discographie

The Eraser (album)

« The Eraser » est le projet personnel sur lequel travaillait Thom Yorke depuis un long moment, mais le cachotier avait omis de nous en parler, aussi quand nous avons appris qu’un album allait sortir signé par lui seul, ce fut une surprise. On était alors en mai 2006, et rien n’avait filtré. Une simple annonce sur le blog du groupe nous prévenait que quelque chose allait se passer sur le site www.theeraser.net. Beaucoup de mystère autour des animations flash… puis au bout de 3 à 4 jours, on dévoila l’affaire. On a craint un moment le split du groupe (il faut dire que les premières interviews de Thom avaient un côté intrigant, puisqu’il explique que le groupe est en pause…), ou alors un album un peu commercial, et puis finalement…

L’album est sorti en juillet 2006 (dès fin mai, des mp3 fuitaient sur l’Internet), le premier single dans la foulée, le tout sur un « petit label », XL recordings,(enfin pas si petit que ça non plus…) produit et arrangé comme toujours par Nigel Godrich

 

Le titre

« The Eraser » est un mot anglais qui signifie « celui qui efface ».  Interrogé dans le magazine anglais Area à propos du choix de ce titre, voici ce que Thom Yorke a répondu en juin 2006:

It seemed to fit with what Stanley Donwood was doing with the album artwork, using cutouts. The eraser is who erases, all the things we want to look away from, the unseen fears.”

La genèse de l’album expliquée par Thom

At my house, there’s a room about this size, » Yorke said, gesturing at the spacious suite in San Francisco’s Clift Hotel where he sat discussing « The Eraser, » the album he’s releasing on July 10. « The entire room was just covered at the whole floor, with notes and scraps of paper. A friend of mine came by just before we started recording, and he was just looking through it, laughing his head off, saying, how are you going to piece this together? » together? »

Yorke’s workroom mess, mirrored by the sonic « bits and bobs and shreds of all sorts of random chaos » on his laptop, gave him a sense of freedom he’d momentarily lost within Radiohead, which lands in L.A. for two nights at the Greek Theatre starting Thursday. In league with two longtime collaborators, the visual artist Stanley Donwood and producer Nigel Godrich, Yorke enclosed himself amid these fragments, shutting out other influences. « That’s how you get that thing where a project has its own universe, » he explained. « You say, well, everything in this room, that’s all there is, that’s all I’ve got. »

« The music, no matter what way you look at it, is coming out of a box, » said Yorke, noting that even the acoustic sounds of piano, guitar and bass « The Eraser » samples are computer-processed, and he cites Bjórk’s 1997 electro-torch suite « Homogenic » as a primary reference point. « It has its own space. We consciously decided to not expand it beyond that. The vocals are exactly the same, right there in the speakers. The record was built to be listened to in an isolated space ” on headphones, or stuck in traffic.
— The LA Times, juin 2006


l’email de présentation de l’album envoyé par Thom

“this is just a note to say that something has been kicking around in the background that i have not told you about.
its called The Eraser.
nigel produced & arranged it .
i wrote and played it.
the elements have been kicking round now for a few years and needed to be finished & i have been itching to do something like this for ages.
it was fun and quick to do.
inevitably it is more beats & electronics.
but its songs.
stanley did the cover.
yes its a record!
no its not a radiohead record.
as you know the band are now touring and writing new stuff and getting to a good space so i want no crap about me being a traitor or whatever splitting up blah blah…
this was all done with their blessing. and i don’t wanna hear that word solo. doesnt sound right.
ok then thats that.

i think its out in july and im pretty certain XL are going to put it out.

love thom”

 

Réception

Les critiques ont généralement été très bonnes, Thom Yorke étant salué pour son utilisation efficace de l’electro liée à sa voix. Sa première semaine de sortie, l’album s’est classé second des ventes en Angleterre, 3ème aux Etats Unis.

The Eraser a été nommé à la fois pour le  Mercury Music Prize et pour le Grammy Award du meilleur album de musique alternative  en 2007.

 

Artwork

Comme toujours, on retrouve Stanley Donwood derrière le travail graphique très recherché pour cet album. En couverture, une linogravure représentant un homme en trench et chapeau noir semblant vouloir repousser les flots. Beaucoup y ont vu une allusion au roi Canute / Knut le Grand. Selon la légende, il aurait souhaité mettre fin à la flagornerie de ses courtisans, le prétendant capable de se faire obéir même par les flots, en se faisant porter face à la mer et en lui commandant en vain… Sur les artworks de The Eraser, ce sont bien les flots qui ont gagné puisqu’ils submergent Londres.

Plus d’informations : http://latest-art.co.uk/features/?id=4

 

 

Tracklist Crédits
Previous post

deux chansons en écoute

Next post

Radiohead triomphe à Rock En Seine

No Comment

Leave a reply