news

“Radiohead, c’est beaucoup plus compliqué”

Atomsforpeacetv vient de poster une nouvelle vidéo prise lors du concert de New York, qui confirme à tous ceux qui n’y étaient pas vendredi dernier qu'”Amok” prend une magnifique ampleur en live.

Si on ne sait pas ce que peut être le nouveau titre promis pour demain soir sur Radio Nova (attention, le set de Thom+Nigel passera bien sûr à la fin, à partir de 23h), intitulé bizarrement “Magic Beans”, on sait qu’ils continuent à travailler: témoin ce remix du Pyramid de Fourtet qu’ils se sont envoyés hier par twitter

http://www.spin.com/articles/four-tet-atoms-for-peace-pyramid-remix/?utm_source=spintwitter&utm_medium=social&utm_campaign=spintwitter

bloblobloom nous signale qu’ils ont aussi donné une interview à Barcelone la semaine dernière. Vous pouvez la lire ici

Et voici les moments les plus intéressants: Thom et Nigel mangent des fraises et boivent des capucchino à l’hôtel des Arts en se foutant gentiment de la gueule du journaliste qui se lance dans l’enregistrement de l’interview sur blackberry, ce qui semble très risqué pour ces adeptes de l’iphone. Interrogé sur le début de sa passion pour l’électronique, Thom explique que de voir Nigel utiliser ProTools sur OKC l’a incité à bidouiller lui-même et c’était aussi le moment où il achetait des disques d’Aphex Twin. Même s’il aime beaucoup essayer de faire fonctionner les machines qui l’entourent, il a cependant toujours plaisir à composer au piano. Cependant, à l’époque d’OKC, la technologie leur paraissait être une formidable opportunité de se libérer, et de mieux communiquer. C’était l’époque bénie où ils faisaient irruption sur des sites de fans en faisant “coucou, c’est nous” et personne ne les croyait. Ils ont alors exigé d’EMI d’avoir droit à leur propre site, comme Massive Attack et ils ont appris l’html et tout le tintouin. Aujourd’hui, dit Thom, c’est difficile de s’adapter à tout ce qui sort, d’autant qu’on ne sait jamais quel impact les réseaux sociaux ont vraiment sur le public et comment il faut l’atteindre à travers ces outils.: “on se sent sans défense devant ces trucs qui sont tout de même faits par des gens qui essaient de contrôler la vie privée. J’ai l’air un peu vieux jeu mais je trouve que c’est devenu problématique.”

Le journaliste leur demande pourquoi ils ont participé à ce Q/A de Roquie sur le web: ils essaient d’atteindre un nouveau public ou ils tentent de mieux comprendre les jeunes?

Nigel répond que la demande, très inattendue, a piqué leur curiosité. Ils avaient entendu parler de la responsable de ce site, qui est une bloggueuse de 16 ans, Tavie. Mais en ce qui concerne leur compréhension des jeunes, d’abord Thom trouve que quand on a soi-même des enfants, ça ne pose pas tant de problèmes que ça, même s’il admet que les siens sont encore petits. Nigel lui trouve qu’ils sont assez jeunes d’esprit et que de toute façon leur métier les rapproche des jeunes.

Questionné sur leur projet de DJ actuel, Thom explique qu’ils cherchent à créer un type de live fait de mélanges inattendus faits le plus spontanément possible: “les gens viennent au concert et dansent et en même temps nous leur offrons une expérience très abstraite”.

Il précise aussi le sens à donner au nom choisi d'”Atoms for Peace”: pour lui, ça évoque l’énergie, l’idée de particules se joignant pour créer de la force.

Attention, là il y a un problème dans la version online, la distribution de parole entre le journaliste et Thom est fausse, ce qui donne un passage plutôt bizarre (merci blobloobloom d’avoir signalé le truc):

Le journaliste insiste: “cela doit être très différent de la manière dont vous procèdez avec Radiohead où Colin et Jonny ont aussi une place privilégiée et des points de vue propres. Comme arbitrer ces chocs quand on se réunit pour enregistrer?”

Nigel : “ça c’est à moi de le faire. Jonny et Thom sont les deux forces créatrices, avec un statut plus éminent, ils amènent leurs pièces et je dois monter le puzzle. Tandis qu’avec Atoms for Peace, nous n’avons eu qu’à réunir les gens sont nous avions besoin. Radiohead est une chose beaucoup plus compliquée. On ne peut pas improviser de trop. Il faut que tout soit planifier pour que tous les publics soient satisfaits.”

Si vous êtes bons en espagnol, n’hésitez pas à proposer une meilleure traduction de ce passage, Nigel dit plus clairement ce que Thom balbutie ou plutôt on sent là que Thom touche une zone où il ne peut pas être plus clair.

A la fin, le journaliste s’excuse de leur rappeler les 20 ans de Pablo Honey et en effet Thom toussote en faisant mine de s’étrangler avant de préciser: “on ne savait rien à l’époque sauf que quelque chose ne tournait pas rond. On a vite compris que les majors étaient là essentiellement pour faire du fric et nous on attendait d’être poussés à être nous-mêmes par EMI, comme les Pink Floyd ou les Beatles. Alors on a fait “Creep” et à partir de là les dirigeants nous ont félicité et nous on dit “les gars, vous pouvez faire tout ce que vous voulez”. Mais c’était un sacré coup de chance tout de même.”

Ah, et puis, un dernier truc pour ce soir: Misspearly a filmé un morceau du DJ set de la Gaîté lyrique, de tout près comme à son habitude, la fin où Thom propose ses services de DJ pour les mariages et les enterrements, “especially for funerals, except for Margaret Thatcher’s”.

http://www.spin.com/articles/four-tet-atoms-for-peace-pyramid-remix/?utm_source=spintwitter&utm_medium=social&utm_campaign=spintwitter

Previous post

Thom tweete

Next post

Magic Beanz

10 Comments

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.