concerts

1er janvier 2008, Oxford

[Plus de précisions sur le tournage de la webcast en cliquant ici->http://www.radiohead.fr/Scotch-Mist-vu-de-l-arriere]

Cette seconde webcast a pour titre “scotch mist”, et a été tournée/réalisée/ jouée par Radiohead, Nigel Godrich, Adam Buxton, Garth Jennings, Stanley Donwood, Ric Jerrom, Hugo Nicolson et Dan Grech-Marguerat.
Comme la précédente en décembre dernier, il s’agit d’une vidéo d’une heure environ, avec des prestations live de chansons, dans le cas présent, celles du nouvel album In Rainbows, enregistrées à l’avance.
La vidéo a été très largement diffusée sur le net, et même à la télévision américaine.

On s’attendait à un peu plus de surprises (des reprises !!) mais il faut prendre cette performance plus pour une promotion du nouvel album qui sortait le même jour. Chacune des chansons jouées appartient à In Rainbows, avec entre chaque des intermèdes un peu bizarres (on a l’habitude avec le groupe…), mettant en scène une fuite, des commentaires…

Tout commence par une définition de l’expression scotch mist :
“you thought that you saw something ; you did’n’t ; it was a trick of the light, a phantasm, a spectre.”
(vos avez cru apercevoir quelqu’un chose ; mais non. C’était un piège de la lumière, un fantôme, un spectre.)

Illustration en image de cette définition par une courte vidéo mettant en scène ces arbres traversés par des traits de lumière :

En studio, le groupe nous interprète Weird Fisches/Arpeggi en guise d’entrée en matière.

Suit Bodysnatchers.
La prestation live est précédée d’une courte vidéo de quelques secondes, où l’on voit cinq hommes vêtus de cagoule fuyant (il y en a un sixième en arrière plan) une sorte de maison de campagne, avec un écriteau en feu… On a à peine le temps de comprendre qu’on est à nouveau dans le studio (en fait, on ne comprendra d’ailleurs jamais…). Le groupe y met du coeur, mais l’interprétation est somme toute assez classique.

L’interprétation de Jigsaw Falling Into Place a le mérite par contre d’être différente des versions précédentes ou de l’album. Le groupe a tenté une nouvelle orchestration de la chanson, plus péchue musicalement (mais moins vocalement), avec des ondes Martenot.

Avant de retrouver la vidéo de Faust Arp que l’on avait déjà vue lors de la webcast précédente, il y a un autrez petit intermède. On entend une voix off raconter une incroyable histoire d’urine sur fond de mer filmée avec filtre jaune (uhm uhm). Nous connaissions déjà la vidéo qui suivra, mais il est toujours aussi drôle de revoir Jonny faire un canard et Thom en rire.

On revoit à nouveau nos fuyards, qu’on comprend être les membres du groupe (on reconnait la longue cheveleure de Jonny). La version de 15 Step qui vient à la suite est à nouveau inédite pour ce qui est l’arrangement. Thom s’amuse bien, il saute dans tous les sens, bouge la tête…

Reviennent les arbres traversés de lumière, avec “scotch mist” en sous titre, le tout sur fond de cris/rires, donnant à l’ensemble une tonalité un peu fantomatique. Transition, image de cîmes d’arbre (filtre rouge cette fois) avec en voix off un speach sur l’amour et d’autres choses que je n’ai pas bien comprises. Quelques images fortement pixelisées et colorées laisseront la place à une magnifique interprétation de Videotape. La version de ’from the basement” était prometteuse, ce qui fait que celle de l’album nous a souvent laissés sur notre faim (trop gentillette…). Dans cette webcast, nous voici confortés, cette chanson est très très belle ! De nombreux plans nous laissent voir Jonny faire joujou avec ses instruments 🙂

Revoici les fuyards, deux cagoules s’envolent, découvrant Phil et Thom.
Le groupe joue Reckoner, dans une belle version. Jonny tient un citron, et souligne le rythme avec.. Le groupe s’amuse bien.


On a le temps de remarquer que le groupe a aussi du bien rire quand cette vidéo de ’fuyards’ s’est filmée, Phil est mort de rire, Thom le semble aussi. Version classique de House of Cards.

Plan serré sur Thom , puis vidéo filtre bleu montrant une rue. La voix off parle d’un sentiment de mal-être. Transition vers une animation du worm buffet , ce petit dessin qui avait été utilisé pour annoncer en crypté des messages sur le dead air space. En bruits de fond, des rires démoniaques, et Thom Yorke, après s’être un peu étiré, débute All I Need. Toute calme, on arrive vers la fin, ça se sent…

Nude clotûre la webcast. On dirait un “clip”. Les membres du groupe sont filmés yeux fermés interprétant la chanson sur fond noir, l’image est passés au ralenti. La version est celle de l’album.

Et voilà…

Previous post

plus de précisions sur la webcast

Next post

Thom sur la BBC aujourd'hui

No Comment

Leave a reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.