news

De la lecture pour votre week end

Cette semaine, Rock  & Folk attire l'oeil du chaland en affichant en page de couverture Radiohead… pour finalement publier une interview de Phil Selway au statut  incertain (un dirait un montage de questions/réponses disparates).

Extraits:

R&F: Le poncif du batteur sous-fifre est-il en vigueur dans Radiohead?

PS: Ce n'est pas imaginable. Je vois les choses ainsi: un groupe est un assemblage d'éléments qui communiquent entre eux. Tout le monde contribue à la musique, y compris les batteurs. Seulement, la plupart des groupes sont composés de mâles, cela implique qu'il y ait une hiérarchie, dans tous les groupes. Et dans les groupes, le batteur est généralement tout en bas de l'échelle. J'ose espérer que nous sommes un peu plus subtils que cela.

R&F: A quoi ressemble la vie en tournée avec Radiohead? Tout le monde travaille sur son ordinateur à un album solo?

PS: C'est presque ça. On ne traîne pas tellement ensemble, vous savez. Chacun disparaît dans son coin et fait ses trucs. Jonny fait ses bandes-son. Thom est sur son ordi. On occupe le temps libre créativement.

R&F: Votre part créative dans les chansons de Radiohead est-elle uniquement rythmique?

PS: Oui, je me contente de m'occuper du rythme et de suggérer quelques trucs de structures. L'aspect harmonique est couvert, très bien couvert.

R&F: Vous avez songé à sortir "Familial", comme "In Rainbows, sur Internet?

PS: c'est important d'avoir un label, l'apport de spécialistes. Je travaille avec des amoureux de la musique essentiellement. Pour faire ce qu'on a fait avec IR, il faut avoir une sacrée histoire derrière soi. Et même une infrastructure. Nous avons créé Waste qui s'occupe de notre merchandising et notre site internet. C'est une structure très souple, qui nous permet d'assurer une sortie numérique, d'oganiser des webcasts. Mais il faut avoir la notoriété de Radiohead pour faire tout cela.

R&F: Qu'ont dit les autres sur votre disque?

PS: Ils m'en ont dit des tas de bonnes choses, face à moi en tout cas. Le plus important, ce n'est pas qu'ils l'aient aimé. Je n'aurais probablement jamais eu une réponse complètement franche de leur part. L'important c'est qu'ils ont respecté ma décision de faire ce disque et qu'ils m'ont motivé pour prolonger mes efforts, pour être heureux de ce disque."

[Dans une interview parue dans USA Today, il est plus disert sur ce moment qu'on imagine un peu tendu: "j'ai été très discret sur ce que je faisais. Et puis un jour, en studio, à la fin de la journée, je leur ai donné une copie à chacun. J'étais très nerveux. Thom a d'abord été très surpris, et puis tout le monde a été très encourageant."]

Rolk & Folk ne pousse pas l'hyprocrisie jusqu'à faire une recension de "Familial" (ce journal devrait plutôt s'appeler "histoire du rock magazine" près de la moitié est consacrée à des artistes de plus de 60 ans…),  et au final il y a en effet plus de questions sur Radiohead que sur son disque, le pauvre…

Vous pouvez lire également (mais en anglais) des analyses tout à fait intéressantes de Kid A sur ce site (y compris un décryptage titre par titre par différents auteurs):

http://www.popmatters.com/pm/special/section/all-things-reconsidered-the-10th-anniversary-of-radioheads-kid-a/

Enfin, les 10 ans de Kid A ont été également célébrés sur ce blog, plutôt palpitant à lire en général:

http://www.legolb.com/2010/10/chaque-chose-sa-place.html

Previous post

Ronpiche chez les Rosbifs

Next post

Damon pique Flea à Thom

No Comment

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.