload of money. But… it’s about looking people in the eye while you’re playing your songs.
— Thom Yorke / Q Magazine, Octobre 1997

 

 

1997

sur la page ’stuck in a frozen lake’ du site radiohead.com :
« an airbag saved my life* in an interstella burst i am back to save the universe computer drums bass wrong »

 

 

16 juin 1997

Après quelques retouches (la première version étant beaucoup plus acoustique) , la chanson a été intégrée à l’album OK Computer.

 

12 janvier 1998

Une version live d’Airbag (jouée à Huxley’s Neue Welt, Berlin) est incluse sur le CD2 de No Surprises.

 

21 avril 1998

Sortie de l’EP « Airbag/How I Am Driving », destiné au marché américain (mais aussi disponible en Europe), regroupant les faces-B de l’époque 1996-1997 :

1. « Airbag » – 4:46
2. « Pearly* » – 3:33
3. « Meeting in the Aisle » – 3:09
4. « A Reminder » – 3:51
5. « Polyethylene [Parts 1 & 2] » – 4:22
6. « Melatonin » – 2:09
7. « Palo Alto » – 3:43

La première semaine, l’EP se vend bien. 20 000 copie s’écoulent en une semaine, et « Airbag/HIAD » se classe au Billboard au 20e rang des ventes

 

25 février 2010

Thom interprète la chanson alors qu’il participe à concert de charité sous son nom seul. Il ne l’avait jamais jouée en solo depuis 1995.

 

18 mars 2016
La feuille originale sur laquelle Thom a griffonné les paroles est mise en vente au enchères par Dreweatts & Bloomsbury Auctions. Les bénéfices iront à Oxfam!

Les paroles avaient été écrite sur la couverture intérieure d’une copie de « Songs of Innocence and Experience » de William Blake qui faisait partie de la bibliothèque de Thom. On retrouve au milieu des poèmes de Thom d’autres annotations, notamment sur « Nurse’s Song », « A Cradle Song and The Divine Image.

Previous post

Fake Plastic Trees (CD1)

Next post

Uptight

No Comment

  1. 17 août 2010 at 12 h 43 min —

    A noter que Thom l’a récemment joué seul en acoustique, et d’une manière différente que la version de 1995 (en quinze ans, évidemment…)

    http://www.youtube.com/watch?v=I1QiIELI6Y0

Leave a reply