news

“Ideally, it would be great if it’ll come out sometime this year”

Vous pouvez écouter le podcast de l'émission ici pendant 7 jours (intéressante et amusante):

http://www.bbc.co.uk/programmes/b00stnmg#segments

Résumé:

Ed, toujours charmant et so perfectly british, a été interviewé sans détour par Adam Buxton, fan averti de Radiohead… Tout en étant très prudent ("on est quelquefois tout près de la fin et puis…"), il a clairement annoncé qu'ils étaient en train de finir d'enregistrer…qu'ils pensaient finir dans quelques semaines et qu'idéalement, il souhaitait que l'album puisse sortir cette année.

L'enregistrement se passe de manière plus détendue que les précédents parc e qu'ils s'étaient engagés à la fin d'In Rainbows à changer de méthode au risque de disparaître. Il encense littéralement Nigel Godrich dont la rigueur est la seule garante qu'ils arrivent bien quelque part…

On apprend dans la conversation:

– que "Let Down" avait été envoyé à Brian Eno pour la mixer avant que Nigel Godrich se charge finalement de l'ensemble du mixage d'OKC (la mode était alors de confier enregistrement et mixage à des producteurs différents)

– que parmi les noms auxquels ils avaient pensé figuraient  Dearest  (une idée de Thom), Shindig (parce que Phil avaient une petite amie irlandaise) et Wise Up…

– qu'à cette époque (1985), ils jouaient des morceaux d'artistes très différents (Costello, Smiths et même du country rock) et qu'ils n'avaient aucune idée de la manière de se présenter. Quand la maison de disque leur a demandé: "quel est votre programme?"…ils ne pouvaient répondre que "euh…faire de la musique!" et qu'à l'époque de The Bends, ce sont les vidéos qu'ils ont faites qui leur ont fait prendre conscience qu'il leur fallait construire une image du groupe…

– qu'Ed a joué de la trompette pendant 4 ans dans sa jeunesse, sans grande réussite!

– que The Eraser a libéré Thom de la pression qui pesait sur lui et que depuis sa voix est plus facilement en avant parce qu'il se sent plus confiant.

– Adam l'interroge sur sa manière de concevoir le backing vocals: il avoue qu'au début il marmonnait pas trop fort parce qu'il n'était pas trop sûr de l'effet par rapport à la voix de Thom, il se sentait très inférieur! En studio d'ailleurs, Thom fait souvent lui-même les backing vocals, Ed assure cette partie surtout en live…il aime bien ça maintenant et il s'est  adapté bien que ses possibilités soient nettement plus réduites que celles de Thom.

– Adam lui demande si les critiques le touchent: il explique qu'un ami lui a conseillé de ne plus lire aucun article sur eux et qu'il se tient à ce conseil depuis qu'il lui avait montré un site sur lequel on le désignait comme le membre de RH le plus mal habillé. Cela donne un échange amusant où il raconte qu'en regardant des vidéos anciennes, il trouve hilarant ses vêtements souvent trop courts ou mal adaptés. Au début de leur carrière, ils avaient des échanges sur ce sujet, reconnaissant qu'ils étaient souvent mal habillés mais n'osant pas trop se le dire les uns les autres. Depuis il a fait des efforts et  il semble que leurs goûts se rejoignent un peu:  ils sont mieux assortis tous les cinq!

– à la question d'un fan concernant le nombre de guitares et de pédales utilisées par Ed pendant les concerts, il répond qu'il y en a en effet bien trop et qu'il ne gardera que deux guitares pour la prochaine tournée!

-Ed est un fan d'XTC qui fait donc partie de sa tracklist (très variée mais sans surprise à part peut-être XTC justement): une vieille rivalité (footballistique) entre Oxford et Swindon rendait indécent de dire alors qu'on aimait XTC!

– Adam lui demande s'ils ressentent sur scène l'enthousiasme et la magie que ressent le public: Ed devient très lyrique sur les émotions qui les transportent et font que jouer live pour eux est absolument essentiel. Quelque chose qui est fondé sur le rythme, la transe, la méditation, le caractère hypnotique de la musique leur donne l'impression parfois que le ciel va s'ouvrir et qu'ils vont être aspirés quelque part…Alors qu'Adam est un fan absolu de There There live, Ed a aimé récemment ce qui se passait sur Arpeggi. En revanche, une des chansons qu'ils n'aimaient pas trop jouer à leurs débuts (mais ils n'avaient pas suffisamment de morceaux…) était Punchdrunck Lovesong Singalong sur laquelle ils se trompaient régulièrement (en particulier Colin). Ed avoue enfin qu'il lui est toujours très difficile de passer de ces moments de tournée, très intenses et pendant lesquels ils sont débarrassés du quotidien, à la vie "normale": il lui faut un moment de décompression pour pouvoir se réadapter!

Previous post

"for a bitter tasting saturday"

Next post

28 mars 2010, Florence, Sala Vanni

No Comment

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.