chansons

Street Spirit

Écriture de la chanson : 1993 ?
Premier live : 1er novembre 1993 (télé canadienne, sous le titre « Three-Headed Street Spirit »)
Travail en studio : été 1994
Sortie sur album : 13 mars 1995 (The Bends)
Sortie sur single : 15 mai 1995 (Fake Plastic Trees  CD2 / version acoustique)
Sortie sur single : 22 janvier 1996 (deux singles)
Clip : février 1996
Reprise : 24 février 2012 par Peter Gabriel (sur « Scratch my back »)
Reprise : 2012 par The Darkness

Jusqu’à Paranoid Android, c’était la meilleure entrée dans les classements du groupe, et c’est toujours une chanson très populaire.

Certainement une des chansons les plus tristes du groupe, les paroles sont assez déprimantes… Le rythme est imparable et en fait une des chansons les plus appréciées de Radiohead.

Un commentaire de Thom sur l’écriture de la chanson :

« Street Spirit’ is our purest song, but I didn’t write it…. It wrote itself. We were just its messengers… Its biological catylysts. It’s core is a complete mystery to me… and (pause) you know, I wouldn’t ever try to write something that hopeless… All of our saddest songs have somewhere in them at least a glimmer of resolve… ’Street Spirit’ has no resolve… It is the dark tunnel without the light at the end. It represents all tragic emotion that is so hurtful that the sound of that melody is its only definition. We all have a way of dealing with that song… It’s called detachment… Especially me.. I detach my emotional radar from that song, or I couldn’t play it… I’d crack. I’d break down on stage.. that’s why its lyrics are just a bunch of mini-stories or visual images as opposed to a cohesive explanation of its meaning… I used images set to the music that I thought would convey the emotional entirety of the lyric and music working together… That’s what’s meant by ’all these things are one to swallow whole’.. I meant the emotional entirety, because I didn’t have it in me to articulate the emotion… (pause) I’d crack…. Our fans are braver than I to let that song penetrate them, or maybe they don’t realize what they’re listening to.. They don’t realize that ’Street Spirit’ is about staring the fucking devil right in the eyes… and knowing, no matter what the hell you do, he’ll get the last laugh…and it’s real…and true. The devil really will get the last laugh in all cases without exception, and if I let myself think about that to long, I’d crack. I can’t believe we have fans that can deal emotionally with that song… That’s why I’m convinced that they don’t know what it’s about. It’s why we play it towards the end of our sets. It drains me, and it shakes me, and hurts like hell everytime I play it, looking out at thousands of people cheering and smiling, oblivious to the tragedy of it’s meaning, like when you’re going to have your dog put down and it’s wagging it’s tail on the way there. That’s what they all look like, and it breaks my heart. »
— source inconnue

Pour résumer il s’agit pour Thom de sa chanson la plus noire, elle n’offre aucune issue. Selon lui, elle parle du diable, qui a toujours le dernier mot, ça le remue profondément à chaque fois qu’il la joue. Enfin des fois, il faut relativiser ce que dit Thom… Il en a aussi dit que c’était un bon tube pour noël…

Radio one a eu une fois de plus une réaction assez mitigée vis à vis du titre, ce qui ne l’a pas empêché de se classer cinquième dans les charts.
Comme Sur Pablo Honey, cette chanson qui clôt l’album est la préférée de Jonny.

 

 en 1993 

Apparemment, la chanson s’est écrit facilement, presque « toute seule » (voir la longue citation).

« It was written around the time of My Iron Lung and was one of those songs that completely wrote itself.

Thom explique alors que l’inspiration lui est venue de « The Famished Road » de Ben Okri, un livre où un esprit à trois tête mène le personnage principal à sa route,  dans une interview avec Brian Draper en décembre 2004, en ajoutant que R.E.M. les a aussi inspirés pour cette chanson :

okri

 

 le lundi 1er novembre 1993 

La chanson est jouée pour la première fois à la télévision canadienne, sur « Musique Plus ». Le titre était alors ’Three-Headed Street Spirit’ et le « Immerse Your Soul In Love » que l’on trouvera ensuite à la fin n’y est pas encore.

Thom confirme l’inspiration de la chanson.

 

 en juillet 1994 

Le groupe entre en studio pour enregistrer les chansons du futur album. En août, le travail sur « (fade out) » (le titre a changé une fois de plus), semble avancer puisque Thom n’a pas apposé la mention « rough » sur cette K7 :

bendstape

Comme pour beaucoup de chansons de The Bends, c’est dans la douleur que la chanson est enregistrée :

Thom, Spin, Juillet 2006

« (…)it [required] a lot of aborted versions and starting over. For ’Street Spirit (Fade Out)’, we were bashing our heads against the wall for days and not getting anywhere. We had countless versions that didn’t make sense. I was being impatient. »

Thom, juin 2001, Mojo :
I’II never forget the moment we captured ’Street Spirit’. That stands out for me. The whole reason to be doing this is to arrive at those moments. It makes it worth all the scratching around for months on end in note-books and all the hundreds of thousands of ideas you compile on endless tapes. It’s the sole reason you spend your entire life in your bedroom playing to yourself. If I ever forget why I started this as a career, than that’s why I started. I do remember the magic moments from The Bends.. The ’Street Spirit’ moment I remember very, very well. We spent a day going round in circles until I was thinking, ’This is never going to happen’. Then suddenly something happened and I was transported to a place that I’d been willing myself to be in for months on end. I’d finally made the transition. Now you might only be in that place for three minutes and for ever more life’ll never be quite as good. But that’s fine by me.

 

 le lundi 13 mars 1995 

La chanson termine l’album The Bends :

 

 le lundi 15 mai 1995 

On trouve sur le CD2 de Fake Plastic Trees une version acoustique de la chanson enregistrée au Eve’s Club par Thom et Jonny en février.

 

 le lundi 22 janvier 1996  

La promotion est axée sur la chanson avec la sortie de deux single de 3 titres chacun

CD 1 :
1. Street Spirit (fade out)
2. Talk Show Host
3. Bishop’s Robes

CD 2 :
1. Street Spirit (fade out)
2. Banana Co.
3. Molasses

 

 le samedi 3 février 1996 

Le single « Street Spirit » (Parlophone CDR 6419) atteint cette semaine son meilleur classement des ventes avec la 5e place.

http://www.officialcharts.com/artis…

 

 en février 1996 

L’élégant clip de « Street Spirit » envahit les téléviseurs.

Directeur : Jonathan Glazer
lieu : un désert dans le coin de Los Angeles

Vraiment un très bon clip, à cette époque d’ailleurs, toutes leurs vidéos étaient encensées.

Celle ci est entièrement tournée en noir et blanc, et a été filmée dans un désert près de Los Angeles. Le réalisateur a utilisé une caméra spéciale qui lui a permis d’incorporer au clip final des effets de ralenti, alors que le reste est tourné en vitesse normale… Du coup, le résultat est très esthétisé et un peu petit côté Matric avant l’heure pas désagréable du tout.

On peut par exemple voir Jonny qui saute dans la caméra, en vitesse ralentie. Jonny, assez à côté, tourne la tête pour Jonny sauter, puis la retourne dans l’autre sens, le tout en vitesse normale. Apparemment, il existe deux versions du clip, totalement identique à une scène près…

« Directed by Jonathan Glazer, this again was shot in the desert outside Los Angeles, showing Thom singing with his eyes closed while random images of crickets, barking dogs etc. flickered by in slow motion. The rest of the band jumped off chairs and other objects, also in slow motion.

« Thom wanted it to be like a dream, » explained the film-maker, « and liked the idea of nobody getting anywhere, » while Thom observed, « We wanted to make something really elegant and beautiful. I wanted something that would create space in the viewer’s imagination to complement the stream of consciousness of the song. » – The Interview Booklet

 

 

 le vendredi 24 février 2012  

Peter Gabriel sort « Scratch my back », un album où il reprend des titres d’artistes qu’il aime bien. Y figure une reprise de Street Spirit :

En principe, les artistes repris doivent à leur tour reprendre un tube de Peter Gabriel dans ‘I’ll Scratch Yours’ … mais avec Radiohead cela ne se fera pas (il semblera que Wallflower était prévue) .

Thom Yorke n’aurait pas aimé la reprise de Street Spirit…et Peter Gabriel en a été affecté :

Q. Did you get much feedback from the original artists about your version of their songs on “Scratch’’ ?

A. Mostly they were really enthusiastic except Thom Yorke (of Radiohead). At first he said he hadn’t heard it but the rest of the band had and they didn’t much like it so … so that was … thank you Thom. (Laughs). And then it was weird because he was going to do a version of [my song] “Wallflower’’ which he said he used to listen to a lot when he was a kid. But then I think they got busy, and he got pissed off being asked about it so [he] abandoned that one.

Q. That’s too bad since it seems like Radiohead would be a band that would cite you as an influence. But musicians, hey, you’re a temperamental lot.

A. I know. Difficult bastards at the best of times. It takes one to know one. (Laughs)

— Boston.com, février 2011

 

 

 le mardi 24 juillet 2012  

Le groupe de métal « The Darkness », qui a régulièrement repris la chanson dans ses concerts, annonce son intention d’en insérer une reprise dans son futur album, qui sortira le 21 août.

http://www.pitchfork.com/news/47243…

Previous post

Just

Next post

Vegetable