news

Radiohead et EMI, ça fighte

C’est un fait connu, Radiohead n’avait qu’une hâte, terminer son contrat avec EMI (signé à leur début pour 7 albums) pour les quitter et agir à leur guise. Hail To The Thief cloturant le contrat (c’est le 6ème album du groupe, mais le I Might Be Wrong Live Recording est compté comme album), il était évident que la question d’un nouveau label allait se poser. Pendant longtemps, le groupe n’a pas communiqué à ce sujet.

Pour la sortie d’In Rainbows, Radiohead semblait avoir pris le parti de s’autoproduire dans un premier temps (cf. la discbox vendue sur leur site sans réel label, ou le téléchargement proposé par le groupe lui-même), puis finalement de signer chez de plus petits labels, qui leur laisseraient une liberté à laquelle Radiohead semble attaché (Thom Yorke s’en est expliqué dans plusieurs interviews). C’est XL Recordings pour l’Europe, ATO pour les Etats Unis et Maple/Fontana pour le Canada qui ont été choisis pour la sortie physique de l’album.

EMI de son côté, profitant des droits qu’elle a sur les premiers albums, a ressorti une compilation sous la forme de coffret (ou de clé USB) des albums. Des propositions auraient été faites au groupe pour qu’il ressigne, mais celles-ci auraient été déclinées. (C’est ce qui se disait)

Voilà où on en était ces derniers jours.

Seulement, une polémique, amenée par le biais de The Times, est en train d’ enfler à propos de ce "renouvellement de contrat". Thom Yorke réagit face à cette attaque sur le blog du groupe.

Voici l’article de The Times (traduction rapide):
(lire l’article en anglais)

"Radiohead s’est séparé d’EMI cet automne, après que Guy Hands, le nouveau boss du label, a rejeté un deal avec le groupe de rock très vendeur, qui aurait coûté à la companie plus que 10 millions de livres. The Times en a appris plus.

La demande a été plus conséquente qu’on ne pourrait le croire. Le groupe plébliscité s’est vu proposer une avance de 3 millions de livres par M. Hands pour son dernier album, mais a demandé plus.

Un porte parole d’EMI a déclaré la nuit dernière : "Radiohead a demandé un montant incroyable, et il ne nous a pas semblé correct que les autres artistes doivent en pâtir sur leurs gains. "

Les managers du groupe ont répliqué en expliquant que beaucoup d’artistes importants pourraient à leur tour quitter EMI. M. Hands est accusé de ne pas négocier sérieusement.

Radiohead voudrait qu’EMI leur rende au moins quelques droits sur leurs albums, comme OK Computer, demande qui aurait dévalué le catalogue proposé par EMI, et aurait occasionné un manque à gagner certain dans le futur pour la maison de disques.

Rendre à Radiohead ses droits sur leurs deux derniers albums amputerait EMI d’au moins 4 millions de livres. Il est supposé aussi que le groupe aurait demandé une garantie de 3 millions de livres sur le marketing international pour le nouvel album, même si les managers le reccusent.

Guy Hands  a négocié en personne  avec Radiohead quelques semaines après le rachat de EMI par Terra Firma, sa firme, pour 2.1 milliards de livres.

Bryce Edge, un manager de Radiohead a déclaré à The Times : " On ne peut pas retourner chez EMI parce que Guy Hands a irrévocablement refusé de discuter sur le catalogue du groupe, quelques soient les modalités. Nous avons vendu 25 millions de disques et nous avons les droits moraux sur 6 albums. Nous voulons savoir comment ils vont être exploités dans le futur. Nous n’avons pas demandé de grosse avance, ou une garantie sur le marketing, les discussions ne sont jamais allées aussi loin."

M. Edge a avancé le fait que de grands noms étaient sur le point de quitter la maison de disques. Les artistes sont excédés par le fait que les majors retirent encore des frais de packaging sur les bénéfices des ventes en téléchargement (sans packaging donc).

Radiohead n’a plus voulu discuter quand leur demande concernant les droits sur leur premiers albums a été refusée. Ces 6 albums doivent rester sous le contrôle d’EMI pour une période de 50 ans, comme stipulé par la loi sur le copyright.

Suite à ça, Radiohead a sorti son nouvel album In Rainbows en téléchargement avec le système "payez ce que vous voulez", une offre qui a intéressé plus d’un million de fans. Depuis, cette offre n’est plus disponible et l’album va sortir conventionnellement lundi sous le label indépendant XLRecordings.

Le premier contrat de Radiohead avec EMI ne mentionnait pas les ventes digitales, si bien que le groupe ne reçoit pas de royalties pour les ventes sur ITunes. "On ne doit pas s’étonner si les artistes lèvent leur mains vers le ciel", a déclaré M. Edge.

Radiohead demande 42.5 livres par place pour sa prochaine tournée , l’année prochaine au Royaume-Uni, plus que pour les concerts de Prince au O2Arena de Londres.  M Edge s’en explique :"On ne veut pas tourner pour perdre de l’argent. Ca coûte de l’argent de faire de la qualité, ce que le public attend. C’est un telle somme que nécessitent des artistes de cette stature."

M. Hands a fait parvenir une lettre aux artistes d’Emi, tels Robbie Williams, Kylie Minogue, Coldplay ou Gorillaz, afin de les rassurer.  “Nous savons la valeur de la relation de collaboration que vous avez avec les différentes équipes chez EMI, qui participent à vos projets.”

Terra Firma pense qu’il est impossible de faire plus de 100 millions de livres de bénéfice en parant aux différentes erreurs commises sous la direction de Eric Nicoly, l’ancien directeur d’EMI.

M. Hands espère trouver un nouveau collaborateur avant la fin de janvier. Terra Firma pense pouvoir amener  EMI à valoir 9.4 milliards de livres en 2012.

 

Voici la réponse de Thom Yorke sur le Dead Air Space:

"F Y I_____ if you care

pour information>>>

Nous n’avons pas eréclamé un gros tas de fric à notre ancienne maison de disque EMI pour re-signer chez eux. C’est un M E N S O N G E.

The Times, au Royaume Uni, devrait se renseigner sur ça avant d’imprimer de telles insanités.

Ce que nous VOULIONs c’est plus de contrôle sur NOTRE TRAVAIL et sur son exploitation future par eux ( ndlr : par EMI) –
ce qui nous nous semblait RAISONNABLE,
tandis que nous avons tenté de conclure un marché.

M. Hands n’était pas intéressé.
Alors nous non plus.

On a mis une croix dessus et continué notre route. Tristement.

Cela nous affecte que cette merde se répande.

Dégueuler sa merde, ou plus poliment, laver son linge sale en public, est un drôle de  comportement de la part d’un patron de maison de disques internationale.

Pour terminer sur une notre plus joyeuse, nous n’avons  touché aucune avance de "BREAD-HEAD" (ndlr : on ne comprend pas l’expression, disons du "pain béni")  de la part des deux maisons de disques indépendantes (XL et TBD) pour notre nouvel album.

Jugez par vous-mêmes.

Et ca nous fait vraiment très plaisir de travailler avec eux. SHock!

Au moins ils ne se comportent par comme des éléphants dans un magasin de porcelaine.

Toute mon affection

thom
x

Previous post

Encore des images sur le D.A.S.

Next post

Au bal masqué oh eh!

No Comment

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.